Névralgie pudendale

Qu’est-ce que la névralgie pudendale ?

Il s’agit d’une maladie rare et très douloureuse, la gêne est constante et peut empirer dans certaines positions.
La douleur d’origine nerveuse est très forte, et peut devenir insupportable comme : la névralgie du trijumeau, une douleur intercostale, une sciatique, le canal carpien etc… Le parcours du nerf Pudendal, comprend la zone périnée, génitale et anale, donc les symptômes sont dans cette zone.
La majeure partie des patients touchés sont de sexe féminin.

Quelles sont les causes de la névralgie pudendale ?

La neuropathie peut commencer durant l’activité sportive, à cause d’un traumatisme, dans de rares cas avec l’acte sexuel, après un accouchement, avec une opération chirurgicale au niveau proctologique-urologique-gynécologique, avec une endoscopie pelvienne, mais elle peut également se produire sans raison apparente.

Anatomie, muscles, ascenseur, cuisse, anus, semi-membraneux, semi-tendineux
La zone touchée par les symptômes est la zone du périnée © Patrick Hermans – Fotolia.com

La cause de cette névralgie n’est pas encore claire,  l’hypothèse la plus fiable est la compression du nerf parce que les symptômes sont de type nerveux et suivent le trajet du nerf pudendal.

 

Anatomie du nerf pudendale.

Le nerf pudendal provient de la moelle épinière au niveau du sacrum, plus précisément des racines nerveuses qui sortent à travers le foramen intervertébral S2-S3-S4. De là, il descend le long du dos, traverse le grand foramen ischiatique, derrière le muscle piriforme. En dessous de ce niveau, il se divise en deux branches: le nerf pirénéal et le nerf dorsal de la verge, qui continuent jusqu’au pénis ou aux grandes lèvres de la vulve.
Il s’agit d’un nerf à la fois sensoriel et moteur, innervant la région du sphincter anal, les organes génitaux et la peau sitée entre eux.

 

Quels sont les symptômes de la névralgie pudendale ?

Les symptômes peuvent être divers, la douleur se ressent dans la zone pelvienne, entre l’anus et les organes génitaux, elle peut être unilatérale ou bilatérale.

Le patient atteint de neuropathie pudendale ressent une forte douleur s’il est en position assise, et peut être contraint à s’asseoir sur une bouée, c’est un objet qui ressemble à une sorte de bouée de sauvetage qui permet de poser le poids du corps sur la partie externe de la fesse et de la cuisse, au lieu de la zone centrale pelvienne.
Quand on reste debout pendant une longue période, on ressent une gêne, à l’inverse, au lit, les symptômes s’atténuent ou disparaissent.
Qui souffre de névralgie pudendale peut éprouver de l’inconfort pendant la miction, la défécation ou l’acte sexuel, les hommes peuvent également avoir des problèmes d’érection.

En plus d’une douleur insupportable, le patient ressent souvent .

  • des brûlures,
  • des picotements
  • la sensation d’un corps étranger dans le rectum. 

La douleur aiguë se manifeste assis sur une chaise ou dans la voiture, généralement aussi durant les rapports sexuels.
Les vêtements serrés ne sont pas tolérés par le patient, car ils appuient directement sur le périnée.
Les symptômes s’aggravent durant l’activité sportive. Le patient reste généralement debout pendant la journée ou s’assis sur une bouée ne pas appuyer sur la zone douloureuse. Il se peut que le patient perde la sensibilité dans la région innervée du pudendal, dans les organes génitaux et dans les fessiers.
Les symptômes peuvent impliquer la vessie avec de l’incontinence, la sensation de ne pas réussir à vider la vessie, l’urgence de la miction.
Pendant et après la défécation, le patient peut ressentir des douleurs, il peut également souffrir de constipation, d’incontinence ou d’hémorroïdes.
Les relations sexuelles sont douloureuses et ce symptôme persiste même après la fin du rapport. Cette névralgie tend à devenir chronique, car généralement, elle ne répond pas aux médicaments comuns contre la douleur.

Diagnostic de la névralgie pudendale

Pour le diagnosic, une visite médicale est généralement suffisante car les examens instrumentaux tels que l’IRM sont négatifs.
Elle  est souvent confondue avec d’autres troubles, le patient consulte de nombreux spécialistes avant de comprendre quel est le vrai problème et, dans certains cas, il se soumet  à des procédures invasives qui pourraient être évitées.
La zone où se produit les symptômes peut converner plusieurs spécialistes: gynécologues, urologues, proctologues, gastro-enterologues, neurologues, etc.
Les médecins doivent distinguer ce syndrome de:

  • prostatite,
  • vaginite,
  • infection des voies urinaires,
  • cystite,
  • vulvodynie,
  • endométriose,
  • orchialgie,
  • hémorroïdes,
  • coccygodynie,
  • douleur de type neurologique périphérique ou médulaire, etc. Dans certains cas, la douleur est semblable à d’autres syndromes de types vasculaires, musculaires, cutanées (syndrome du piriforme, syndrome pubo-rectal ou pubalgie).

Parmi les examens prescrits par les médecins généralistes et par les urologues, il y a l’échographie abdominale inférieure pour évaluer le périnée et le testicule: dans ce cas, l’échographiste analyse uniquement la prostate et la vessie.
Pour avoir un tableau complet de la situation, ils devraient prescrire une échographie du scrotum et de la région inguinale qui est effectuée avec une autre sonde.
Ce type d’échographie montre d’autres structures du corps et peut montrer une hernie scrotale qui, autrement, ne se verrait pas.

Pour diagnostiquer la névralgie pudendale le patient doit avoirune perte de la sensibilité du périnée, une perte du réflexe anal, des douleurs et des brûlures le long du parcours du nerf pudendal et des troubles au niveau du sphincter externe de l’anus. En appuyant sur l’anus qui souffre de cette névralgie, le patient ressent une douleur dans la zone ischiatique.
L’électromyographie pour évaluer l’innervation du sphincter anal et des muscles bulbo-caverneux est positif chez les patients souffrant de névralgie pudendale. Un autre examen  utile est la LMTNP (latence motrice terminale du nerf pudendal) c’est-à-dire l’étude du temps de latence du pudendal qui examine la fonction motrice du nerf et la vitesse de conduction .
L’autre examen qui peut être effectuer est la manométrie anorectale qui est utile pour évaluer les troubles  avec spasmes du rectum, constipation, incontinence fécale, fissures anales, difficultés à aller à la selle, prolapsus et les hémorroïdes.

 

Que faire en cas de névralgie pudendale ? Quel est le traitement de la névralgie pudendale ?

Les personnes qui souffrent de névralgie pudendale contactent souvent de nombreux spécialistes et effectuent de nombreux traitements, y compris ceux chirurgicaux.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens n’aident généralement pas à résoudre le problème, les thérapies physiques de physiothérapie peuvent soulager des symptômes, mais les traitements les plus efficaces sont ceux manuels et chirurgicaux.
Pqrmi les traitements qui s’effectuent souvent, l’injection d’un anesthésique a un excellent effet calmant, mais temporaire.
Grâce à la thérapie manuelle, se dénouent les adhérences du tissus conjoncif provoquées par un traumatisme ou par des interventions chirurgicales etc.  qui  vont interférer avec le nerf provoquant une douleur.

Généralement, les médecins prescrivent des médicaments anti-inflammatoires, des corticostéroïdes (Medrol), des antidépresseurs et des médicaments pour la douleur neuropathique.
Malheureusement, le traitement pharmacologique ne résout pas le problème, dans certains cas, il réduit légèrement la douleur, mais provoque souvent des effets secondaires.
La solution chirurgicale est la décompression du nerf qui pourrait faire disparaître la douleur en 12 mois environ.

 

Remèdes naturels et ostéopathie pour la névralgie pudendale

Pour réduire la douleur en position assise, le patient peut mettre une «bouée» gonflée à l’air sur la chaise.
Parmi les thérapies manuelles, l’ostéopathie effectuée par un thérapeute compétent peut résoudre le problème, car il réduit la pression des muscles et des ligaments pelviens sur le nerf pudental.
Les remèdes les plus importants pour traiter la névralgie pudendale sont:

  • Une alimentation saine, en évitant les aliments frits, l’alcool, la viande, les produits laitiers, le café, les gâteaux et les aliments transformés;
  • L’exercice physique régulier;
  •  Arrêter de prendre les médicaments;
  • Arrêter de fumer;
  • Douches chaudes.

De cette façon, le corps réussit à fonctionner correctement.

Les exercices de Kegel pour la rééducation périnéale peuvent être utiles pour un meilleur contrôle musculaires, ils peuvent donc aider à détendre les contractures, mais il ne faut pas les effectuer pour renforcer les muscles.
Beaucoup de patients me demandent si l’acupuncture peut être utile, mais dans ce cas, les résultats ne sont pas satisfaisants.

 

 

 

Dr. Massimo Defilippo Fisioterapista Tel 0522/260654 Defilippo.massimo@gmail.com
P. IVA 02360680355

http://www.facebook.com/fisioterapiarubierese?ref=hl

http://www.fisioterapiareggio.com

© Scott Maxwell – fotolia.com

Laisser un commentaire