Infarctus de l’intestin

L’infarctus de l’intestin est une pathologie qui provoque la mort d’une portion de l’intestin (nécrose). Il est causé par une diminution de l’apport de sang à l’intestin.

L’ischémie intestinale est causée par un mauvais fonctionnement chronique de l’intestin.
En termes médicaux, cette maladie de l’appareil digestif est appelée colite ischémique. Elle est caractérisée par une inflammation de l’intestin, notamment du côlon.

Infarctus de l’intestin
Infarctus de l’intestin

L’infarctus de l’intestin est aussi appelé ischémie mésentérique ou viscérale.
Ce problème se produit quand l’intestin ne reçoit pas assez de sang.
L’ischémie peut affecter l’intestin grêle, le gros intestin ou les deux à la fois.
Cette maladie très grave peut provoquer de fortes douleurs et la perte de la fonction intestinale.
L’infarctus intestinal massif est très grave : il peut mener à la mort en quelques jours.

 

Anatomie pathologique

Trois vaisseaux sanguins fondamentaux transportent le sang dans la région abdominale. Ils peuvent provoquer un infarctus d’une des artères de l’intestin :

  1. Tronc cœliaque,
  2. Artère mésentérique supérieure,
  3. Artère mésentérique inférieure.

Si deux ou trois artères se bouchent, une ischémie intestinale se produit.
L’artère mésentérique supérieure comprend l’« arcade de Riolan » d’où partent l’artère colique, l’artère iléo-colique et l’artère colique moyenne.
Une obstruction dans la région de cette « arcade de Riolan » peut provoquer un infarctus de l’intestin.

L’obstruction peut être provoquée par l’athérosclérose, par des caillots de sang (qui peuvent se former dans le cœur en cas de fibrillation atriale) ou par des anévrismes dans les vaisseaux sanguins.

Cette pathologie peut être causée par l’obstruction des veines en cas d’ :

  1. Hypertension de la veine porte (qui transporte le sang de l’estomac et de l’intestin vers le foie),
  2. Thrombose veineuse profonde,
  3. Sepsis,
  4. Traumatisme,
  5. Opération chirurgicale.

 

Causes de l’infarctus de l’intestin

Tous les problèmes médicaux qui limitent le flux de sang dans l’abdomen peuvent causer cette pathologie.
Voici certaines causes possibles d’ischémie intestinale :

  1. Hypotension (tension artérielle basse),
  2. Spasmes (contractions) des artères qui arrivent dans l’intestin,
  3. Athérosclérose,
  4. Cancer du côlon,
  5. Insuffisance cardiaque,
  6. Effets secondaires des médicaments et de certains types de drogue.

Les personnes âgées (de plus de 50 ans) présentent un risque plus important de développer cette pathologie par rapport aux autres.
Cette maladie est généralement très rare.

Les facteurs de risque sont les suivants : tabagisme, obésité et grave hypotension.

Enfants
L’infarctus de l’intestin intéresse principalement les personnes âgées. Toutefois, les nouveau-nés peuvent souffrir d’entérocolite nécrosante, notamment s’ils sont prématurés.

 

Signes et symptômes de l’infarctus de l’intestin

Les symptômes se divisent en deux groupes : les symptômes aigus, qui apparaissent soudainement, et les symptômes chroniques, qui se développent dans le temps.

Symptômes aigus

  1. Maux de ventre forts et soudains, notamment dans la région abdominale,
  2. Nausées,
  3. Vomissements,
  4. Sang dans les selles,
  5. Distension abdominale,
  6. Urgence à déféquer,
  7. Fièvre

Symptômes chroniques

  1. Maux de ventre après les repas,
  2. Nausées et vomissements,
  3. Diarrhée ou constipation,
  4. Perte de poids, car la personne ne mange pas pour éviter de souffrir,
  5. Ventre gonflé.

Les conséquences ou les complications de l’infarctus de l’intestin sont les suivantes :

  1. Perte de liquides et d’électrolytes dans l’intestin ;
  2. Hémorragie intestinale ;
  3. Hypovolémie (diminution du volume de sang dans la circulation) ;
  4. CIVD (coagulation intravasculaire disséminée) ;
  5. Choc ;
  6. Acidose métabolique.

artère,mésentérique,infarctus,intestin

Examens et diagnostic de l’infarctus de l’intestin

Selon les signes et les symptômes présents, le médecin peut prescrire les examens suivants :

  1. Angiographie par scanner ou IRM, pour obtenir des images détaillées du flux sanguin dans l’intestin grêle ou pour détecter les artères bouchées. Parfois, le médecin peut soigner les artères bouchées au cours de cet examen.
  2. L’artériographie est une radiographie des vaisseaux sanguins.

Parmi les autres examens, il y a :

  1. L’endoscopie, examen qui permet de visualiser la partie supérieure de l’intestin grêle. Elle peut aider le médecin à exclure d’autres maladies qui provoquent des troubles digestifs.
  2. La coloscopie, examen qui permet de visualiser l’intérieur du gros intestin.
  3. La chirurgie exploratrice, qui permet d’identifier et de retirer le tissu endommagé. La chirurgie exploratrice permet d’effectuer le diagnostic et le traitement en même temps.

Les analyses de sang permettent d’observer les valeurs suivantes :

  1. Taux élevé de lactate déshydrogénase (LDH) ;
  2. Taux élevé d’amylase ;
  3. Taux élevé de phosphatase alcaline ;
  4. Augmentation des lactates.

 

Traitement de l’infarctus de l’intestin et médicaments

Le traitement de l’ischémie intestinale prévoit de rétablir un flux sanguin suffisant dans l’appareil digestif.
Les solutions varient en fonction du type et de la gravité de la maladie.

Infarctus de l'intestinMédicaments
Les médicaments thrombolytiques peuvent être administrés pour dissoudre le thrombus ou pour prévenir la formation de caillots.
En outre, en cas d’ischémie mésentérique aiguë, ils sont utilisés pour dilater les vaisseaux sanguins.

En cas d’ischémie mésentérique chronique, le médecin peut prescrire des anticoagulants.

Thrombose veineuse mésentérique
Si l’intestin n’a pas été endommagé, le médecin peut prescrire un médicament anticoagulant à prendre pendant environ trois ou six mois.
Les anticoagulants empêchent la formation de thrombus.
Si les examens montrent l’existence d’un trouble de la coagulation du sang, le patient est contraint, dans certains cas, de prendre des anticoagulants pour le reste de sa vie.
Si les sections du gros intestin sont endommagées, une opération chirurgicale d’ablation peut se révéler nécessaire.

Ischémie du côlon
L’ischémie du côlon peut se soigner spontanément. Toutefois, le médecin peut recommander de prendre des antibiotiques pour traiter ou prévenir toute infection.
Le médecin peut aussi prescrire un traitement pour soigner les autres maladies liées à cette pathologie, par exemple l’insuffisance cardiaque congestive ou un rythme cardiaque irrégulier (arythmie).
Il faut arrêter de prendre tous les médicaments qui provoquent la vasoconstriction, par exemple ceux utilisés dans les cas suivants :

  1. Migraine
  2. Traitements hormonaux
  3. Maladies cardiaques.

Si le côlon a été endommagé, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer le tissu nécrosé ou pour contourner l’obstruction de l’artère intestinale.

Ischémie mésentérique aiguë


Généralement, une opération chirurgicale est nécessaire pour éliminer un caillot de sang, pour contourner l’obstruction d’une artère ou encore pour réparer ou retirer un segment endommagé de l’intestin.
Le traitement comprend des médicaments qui permettent de prévenir la formation de thrombus, de dissoudre les caillots ou de dilater les vaisseaux sanguins.

Au cours d’une angiographie de diagnostic, il est possible de traiter la pathologie en pratiquant dans le même temps une angioplastie.
L’angioplastie prévoit l’insertion d’un petit ballonnet qui se gonfle dans l’artère pour la dilater et comprimer les dépôts de graisses.
Ainsi, le diamètre de l’artère augmente et le sang peut à nouveau circuler librement.
Le médecin peut appliquer une structure cylindrique métallique (stent) dans l’artère pour maintenir l’artère bien ouverte.

Ischémie mésentérique chronique
Généralement, une intervention chirurgicale est nécessaire pour rétablir le flux sanguin normal et pour prévenir la progression de la pathologie vers une ischémie mésentérique aiguë.
Le chirurgien peut contourner les artères bouchées ou dilater les artères rétrécies en effectuant une opération d’angioplastie et en appliquant un stent.

En plus de l’opération chirurgicale d’angioplastie ou de pontage, il existe une autre méthode pour le traitement de l’ischémie mésentérique chronique : l’endartériectomie transaortique.
Cette opération consiste à éliminer les plaques qui obstruent l’artère mésentérique.

Convalescence postopératoire


Les temps de récupération postopératoire varient en fonction de l’état du patient et des dimensions de la partie d’intestin nécrosée.
Dans la majorité des cas, le pronostic est mauvais. Toutefois, en cas d’obstruction veineuse, la guérison est plus probable.

 

Prévention, régime alimentaire et alimentation pour prévenir l’infarctus de l’intestin

Certains changements du mode de vie aident à prévenir l’athérosclérose. Il est ainsi possible de réduire le risque d’ischémie intestinale.
Adopter une alimentation riche en fruits, en légumes et en céréales complètes.
Réduire les quantités de sucre ajouté, de glucides raffinés, de cholestérol et de graisses dans le régime alimentaire.

Tabagisme. Les personnes qui fument doivent consulter leur médecin pour trouver un moyen d’arrêter de fumer.
L’avis du médecin doit être pris en compte. Les médicaments et les substituts nicotiniques sont des solutions possibles.

Activité physique régulière
L’objectif est de pratiquer une activité physique au moins 30 minutes par jour et de maintenir un poids adéquat par rapport à sa taille.


Il faut aussi prévenir et traiter les autres problèmes de santé, par exemple :

  1. Hypertension
  2. Taux élevé de cholestérol
  3. Diabète, ou autres maladies qui augmentent le risque d’athérosclérose.