Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont les médicaments les plus prescrits pour le traitement de la douleur et de l’inflammation. Ils sont utilisés pour des pathologies telles que l’arthrite, les maux de dos, de dents, les douleurs cervicales, etc. Ils sont également connus comme AINS, leur acronyme. Ils comprennent par exemple le nimésulide, dont le nom commercial est Nexen.

La plupart des personnes connaissent bien les médicaments qui peuvent être achetés sans ordonnance, tels que l’aspirine et l’ibuprofène.
Les AINS ne sont pas uniquement des analgésiques. Ils aident aussi à réduire l’inflammation ainsi que la fièvre.

inflammation,médicaments,anti-inflammatoires,douleur,gonflement,rougeur,chaleur
Mécanisme de l’inflammation
Alila/bigstockphoto.com

Une autre action des AINS est d’empêcher la coagulation du sang : nécessaire dans certains cas, elle peut être contre-indiquée chez d’autres personnes.
Certains AINS peuvent avoir un effet protecteur contre les maladies cardiaques, car ils réduisent la coagulation.
Toutefois, ils peuvent facilement provoquer des ecchymoses.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent augmenter le risque de développer des nausées, des maux d’estomac ou un ulcère. Ils peuvent également interférer avec le fonctionnement des reins.

 

Comment fonctionnent les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ?

Les anti-inflammatoires agissent pour réduire l’inflammation, la douleur et la fièvre.
Les AINS bloquent les enzymes du corps qui aident à produire les prostaglandines, substances chimiques qui causent l’inflammation.
Les anti-inflammatoires classiques tels que l’ibuprofène bloquent deux de ces enzymes : COX-1 et COX-2. Le célécoxib (Celebrex) agit lui principalement sur la COX-2.
Le célécoxib n’est pas plus efficace que les autres AINS. Cependant, les risques probables sont différents de ceux provoqués par les autres AINS.

 

Pour quelles maladies les médicaments anti-inflammatoires sont-ils utilisés ?

Les AINS sont principalement utilisés pour traiter l’inflammation, la douleur faible et modérée ainsi que la fièvre.
En particulier, ils peuvent être utilisés pour le traitement des troubles suivants : maux de tête, arthrite, lésions dues au sport, tendinites (par exemple, l’épicondylite, le syndrome de la bandelette ilio-tibiale, etc.) et douleurs menstruelles.
Le kétorolac est uniquement utilisé pour le traitement à court terme de la douleur grave et aiguë qui, autrement, devrait être traitée avec des opioïdes.
L’aspirine est utilisée pour bloquer la coagulation du sang et pour prévenir l’AVC et les crises cardiaques chez les sujets fortement exposés.
Les médicaments anti-inflammatoires sont également compris dans de nombreux médicaments contre l’allergie.

 

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens
Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens

Dosage des médicaments anti-inflammatoires

Chaque AINS a un dosage et une posologie spécifique.
La dose du médicament vendu sans ordonnance est souvent inférieure à celle du même médicament vendu sur ordonnance.
Par exemple, les doses d’ibuprofène les plus vendues sur ordonnance s’élèvent à 400, 600 et 800 mg, tandis que la dose maximale du médicament vendu sans ordonnance n’est que de 200 mg.
En cas de dose inférieure, l’effet peut être trop faible. Si le patient utilise l’anti-inflammatoire selon la posologie que lui a conseillée son médecin, il sera plus efficace.
Les anti-inflammatoires sans ordonnance peuvent être assez forts pour traiter des pathologies aiguës telles que l’entorse de la cheville, les élongations musculaires, les maux de dos par inflammation, les maux de tête et les douleurs menstruelles.
Pour des problèmes de santé chroniques tels que l’arthrite ou le lupus, un rhumatologue prescrit ces médicaments à des doses plus élevées et sur une longue période.
Il faut toujours demander au médecin traitant quel est le but de l’utilisation de ces médicaments :

  • Si le but de l’utilisation des AINS est de résoudre l’inflammation, il est probablement nécessaire de prendre des doses plus élevées à des intervalles réguliers.
  • Si le but principal est de soulager la douleur, il est possible de prendre des doses inférieures uniquement lorsque la douleur est trop intense.

Les pansements sont directement placés sur la zone douloureuse (sur la région cervicale en cas de douleurs au cou par exemple).
Il faut garder les pansements pendant environ 8 heures car l’absorption du médicament est lente.
Comme médicament d’action locale, on peut appliquer de la crème ou de la pommade anti-inflammatoire (par exemple Voltarène Emulgel) sur la zone douloureuse.
Les médecins prescrivent le médicament sous forme de crème pour traiter les maux de dos, les douleurs articulaires et musculaires car ses contre-indications sont moins nombreuses que celles des comprimés.
Parmi les remèdes naturels, on peut aussi utiliser certains anti-inflammatoires à base de plantes. Parmi les plus efficaces figurent l’Arnica des montagnes, la griffe du diable, l’Aloe vera et l’échinacée.

 

Comment les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont-ils prescrits ? 

Les médicaments anti-inflammatoires sont prescrits selon différentes doses en fonction de la maladie à traiter.
La prise peut varier d’une à quatre fois par jour, selon la durée de permanence du médicament dans le corps.
Le médecin peut prescrire des doses plus élevées du médicament pour traiter certaines maladies, par exemple l’arthrite rhumatoïde, car cette pathologie provoque souvent une inflammation importante accompagnée de chaleur, de gonflement, de rougeurs et de rigidité des articulations.
Les doses plus faibles peuvent être adaptées en cas de lésions musculaires et d’arthrose. En effet, le gonflement est généralement moins important et, souvent, les articulations ne sont ni chaudes ni rougies.
Pris seul, aucun AINS ne peut garantir de résultat.
Le médecin peut prescrire différents types d’anti-inflammatoires avant d’identifier le type le plus efficace.

L’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens n’est parfois pas suffisante. Le médecin peut donc essayer de prescrire des médicaments corticoïdes, plus puissants, bien que leurs effets secondaires soient plus nombreux.

 

Existe-t-il des différences entre les anti-inflammatoires ?

Les AINS varient en fonction des éléments suivants :

  • Puissance,
  • Durée d’action,
  • Façon dont ils sont éliminés par le corps,
  • Capacité d’inhiber la COX-1,
  • Possibilité de causer des ulcères ou de faciliter les hémorragies.

Plus un AINS est efficace contre l’enzyme COX-1, plus il risque de faciliter les hémorragies ainsi que le développement d’ulcères.
Il existe un AINS appelé célécoxib (Celebrex) qui bloque la COX-2. Toutefois, il a peu d’effet sur la COX-1. Il est donc classé comme un inhibiteur sélectif de la COX-2.
Les inhibiteurs sélectifs de la COX-2 provoquent moins d’hémorragies et d’ulcères que les autres anti-inflammatoires.
L’aspirine est un AINS unique, pas seulement car elle peut être utilisée dans plusieurs cas, mais également car il s’agit du seul médicament anti-inflammatoire qui inhibe la coagulation du sang sur une période prolongée (4-7 jours).
Grâce à cet effet, c’est un médicament idéal pour prévenir les caillots de sang responsables des infarctus et des AVC.
La plupart des AINS inhibent la coagulation du sang pendant quelques heures seulement.
Le kétorolac est un AINS très puissant utilisé en cas de douleur aiguë grave pour laquelle on pourrait prescrire des narcotiques.
Le kétorolac provoque plus souvent des ulcères que les autres anti-inflammatoires. Il n’est donc prescrit que pendant cinq jours maximum.
Bien que
les AINS aient un mécanisme d’action similaire, les personnes qui ne répondent pas à un médicament peuvent obtenir des bienfaits avec un autre.

La liste des anti-inflammatoires est longue. On utilise généralement l’ibuprofène (Advil), le naproxène (Aleve, etc.), le kétoprofène (Profenid), le diclofénac (Voltarène), tandis que le nimésulide est moins utilisé à cause de sa toxicité.
Le paracétamol (par exemple le Doliprane) n’est pas un anti-inflammatoire non stéroïdien, mais un analgésique et un antipyrétique (utilisé pour faire baisser la fièvre).

 

Voici les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens les plus prescrits :

Ibuprofène (Advil par exemple)
L’ibuprofène a été l’un des premiers anti-inflammatoire non stéroïdiens. Il peut être acheté sans ordonnance.
Pour les patients atteints de lombalgie, l’ibuprofène est prescrit pour soulager la rigidité, l’engourdissement, l’inflammation et la douleur lombaire faible ou modérée.
Les situations fréquentes au cours desquelles l’ibuprofène peut être recommandé sont les suivantes :

  • Douleur à l’effort (par exemple la douleur musculaire que l’on ressent après une activité sportive, les travaux ménagers, après avoir pelleté la neige, etc.).
  • Gêne provoquée par des déchirures musculaires dans la région lombaire.
  • Torticolis.
  • Douleur provoquée par une infection des voies urinaires, par exemple la cystite.

L’ibuprofène a les mêmes effets que l’aspirine sur l’estomac. Par conséquent, les personnes qui souffrent d’ulcères actifs ou de maux d’estomac devraient éviter de prendre ce médicament.
Il est préférable d’utiliser l’ibuprofène pendant les repas afin de réduire au maximum la possibilité d’irriter l’estomac.
L’ibuprofène fluidifie aussi légèrement le sang pendant quelques heures. Il peut réduire l’efficacité des diurétiques et de certains médicaments pour la pression sanguine.
La dose conseillée d’ibuprofène est généralement de 400 mg toutes les huit heures.
Les doses de médicament sur ordonnance peuvent atteindre jusqu’à 800 mg d’ibuprofène toutes les huit heures.

Naproxène (Aleve, Apranax, Naprosyne, etc.)
Le naproxène est disponible comme médicament sans ordonnance (par exemple Aleve) ou sur ordonnance (par exemple Naprosyne).
Pour les patients qui souffrent de maux de dos, de douleurs à l’épaule etc., il agit en réduisant les protéines responsables de l’inflammation et de la douleur dans le corps.
Le naproxène fluidifie le sang. Par conséquent, les personnes utilisant des fluidifiants ou des anticoagulants du sang devraient éviter de prendre ce médicament car son action peut provoquer une hémorragie.
Le naproxène peut provoquer certains effets secondaires gastro-intestinaux. Les personnes qui souffrent d’ulcères actifs ou de maux d’estomac devraient éviter d’en prendre.
Il est préférable d’utiliser le naproxène pendant les repas afin de réduire la probabilité de souffrir de maux d’estomac.
La dose habituelle pour les adultes est d’1 comprimé de 250-500 mg, deux fois par jour.

Kétoprofène (Profenid)
Le kétoprofène est un anti-inflammatoire très utilisé, particulièrement en cas de maux de tête, de dents, de gorge et de douleurs articulaires.
En cas de fièvre, il possède un effet antipyrétique (il fait baisser la température du corps).
Le kétoprofène est disponible sous forme de sachets, de sprays, de solutions pour bains de bouche, de gouttes par voie orale ou de suppositoires.

Quelle est la durée du traitement par médicaments anti-inflammatoires ?
Les médecins conseillent généralement d’utiliser les anti-inflammatoires pendant 4 à 6 jours seulement, ou bien « au besoin » pour réduire au maximum les effets secondaires.

 

Quels sont les effets secondaires des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ?

Les effets secondaires les plus fréquents sont les suivants :

  • vomissements,
  • nausées,
  • constipation,
  • diarrhée,
  • manque d’appétit,
  • maux de tête,
  • vertiges,
  • éruptions cutanées,
  • somnolence.

Les AINS peuvent également provoquer un gonflement au niveau des bras et des jambes à cause de la rétention d’eau.
Les effets secondaires les plus graves sont les suivants : ulcères, hémorragies, insuffisance rénale, et dans de rares cas, insuffisance hépatique.
Les sujets allergiques aux anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent ressentir de l’essoufflement après la prise de ce médicament.
Les personnes atteintes d’asthme sont plus exposées au risque de développer une réaction allergique aux AINS.
L’administration d’aspirine aux enfants ou aux adolescents atteints de varicelle ou de grippe peut entraîner le syndrome de Reye, grave maladie du foie potentiellement mortelle. Dans ces cas, l’aspirine et les salicylates ne doivent pas être administrés.

Les noms commerciaux de l’aspirine sont les suivants : Aspirine du Rhône, Aspirine Lafran, Aspirine Protect, Aspirine Upsa, etc.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (sauf l’aspirine) peuvent augmenter le risque de crise cardiaque et d’AVC qui peuvent être mortels.
Ce risque peut augmenter si l’utilisation est prolongée et chez les patients qui présentent des facteurs de risque liés aux maladies cardio-vasculaires.
Les AINS ne doivent pas être utilisés pour le traitement de la douleur provoquée par un pontage coronarien.
Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens entraînent une augmentation du risque de réactions graves à l’estomac et aux intestins, telles que des hémorragies, des ulcères et une perforation de l’estomac ou des intestins.
Ces réactions peuvent survenir à tout moment lors du traitement et sans aucun symptôme précurseur.
Les patients âgés sont plus exposés à ce risque.

Les AINS sont à éviter pendant la grossesse et il est préférable de ne pas les utiliser pendant l’allaitement, car une petite quantité peut filtrer dans le lait maternel.
L’administration des anti-inflammatoires non stéroïdiens est déconseillée aux enfants.

 

Comment est-il possible de réduire les effets secondaires des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ?

Il est impossible d’éviter complètement les effets secondaires des médicaments. Toutefois, le médecin traitant peut réduire au maximum le risque de développer certains effets secondaires des AINS.

Par exemple :

  • Utiliser l’acétaminophène (paracétamol) au lieu des AINS pour soulager la douleur, dans le cas où le médecin estimerait qu’un médicament anti-inflammatoire n’est pas nécessaire.
  • Utiliser la plus faible quantité nécessaire pour traiter le trouble.
    Prendre les AINS pendant les repas.
  • Si le soulagement de la douleur n’est pas nécessaire 24 heures sur 24, « sauter » une dose par jour, en particulier si les patients ont plus de 60 ans.
ulcère,estomac,effets,anti-inflammatoires,non stéroïdiens,douleur,brufen
Ulcère de l’estomac et du duodénum
Alila/bigstockphoto.com

Il faudrait demander au médecin s’il est aussi possible de prendre un médicament gastro-protecteur afin de réduire le risque d’ulcère de l’estomac.
Certains médicaments combinent un AINS et un gastro-protecteur dans le même comprimé.
Les noms commerciaux des gastro-protecteurs sont les suivants : Artotec, Cytotec, Gymiso, Misoone, Mopral, Zoltum, etc.
En cas de douleur permanente ou inhabituelle à l’estomac après la prise d’un AINS, il faut immédiatement en informer le médecin.

 

Avec quels médicaments les anti-inflammatoires non stéroïdiens interagissent-ils ?

Les médicaments anti-inflammatoires peuvent réduire les effets des médicaments utilisés pour traiter l’hypertension car les AINS peuvent augmenter la pression sanguine.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens diminuent l’élimination du lithium (Teralithe) et du méthotrexate (Novatrex) qui apportent de la toxicité au foie. De plus, ils réduisent l’action des diurétiques en diminuant l’afflux de sang dans les reins.
Les AINS augmentent le risque d’hémorragies car ils entraînent une baisse de l’activité des plaquettes et réduisent donc la formation des caillots dans le sang.
Lorsqu’ils sont utilisés en association avec d’autres médicaments, par exemple la warfarine (Coumadine), qui fluidifient le sang, le risque de complications augmente.
L’utilisation prolongée des AINS en association avec des médicaments qui augmentent le temps de saignement devrait être évitée.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens interagissent aussi avec l’alcool. Il est donc préférable d’éviter la consommation de boissons alcoolisées (comme le vin et la bière) pendant l’utilisation d’ibuprofène ou d’aspirine.
Le risque est d’irriter la muqueuse de l’estomac.