Hypertrophie de la prostate

Une hypertrophie de la prostate est une maladie fréquente chez les hommes après 50 ans, et c’est un phénomène croissant.
La prostate est située sous la vessie et entoure l’urètre (l’urètre est le canal par lequel passe l’urine). Durant l’enfance, cette glande est environ de la taille d’un pois.

Au fil du temps, elle commence à croître à un rythme progressif.
Avec le début de la puberté, la croissance s’intensifie et à l’âge de 25 ans, la glande atteint la forme développée.

Anatomie, abdomen, thorax, bassin

Pour la plupart des hommes, la prostate peut continuer à se développer à tel point qu’elle peut exercer une pression sur la vessie et sur l’urètre. Cela peut entraver l’écoulement normal de l’urine, entraînant divers symptômes désagréables.

Cette maladie est connue comme l’hypertrophie de la prostate, ou cliniquement comme l’hyperplasie prostatique bénigne (non cancéreuse) (IPB).

La prostate est responsable de la production d’un fluide appelé liquide prostatique.
Ce fluide pur sert à neutraliser l’acidité du tractus vaginal qui, autrement, entraînerait la destruction des spermatozoïdes avant qu’ils n’atteignent l’ovule pour la fécondation.

Les dimensions normales de la prostate sont 4 x 3 x 2 cm et le poids de la glande est d’environ 20/25 grammes.

 

Qu’est-ce qui entraîne l’hypertrophie de la prostate chez les jeunes ?

Chez les personnes âgées, l’hypertrophie de la prostate (également connu sous le nom d’hyperplasie prostatique bénigne) est une maladie fréquente.
Chez les hommes âgés de moins de 30 ans (par exemple dans les 20 ou 25 ans) cette condition est rare.
La période allant de 40 à 50 ans est considérée comme la période de croissance de la prostate.
Le problème d’hypertrophie de la prostate est déclenché par une multiplication rapide des cellules dans la partie centrale de la glande.
Il faut toujours trouver les raisons qui provoquent cette situation chez les jeunes.
Bien qu’il n’y ait aucune preuve solide, il existe certaines hypothèses accréditées.
La première hypothèse concerne les niveaux de l’hormone testostérone et de l’hormone féminine (œstrogène) chez les hommes.
Chez les jeunes et les personnes âgées, un changement anormal qui se produit dans cette phase peut déclencher la maladie de l’hypertrophie de la prostate.
Certains médecins affirment qu’une des causes peut être une maladie appelée hyperplasie qui se produit dans la glande.
Dans certains cas, la prostate peut développer une sensibilité majeure aux niveaux normaux de l’hormone, provoquant une hypertrophie.
Parmi les théories les plus fiables, il y a le mode de vie et l’alimentation non naturelle qui provoque un dysfonctionnement des organes internes.

 

Parmi les facteurs de risque on trouve :

  1. hémorroïdes,
  2. diabète,
  3. l’abstinence sexuelle ou le coït interrompu.

 

Symptômes de l’hypertrophie de la prostate

  • Lorsque la prostate grossit et pousse l’urètre, cela peut provoquer un blocage urinaire partiel. Cela provoque le premier symptôme de l’IPB, à savoir la difficulté à commencer à uriner. La personne doit généralement faire des efforts pour uriner correctement.
  • L’hypertrophie de la prostate rend l’écoulement de l’urine faible et fait en sorte que les urines arrivent et s’interrompent fréquemment.
    Même après que la personne ait uriné, elle pourrait drainer un peu d’urine.
  • La prostate peut continuer à se développer ultérieurement, comprimant encore plus l’urètre. Pour contrer ce problème, la vessie pourrait faire un effort supérieur à repousser l’urine par l’urètre et hors du corps.
    Trop de contractions peuvent rendre la vessie plus sensible et indiquer au cerveau qu’elle  est pleine, même quand il y a une petite quantité d’urine.
    Cela provoque des mictions fréquentes (uriner souvent) – un autre symptôme caractéristique d’IPB.
    Ce symptôme s’accompagne d’une envie soudaine d’uriner, surtout pendant la nuit (nycturie).
  • Chez certaines personnes atteintes de l’IPB, l’urètre peut devenir tellement étroit que la vessie ne se vide pas complètement et qu’il reste un peu d’urine à l’intérieur. Cela provoque une sensation d’évacuation incomplète.
  • Parmi les conséquences d’une hypertrophie de la prostate, il y-a aussi l’incontinence et l’incapacité d’uriner.
  • L’IPB non traitée peut provoquer des infections des voies urinaires, des calculs vésicaux et dans de cas rares, des dommages aux reins. En raison de ces complications, la personne concernée peut éprouver d’autres symptômes en plus de ceux mentionnés ci-dessus.
  • la Prostate hypertrophique influence les rapports sexuels car elle peut provoquer des problèmes d’érection et donc de la fertilité (impuissance).
  • En cas de prostatite aiguë, le patient peut également avoir de la fièvre, des douleurs au bas ventre et mal au dos.
  • le sang dans les urines n’est généralement pas provoqué par l’HBP, il est plus probable que la cause soit une tumeur.

La plupart des gens pourraient supposer que l’hypertrophie de la prostate est liée à la sévérité des symptômes.
Des études ont révélé que certains hommes avec une prostate très grosse ont des symptômes urinaires très légers.
Par contre, certaines personnes avec une prostate légèrement enflée ont des symptômes plus intenses.
En outre, on a remarqué qu’environ la moitié des hommes atteints de cette maladie avaient des symptômes qui étaient gênants au point de consulter un médecin. Par contre, chez d’autres, les symptômes montrent une réduction graduelle et améliorent au fil du temps.

 

Diagnostic de l’hypertrophie de la prostate

Examen de la prostate
Il existe plusieurs modes pour contrôler les anomalies de la prostate.
La présence de zones dures comme des grumeaux (nodules) ou de zones enfoncées est considérée comme anormale.
Mis à part les méthodes de mesure directe de la prostate, on effectue des tests sanguins pour vérifier la présence d’un niveau plus élevé que la normale d’une protéine particulière produite par la glande.
Cela permet de détecter un cancer ou d’autres maladies.
Il existe d’autres types d’examens et de tests qui sont utilisés ensemble à un toucher rectal pour confirmer un diagnostic suspect ou pour distinguer les signes étroitement liés de deux maladies différentes.
Ces examens sont :

Examen de l’antigène prostatique spécifique (PSA): l’antigène spécifique de la protéine (PSA) est une protéine produite par la glande de la prostate. Dans les maladies comme le cancer de la prostate et la prostatite, le niveau de PSA est élevé.
Par conséquent, c’est un paramètre important afin de connaître les situations pathologiques de la prostate. Toutefois, les valeurs de la PSA ne sont pas un indicateur fiable et l’importance de ce chiffre repose sur les résultats obtenus par d’autres tests.

Échographie transrectale : dans cette procédure, on insère dans le rectum un appareil qui émet des ondes sonores (connus comme sonde USTR). Pour cela, on applique un gel pour les ultrasons à la sonde qui est recouverte d’une gaine. La sonde émet des ultrasons qui rebondissent sur les différents organes, y compris la prostate.
Grâce aux ondes sonores réfléchies, on obtient une image de la prostate.
L’échographie peut détecter des irrégularités qui n’ont pas été remarquées lors d’un toucher rectal.
Elle montre également la taille de la prostate afin de déterminer si elle a augmenté de peu ou de beaucoup (par exemple deux fois plus).

DruckBiopsie de la prostate : si un toucher rectal du patient révèle certaines anomalies et si le PSA est élevé, alors on exécute une biopsie (prélèvement de tissu pour un examen plus approfondi) pour confirmer un diagnostics suspect.
On prend un échantillon de biopsie à l’aide d’une échographie transrectale (USTR).
On conduit une aiguille reliée à la sonde USTR dans différents endroits où l’on prélève des échantillons de tissu de la prostate.

 

Que faut-il faire ? Les remèdes contre l’hypertrophie de la prostate

Traitement médical
Après avoir déterminé la cause de l’hypertrophie de la prostate, ainsi que plusieurs traitements préventifs, il existe certains médicaments qui peuvent être administrés.
Parmi les médicaments, il y a : antibiotiques, alphabloquants, le finastéride et Avodart (en fonction de la gravité et du type de la maladie).

On peut également prescrire des remèdes à base de plantes comme le Serenoa repens.

Il y a aussi l’option de l’opération chirurgicale pour traiter l’hypertrophie de la prostate.
Lorsque la prostate doit être opérée, il existe plusieurs types d’intervention chirurgicale :

  • Résection transurétrale de la prostate (RTUP)
  • La prostatectomie simple
  • Chirurgie au laser
  • Incision transurétrale de la prostate (ITUP)

 

Remèdes naturels

Accompagnés d’un régime alimentaire spécifique, il y a des remèdes naturels ou des précautions à prendre, par exemple :

  • Avant de se coucher, éviter de boire du café ou autres stimulants.
  • Alterner la prise de fluides et éviter de boire trop de liquide à la fois. Cela met beaucoup de pression sur l’urètre.
  • Essayer d’éviter le froid car il aggrave la douleur.
  • Faire tous les exercices appropriés, surtout les exercices pelviens de Kegel. Ils renforcent les muscles du bassin.
  • Réduire le stress au cours de sa vie. Cela a un effet positif sur la santé.
  • Éviter le vélo ou essayer d’utiliser la selle avec le trou pour la prostate.
  • Éviter de prendre des médicaments contre le rhume et la sinusite qui contiennent des antihistaminiques et des décongestionnants, car ils augmentent les symptômes de l’HBP dans le corps.

Il existe plusieurs tests pour déterminer la gravité du problème et en connaître la cause. Par le biais de ces tests, on effectue une analyse complète du système urinaire pour vérifier la quantité d’urine restée et la pression que la vessie doit supporter pour contrôler les infections, pour exclure le cancer de la prostate ou toute autre maladie, et pour plusieurs autres motifs.

 

Poses de yoga pour la santé de la prostate

Pratiquer régulièrement le yoga peut prévenir, retarder ou même inverser l’hypertrophie de la prostate.
Les problèmes les plus courants de la prostate sont la prostatite, l’hyperplasie prostatique bénigne (HBP) et cancer de la prostate. On peut prévenir, retarder ou du moins atténuer tous ces problèmes en renforçant les muscles de la partie inférieure de l’abdomen et des hanches et en améliorant la circulation dans ces parties du corps.
De nombreuses poses de yoga peuvent aider à renforcer les muscles mentionnés ci-dessus et à améliorer la circulation sanguine (comme n’importe quel exercice). Voici certaines poses faciles et efficaces :

Navasana (posture du bateau)
Cet asana prend son nom de la ressemblance superficielle de la position du praticien avec la forme d’un bateau.
Allongé sur le dos, soulever les jambes et les bras en même temps sans les plier. On peut le faire de deux façons : asana paripurna navasana (complet) et ardha navasana (partiel). Lorsqu’on exécute le premier, maintenir un angle d’environ 45 degrés entre la partie supérieure du corps et celle inférieure ; augmenter l’angle à environ 60-75 degrés lorsqu’on exécute le ardha navasana.

Virabhadrasana (posture du guerrier)
Se tenir debout. Étendre une jambe vers l’avant et adopter une position similaire à une fente (mouvement d’escrime). Lever les mains de chaque côté de la tête et, si possible, étirer les mains vers l’arrière.
Cet asana (grâce au mouvement d’extension vers l’arrière de la colonne vertébrale) est particulièrement utile pour la santé de la colonne vertébrale et produit le même effet qu’une fente (mouvement d’escrime).

 

Régime alimentaire et nutrition pour une hypertrophie de la prostate

Hypertrophie de la prostateOn doit inclure dans son régime alimentaire les fruits frais et les légumes et éviter les aliments transformés, riches en sodium ou d’acides gras trans et saturés.
Voici quelques groupes d’aliments qui doivent faire partie de l’alimentation quotidienne :

Bêta-sitostérol
Le Bêta-sitostérol est très utile et se trouve dans la pulpe de la canne à sucre.
Les plantes telles que le Serenoa repens et le Prunus africana sont également une bonne source de bêta-sitostérol.

Huile de lin
L’huile de lin est riche en acides gras oméga 3 et oméga-6.
Avec cette huile, on peut consommer l’huile de poisson pour faciliter la digestion.
Certains aliments appartenant à cette catégorie sont écrits ci-dessous :

  • Basilic
  • Thon
  • Flétan
  • Huile de saumon
  • Huile de foie de morue

Aliments riches en zinc
Le zinc est un minéral essentiel qui est bénéfique pour la croissance et pour la différenciation des cellules et aide à construire le système immunitaire.
Il est très utile pour traiter une hypertrophie de la prostate ou inflammatoire.
Voici les aliments riches en zinc qui peuvent être insérés dans l’alimentation quotidienne :

  • œufs (recommandés en quantité limitée),
  • huîtres,
  • fruits de mer.

Aliments riches en vitamine E
La vitamine E est la plus importante que l’on doit consommer quand on souffre d’une hypertrophie de la prostate. Les aliments qui contiennent la vitamine E sont les suivants :

  • Épinards
  • Brocoli
  • Huile de tournesol
  • Beurre d’arachides
  • Huile de germe de blé
  • Amandes grillées ou séchées

Eau
Il faut boire beaucoup d’eau et rester hydraté parce que l’infection urinaire peut affecter la vessie.
Boire en moyenne huit verres d’eau par jour peut aider à éliminer les bactéries dans le corps et favoriser une guérison plus rapide de la maladie.
En outre, boire du jus de myrtilles peut aider à soulager les symptômes d’infection des voies urinaires.

Aliments à éviter
On doit exclure les aliments suivants de l’alimentation :

  1. piment,
  2. viande,
  3. charcuterie,
  4. crustacés,
  5. fromage,
  6. œufs,
  7. bière,
  8. cocktails alcooliques.