Sciatalgie et sciatique

La définition de la sciatique est: «un ensemble de symptômes qui proviennent de la racine nerveuse d’une vertèbre lombo-sacrée et se présentent le long de tout le trajet du nerf sciatique jusqu’au pied « .

La vraie sciatalgie est très rare, malheureusement, je vois souvent des patients qui elle est diagnostiquée à tort, simplement parce qu’ils ressentent des douleurs localisées entre le dos et le genou.
La vrai sciatalgie est une inflammation du nerf sciatique causée par la hernie, c’est-à-dire qu’une partie du disque intervertébral se déplace à l’arrière et va appuyer sur la racine nerveuse.

Test,vertèbres,dos,extension
Douleurs dans le dos et dans la jambe jusqu’au pied.
© totti – Fotolia.com

Si le disque appuie sur les ostéophytes, ou bien sûr sur la calcification des os due à l’arthrose, on parle de hernie dure.

On parle de sciatique aiguë dans les 2-3 premiers jours après l’apparition, après cette période de temps, les symptômes devraient s’atténuer jusqu’à disparaître, mais chez un bon pourcentage de patients, la douleur reste et le problème se transforme en sciatalgie chronique.

La douleur doit être persistante depuis le premier jour parce que la pression sur le nerf est continue.

 

Rmn,disque,intervertébrale,hernie
Vue latérale de la colonne vertébrale lombaire avec hernie ou nodule de Schmorl, c’est-à-dire que le disque a percé le cartilage et l’os sous-chondral, pénétrant ainsi dans la vertèbre.

 

Les patients et les médecins parlent souvent de vertèbres écrasées pour indiquer que le disque s’est déshydraté, c’est-à-dire qu’il a perdu le liquide dans le noyau pulpeux ou l’a expulsé.
Dans certains cas, il y a une sacralisation ou une hémisacralisation de la L5, c’est-à-dire une malformation osseuse congénitale dans laquelle l’espace physiologique entre les deux vertèbres a disparu et les apophyses transverses (projections latérales) de la dernière vertèbre lombaire sont unies au sacrum.
Les racines nerveuses qui sortent des trous des vertèbres fusionnent et forme des troncs nerveux; Le nerf sciatique est formé par l’union des racines nerveuses des trois dernières vertèbres lombaires et des trois premières sacrées. Le nerf porte les stimuli sensoriels (sensibilité) et ceux moteur (pour la contraction musculaire), s’il est comprimé par la protrusion du disque, son fonctionnement est compromis, alors il y a:

  • Perte de force et de sensibilité,
  • Douleur
  • Fourmillements jusqu’au pied.

La sciatique apparaît presque toujours sur un seul membre, les cas où elle est bilatérale sont très rares. Je précise que dans une étude publiée dans PubMed et réalisée sur 36 sujets sains, 80% des personnes ont eu au moins un disque bombé et environ 30% une protrusion, mais elles ne présentent pas de symptômes, car la compression du nerf n’est pas significative, en outre 75% de celles-ci a au moins un disque intervertébral cassé.

Les disques intervertébraux les plus touchés sont entre L5-S1 et entre L4-L5 ou entre la cinquième vertèbre lombaire et la première sacrée et entre les quatrième et cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée et entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire. Il est plus rare de rencontrer une hernie à des niveaux plus élevés que L4, dans ce cas, au lieu de provoquer une sciatique, on ressent les symptômes d’une lombocruralgie, c’est-à-dire des douleurs du niveau de l’aine et dans la partie avant et interne de la cuisse jusqu’au genou, le long du trajet du nerf fémoral (nerf crural). La grossesse augmente la charge sur la colonne vertébrale, cela peut provoquer une pression excessive sur le disque intervertébral et avec des mouvements en flexion, on peut fracturer le disque intervertébral.

 

Sciatique tronquée

Ce type de trouble consiste dans une douleur le long du nerf sciatique qui ne dépasse pas le genou.

 

Test,vertèbres,dos,Lasègue
Test de Lasègue modifié

Quelle est la cause?

La cause de la hernie discale intervertébrale est une forte pression exercée sur le disque intervertébral qui fissure l’anneau fibreux arrière et pousse le noyau pulpeux vers la racine nerveuse.
Lorsqu’on se penche en avant sans plier les genoux, le poids que l’on charge sur les vertèbres augmente jusqu’à 600%, les vertèbres se rapprochent en avant et elle s’éloignent en arrière en repoussant le disque intervertébral à l’arrière.
Une des causes les plus courantes de la hernie discale est de soulever un poids du sol avec les membres inférieurs tendus.
Une mauvaise posture assise avec le dos arqué vers l’avant et les jambes croisées, dans le long terme, peut également entraîner cette névralgie.
Une cause moindre de hernie discale peut être un traumatisme, comme un accident de la route, même si cela est beaucoup plus susceptible de causer une hernie cervicale.
En général, le sport ne provoque pas de sciatalgie.

 

évaluation,diagnostic,mal de dos,lombalgie
Exercice de flexion en avant de la colonne vertébrale

Quels sont les symptômes?

Le patient souffrant de sciatique causée par une hernie discale doit ressentir une douleur insupportable et persistante tout au long du trajet du nerf, une perte de sensibilité et de force, en plus de fourmillements dans le pied.
Selon le type de hernie discale, le patient peut marcher en boitant et pourrait rester toujours plié d’un côté.
La douleur doit être continue et constante, elle peut aggraver avec certains mouvements ou en tenant certaines positions.
Ces patients ont également des difficultés à faire du vélo.
Beaucoup de patients me demandent : comment est-ce possible d’avoir une hernie discale si je n’ai pas mal au dos?

  • Je précise qu’il arrive souvent de rencontrer des patients avec une douleur non spécifique qui commence à partir de la fesse et rayonne verticalement dans la zone postéro-latérale de la cuisse jusqu’au genou, dans ce cas, il ne s’agit pas de sciatalgie mais du syndrome du muscle piriforme et des rotateurs externes de la hanche. Chez ces sujets, les tests du nerf sciatique et fémoral sont négatifs (test de Lasègue et Wassermann), mais la douleur est ressentie lors de la rotation de la hanche.
  • Un autre type de patient qui se présente souvent à la clinique a des douleurs non spécifiques dans la fesse et dans la région postérieure médiane de la cuisse, qui au fur et à mesure du temps peut se déplacer également sur la zone des antagonistes, à savoir le quadriceps. Ce sont des patients qui ont du mal à lever le genou vers votre poitrine.
    Dans ce cas, le problème est de type musculaire (en particulier le muscle psoas) et du tissu conjonctif.
  • Le troisième type de patient, plus rare, présente une douleur non spécifique à l’extérieur du fessier et de la cuisse jusqu’au cou du pied ou aux orteils.
    Il ne s’agit pas de la sciatique, mais la douleur est très forte, elle peut être ressentie pendant la nuit et surtout le matin à peine réveillé.
    Dans ce cas, la douleur est causée par le muscle moyen glutéal ou par le petit glutéal.
test,tendon,rotulien,nerf
Test du réflexe rotulien pour évaluer si la sciatique a compromis les réflexes

Dans ces cas-là, les thérapies pour la réduction de disque échouent inévitablement car ce n’est pas une hernie ou une protrusion du disque intervertébral qui est la cause des symptômes.
Le patient souffre de sciatalgie si la douleur est située le long du trajet du nerf sciatique, même si le dos n’est pas douloureux ni à la palpation ni lors des mouvements.
Les probabilités d’être atteint de sciatique gauche sont les mêmes que pour la lsciatalgie droite.
Certains patients signalent qu’ après avoir fait de nombreux examens, visites et tests, les médecins soupçonnent que la cause de la douleur soit psychosomatique et envoient le patient chez le neurologue ou ils prescrivent des médicaments antidépresseurs, souvent sans bénéfice.

Test,tendon,achille,nerf
Test des réflexes du tendon d’Achille

La sciatique, également connu sous le nom « sciatique » doit provoquer des symptômes dans une région donnée du dos et des membres inférieurs.
En cas d’inflammation du nerf sciatique le patient éprouve un mal de dos, une douleur à la jambe, aux fesses, derrière le genou, au tibia, à la cheville et au pied.
Si la protrusion discale est au niveau de L5-S1 la douleur traverse le fessier, la zone postérieure-centrale de la cuisse et de la jambe, la zone externe de la malléole et du pied jusqu’au cinquième orteil.
Si la racine touchée est L4-L5, les symptômes se font sentir dans la région latérale du fessier, de la cuisse et de la jambe jusqu’à mi-mollet, puis rayonne à l’avant sur le coup du pied jusqu’à la partie centrale du pied soit dorsale que plantaire.
Les nerfs du plexus lombo-sacrée passent également par la région pelvienne: testicules, ovaires, vessie, etc. ..
Le patient avec une hernie discale peut aussi souffrir d’incontinence urinaire ou fécale, mais il s’agit d’un événement plutôt rare.
La douleur du nerf est terrible, la pire avec celle de l’os et le périoste, le patient a une sensation semblable à une sensation de brûlure.
Dans le cas de la sciatalgie dans la phase aiguë, les patients sont coincés au lit et ont du mal à se lever.
Les pires moments sont se tourner dans le lit, se pencher pour mettre des chaussettes et des chaussures, changer de position (assis, debout ou couché) et maintenir la même position pendant une longue période.
La sciatique ne provoque pas de fièvre, même si la douleur est très forte.

 

Rmn,disque,intervertébral,hernie
IRM de la colonne lombaire avec hernie soulignée L5-S1.

Comment diagnostique-t-on la sciatique ?

Il ne suffit pas de regarder l’IRM du rachis lombaire pour diagnostiquer une sciatalgie.

Il y a des tests importants tels que celui de « Lasègue» qui consiste à lever la jambe tendue avec le patient couché sur le dos, ou bien marcher sur les talons.
Lors de la visite, le patient doit référer quels symptômes il ressent et dans quelles régions du corps, les antécédents médicaux sont essentiels afin d’exclure les maladies non-orthopédiques, c’est-à-dire se rapportant à l’oncologie, au systémique, à la rhumatologique etc. ..

 

disque,intervertébral,hernie
Vue de dessus d’un disque intervertébral avec hernie discale.

Que faut-il faire ? Quel est la thérapie ?

 

Il n’y a pas de lignes directrices ou d’un protocole standard pour traiter ce trouble, mais selon le type de patient on décide de la thérapie la plus appropriée. La thérapie à l’ozone et l’intervention chirurgicale doivent être effectuées uniquement sur des patients présentant des symptômes non équivoques de hernie discale. Malheureusement, il y a de nombreux cas de patients opérés qui continuent de ressentir la lombalgie, donc le bon neurochirurgien ausculte et analyse bien le patient, il ne se limite pas à regarder que la résonance.
Après l’intervention, la réhabilitation est assez longue, et pour retourner à la normalité, il faut environ deux mois de thérapie.
Une autre erreur que je vois souvent, est que le patient qui, avec une Sciatalgie suit un programme de renforcement des abdominaux à la salle de sport ou à la maison, le remède est d’éviter ces exercices jusqu’à ce que la douleur disparaisse.
Les patients nous demandent souvent s’il est mieux d’appliquer de la chaleur ou du froid sur la zone douloureuse, en cas de la sciatique aiguë, il est préférable d’éviter la thermothérapie ou cryothérapie, dans les jours suivants, la chaleur réduit les contractures et peut apporter un soulagement au patient.
La physiothérapie agit avec d’excellents résultats en cas de protrusion ou de disque bombé, c’est à dire, si les fibres de l’anneau externe fibreux ne sont pas entièrement rompues.

Dans le cas où la hernie est expulsée et ha migrée, c’est à dire qu’une partie du noyau pulpeux est sortie de son emplacement anatomique et est passé au-delà de l’anneau fibreux, si le patient ressent beaucoup de douleurs, il est possible d’agir avec le laser, le traitement à l’ozone ou l’intervention chirurgicale.
Aujourd’hui, seulement un patient sur 400 avec une hernie discale est opéré, dans tous les autres cas, la physiothérapie ou les autres thérapies sont suffisantes.
Si la sciatique est causée par une protrusion discale, la thérapie la plus adaptée est la Méthode Mckenzie, qui grâce à des positions tenues, des exercices avec le poids du corps ou avec une surpression du patient et le physiothérapeute, elle pousse le disque intervertébral dans sa zone anatomique.
Après avoir été guéri, pour prévenir la récidive, le meilleur traitement est la gymnastique posturale et les étirements, alors qu’il faut éviter la course à pied tant que le que le nerf sciatique est enflammé.
La thérapie instrumentale comme Tecar® et le Laser peut diminuer l’intensité des symptômes, mais l’amélioration peut être temporaire et elles sont peu susceptibles de résoudre le problème.
Si la douleur n’est pas due à la compression du nerf sciatique, pour éliminer la cause du problème, je préfère la thérapie manuelle de type ostéopathique ou la manipulation myofasciale de L. Stecco.
Toute thérapie doit être accompagnée par une amélioration de la posture, si la douleur est la nuit ou tôt le matin, il peut être utile de changer le matelas du lit ou sur le sommier du lit, en outre, il est également important de contrôler la posture sur le siège et sur le canapé.
Le disque intervertébral ne revient pas intact, mais le patient cesse de ressentir la douleur.
La thérapie instrumentale peut aider à éliminer l »inflammation des nerfs et éventuellement les contractures, mais elles ne peuvent pas remettre le disque à sa place, une thérapie mécanique est nécessaire.
Généralement, le médecin ne prescrit pas de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (tels que le Brufen ou le Voltaren) parce qu’ils sont trop légers, alors qu’il conseille les corticostéroïdes.
Les médicaments à base de cortisone (Célestène, Kétesse, feldène, etc) agissent en résolvant l’inflammation ou le gonflement interne provoquée par la rupture du disque intervertébral, dans certains cas, il élimine la compression sur le nerf, mais ne supprime pas la source du problème.
Généralement, le médecin recommande également des relaxants musculaires (par exemple le Muscoril) pour les contractures musculaires.
Le problème avec ces médicaments sont les nombreuses contre-indications et les effets secondaires.
Les patchs avec des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont des médicaments à libération lente à garder sur la peau pendant plusieurs heures, mais c’est un type de soins trop léger et peu efficace, tandis que les infiltrations de cortisone donnent de meilleurs résultats.

 

Remèdes naturels

Parmi les traitements naturels ou alternatifs, le shiatsu peut atténuer les contractures, car il a un effet de rééquilibrage énergétique, mais ne résout pas la cause de la maladie et n’élimine pas les symptômes.

Certaines personnes se tournent vers l’homéopathie ou achètent des produits chez un herboriste, mais il n’y a pas d’effets scientifiquement prouvés.
Le médecin prescrit souvent des compléments de vitamines pour une guérison plus rapide, surtout la B12.
Dans la phase aiguë il est déconseillé de marcher longtemps, car cela augmente la pression sur le disque, après les premiers jours, il est possible de faire quelques promenade, mais avec modération.
La natation est un excellent sport, si elle est faite correctement, elle tend à faire une traction sur la colonne vertébrale et à renforcer la musculature, elle peut aider à soulager les symptômes, mais n’est pas une thérapie définitive.
Après la guérison, il est conseillé de suivre un programme de remise en forme avec des exercices spécifiques en salle de sport, de yoga ou de pilates, mais toujours en respectant le seuil de douleur.

 

Quels sont les temps de guérison? Combien de temps dure la douleur?

Il n’y a pas une durée de la maladie avec des dates précises, chaque personne réagit différemment aux thérapies, certains patients guérissent en peu de jours parce que la cause est juste l’inflammation causée par la fracture du disque intervertébral. Si la protrusion ou les ostéophytes provoquent des douleurs, le pronostic peut être de quelques mois.