Hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est une maladie caractérisée par une pression excessive du sang sur la paroi des artères.

Les personnes qui souffrent de cette maladie présentent une tension artérielle constamment élevée. Il ne s’agit pas d’une circonstance occasionnelle.

Classification de l’hypertension artérielle
L’hypertension artérielle peut être :

Hypertension artérielle
Hypertension artérielle

 

  1. Essentielle ou primaire, s’il n’existe pas de cause certaine ; dans ce cas, elle est souvent génétique.
  2. Secondaire, si elle est provoquée par la maladie d’un organe, par exemple les reins, les glandes surrénales ou le cœur.
  3. L’hypertension artérielle maligne n’est pas provoquée par un cancer : elle se produit quand la tension est trop élevée et qu’elle cause des dommages aux organes ; par exemple, au niveau des yeux, elle peut provoquer un gonflement appelé papillœdème. En outre, elle peut provoquer une insuffisance rénale ou cardiaque.

 

Hypertension intracrânienne

L’hypertension intracrânienne idiopathique est une maladie causée par la pression exercée sur la région intracrânienne du cerveau.
La pression à l’intérieur du crâne est déterminée par le liquide cérébro-spinal, par le tissu cérébral et par le sang contenu à l’intérieur du crâne.
Un déséquilibre dans le volume ou dans la production d’un de ces éléments peut provoquer l’hypertension.

Causes de l’hypertension intracrânienne
L’hypertension intracrânienne peut être due à la réaction suite à la prise d’un médicament, par exemple la pilule contraceptive, les antibiotiques, les tétracyclines et les dérivés de la vitamine A.
Un retard dans le traitement de l’apnée du sommeil, les maladies rénales chroniques et le lupus érythémateux disséminé font partie des causes secondaires fréquemment observées.

Signes et symptômes de l’hypertension intracrânienne
Cette pathologie se présente sous la forme de :

L’hypertension intracrânienne peut être diagnostiquée en réalisant une IRM du cerveau ainsi qu’une ponction lombaire.
Pour identifier les anomalies du nerf crânien et la paralysie du nerf facial, il faut faire un examen physique du système nerveux du patient ainsi qu’une inspection de l’œil à l’aide d’un ophtalmoscope.

nerf,facial,paralysie,hypertension

 

Traitement de l’hypertension intracrânienne
Les solutions de traitement visent à prévenir la perte complète de la vue.
Le médecin prescrit des médicaments comme :

  • L’acétazolamide (Diamox), qui permet de réduire les symptômes en inhibant l’anhydrase carbonique et en diminuant la production du liquide cérébro-spinal. L’hypokaliémie (diminution du taux de potassium dans le sang) qui provoque une faiblesse musculaire est l’un des effets secondaires.
  • Le furosémide (Lasilix), diurétique qui peut être efficace.
  • Des analgésiques et du paracétamol pour traiter la céphalée.

Parmi les solutions de traitement, il existe aussi une opération chirurgicale qui consiste à décomprimer la gaine du nerf optique.
Le chirurgien réalise cette opération pour dévier le liquide cérébro-spinal dans l’orbite.

 

Grossesse,hypertension artérielleHypertension artérielle chez les femmes enceintes

Après la vingtième semaine de grossesse, l’hypertension est appelée hypertension gravidique.
Les femmes qui souffrent d’hypertension avant la grossesse présentent des risques accrus de ce même trouble pendant la grossesse.
Une légère hypertension peut être traitée à l’aide de médicaments et de repos.
Si la tension est trop élevée, il faut s’inquiéter.
La pré-éclampsie peut commencer dès la vingtième semaine de grossesse et causer des troubles à certains organes de la femme enceinte, par exemple :

  1. Les reins,
  2. Le cerveau,
  3. Le placenta,
  4. Le foie.

Des maux de tête et une vision floue représentent les symptômes les plus légers. Toutefois, des crises épileptiques peuvent aussi se produire et causer le décès.
Les facteurs de risque sont les suivants :

  1. Obésité,
  2. Diabète sucré,
  3. Maladies rénales,
  4. Polyarthrite rhumatoïde,
  5. Lupus,
  6. Insomnie, les personnes qui ne dorment pas bien la nuit présentent un risque accru d’hypertension,
  7. Sclérodermie,
  8. Âge inférieur à 20 ans ou supérieur à 40 ans.

Pendant la grossesse, l’hypertension peut être dangereuse pour la mère et pour le bébé.

 

Remèdes naturels – Aliments conseillés en cas d’hypertension artérielle

Prunes : un quart de tasse de prunes contient 316,6 mg de potassium et seulement 1,7 mg de sodium.

Melons : les melons sont riches en potassium et en magnésium ; ces minéraux permettent de réduire la tension artérielle.
Les caroténoïdes contenus dans les melons et les pastèques sont utiles pour prévenir l’athérosclérose (durcissement et rétrécissement des parois des artères et des veines). Par conséquent, ils diminuent les probabilités d’une réduction du flux sanguin dans le corps.

Avocat : l’avocat est riche en potassium et permet de maintenir l’équilibre entre le sodium et le potassium dans l’organisme.
Généralement, l’alimentation est riche en sodium. C’est pourquoi il est essentiel d’augmenter la consommation de potassium.
L’avocat est aussi riche en acides gras mono-insaturés qui contribuent à diminuer le taux de LDL ou « mauvais cholestérol » et à augmenter le taux de HDL ou « bon cholestérol » dans le corps.
Toutefois, l’avocat est très calorique. C’est pourquoi il faut en consommer avec modération.

Baies : les fruits des bois, comme les myrtilles, les fraises et les framboises sont riches en vitamine C, en potassium, en fibres et en antioxydants.
Les myrtilles contiennent une substance appelée pterostilbène, qui permet de prévenir l’accumulation de plaques dans les artères.

hypertension,artérielle,pression

Bananes : les bananes sont riches en potassium et pauvres en sodium.
Deux bananes par jour peuvent réduire l’hypertension artérielle.
Une banane de dimension moyenne contient 1 mg de sodium et 422 mg de potassium ; c’est pourquoi elle représente l’un des fruits les plus efficaces contre l’hypertension.

Pommes : les pommes sont riches en antioxydants comme la vitamine C et les flavonoïdes, qui aident à prévenir la dégénération des vaisseaux sanguins. Ces fruits, également riches en potassium et en phosphore, sont pauvres en sodium. On maintient ainsi l’équilibre électrolytique dans le corps tout en réduisant le risque de maladies cardiovasculaires et d’infarctus.

Poires : les poires sont riches en antioxydants, comme le glutathion, qui prévient le risque de dommages aux vaisseaux sanguins. La quantité élevée de pectine contenue dans les poires aide à diminuer le taux de cholestérol dans le corps.

Abricots : les abricots sont riches en potassium et en fibres alimentaires.

Agrumes : les agrumes sont riches en vitamine C, en phytonutriments et en bioflavonoïdes, qui possèdent des propriétés anti-inflammatoires.
Ces aliments préviennent la coagulation du sang à l’intérieur des vaisseaux sanguins.
Les bioflavonoïdes qui se trouvent dans la couche interne blanche de ces fruits permettent de réduire la tension artérielle.
Le pamplemousse, le lime, le citron, la mandarine et l’orange font partie des agrumes.

Céleri : le céleri est un légume utile pour réduire la tension artérielle. Il contient une substance phytochimique qui relâche le tissu musculaire des parois artérielles.
Cela permet ainsi d’augmenter le flux sanguin, ce qui contribue à diminuer la tension artérielle.

Piment : il contient un vasodilatateur appelé capsaïcine.

Carotte : les carottes sont riches en bêta-carotène et en potassium ; elles contribuent à maintenir la tension artérielle normale et à prévenir les cardiopathies.
Il est préférable de manger les carottes crues pour ne pas altérer leurs propriétés nutritionnelles.
Boire un jus de carotte avec l’ajout d’herbes aromatiques, comme la menthe ou le persil, est également efficace.

Tomates : les tomates sont une bonne source de potassium et de calcium. Elles sont riches en vitamines essentielles, comme la vitamine A, C et E.
Cet aliment contient le lycopène, antioxydant qui réduit la pression artérielle.
Le lycopène empêche la formation de plaques de cholestérol LDL (lipoprotéines de basse densité).


Asperges : les asperges sont riches en vitamines A, C, E et K, ainsi qu’en un antioxydant appelé glutathion.
Les propriétés anti-inflammatoires des asperges aident à prévenir les maladies cardiaques. En outre, les asperges contiennent aussi des fibres alimentaires et des vitamines du groupe B, qui permettent de réduire les risques d’hypertension.

Petits pois : les petits pois, peu caloriques, sont des aliments riches en fibres alimentaires.
Les protéines des petits pois permettent de réduire la tension artérielle. En outre, l’acide folique et la vitamine B6 favorisent la santé du cœur.

Pois chiches : le fer contenu dans les pois chiches augmente les taux d’hémoglobine dans le corps et améliore le flux de sang vers le cœur.

Fenugrec : les feuilles de fenugrec sont une source riche en fibres alimentaires et en potassium.
Ces deux nutriments permettent de réduire le taux de « mauvais cholestérol » dans le sang.

Légumes crucifères : les légumes suivants sont riches en acide glutamique : brocoli, chou-fleur, chou et chou de Bruxelles.
Cet acide aminé permet de réduire la tension artérielle et le risque d’accidents vasculaires cérébraux.


Légumes à feuilles vertes : les légumes à feuilles vertes comme les épinards, la laitue, le chou, le sénevé, les blettes, le chou chinois, etc., sont riches en minéraux, en vitamines et en fibres. Ils sont peu caloriques.
Ces légumes contiennent plusieurs substances phytochimiques et antioxydantes qui limitent l’accumulation de plaques dans les vaisseaux sanguins.

Œufs : une étude de la Clemson University et de la Jilin University a démontré que le blanc d’œuf peut réduire la tension artérielle.

Vin rouge : le vin rouge aide à réduire la tension artérielle, mais il ne faut pas exagérer : il faut en consommer 2 verres par jour maximum.

 

Quand faut-il intervenir en cas d’hypertension artérielle ?

En cas d’hypertension artérielle résistant aux traitements, il est possible d’effectuer une opération chirurgicale de dénervation de l’artère rénale.
L’hypertension provoque une excitation excessive du système nerveux sympathique.
La dénervation est une intervention qui permet de bloquer les connections entre le nerf et l’artère rénale afin de réduire l’excitation du système nerveux sympathique.
Le chirurgien pénètre dans l’artère fémorale par voie percutanée (par un petit trou). Ainsi, il évite d’effectuer une incision abdominale.


À partir de là, il insère un cathéter et effectue l’ablation (élimination) du nerf par radiofréquence.
Les résultats sont visibles après quelques mois, et ce, jusqu’à 2 ans.
L’hospitalisation ne dure que quelques jours et l’on peut reprendre l’activité quotidienne normale en une semaine.