Vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne est la cause la plus fréquente de pertes et mauvaises odeurs vaginales.
C’est une maladie féminine provoquée par le changement du type de bactéries qui se trouvent dans le vagin.
Normalement, les bactéries appartenant à la famille des lactobacilles ou lactobacillus sont inoffensives dans le vagin et produisent des agents chimiques qui maintiennent le vagin légèrement acide.

Dans la vaginose bactérienne, la bactérie Lactobacillus est remplacée par d’autres types de bactéries qui sont normalement présents en faible concentration dans le vagin.

La bactérie qui cause la vaginose bactérienne plus fréquemment est le gardnerella vaginalis.
Les scientifiques ne comprennent pas la raison de ce changement. Les facteurs de risque qui semblent augmenter les probabilités d’attraper la vaginose bactérienne sont le fait d’avoir une histoire sexuelles avec de multiples partenaires, des rapports sexuels avec un nouveau partenaire, le tabagisme, les douches vaginales et l’utilisation d’un dispositif intra-utérin (DIU). Bien que la plupart de ces facteurs de risque soient liés à l’activité sexuelle, même les femmes qui n’ont jamais eu de pénétration vaginale peuvent avoir la vaginose bactérienne.

La vaginose bactérienne se produit souvent pendant la grossesse. Cela peut porter à un risque de travail prématuré, une rupture prématurée des membranes et une infection utérine après l’accouchement.
La vaginose bactérienne est provoquée par de légers changements de l’acidité vaginale de la femme (ou pH), des exigences physiques supplémentaires requises durant la grossesse et de nouvelle maternité.
C’est pourquoi les femmes enceintes ayant des antécédents d’accouchement prématuré ou d’autres complications pourraient faire des tests pour la vaginose bactérienne même quand elles ne présentent aucun symptôme.



Jusqu’à 20 % des femmes enceintes, qui fait le test, montre une certaine présence de gardnerella dans le vagin, mais seulement peu de femmes ont vraiment besoin de traitement.
Certains professionnels de la santé traitent toutes les femmes enceintes pour gardnerella si le test montre que la femme est infectée.
Cette approche est basée sur la conviction selon laquelle nous devons lutter contre les infections vaginales car elles peuvent conduire à l’accouchement prématuré.
Toutefois, des études scientifiques accomplis jusqu’ici ne sont pas concluantes.
Il peut y avoir quelques petits avantages pour les femmes qui ont eu précédemment un accouchement avant terme.
La gardnerella ne devrait pas affecter le bébé si présente au cours d’un accouchement par voie vaginale.

 

Quelles sont les causes de la vaginose bactérienne ?

La cause de la vaginose bactérienne n’est pas claire. Elle peut se développer chaque fois que quelque chose perturbe l’équilibre entre les bonnes bactéries qui protègent le vagin contre les infections et les bactéries nuisibles qui ne le font pas.
On ne sait pas de façon claire quel soit le rôle joué par l’activité sexuelle dans le développement de la vaginose bactérienne, mais la vaginose bactérienne est plus fréquente chez les femmes qui ont eu des rapports sexuels.

Il est possible qu’une vierge ou un enfant aient une vaginose bactérienne.
Il est important de savoir que la vaginose bactérienne ne commence pas toujours par des rapports sexuels. Il existe certains facteurs qui peuvent perturber l’équilibre normal des bactéries dans le vagin et peuvent augmenter le risque de vaginose bactérienne :

• Avoir un nouveau partenaire ou des partenaires sexuels multiples,
• Douches,
• Utiliser un dispositif intra-utérin (DIU) comme contraceptif
• Ne pas utiliser un préservatif.



La vaginose bactérienne n’est pas transmise parce qu’on utilise les toilettes publiques, ou à travers des   sous-vêtements, ou encore en se baignant dans une piscine ou en touchant des objets.

 

Quels sont les symptômes de la vaginose bactérienne ?

Jusqu’à 50 % des femmes ayant une vaginose bactérienne ne présentent pas de symptômes.
D’autres femmes sentent une odeur vaginale désagréable et des pertes vaginales blanches.
Pour certaines femmes, ces symptômes sont particulièrement gênants pendant ou après un rapport sexuel.
Les pertes blanches observées dans un cas de vaginose bactérienne ont tendance à être plus subtiles que celles que l’on observe dans des infections vaginales dues aux levures (Candida).
La vaginose bactérienne habituellement ne cause pas une irritation importante de la vulve ou de la douleur pendant les rapports sexuels.
Si on a ces symptômes, le médecin devrait vérifier les autres causes possibles.

Complications de la vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne peut entraîner un risque accru de :

salpingite (inflammation des trompes de Fallope)
endométrite (inflammation de l’endomètre),
• les infections post-chirurgicales (par exemple, hystérectomie après une césarienne, cellulite endométrite)
• infections suite à un avortement
• résultats défavorables de grossesse, y compris la rupture prématurée des membranes, accouchement prématuré, chorioamniotite et l’endométrite post-partum.

Ces infections peuvent provoquer l’infertilité ou stérilité
Chez les patients présentant une vaginose bactérienne, peuvent se produire des infections mixtes avec Trichomonas et la levure.

Diagnostic de vaginose bactérienne

Vaginose bactérienneEn plus de l’histoire clinique et des examens vaginaux, des tests de laboratoire sont essentiels pour le diagnostic clinique de la   vaginose bactérienne.
Sur l’examen des pertes au microscope, la démonstration de 3 des 4 critères d’Amsel suivants est nécessaire pour diagnostiquer plus précisément la vaginose bactérienne :

• L’examen microscopique des pertes ou de fluide vaginal (le critère de diagnostic le plus spécifique),
• Un pH supérieur à 4,5 (jusqu’à 90 % des patients),
• caractéristiques pertes subtiles, grises et uniformes
• test du Souffle positif (jusqu’à 70 % des patients)

Les Critères de Nugent peuvent être utilisés   pour quantifier les bactéries par coloration de Gram des échantillons vaginaux.
Ces critères évaluent les 3 types de bactéries suivant et affectent des scores à chacun d’eux, comme montré ci-dessous :



• lactobacilles ou Lactobacillus (score, 0-4)
• Bacteroides/Gardnerella (score, 0-4)
• Mobiluncus (score, 0-2)

Le totale des points est calculé et interprété comme suit :

• 0-3 : normal
• 4-6 : décompte intermédiaires de germes
• 7-10 : vaginose bactérienne

La maladie peut-elle être transmise aux hommes ?

Beaucoup de médecins disent non, mais il y a une sorte d’inflammation de la pointe du pénis (balanite) qui semble être liée à des germes trouvés dans la vaginose bactérienne, même si c’est pas fréquent.

 

Traitement, quels antibiotiques sont-ils nécessaires ?

Le médicament de choix pour la vaginose bactérienne le métronidazole 500 mg deux fois par jour pendant 6 jours.
Une dose unique de 2 g d’antibiotiques s’est avérée être efficace pour le traitement des patients adolescents, mais en général un traitement d’une durée de 5 à 7 jours est plus efficace.
Même s’il est recommandé que le partenaire sexuel fasse le traitement en même temps, on ignore si cette action diminue l’incidence de la maladie.
Les contre-indications au métronidazole sont certaines anomalies et maladies du système nerveux central.
Un effet secondaire important est l’intolérance à l’alcool.
Le médicament est contre-indiqué pendant l’allaitement et les grossesses précoces.
L’antibiotique Zithromax par la bouche 4 fois par jour pendant 6 jours élimine la vaginose bactérienne gardnerella dans le vagin et soulage les symptômes, mais a peu d’effet sur la flore anaérobie vaginale.
D’autres préparations orales et vaginales sont prescrites, mais ne sont pas avérés utiles. La douche supprime de façon temporaire les sécrétions malodorantes, mais ne guérit pas l’infection.



Les médecins ne recommandent pas de traitement de routine pour les partenaires masculins des femmes qui ont la vaginose bactérienne.

 

Comment puis-je prévenir la vaginose bactérienne ?

La vaginose bactérienne n’est pas bien comprise par les scientifiques et aussi les meilleures façons de l’éviter sont inconnues.
Certainement, la vaginose bactérienne peut survenir lorsque l’on change de partenaire sexuel ou si l’on a des partenaires sexuels multiples.
Il faut suivre ces conseils pour réduire le risque d’avoir de la vaginose bactérienne :

Éviter les rapports sexuels
La meilleure façon de prévenir les maladies sexuellement transmissibles est l’abstinence, ne pas avoir des relations sexuelles de toutes sortes.

Être fidèle
Avoir des relations sexuelles avec un seul partenaire est une autre façon de réduire les risques d’être infectés. Être fidèle à l’autre, signifie avoir exclusivement des rapports sexuels avec son partenaire.

Utiliser des préservatifs
Se protéger avec un préservatif lors de rapports sexuels.
Les préservatifs devraient être utilisés pour tout type de relation sexuelle avec chaque partenaire.
Il est recommandé d’utiliser un préservatif masculin   en latex ou un préservatif féminin en polyuréthane.

Ne pas faire les lavages vaginaux
Lavages vaginaux enlèvent une partie des bactéries normales dans le vagin qui protègent contre l’infection. Cela peut accroître les chances d’avoir une vaginose bactérienne. On peut également augmenter le risque de rechute après le traitement.

Grossesse
Qui est enceinte et a des symptômes de la vaginose bactérienne ou a un accouchement prématuré ou bébé de poids insuffisant à la naissance devrait subir un test pour la vaginose bactérienne.
Faire le test dès que l’on pense pouvoir être enceinte.

Finir les médicaments prescrits
Qui est atteint de vaginose bactérienne, devrait porter son traitement jusqu’à la fin c’est-à-dire boire toute la dose de médicaments indiquée par le médecin.
Même si les symptômes passent, on doit terminer la cure.