Pilule contraceptive

La pilule contraceptive (également appelée « pilule ») est un comprimé contenant des hormones qui modifient le fonctionnement du corps et qui empêchent la grossesse.

Les hormones sont des substances chimiques qui contrôlent le fonctionnement des organes du corps.
Dans le cas de la pilule, les hormones contenues dans la pilule contrôlent les ovaires et l’utérus.
Le coût de la plaquette varie de 4 à 5 euros à environ 15 euros.
Une ordonnance est nécessaire pour acheter ce médicament.

 

Comment fonctionne la pilule contraceptive ?

  1. Pilule combinée œstroprogestatives
    Ces pilules contraceptives « combinent » deux hormones différentes : les œstrogènes et la progestérone, pour empêcher l’ovulation (libération d’un ovule pendant le cycle menstruel).
    Voici quelques exemples de pilules combinées commercialisées : Jasmine, Belara, Yaz, Qlaira, Zoely, Desobel, Diane, Minesse.
    Qlaira est une « nouvelle » pilule contenant des œstrogènes naturels au lieu d’œstrogènes synthétiques. Elle est donc plus légère.
  1. Pilule micro-dosée (pilule microprogestative)
    Il existe également d’autres pilules ne contenant que de la progestérone, par exemple la Cerazette.
    Il faut choisir le médicament le plus approprié à la femme en question, c’est-à-dire celui qui cause le moins d’effets secondaires.
    Une femme ne peut pas tomber enceinte si elle n’ovule pas car il n’y a aucun ovule à féconder.

La pilule entraîne l’épaississement de la glaire cervicale tapissant le col de l’utérus, ce qui rend l’accès difficile aux spermatozoïdes.
De cette manière, les spermatozoïdes ne peuvent pas rejoindre l’ovule qui a été libéré.
La pilule peut également avoir un effet sur le revêtement de l’utérus, rendant difficile la fixation d’un ovule à la paroi de l’utérus.

 

Classification des pilules contraceptives en fonction de la quantité d’hormones

Il existe trois types de pilule :

  • Pilule contraceptive monophasique
    La pilule monophasique est un contraceptif oral qui contient les mêmes quantités d’œstrogènes et de progestérone pour chaque comprimé de la plaquette.
    Ce type de médicament est divisé en :
    1) Pilules à faible dosage : la quantité d’œstrogènes est minimale (20 µg) ;
    2) Pilules à dosage régulier : la quantité d’œstrogènes est comprise entre 30 et 35 µg ;
    3) Pilules à fort dosage : la quantité d’œstrogènes est d’environ 50 µg.
  • Pilule contraceptive biphasique
    Ces contraceptifs contiennent un taux d’hormones qui change pendant le cycle.
    Les comprimés des 7 à 10 premiers jours contiennent plus d’œstrogènes (et ont une couleur), les 14 comprimés suivants contiennent plus de progestérone (et une autre couleur). Les 7 derniers comprimés sont des comprimés placebos ne contenant pas d’hormones.
  • Pilule contraceptive triphasique
    Les pilules triphasiques contiennent 3 doses différentes d’hormones pendant les 3 semaines de comprimés actifs.
    Les taux d’œstrogènes sont faibles pendant les 5 premiers jours, augmentent pendant les 5 jours suivants et reprennent leurs valeurs initiales pendant les 10 derniers jours.
    Le taux de progestérone augmente progressivement du début à la fin du cycle menstruel.
    Les 7 derniers comprimés (si compris) sont des comprimés placebos inactifs.

 

Efficacité de la pilule contraceptive

L’efficacité constitue une préoccupation importante et fréquente lors du choix d’une méthode de contraception.
Les pilules contraceptives sont très efficaces.
Le médicament combiné fonctionne mieux s’il est pris chaque jour.
Les pilules qui ne sont composées que de progestérone doivent être prises chaque jour à la même heure.
Cela permet de maintenir le taux d’hormones correct dans le corps d’une femme.
Moins d’1 femme sur 100 tombe enceinte chaque année si elle prend la pilule chaque jour comme cela est prescrit.
Environ 9 femmes sur 100 tombent enceintes chaque année si elles ne prennent pas toujours la pilule chaque jour comme cela est prescrit.
Ce médicament peut résulter légèrement moins efficace chez les femmes en surpoids important.

Certaines jeunes filles prennent la pilule bien qu’elles ne cherchent pas une méthode de contraception, par exemple pour éliminer l’acné de la peau.
Certaines études scientifiques montrent que l’utilisation d’un faible dosage (20 µg d’œstrogènes) donne des résultats similaires au dosage généralement utilisé.
La pilule contraceptive ne peut pas remplacer la pilule du lendemain.

 

Certains médicaments et compléments peuvent rendre la pilule moins efficace :

  • L’antibiotique rifampicine, mais les autres antibiotiques n’altèrent pas l’efficacité de la pilule ;
  • L’antifongique griséofulvine, mais les autres antifongiques n’altèrent pas l’efficacité de la pilule ;
  • Certains médicaments contre le sida ;
  • Certains médicaments anti-épileptiques ;
  • Le millepertuis.

Vomissements et diarrhée peuvent annuler l’effet de la pilule.
Demandez conseil à votre médecin traitant.
En cas de vomissements ou de diarrhée, utiliser une autre méthode contraceptive comme le préservatif, le stérilet, le diaphragme ou une méthode de contraception d’urgence (la pilule du lendemain) tant que le médecin l’estime nécessaire.
Il faut toujours garder à l’esprit que la pilule ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles.
Il faut utiliser un préservatif afin de réduire le risque d’infection.

 

Pilule contraceptive
Anatomie de l’appareil génital féminin

Quand commencer à prendre la pilule contraceptive ? Quand produit-elle des effets ?

Si l’on prend la pilule pour la première fois ou après une longue période de pause, il faut commencer à la prendre le premier jour des règles.
Demander conseil au médecin en cas de doute.

 

Pilule combinée
L’utilisation de la pilule combinée peut commencer à n’importe quel moment mais il est préférable de la commencer le premier jour des règles.
Si une femme commence le premier jour des règles, la protection contre la grossesse est immédiatement assurée.
Il n’est pas nécessaire d’utiliser une méthode contraceptive supplémentaire.
Si une femme commence à prendre la pilule à n’importe quel autre moment pendant le cycle menstruel, la protection contre toute grossesse commence après sept jours.
Utiliser une autre méthode contraceptive, par exemple un préservatif, un diaphragme ou un préservatif féminin en cas de rapports vaginaux pendant la première semaine d’utilisation.
Certains gynécologues conseillent d’attendre la fin de la première plaquette avant d’avoir des rapports sexuels complets et non protégés.

Pilule micro-dosée
Un autre type de pilule contraceptive est la pilule à faible dosage de progestérone, parfois appelée pilule micro-dosée.
Cette forme de médicament contraceptif est différente des autres pilules car elle ne contient qu’un seul type d’hormone, la progestérone, plutôt qu’une combinaison d’œstrogènes et de progestérone.
Cette pilule fonctionne car elle modifie la glaire cervicale et le revêtement de l’utérus et, parfois, influe sur l’ovulation.
La pilule micro-dosée peut être légèrement moins efficace pour prévenir la grossesse par rapport à la pilule combinée.
La pilule micro-dosée doit être prise chaque jour sans interruptions.
Une femme qui prend la pilule micro-dosée peut ne pas avoir de règles ou bien présenter des cycles irréguliers.
La pilule micro-dosée fonctionne si elle est prise chaque jour à la même heure, sans oublier aucune dose.
Toute pilule contraceptive fonctionne mieux si elle est prise chaque jour à la même heure, indépendamment de l’activité sexuelle pratiquée.
La régularité est particulièrement importante dans le cas des pilules qui ne contiennent que de la progestérone.
Si la pilule est prise trois heures après l’heure habituelle, il est nécessaire d’utiliser une méthode contraceptive supplémentaire pendant 48 heures après la prise de la pilule.
On doit commencer à utiliser ce médicament ne contenant que de la progestérone le premier jour des règles.
Utiliser une autre méthode contraceptive en cas de rapports vaginaux pendant les premières 48 heures du début de l’utilisation car la protection ne commence qu’après deux jours.

 

Prendre la pilule après la grossesse

Il est possible de tomber à nouveau enceinte peu après l’accouchement. Commencer à utiliser des méthodes contraceptives après la grossesse est une préoccupation importante qui concerne de nombreuses femmes.
Nombre d’entre elles choisissent la pilule.
On peut commencer à prendre la pilule combinée après une attente d’au moins trois semaines après l’accouchement.
En cas d’allaitement ou d’augmentation du risque de formation de caillots sanguins, il faut attendre au moins six semaines après la naissance.

 

Format des plaquettes

La plupart des combinaisons de pilules sont disponibles sous forme de plaquette de 21 (Jasmine) ou de 28 comprimés (Yaz).
Un comprimé d’hormone doit être pris chaque jour, à la même heure environ, pendant 21 jours.
Selon la plaquette, il est possible d’arrêter la prise de la pilule contraceptive pendant 7 jours (plaquette de 21 comprimés) ou bien de prendre une pilule ne contenant pas d’hormones pendant 7 jours (plaquette de 28 comprimés).
La femme a ses règles lorsqu’elle cesse de prendre les comprimés contenant les hormones.
Certaines femmes préfèrent la plaquette de 28 comprimés car elle leur permet de garder l’habitude de prendre un comprimé chaque jour.
Il existe aussi une forme de pilule combinée qui diminue la fréquence des règles d’une femme. On utilise le médicament hormonal pendant 12 semaines et puis on arrête son utilisation pendant 7 jours. Cela permet de réduire la fréquence des règles (au lieu d’avoir des règles chaque mois, les règles ne se présentent qu’une fois par trimestre).

 

Que se passe-t-il si l’on oublie de prendre un ou plusieurs comprimés ?

L’ovulation (et donc, la grossesse) peut se produire si l’on oublie de prendre un comprimé, en particulier si l’oubli se produit à la fin ou au début de la plaquette.
Le conseil diffère en fonction du nombre de pilules oubliées et du moment du cycle au cours duquel elles ont été oubliées.
Si l’on oublie de prendre un comprimé à n’importe quel point de la plaquette, il faut prendre immédiatement le comprimé manquant.
Cela peut signifier que l’on prend deux comprimés le même jour.
Les comprimés restants doivent être pris comme d’habitude.
Une contraception supplémentaire n’est pas nécessaire.
La pause de 7 jours doit être respectée, comme prévu par le programme.
Si l’on oublie deux pilules ou plus à un moment quelconque de la plaquette, prendre le dernier comprimé oublié lorsque l’on s’en rend compte.
Cela peut signifier que l’on prend deux comprimés le même jour. Les comprimés précédemment oubliés ne doivent pas être utilisés. Les comprimés restants devraient être pris comme d’habitude. De plus, il est nécessaire de prendre des précautions supplémentaires (par exemple le préservatif ou l’abstinence) pendant les 7 jours qui suivent.

 

Pour ou contre la pilule contraceptive

Quels sont les avantages de la pilule ?

  • Elle est très efficace.
  • Aucune interférence avec le rapport sexuel.
  • Les règles sont généralement plus légères, moins douloureuses et plus régulières.
  • Elle soulage le syndrome prémenstruel chez certaines femmes.
  • Elle réduit le risque de développer des tumeurs du côlon, de l’ovaire et de l’utérus. La protection contre le cancer de l’ovaire est assez claire et semble demeurer pendant plusieurs années après l’arrêt de la pilule.
  • Elle peut également réduire le risque de développer certaines formes de kystes aux ovaires.
  • Elle réduit le risque d’infection pelvienne (vu que le bouchon muqueux empêche l’accès à l’utérus des bactéries ainsi que du sperme).
  • Elle peut aider à protéger contre certaines maladies bénignes du sein (non tumorales).

 

grossir,poids,pilule,contraceptive,cellulite

La pilule est-elle nocive ? Quels sont les effets secondaires ainsi que les contre-indications de la pilule ?

La plupart des femmes qui utilisent la pilule ne développent pas d’effets secondaires. Toutefois, un petit nombre de femmes développent des nausées (sensation de malaise), des maux de tête ou de la douleur au sein. Ces symptômes disparaissent généralement en quelques jours ou en quelques semaines à partir du début de l’utilisation. Si les symptômes demeurent, il existe de nombreuses marques différentes de pilule que l’on peut essayer et qui n’entraînent probablement pas les mêmes conséquences.

D’autres effets secondaires sont rares, par exemple : fatigue, altération du désir sexuel, boutons, sécheresse de la peau, des muqueuses de la bouche et du vagin, en plus du changement d’humeur.
Ces conséquences sont rares. On devrait informer le médecin ou l’infirmière en cas d’effets secondaires persistants.
La pilule entraîne parfois une augmentation de la pression sanguine. Les utilisatrices devraient donc contrôler leur pression tous les six mois.
Si la pression sanguine devient trop élevée, il pourrait être nécessaire d’interrompre l’utilisation de ce médicament.

La pilule fait-elle grossir ?
De nombreuses personnes croient que l’utilisation de la pilule entraîne une augmentation de poids. Toutefois, cela n’a jamais été démontré par les études scientifiques.
En réalité, la pilule ne fait ni grossir ni maigrir, mais provoque une augmentation de la rétention d’eau qui a été résolue grâce aux nouveaux médicaments, par exemple la pilule Jasmine.
Certaines femmes remarquent une augmentation de la taille des seins suite à la prise de ce médicament.

 

Existe-t-il des risques liés à l’utilisation de la pilule ?

La pilule peut avoir des effets secondaires graves. Toutefois, ceux-ci sont très rares.
Pour la plupart des femmes, les avantages du médicament sont supérieurs aux risques possibles.
La femme doit consulter le médecin pour tout ce qui concerne les risques ainsi que les avantages de la pilule.
Les femmes qui utilisent la pilule présentent une légère augmentation du risque de thrombose (caillots de sang).
Ce danger est plus élevé pendant la première année d’utilisation.
C’est pourquoi les femmes qui présentent un risque élevé de formation de caillots ne peuvent pas utiliser la pilule.
Toutefois, cette probabilité est beaucoup plus faible par rapport au risque naturel de caillot lors de la grossesse.

Les femmes présentent un risque plus élevé de formation de caillots de sang si :

  • Elles sont obèses,
  • Elles ont plus de 35 ans,
  • l’accouchement a été fait par césarienne,
  • Elles ont souffert de graves d’hémorragies après l’accouchement,
  • Elles ont eu une prééclampsie,
  • Elles souffrent de troubles de coagulation héréditaires,
  • Elles ont déjà eu des thrombus par le passé,
  • Dans la famille, un parent proche a eu des problèmes de caillots de sang,
  • Elles doivent rester couchées pendant une période prolongée,
  • Elles ont reçu une transfusion sanguine lors de l’accouchement,
  • Elles fument.

Il est possible de commencer à utiliser la pilule combinée ou celle au progestérone seule immédiatement après un avortement même spontané.

De nos jours, toute pilule administrée a un faible dosage d’œstrogènes.
Certaines pilules sont moins puissantes et pourraient être plus appropriées en cas de facteurs de risque de thrombose.
Il faut consulter immédiatement le médecin si l’un des symptômes suivants se manifeste :

  • Forts maux de tête,
  • Forte douleur à la poitrine, aux jambes ou au ventre,
  • Jambes gonflées,
  • Difficultés respiratoires,
  • Toux accompagnée de sang,
  • Problèmes soudains de vue ou de langage,
  • Faiblesse ou engourdissement à un bras ou à une jambe,
  • Collapsus.

Ces symptômes peuvent être provoqués par un caillot de sang.

 

Pilule et tabagisme

Après 35 ans, les femmes qui utilisent la pilule présentent un risque plus élevé de thrombose veineuse profonde.
Le tabagisme provoque de nombreux dommages, parmi lesquels le durcissement des artères qui est un facteur de risque d’infarctus et de thrombose veineuse profonde.
Par conséquent, les femmes qui fument et qui prennent la pilule présentent un risque beaucoup plus élevé de pathologies cardiovasculaires que les autres femmes.

 

Le cancer et la pilule

Utiliser la pilule peut augmenter le risque de certaines formes de cancer mais protège contre d’autres formes.
La recherche sur les risques de tumeur au sein chez les femmes qui utilisent la pilule est controversée et les résultats ne sont pas facilement interprétables.
Certaines études estiment que le risque de cancer au col de l’utérus chez les femmes qui utilisent la pilule pendant plus de huit ans peut être légèrement accru.
Certaines recherches estiment qu’il existe un lien entre l’utilisation de la pilule et le développement d’un cancer rare au foie.
Toutefois, chez les femmes qui utilisent ce médicament, le risque de développer un cancer à l’ovaire, à l’utérus et au côlon est réduit.
Si l’on considère l’ensemble des tumeurs, le risque de développer une néoplasie est réduit en utilisant la pilule.
D’autres recherches sont en cours.

 

L’allaitement au sein et la pilule contraceptive

Les pilules qui ne contiennent que de la progestérone n’affectent pas le lait maternel lors de l’allaitement.
Il faut attendre de terminer la période d’allaitement avant de commencer à utiliser la pilule combinée car cette dernière peut réduire la quantité ainsi que la qualité du lait pendant les six premières semaines d’allaitement.
Le lait maternel contient des traces d’hormones contenues dans la pilule.
Il est improbable que ces hormones provoquent des effets sur l’enfant.
Il vaut mieux consulter un professionnel de santé pour identifier les méthodes contraceptives les plus appropriées après l’accouchement.