Hématocrite bas

L’hématocrite indique la part du volume des globules rouges dans le sang. C’est le pourcentage du volume sanguin occupé par les globules rouges. Il est considéré partie intégrante des analyses de sang.

L’hémoglobine est une métalloprotéine présente dans les globules rouges. Elle est un indicateur important de la présence ou de l’absence d’anémie (c’est-à-dire la carence en globules rouges, en hémoglobine ou les deux à la fois).
 

Valeurs de référence de l’hématocrite

Analyse,numération formule sanguine,hématocrite

Le taux d’hématocrite est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Un autre facteur qui influence l’hématocrite est l’âge. Le taux de l’hématocrite varie selon l’âge, mais il n’est jamais supérieur à 70 %.

L’hématocrite chez les adultes
Selon le « National Institute of Health », les valeurs de référence de l’hématocrite sont :

  1. Chez la femme : 36,1 – 44,3 %
  2. Chez l’homme : 40,7 – 50,3 %

L’hématocrite chez les enfants

  • Chez les nouveau-nés : 42 – 65 %
  • Chez les enfants de deux mois : 28 – 55 %
  • Chez les enfants de trois mois : 30 – 36 %
  • Chez les enfants de 6 à 12 ans : 35 – 46 %
  • Chez les garçons sains de 12 à 18 ans : 36 – 49 %
  • Chez les filles saines de 12 à 18 ans : 36 – 46 %

Les nouveau-nés prématurés présentent un hématocrite bas à cause du retard du développement des poumons.

 

Quand faut-il s’inquiéter en cas d’hématocrite bas ?

L’anémie est une maladie grave dans laquelle l’hémoglobine est inférieure à 7 mg/dL.
Cette pathologie est caractérisée par des symptômes tels que l’essoufflement, l’apnée du sommeil, la fatigue chronique, la faiblesse, etc.

Il existe plusieurs facteurs de risque pour l’anémie. En effet, l’hémoglobine et l’hématocrite bas pendant la grossesse peuvent indiquer la présence d’une anémie par carence en fer.

Souvent, les personnes âgées me demandent s’il vaut mieux avoir un hématocrite haut ou bas. En réalité, les deux indiquent des problèmes différents. Il faut essayer de respecter les valeurs de référence.

Causes de l’hématocrite bas
Les analyses de sang qui indiquent un taux d’hématocrite bas ne peuvent être ignorées et sont un motif d’inquiétude.
La grossesse et les taux d’hémoglobine bas déterminent une diminution de l’hématocrite. Les causes principales sont énumérées ci-dessous.

Anémie
L’anémie provoque une diminution significative du nombre des globules rouges (RBC).
Quand le RBC est trop bas, une diminution importante de l’hématocrite est constatée. Une personne qui présente un taux d’hématocrite bas est considérée anémique.
Généralement, on diagnostique l’anémie chez les personnes qui présentent une carence en fer.
Un taux d’hématocrite entre 32 % et 35 % est considéré un cas léger d’anémie. Toutefois, si la valeur diminue au-dessous de 28 %, il est probable de ressentir une fatigue chronique et un manque d’énergie.

Hémolyse
Cette maladie provoque la destruction prématurée des globules rouges.
Autrement dit, l’hémolyse diminue la survie globulaire de ces cellules dans la circulation et réduit le RBC.
La conséquence est la diminution du taux d’hématocrite dans le corps.

Carences nutritionnelles
La vitamine B12, le fer et l’acide folique sont importants dans la production de globules rouges. La carence de ces nutriments peut provoquer un faible taux de globules rouges et d’hématocrite.
Dans ce cas, la valeur de l’IDR (Indice de distribution des globules rouges) est elle aussi élevée ; autrement dit, il existe une différence de taille importante entre les érythrocytes.

Hémorragie
Une hémorragie interne provoquée par un ulcère dans le système digestif peut déterminer un hématocrite bas.
Une perte de sang importante à cause d’une lésion cutanée profonde, une intervention chirurgicale ou des menstruations abondantes peuvent être elles aussi responsables de la diminution de l’hématocrite.

Insuffisance rénale
Les valeurs d’hématocrite inférieures à la normale peuvent indiquer une insuffisance rénale, c’est-à-dire une altération de la fonction des reins.
L’insuffisance rénale peut être aiguë (déclin rapide de la fonction rénale) ou peut se produire progressivement.
Dans les deux cas, se produit une réduction importante du volume occupé par les globules rouges dans le sang.

Médicaments de chimiothérapie
Les médicaments de chimiothérapie que l’on utilise fréquemment pour le traitement des cancers peuvent influencer négativement le RBC.
Ces médicaments sont formulés pour détruire les cellules cancéreuses. Toutefois, ils peuvent aussi détruire les globules rouges sains.
Cela peut réduire le volume des érythrocytes (globules rouges) dans le sang.

Autres médicaments
Certains médicaments peuvent influencer le taux d’hématocrite.
Les personnes qui prennent des antibiotiques, comme le chloramphénicol et la pénicilline, présentent un risque plus élevé de développer une anémie, qui peut réduire l’hématocrite.

Le taux d’hématocrite bas peut indiquer :

  1. Maladies de la moelle osseuse ;
  2. Maladie inflammatoire chronique ;
  3. Hémorragie interne ;
  4. Anémie hémolytique ;
  5. Leucémie (cancer de la moelle osseuse) ;
  6. Lymphome.

Syndromes myélodysplasiques (SMD)
Les syndromes myélodysplasiques (SMD) sont un ensemble de maladies différentes de la moelle osseuse qui ne produit alors pas une quantité suffisante de cellules saines du sang. Souvent, les SMD sont définis comme des affections clonales de la moelle osseuse.

Dans les SMD, les cellules souches ne mûrissent pas et peuvent s’accumuler dans la moelle osseuse ou avoir une survie globulaire réduite. La conséquence est une diminution du nombre des cellules matures dans le sang.
Le nombre réduit des cellules du sang (aussi appelé cytopénie) est une caractéristique distinctive des SMD. Il provoque plusieurs problèmes :

  1. Infection ;
  2. Anémie ;
  3. Saignements spontanés ;
  4. Ecchymoses ou bleus.

Les types principaux de cytopénies sont l’anémie (nombre réduit de globules rouges), la neutropénie (faible taux de globules blancs) et la thrombocytopénie (diminution du nombre des plaquettes).

Le syndrome myélodysplasique se manifeste souvent en même temps que l’anémie.
L’anémie est caractérisée par une diminution de l’hématocrite ou par l’hémoglobine basse (protéine du sang qui transporte l’oxygène aux tissus).

Certains athlètes qui pratiquent des sports comme le cyclisme ou encore les coureurs utilisent des substances dopantes qui augmentent l’hématocrite. En effet, cela permet de maintenir plus longtemps une vitesse élevée à vélo.

Parmi les symptômes les plus fréquents, nous pouvons citer :

  1. Fatigue ;
  2. Faiblesse ;
  3. Les athlètes remarquent une réduction importante de leurs prestations ;
  4. Vertiges.

Si le taux d’hématocrite est légèrement bas, les symptômes sont légers.
Les risques et les complications sont liés à la carence en O2 (oxygène) dans les cellules du corps, parce que la réduction du nombre des globules rouges implique une quantité d’hémoglobine en circulation moins importante.

 

Hématocrite faible

Taux bas de globules blancs (neutropénie)

La diminution du nombre des globules blancs réduit la résistance de l’organisme aux infections bactériennes. Les patients qui souffrent de neutropénie (nombre réduit de neutrophiles) peuvent contracter des infections cutanées, des infections aux sinus nasaux (les symptômes incluent la congestion nasale), des infections pulmonaires (les symptômes incluent la toux et une respiration difficile) ou des voies urinaires (les symptômes incluent la miction douloureuse et fréquente).
La fièvre peut se manifester en même temps que ces infections.

 

 

Taux bas de plaquettes (thrombocytopénie)

Les patients qui souffrent de thrombocytopénie saignent et présentent des bleus même suite à des coups ou des griffures minimes. Le saignement du nez est un symptôme fréquent.
Le saignement des gencives survient souvent, notamment après le brossage des dents.

 

Interprétation des analyses qui présentent aussi d’autres anomalies

Taux anormal Maladies possibles
Leucocytose ou augmentation des globules blancs Leucémie ou lymphome
Taux bas de lymphocytes Thyroïdite auto-immune ou leucémie
Taux d’hémoglobine bas Anémie
Ferritine et taux de fer bas Anémie par carence en fer
Bilirubine élevée Anémie hémolytique, pernicieuse ou falciforme
Fer sérique élevé Anémie hémolytique et pernicieuse
CCMH haut (concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine) Anémie hémolytique
VGM (volume globulaire moyen) bas Thalassémie
VS haute Inflammation

 

 

Grossesse

Chez les femmes enceintes, les valeurs d’hématocrite varient en fonction du trimestre de grossesse ; elles sont aussi différentes par rapport aux valeurs des femmes non enceintes.
Les taux de référence spécifiques pour chaque trimestre et pour l’âge sont énumérés ci-dessous pour les femmes enceintes et non enceintes.
Comme les personnes qui vivent à des altitudes plus élevées présentent des taux hématologiques plus élevés, les valeurs d’Hb et d’Hct sont réglées automatiquement en fonction de l’altitude.

Trimestre de grossesse Hémoglobine Hématocrite
Premier 11,0 33,0
Deuxième 10,5 32,0
Troisième 11,0 33,0

 

Âge Hémoglobine Hématocrite
12-15 ans 11,8 35,7
15-18 ans 12,0 35,9
≥ 18 ans 12,0 37,7

 

Les femmes enceintes risquent de développer une anémie à cause du besoin constant en fer de la part du fœtus.
Chez les femmes enceintes, les taux d’hémoglobine (Hb) ou d’hématocrite (Hct) diminuent pendant le premier et le deuxième trimestre à cause de l’augmentation du volume sanguin.
Pendant le troisième trimestre, les femmes enceintes qui ne prennent pas de compléments en fer maintiennent de faibles taux d’Hb et d’Hct.

Les recherches scientifiques ont démontré que, pendant la grossesse, l’incidence de l’anémie est plus importante pendant le troisième trimestre.
Les femmes enceintes qui ont un apport en fer approprié présentent une augmentation graduelle de Hb et de Hct pendant le troisième trimestre, jusqu’à atteindre les taux présents avant la grossesse.
Les variations de l’incidence de l’anémie dans le temps peuvent être utilisées pour évaluer l’efficacité des programmes conçus afin de réduire la carence en fer.

L’analyse de l’anémie après l’accouchement inclut seulement les résultats qui mesurent le Hb et le Hct à partir de 4 semaines ou 28 jours après l’accouchement, quand les deux taux devraient être revenus à des niveaux semblables à ceux du premier trimestre ou avant la grossesse.
Après l’accouchement, l’hémoglobine de la mère devrait augmenter parce que le taux des globules rouges qui s’est accru pendant la grossesse devrait diminuer et les réserves de fer dans le corps augmentent.

 

Comment traiter un hématocrite bas ?

Le traitement dépend de la maladie sous-jacente. Le médecin prescrit le traitement le plus adapté en fonction de la maladie qui provoque la diminution de l’hématocrite.
Souvent, aucun traitement ne se révèle nécessaire car les valeurs d’hématocrite ne sont que liées à une augmentation du volume sanguin. Le problème se résout alors spontanément.
En cas de situation grave et en présence d’un hématocrite trop bas, le traitement comporte une transfusion de sang.
On ne peut pas donner de sang si le taux d’hématocrite est bas.

 

Que faut-il manger ? Régime alimentaire et alimentation en cas d’hématocrite bas

Aliments riches en fer et en vitamine C


Les patients qui souffrent d’anémie par carence en fer peuvent intégrer dans leur régime alimentaire des aliments riches en fer.
Les aliments les plus riches en fer sont :

  1. Viande rouge ;
  2. Foie de veau ;
  3. Œufs ;
  4. Blettes ;
  5. Levure de bière ;
  6. Mélasse ;
  7. Raisins secs ;
  8. Épinards et d’autres légumes à feuilles vert foncé ;
  9. Certains aliments comme le pain et les céréales du petit-déjeuner enrichies en fer.laitue,salade

La vitamine C améliore l’absorption du fer par le système digestif.
On la trouve notamment dans les aliments suivants :

  1. Agrumes ;
  2. Jus de fruits ;
  3. Brocolis ;
  4. Choux-fleurs ;
  5. Tomates.

On recommande de boire du jus d’orange ou de manger des aliments riches en vitamine C, ainsi que des aliments riches en fer.

 

Aliments riches en acide folique


Les problèmes d’absorption du système digestif dus à l’âge ou à l’alcoolisme peuvent provoquer une anémie mégaloblastique.
Elle est causée par la carence en acide folique, vitamine du groupe B nécessaire à la production de globules rouges sains.
L’acide folique est présent dans certains aliments, tels que :

  1. Asperges ;
  2. Jus d’orange ;
  3. Jus de tomate ;
  4. Brocolis ;
  5. Épinards ;
  6. Pois chiches ;
  7. Céréales complètes ;
  8. Aliments enrichis ;
  9. Petits pois.

 

Aliments riches en vitamine B12


Parmi les aliments riches en vitamine B12, nous pouvons citer :

  1. Foie ;
  2. Volailles ;
  3. Viande rouge ;
  4. Thon ;
  5. Œufs ;
  6. Fromage ;
  7. Lait ;
  8. Yaourt ;
  9. Céréales du petit-déjeuner et d’autres aliments préparés enrichis en vitamine B12.