Varicocèle testiculaire

La varicocèle est une pathologie provoquée par la dilatation d’un group de veines grandes que l’on trouve dans un testicule ou dans les deux à la fois.

Ce problème est beaucoup plus fréquent sur le côté gauche du scrotum (sur la veine testiculaire gauche), à cause de la disposition des veines sur ce côté.
La varicocèle sur le côté droit se produit seulement dans environ 10% des cas.

Généralement, on voit le testicule gonflé quand le patient se lève, mais le gonflement disparaît quand il est allongé, parce que le sang va vers le cœur, comme il n’est pas sujet à la gravité.

 

testicules, cordon spermatiqueQuels sont les signes et les symptômes de la varicocèle ?

Parfois, la varicocèle est asymptomatique.

Parmi les symptômes, il y a :
Douleur sourde ou lancinante
On peut avoir une sensation de lourdeur.
Souvent, le patient décrit ce trouble comme la sensation d’avoir un « sac de vers grouillants ».
Les symptômes empirent quand le patient fait un effort (par exemple, pendant la course), s’il reste debout ou assis.

Les efforts prolongés causent souvent douleur.
Les symptômes empirent l’après-midi et le soir.
Le patient va mieux quand il est allongé.

 

Quelles sont les causes de la varicocèle ?

Les valvules dans les veines présentes dans le cordon spermatique ne fonctionnent pas correctement.
Ce phénomène est similaire aux veines variqueuses dans les jambes.
Un défaut des valvules provoque un reflux de sang dans le plexus veineux pampiniforme, augmente la tension et provoque la dilatation des veines.
Comme conséquence, il y a un dommage au tissu du testicule.

Diagnostic de la varicocèle

Pendant l’examen physique, le médecin sent le poids des veines ou le scrotum.
Si les signes ne sont pas évidents, le médecin peut demander au patient d’effectuer la manœuvre de Valsalva, c’est-à-dire effectuer une expiration forcée la glotte fermée.

Si le médecin n’est pas encore sûr, il peut prescrire une échographie scrotale pour vérifier si les veines du plexus pampiniforme sont plus grandes de 2mm.

Dans le diagnostic différentiel, il faut exclure le cancer du testicule.
Si le médecin ressent un nodule à la palpation, il peut prescrire une biopsie pour prélever un échantillon de tissus à analyser en laboratoire.

 

Classification du varicocèle

  1. La varicocèle de premier degré (plus bas) est palpable seulement pendant la manœuvre de Valsava ou quand le médecin effectue un examen physique.
  2. La varicocèle de deuxième degré est palpable à l’examen physique systématique sans la nécessité de la manœuvre de Valsava.
  3. La varicocèle de troisième degré (plus haut) est visible à l’œil nu, parce que le testicule est gonfle et il descend au-dessous de l’autre.

 

Autres problèmes du testicule

Hydrocèle
L’hydrocèle se réfère à une accumulation de liquides autour du testicule et il est généralement bénin.
S’il est suffisamment grand, il peut causer douleur ou tension.
Même si les hommes peuvent développer un hydrocèle après l’accident, la majorité des hommes avec hydrocèle n’a pas de traumatismes évidents ou d’autres causes connues.

Torsion testiculaire
La torsion d’un testicule provoque la torsion du cordon spermatique, qui bloque les vaisseaux sanguins d’un testicule.
Certains hommes ont des problèmes du développement qui les disposes à la torsion testiculaire.
Même si c’est un problème rare, il s’agit d’une urgence médicale.
En cas de douleur testiculaire soudaine, il faut aller immédiatement aux urgences.
Si le traitement n’est pas immédiat, le testicule pourrait mourir.

Traitement de la varicocèle

La décision de traiter la varicocèle varie selon les symptômes et le désir d’avoir des enfants.
Le médecin doit aussi évaluer les autres pathologies ou difformités du patient, par exemple :

  1. Cryptorchidie (testicule au dehors du scrotum),
  2. Testicule ascenseur (c’est-à-dire, il remonte dans le canal inguinal dans certains cas)
  3. Testicule mobile (il se trouve dans le canal inguinal, mais il peut être replacé manuellement dans le scrotum).

Les hommes qui ne ressentent pas de symptômes généralement n’effectuent pas le traitement.
Pour les hommes avec des symptômes légers et occasionnels, les passages suivants peuvent être suffisants pour contrôler le problème :

  1. Porter un suspensoir pendant l’activité physique ou quand l’on reste debout trop longtemps ;
  2. Eviter les activités qui provoquent la douleur ;
  3. Appliquer de la glace au scrotum et à l’aine ;
  4. Prendre un anti-inflammatoire en vente libre comme l’ibuprofène (Brufen) ou le paracétamol (efferalgan).

La varicocèle peut être traitée avec une intervention chirurgicale ou une procédure appelée embolisation si :

  • Si les traitements non invasifs ne sont pas suffisants pour soulager les symptômes de la varicocèle,
  • Si l’homme est préoccupé pour sa fertilité.

L’objectif de l’opération chirurgicale est d’arrêter le flux de sang dans les veines dilatées.
Pendant l’embolisation, les veines de la varicocèle sont fermées avec l’injection d’une substance ou sont liées avec des spirales métalliques.
Les deux traitements sont effectués dans l’hôpital de jour, ainsi la sortie de l’hôpital a lieu le même jour de l’opération chirurgicale ou de l’embolisation.

 

 

fermer veine, varicocèleRécupération après l’opération chirurgicale

Un adulte responsable doit porter le patient à la maison en voiture et l’assister la première nuit après l’intervention.
Il devrait rester au lit la majorité de la journée de l’opération et du jour suivant.
On devrait marcher lentement autour de la maison pour contracter les muscles du mollet.
Quand l’on reste au lit, il faut bouger les pieds pour utiliser les deux muscles des mollets chaque heure.
Marcher et effectuer des exercices physique sert à prévenir la formation de caillots de sang dans les jambes (thrombose veineuse profonde).

Il est probable d’avoir gène ou douleur après l’intervention chirurgicale.
Toutefois, la majorité des patients réfère une douleur légère ou modérée ; sur une échelle d’évaluation de la douleur de 0 à 10, ils identifient une douleur de 5 ou inférieure après cette opération.
Il y a beaucoup de choses que l’on peut faire pour gérer la douleur postopératoire et pour accélérer la récupération :

  1. Le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprfène (brufen). Les Ains servent à diminuer la douleur et l’inflammation.
  2. Appliquer une compresse de glace sur le scrotum et sur la zone de l’incision pour 20 minutes chaque heure. Les compresses de glace sont particulièrement utiles le premier jour après l’intervention chirurgicale. N’appuyez pas la compresse directement sur la peau, évitez de congeler la région, il faut seulement la rafraichir.
  3. Surélevez le scrotum avec une petite serviette ou un coussin quand vous êtes assis ou allongés pour soulager le gène et réduire le gonflement. Cela est particulièrement utile les premiers jours après l’opération. Le scrotum est suffisamment surélevé si les testicules sont au même niveau de la partie antérieure des cuisses.
  4. Porter un support scrotal (un suspensoir, ou jock strap) dans les premières semaines après l’opération chirurgicale pour réduire le gène au minimum quand l’on reste debout, l’on marche ou pendant les efforts.
  5. Généralement, on donne aux patients une prescription pour un analgésique narcotique. En général, il est nécessaire d’employer un analgésique de prescription quand la douleur est supérieure à 5 dans une échelle de 0 à 10.
  6. Vous aurez des sutures steri-strips et une gaze qui couvre l’incision. Deux jours après l’opération chirurgicale, on peut quitter la médication (mais pas la suture steri-strips) et prendre une douche. Laissez le steri-strip sur le lieu jusqu’à ce qu’il tombe ; cela survient environ une ou deux semaines après l’opération.

 

Varicocèle testiculaire
Varicocèle testiculaire

Certaines recommandations sont les suivantes :

  1. Ne prendre pas de bains, évitez la piscine jusqu’à ce que le steri-strip tombe et la blessure est cicatrisée, sinon l’incision se mouille. Généralement, il faut attendre environ 2 semaines.
  2. Ne faites pas d’activités lourdes après l’intervention chirurgicale. Pendant au moins une semaine, il faudrait aussi éviter tout effort physique et rester debout pendant des périodes de temps prolongées.
  3. Après une semaine, on peut faire des exercices simples. Ne courez pas pour au moins deux semaines.
  4. On devrait être en mesure de tourner au travail dans 3 jours.
  5. Après une ou deux semaines, on devrait pouvoir reprendre l’activité sexuelle.

 

Résultats de l’opération chirurgicale


Intervention chirurgicale pour la varicocèle douloureuse : la majorité des patients avec douleur causée par varicocèle ont une amélioration importante ou ne ressentent plus de douleur.

Chirurgie pour la fertilité : de nombreuses études montrent que le nombre de spermatozoïdes et la motilité améliorent après l’opération.
Certaines études montrent que, après l’opération de la varicocèle, il y a 30-50% de probabilité de plus d’avoir un enfant par rapport aux patients non opérés.

 

Effets secondaires de l’opération chirurgicale

Caillots de sang dans les jambes, appelés aussi thrombose veineuse profonde (TVP).
Une TVP peut se déplacer aux poumons causant une embolie pulmonaire.
La TVP se produit chez moins de 5% des patients selon les statistiques, tandis que l’embolie survient chez moins d’1%.

  • Infection dans la zone opérée. Cela survient chez moins d’1% des patients.
  • Testicule rétréci dans le côté de l’intervention. Cela survient chez moins d’1% des patients.
  • Accumulation constante de liquide autour du testicule, appelée hydrocèle. Cela survient chez moins d’1% des patients.
  • Récidive de la varicocèle. Cela survient chez moins de 5% des patients.
  • L’intervention ne soulage pas la douleur. Jusqu’à 15% des patients n’a aucun soulagement ou seulement une petite amélioration après la varicocéléctomie sous inguinale.
  • Apparition de douleur. Dans des cas rares (moins d’1%), les patient qui n’ont pas mal développent la douleur dans la région opérée.
  • Infertilité continue. Alors que certains couples réussissent à concevoir plus facilement après l’opération de la varicocèle, d’autres n’ont pas le même bénéfice de l’intervention.

 

Quelles sont les possibles complications d’une varicocèle ?

  1. Atrophie testiculaire (diminution du volume du testicule) : si les tubes qui produisent le sperme sont endommagés, le testicule se réduit et devient moins dur.
  1. Nombre de spermatozoïdes et qualité : il y a le risque d’infertilité.
    Les experts soutiennent que, parfois, la température à l’intérieur du testicule augmente s’il y a une varicocèle ; cela peut influencer sur la production de spermatozoïdes et sur la motilité. Selon certaines études, toutefois, il n’y a aucune preuve que la correction de la varicocèle augmente le pourcentage de fertilité chez l’homme.