Crise d’angoisse ou attaque de panique

Les crises d’angoisse ou attaques de panique peuvent être le symptôme d’un trouble anxieux.
La première crise d’angoisse se produit souvent pendant l’adolescence, entre 15 et 19 ans.
Ce trouble touche plus les jeunes que les personnes âgées.
Les crises d’angoisse sont très différentes d’autres types d’anxiété ; elles sont soudaines et inattendues, invalidantes et souvent sans raison.

 

crises d’angoisse, palpitations, anxiété

 

Les études scientifiques montrent qu’environ 0,7% des enfants souffrent de trouble panique ou d’anxiété généralisée.
À l’âge adulte, les attaques de panique se produisent deux fois plus chez les femmes que chez les hommes.
Après une crise d’angoisse on peut développer des peurs irrationnelles appelées phobies.
Puis, l’individu évite toutes les situations qui ont provoqué des crises d’angoisse, par exemple conduire la voiture, faire des courses dans un magasin bondé ou prendre l’ascenseur.
La seule pensée de s’engager dans une activité peut provoquer d’autres crises d’angoisse.
L’individu qui souffre de trouble panique, par conséquent, est incapable de conduire la voiture ou de sortir de chez lui. Pendant cette phase on dit que le personne souffre de trouble panique avec agoraphobie (peur des endroits ouverts).

Il existe donc deux types de trouble panique :

  • Le trouble panique avec agoraphobie
  • Le trouble panique sans agoraphobie.

Comme d’autres maladies mentales, les crises d’angoisse peuvent avoir un impact grave sur la vie quotidienne, sauf si l’individu effectue un traitement efficace.

 

Quand se produisent les attaques de panique ?

Les experts disent que l’anxiété et la panique physiologiques sont normaux pendant la vie.
Lorsque le cerveau reçoit beaucoup de signaux nerveux qui indiquent un danger imminent, l’amygdale (une région du cerveau) se met en fonctionnement. L’amygdale contrôle la réaction anxieuse.

Parfois, l’amygdale peut provoquer une réaction d’anxiété même s’il n’y a pas de danger imminent. Par conséquant, il sera beaucoup plus probable de souffrir d’anxiété grave et d’attaques de panique.

Lorsqu’on souffre d’anxiété, on produit de l’adrénaline (ou épinéphrine). L’adrénaline est libérée par les glandes surrénales. La libération de l’épinéphrine dans le corps peut provoquer de la tachycardie (un rythme cardiaque accéléré), une sudation, une sensation d’estomac retourné et une respiration irrégulière : toutes ces caractéristiques sont typiques d’une crise d’angoisse.

S’il n’y a pas de danger imminent, l’accumulation d’adrénaline dans le corps peut provoquer une attaque de panique.

 

Causes des crises d’angoisse chez les femmes pendant la grossesse

Pendant la grossesse, le corps d’une femme subit beaucoup de changements. Les hormones jouent un rôle très important. Elles sont souvent responsables des attaques de panique. Outre les hormones, il y a d’autres raisons qui peuvent provoquer ce trouble. Par exemple, la pensée d’avoir un enfant ou même l’incertitude de ce qui va se passer après l’accouchement. Les femmes se préoccupent beaucoup de vivre la grossesse en toute sécurité et de la santé de l’enfant. Une grossesse imprévue peut également provoquer de l’anxiété chez une femme.

Les crises d’angoisse sont très fréquentes (ou continues) chez les femmes qui ont eu une grossesse très risquée. Les femmes enceintes qui ont subi une fausse couche auparavant peuvent également souffrir de crise d’angoisse.

Le trouble panique peut être héréditaire.
Toutefois, on peut également le développer sans antécédents familiaux.

Les maladies physiques comme l’hypoglycémie (un faible taux de sucre dans le sang) peuvent provoquer un stress excessif. Les attaques de panique et l’hypoglycémie vont de pair.

Le nombre d’attaques de panique pendant la grossesse est une cause constante de préoccupation. Les processus de pensée et les processus physiques du corps aident à réagir à la menace.

 

Causes de crise d’angoisse la nuit

Déséquilibre chimique
Le cerveau émet une substance appelée sérotonine, qui détend le corps et calme la personne. Si pendant la nuit, le cerveau ne produit pas une quantité suffisante de sérotonine, le corps subit un déséquilibre chimique qui se manifeste à travers l’anxiété et des attaques de panique, même pendant le sommeil.

Pensées et préoccupations
Le soir, lorsqu’une personne se détend au lit, elle pense souvent à la journée passée. Si la journée a été particulièrement stressante, l’individu peut éprouver une sensation de panique. La pensée de l’activité qu’il faut faire durant la journée suivante peut provoquer des crises d’angoisse, par exemple un voyage en avion.

Apnée du sommeil
L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil qui augmente le rythme cardiaque et la pression sanguine. La personne qui souffre d’apnée du sommeil se réveille de nombreuses fois la nuit.

Substances excitantes ou illégales
La prise de thé, de café, d’alcool et de drogues, comme le cannabis, peut provoquer des attaques de panique la nuit chez l’individu anxieux. Certains aliments, comme le sucre et le blé, peuvent provoquer, dans de rares cas, des attaques.
Ces substances figurent parmi les causes les plus fréquentes d’attaques de panique même pendant la conduite.

 

Facteurs de risque d’attaques de panique

 Les symptômes de panique commencent souvent entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte, et touchent plus les femmes que les hommes. Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de développer des crises d’angoisse ou des troubles panique sont :

  • L’hérédité ;
  • Un stress significatif ;
  • La mort ou la maladie grave d’une personne aimée ;
  • Des changements importants de vie, comme avoir un enfant ;
  • Une violence physique ou un abus sexuel pendant l’enfance ;
  • Un événement traumatique, comme un accident ou un harcèlement sexuel.

 

Symptômes des crises d’angoisse

 Une attaque de panique consiste en l’apparition soudaine d’une forte peur ou d’un malaise. En quelques secondes, cette sensation peut devenir très intense et comprend au moins quatre des symptômes suivants :

  • Des palpitations ou un rythme cardiaque accéléré ;
  • Une sudation ;
  • Des tremblements ou de l’agitation, qui se produit souvent le matin dès le réveil ;
  • Le souffle court ;
  • Une sensation d’étouffement ;
  • Une douleur au thorax ou un malaise ;
  • Des nausées ou des maux de ventre ;
  • De la diarrhée ;
  • Un besoin fréquent d’uriner ;
  • Des vertiges ou des étourdissements ;
  • Une sensation d’instabilité, un évanouissement ;
  • Des frissons ou une sensation de chaleur ;
  • Une paresthésie (un engourdissement ou des fourmillements) ;
  • Une déréalisation (une sensation d’irréalité) ou une dépersonnalisation (un détachement) ;
  • Une peur de perdre le contrôle ou de devenir fou ;
  • La peur de mourir.

De nombreux  symptômes d’attaques de panique sont identiques à ceux des maladies cardiaques, des problèmes de tyroïde, des troubles respiratoires et d’autres maladies. Par conséquent, les patients qui souffrent de crise d’angoisse  vont souvent aux urgences ou consulter le médecin, pensant être en danger de mort.

 

Conséquences des attaques de panique chez les enfants et chez les adolescents

Les attaques de panique chez les enfants peuvent provoquer une détérioration des notes ainsi que le refus d’aller à l’école et de se séparer de ses parents. Parmi les conséquences des crises d’angoisse, il y a :

  • La prise de substances,
  • La dépression et les pensées,
  • Des plans et/ou des actions suicidaires.

 

Diagnostic, examens et tests pour les crises d’angoisse

Beaucoup de personnes souffrant d’attaques de panique vont aux urgences pour commencer un traitement car la crise d’angoisse est perçue comme une crise cardiaque.
Le médecin effectue un examen physique et il contrôle la santé mentale.
Des analyses de sang sont généralement effectuées. Avant de diagnostiquer un trouble panique, le médecin doit exclure d’autres maladies, comme l’épilepsie.
Il faut également considérer les troubles liés à l’abus de substances, parce que les symptômes peuvent être identiques à ceux des attaques de panique.

 

 

Que faut-il faire ? Le traitement pour les attaques de panique

Psychothérapie
La psychothérapie (aussi connue comme thérapie comportementale) est considérée un traitement efficace pour les crises d’angoisse. La psychothérapie peut aider à comprendre l’origine des attaques de panique et la manière de résoudre le problème.
La thérapie cognitivo-comportementale peut aider à comprendre que les symptômes de panique ne sont pas dangereux.
Pendant les séances de thérapie, le thérapeute aide graduellement à recréer les symptômes d’une attaque de panique dans un environnement sûr et tranquille. Quand les sensations physiques de panique ne sont pas liées à une menace, les attaques commencent à s’atténuer.
Si le traitement réussit, on peut également dépasser la peur de situations qu’on évite à cause de crises d’angoisse.
Lorsqu’on commence la psychothérapie, le thérapeute peut conseiller des rendez-vous hebdomadaires. Il faut attendre quelques semaines afin de voir les premières améliorations. Les symptômes diminuent parfois de manière significative ou disparaissent seulement après plusieurs mois.
Lorsque les symptômes s’améliorent, le thérapeute développe un programme pour réduire la fréquence de la thérapie.

 

Attaques de panique

 

Remèdes naturels pour les crises d’angoisse

 Parmi les remèdes naturels il y a les fleurs de Bach, par exemple :

  • Le « rescue remedy » : il s’agit d’un remède immédiat composé de 5 fleurs de Bach différentes qui ont un effet relaxant ;
  • L’hélianthème est le remède le plus conseillé en cas de crise d’angoisse extrême avec sudation, tachycardie, tremblements, manque d’air, nœud dans la gorge et incapacité de réagir dans une situation d’émergence.

 

Traitement pharmacologique pour traiter les attaques de panique

Les médicaments peuvent aider à réduire les symptômes des attaques de panique et de la dépression s’il constitue un problème. Il existe plusieurs types de médicaments efficaces pour la gestion des symptômes des attaques de panique, y compris :

  • Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Ils sont généralement sûrs et ont un faible risque d’effets secondaires. Les antidépresseurs ISRS sont généralement les médicaments les plus conseillés pour traiter les crises d’angoisse. Les ISRS approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) pour traiter le trouble panique sont la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Deroxat, Divarius) et la sertraline (Zoloft).
  • Les Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN). Ces médicaments constituent une autre catégorie d’antidépresseurs. Le médicament IRSN appelé venlafaxine (Effexor LP) est approuvé par le FDA pour le traitement du trouble panique.
  • La Benzodiazépine. Ces sédatifs légers font partie d’une catégorie de médicaments appelés sédatifs du système nerveux central.
    Les benzodiazépines peuvent provoquer des problèmes d’accoutumance (en provoquant la dépendance physique ou la dépendance mentale) surtout en cas de prise prolongée ou de dosage élevé. Les benzodiazépines approuvées par le FDA pour le traitement du trouble panique sont l’alprazolam (Xanax), le clonazépam (Rivotril) et le lorazépam (Ativan).

 

 

Combien de temps dure les crises d’angoisse ? Le pronostic

La durée des troubles panique peut être longue car il est très difficile de les traiter.
Certains patients touchés par ce trouble ne peuvent pas être traités, mais la majorité d’entre eux guérissent avec un traitement adapté.
Les personnes qui souffrent de trouble panique sont prédisposées à :

  • Abuser de drogues et d’alcool ;
  • Être au chômage ou être moins productives au travail ;
  • Avoir des rapports personnels difficiles, y compris des problèmes relationnels avec le conjoint ;
  • S’isoler, éviter certains endroits ou certaines personnes.