Boulimie nerveuse

Qu’est-ce que la boulimie vomitive ?

La boulimie vomitive est une maladie mentale grave, un trouble alimentaire dans lequel une personne s’empiffre régulièrement de nourriture et cherche ensuite à compenser ce comportement alimentaire en faisant beaucoup d’exercice physique ou en évacuant la nourriture (vomissements ou prise de laxatifs).

Dans ce cas, s’empiffrer signifie manger de grandes quantités d’aliments hypercaloriques dans un temps assez court. Lorsque une personne commence à s’empiffrer, il est extrêmement difficile de l’arrêter.

buffet, nourriture, aliments, boulimie
Pendant le repas, un individu peut avaler jusqu’à 3 000 calories voire plus.
Ce comportement alimentaire est suivi des sentiments de culpabilité et de honte qui causent des mesures compensatoires telles que l’auto-induction de vomissements, une activité physique excessive, le jeûne et la prise de diurétiques, lavements ou laxatifs.
Généralement, la boulimie nerveuse apparaît entre 12 et 25 ans, elle est très rare à plus de 40 ans.
Cette maladie psychologique affecte surtout les filles : la boulimie est rarement masculine (environ 10% des cas).
La boulimie nerveuse est similaire au binge eating ou hyperphagie incontrôlée dans laquelle la personne mange une quantité exagérée de nourriture sans s’infliger de vomissements. Le sujet ne fait donc rien pour éliminer les aliments ingérés ou pour maigrir.
Généralement ceux qui sont affectés par la boulimie ne maigrissent pas, ils ont un poids normal ou supérieur à la normale.

 

Quelles sont les causes de la boulimie nerveuse ?

Les chercheurs et les experts ne connaissent pas bien les causes de la boulimie nerveuse.
Toutefois, ils sont d’accord pour dire qu’elle est la conséquence de facteurs de risque génétiques et environnementaux :

  • hérédité
  • harcèlement
  • être abusé
  • événements stressants/traumatisants
  • problèmes de santé mentale
  • hormones – le début de troubles alimentaires dans la plupart des cas coïncide avec la puberté, une période de la vie dans laquelle les personnes prennent conscience de leur corps et subissent de grandes altérations hormonales
  • faible estime de soi
  • sports de compétition

 

Symptômes de la boulimie nerveuse

Les principaux signes de boulimie sont l’ingestion excessive de nourriture et l’élimination (débarrasser le corps de la nourriture grâce aux vomissements ou aux laxatifs).
Il peut y avoir également des symptômes psychologiques, tels que :

  1. un comportement obsessif vers la nourriture
  2. des opinions irréalistes sur la forme et le poids corporel
  3. dépression et anxiété
  4. isolement – perte d’intérêt dans les relations sociales
  5. sans traitement, la boulimie peut causer de nombreuses complications ou conséquences.

 

Alimentation incontrôlée

Le sujet ressent le besoin de manger de grandes quantités d’aliments riches en calories sans nécessairement avoir faim. L’envie de manger peut commencer comme une tentative de faire face aux problèmes émotionnels, mais elle peut rapidement devenir obsessionnelle et hors de contrôle.
Généralement, s’empiffrer est un processus très rapide au point que l’individu peut ensuite ressentir un malaise physique.
Lorsque la faim nerveuse est un symptôme de la boulimie, elle est ressentie régulièrement.
Le sujet peut s’empiffrer à l’improviste, c’est-à-dire qu’il mange tout ce qu’il trouve ou cela peut être programmé, dans ce cas il sort pour acheter la nourriture dont il a besoin.
Les ingestions excessives sont souvent nocturnes et le sujet boulimique se lève pour manger.

 

Vomissements

Vomir est une réaction à cette ingestion excessive de nourriture.
Après avoir trop mangé dans un laps de temps assez court, on peut observer le gonflement abdominal et le sujet se sent alors peu attrayant.
L’individu peut aussi se sentir coupable,plein de regrets et en colère.
Toutefois, la raison principale à la purge est causée par la peur de prendre du poids.
Les méthodes utilisées le plus fréquemment pour éliminer les aliments sont les vomissements ou les laxatifs permettant leur expulsion rapide.
Les méthodes plus rares d’élimination sont les pilules amincissantes, l’exercice physique, un régime drastique, des périodes de jeûne ou la prise de drogues telles que les amphétamines.

 

Cycle de culpabilité

La boulimie est un cercle vicieux. Une personne souffrant de boulimie souffre probablement de faible estime de soi.
Elle peut aussi penser qu’elle est en surpoids.
Cela peut amener à fixer des règles strictes sur l’alimentation et sur l’exercice physique qui sont très difficiles à maintenir.
Lorsqu’elle ne réussit pas à suivre ces règles strictes, elle mange excessivement, c’est-à-dire qu’elle fait le contraire de ce qu’elle voudrait.
Ensuite, la personne se sent coupable et vomit pour éliminer les calories en excès.

 

Autres effets de la boulimie nerveuse

  1. la personne évite de manger enn compagnie d’autres personnes
  2. elle cache la nourriture dans la maison. Il manque de grandes quantités d’aliments.
  3. elle a fréquemment des variations de poids. Par exemple, la personne peut grossir et maigrir beaucoup.
  4. elle a des menstruations irrégulières
  5. elle ne pense qu’à l’exercice physique
  6. elle parle souvent de régime alimentaire, de son poids et de la forme de son corps.
  7. elle abuse des laxatifs et des diurétiques
  8. elle a de faibles niveaux de potassium ou d’autres déséquilibres électrolytiques dans le sang
  9. il arrive d’observer (rarement) du sang dans le vomi, dans ce cas le médecin peut prescrire une gastroscopie pour comprendre s’il y a des lésions (ulcère) dans l’estomac ou dans l’œsophage

Le sujet boulimique a le physique d’un malade ou d’autres symptômes physiques tels que :

  1. caries ou érosion de l’émail dentaire
    2. douleur aux gencives ou plaies dans la bouche
    3. peau sèche avec des boutons
    4. cheveux fins et secs
    5. glandes salivaires gonflées
    6. fatigue ou faiblesse
    7. trace des dents sur le dos de la main ou des callosités sur les doigts par vomissements auto-induits.
    8. culpabilité, anxiété ou dépression
    9. achats fréquents d’aliments, de laxatifs ou de diurétiques.
    10. alcoolisme ou dépendance à la cocaïne, au tabac, etc.

Une grossesse est déconseillée lorsque la femme se trouve dans la phase active de la boulimie nerveuse et ce pour éviter des dommages au fœtus tels qu’un faible poids à la naissance ou un enfant né prématurément.

 

Quand faut-il s’inquiéter ? Diagnostic de la boulimie nerveuse et examens

Lorsque le médecin soupçonne un comportement boulimique, il prescrit généralement :

  • un examen physique complet
  • des analyses de sang et d’urine
  • une évaluation psychologique, c’est-à-dire un entretien pour connaître les habitudes alimentaires et l’attitude du patient envers la nourriture

Le médecin peut également prescrire :

  • une radiographie pour vérifier la présence de fractures, pneumonie ou de problèmes cardiaques
  • un électrocardiogramme (ECG) pour vérifier la présence de troubles cardiaques.

Ces examens aident à déterminer si le patient souffre de boulimie nerveuse ou de boulimie par maladies organiques (par exemple le diabète, l’ulcère gastrique ou duodénal, le ténia, etc.).

 

Critères diagnostiques de la boulimie

Pour le diagnostic de boulimie, il est nécessaire de satisfaire les critères énumérés dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) publié par American Psychiatric Association :

  • Le sujet s’empiffre à plusieurs reprises, il mange une quantité excessive de nourriture et ne réussit pas à contrôler son envie de manger.
  • Il expulse la nourriture ingérée grâce aux vomissements, il effectue un exercice physique excessif, il jeûne ou abuse des laxatifs, des diurétiques, des lavements ou d’autres médicaments.
  • Le sujet s’empiffre et vomit au moins deux fois par semaine pendant au moins trois mois.
  • La forme de son corps et son poids influencent de manière excessive l’estime de soi.

 

Comment en sortir ? Le traitement de la boulimie nerveuse

Pour combattre la boulimie, différents traitements pourraient être nécessaires. La combinaison psychothérapie/antidépresseurs peut être la plus efficace pour surmonter ce trouble.
Le traitement prévoit l’aide de la famille, d’un médecin généraliste ou d’autres spécialistes : un psychiatre et un diététicien avec une expérience dans le traitement des troubles alimentaires.

Psychothérapie pour sortir du mécanisme de la boulimie
La psychothérapie pour combattre la boulimie consiste à converser avec le psychothérapeute sur ces troubles et sur les problèmes associés.
La psychothérapie est aussi appelée thérapie conversationnelle, thérapie psychosociale ou de conseil.
Il est prouvé que ces types de psychothérapie aident à améliorer les symptômes de la boulimie.

Types de psychothérapie :

  • Thérapie cognitive et comportementale pour aider à identifier les pensées ou les comportements malsains et négatifs pour pouvoir ensuite les remplacer par des comportements positifs.
  • Psychothérapie individuelle, qui fait face aux difficultés dans les relations du sujets et contribue à améliorer la communication et la capacité de résolution du problème.
  • Thérapie comportementale pour apprendre à vivre avec le stress, à contrôler ses émotions et à améliorer les relations avec les autres, ce qui peut réduire l’envie de manger de manière incontrôlée.
  • Thérapie fondée sur la famille pour aider les parents à arrêter les troubles alimentaires de l’adolescent, donc pour l’aider à reprendre le contrôle sur les repas et enfin pour aider la famille à faire face au problème de la boulimie.

 

Boulimie vomitiveTraitement médicamenteux pour la boulimie nerveuse

Les médicaments antidépresseurs peuvent réduire les symptômes de la boulimie lorsqu’ils accompagnent la psychothérapie.
Le seul antidépresseur spécifiquement approuvé par la Food and Drug Administration pour le traitement de boulimie est la fluoxétine (Prozac), un type d’inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) qui peut être utile même si le patient ne souffre pas de dépression.

Éducation nutritionnelle et obtention d’un poids normal
Le but premier pour les personnes en sous-poids en raison de la boulimie est de récupérer un poids sain.
Les nutritionnistes et les autres médecins peuvent préparer un régime alimentaire approprié pour aider le patient à atteindre un bon poids, à reprendre des habitudes alimentaires normales et une alimentation saine.

 

Remèdes naturels contre la boulimie nerveuse

Parmi les remèdes de phytothérapie pour combattre la boulimie il y a les fleurs de Bach, en particulier :

  • Gentiane pour la dépression
  • White Chestnut pour les personnes qui ruminent et ont des pensées dont ils ne peuvent pas se libérer
  • Wild rose pour des périodes de mauvaise humeur

Hospitalisation
Généralement, la boulimie peut être traitée chez soi, mais si la forme est sévère et provoque des dommages physiques, l’hospitalisation dans un structure spécialisée pourrait être nécessaire.
Certains programmes pour combattre les troubles alimentaires prévoient certains traitements de jour au lieu de l’hospitalisation.

 

Pronostic de la boulimie nerveuse

Le pourcentage de guérison à court terme est compris entre 50% et 70% avec des taux de rechute entre 30% et 50% après 6 mois.
Ces patients ont un meilleur pronostic global que les patients souffrant d’anorexie nerveuse.
Les facteurs pronostiques négatifs peuvent être :

  • hospitalisation
  • vomissements répétés
  • faibles aptitudes sociales
  • faible motivation à guérir
  • difficulté à aller à la selle
  • complications physiques
  • forte impulsivité
  • longue durée de la maladie
  • reporter le traitement
  • abus de substances

L’anorexie et la boulimie nerveuse sont les causes les plus fréquentes de mort chez les jeunes filles âgées entre 12 et 25 ans.