Syphilis, contagion, symptômes et traitement

La syphilis est une maladie sexuellement transmissible très contagieuse qui se transmet par l’activité sexuelle, y compris le sexe oral ou postérieur.
Dans de rares cas, la maladie peut être transmise à une autre personne à travers des baisers prolongés dans la bouche ou avec un contact physique intime.

Bien que cette maladie se propage à travers des lésions ou blessures, la grande majorité de ces plaies ne sont pas reconnues.
La personne infectée n’est souvent pas consciente de la maladie et la transmet sans le savoir à son partenaire sexuel.

Syphilis, contagion, symptômes et traitement
Syphilis – contagion, symptômes et traitement

Après l’infection initiale, les bactéries de la syphilis peuvent rester latentes dans l’organisme pendant des décennies avant de devenir à nouveau actives.
Dans les premiers stades, la syphilis est facilement traitable. Toutefois, si elle n’est pas traitée, elle peut provoquer de graves dommages au cœur, au cerveau ou à d’autres organes et peut être mortelle.
Il est donc important de comprendre autant que possible sur cette maladie.

Les femmes enceintes atteintes de la syphilis la peuvent transmettre à leur enfant. Cette maladie, appelée syphilis congénitale, peut provoquer des anomalies ou même la mort de l’enfant.
La syphilis ne se transmet pas en touchant les poignées des portes, le siège des toilettes, à la piscine, dans les bains à remous, en partageant les vêtements ou en mangeant avec les mêmes couverts.

 


Causes

La cause de la syphilis est une bactérie appelée tréponème pâle ou Treponema pallidum.
La voie la plus courante de transmission est par contact avec la plaie d’une personne infectée pendant l’activité sexuelle. Les bactéries pénètrent dans le corps par le biais de minuscules coupures ou écorchures de la peau ou à travers les muqueuses. La syphilis est contagieuse pendant les phases primaires et secondaires, parfois même au début de la période latente.
Dans de rares cas, la syphilis peut se propager par contact direct avec une lésion active non protégé (comme pendant le baiser) ou par une mère infectée à son bébé pendant la grossesse ou l’accouchement (syphilis congénitale).
Même si une personne a déjà été traitée pour la syphilis, elle peut être infectée à nouveau si elle entre en contact avec quelqu’un qui a la syphilis en phase active.

 

Signes et symptômes de la syphilis primaire

Pendant le phase primaire de la syphilis, un ulcère généralement indolore se forme sur la zone où les bactéries ont pénétré dans l’organisme. En général, cela se produit dans les 3 semaines qui suivent l’infection, mais peut varier de 10 à 90 jours.

  • Une seule papule rouge et indolore devient rapidement un ulcère. Elle guérit en 4 à 8 semaines sans aucun traitement et en 1 à 2 semaines avec un traitement approprié.
  • Des plaies peuvent être présentes à l’intérieur du vagin ou de l’anus mais elles passent souvent inobservées.
  • Dans le cas d’ulcère vaginal ou rectal, les ganglions lymphatiques peuvent gonfler. Si l’ulcère se trouve dans la bouche, les ganglions lymphatiques cervicaux peuvent se gonfler.

Une personne est hautement contagieuse pendant la phase primaire.

 

Syphilis secondaire

La personne peut transmettre la maladie durant cette phase.

Sans traitement ou si le traitement n’a pas fonctionné, après une période qui va de 3 semaines à 3 mois environ après le premier stade, une éruption cutanée diffuse se forme. L’éruption cutanée peut être mince ou en relief, avec des papules ou des taches de couleur marron, rouge ou rougeâtre. Elle se manifeste généralement sur le buste, sur les paumes de la main ou sous la plante des pieds. L’éruption ne cause pas de démangeaisons.
Elle se résorbe d’elle-même après quelques semaines mais peut se représenter dans les deux années qui suivent.
Certaines petites plaies ouvertes peuvent être présentes sur les membranes muqueuses. Ces plaies peuvent contenir du pus.

  • Des plaies humides, blanchâtres et en reliefs qui ressemblent à des verrues (appelées Condyloma latum ou condylomes plats) peuvent se former, surtout au niveau de l’aine, dans la partie interne de la cuisse, sous les aisselles.
  • Chez les personnes à la peau foncée, les ulcères peuvent avoir une couleur plus claire que la peau.
  • Le patient peut souffrir d’une angine unilatérale qui peut être ulcérée et accompagnée de ganglions lymphatiques cervicaux gonflés. On peut la confondre avec une angine mais elle ne réagit pas aux antibiotiques par voie orale.
  • Perte de cheveux à plaques.

Parmi les symptômes, on trouve aussi :

D’autres organes peuvent être touchés :

  • foie,
  • reins,
  • système nerveux central,
  • articulations,
  • yeux (provoque des troubles visuels).

Cependant, l’aspect de l’éruption cutanée peut varier considérablement : elle peut être plate ou en relief, elle peut être squameuse et présenter également des pustules.
L’éruption cutanée peut durer de deux semaines à plusieurs mois.
D’autres symptômes de syphilis secondaire sont : plaies dans la bouche, dans le nez, dans la gorge et sur les parties génitales, ou des plaies sur la peau.
Le gonflement des ganglions lymphatiques est fréquent et la maladie peut entraîner une perte irrégulière des cheveux.
Tous les signes et les symptômes du deuxième stade de la syphilis disparaissent sans traitement dans une période qui varie de 3 semaines à 9 mois, mais l’infection reste dans l’organisme.

 

Signes et symptômes de la syphilis latente

La phase latente de la syphilis, qui se survient après la disparition des symptômes de la syphilis secondaire, peut durer de quelques années à 50 ans ! Il n’y a pas de symptômes à ce stade et après environ deux ans, un homme infecté peut cesser d’être contagieux. Cependant, un homme dans la phase latente de la syphilis est encore infecté et la maladie peut être diagnostiquée par un test sanguin. Au cours de la phase de latence, une femme enceinte peut transmettre la syphilis au nouveau-né.

 

syphilis-tertiaire
Syphilis tertiaire – ulcère

Complications et conséquences de la syphilis tertiaire

De 15 à 30 % des personnes atteintes de syphilis et qui ne reçoivent pas de traitement développent de graves complications.
Elles peuvent se produire de 10 à 30 ans après la contagion.
En général, la syphilis dans la troisième phase n’est plus contagieuse.

La syphilis tertiaire est aussi une phase systémique au cours de laquelle peuvent produire :

  • des granulomes gommeux, c’est-à-dire des lésions cutanées molles et bénignes qui se trouvent principalement dans le foie, mais qui peuvent se trouver également dans le cerveau, dans le cœur, sur la peau, dans les os, les testicules et dans d’autres tissus (syphilis gommeuse) ;
  • le développement de grands nodules (syphilodermes nodulaires) sur différents organes du corps ;
  • anévrisme de l’aorte (syphilis cardiovasculaire) ;
  • infection au cerveau, AVC, confusion mentale, méningite (infection du cerveau), paralysie ou faiblesse (neurosyphilis) ;
  • au niveau des yeux on peut constater une perte de la vue ;
  • la mort.

 

Diagnostic

La syphilis peut être diagnostiquée en testant quelques échantillons de :

Sang
Des analyses de sang peuvent confirmer la présence d’anticorps que l’organisme produit pour combattre l’infection.
Les anticorps contre la bactérie qui causent la syphilis restent dans l’organisme pendant des années, donc le test peut être utilisé pour déterminer une infection actuelle ou passée.



Fluide des plaies
Le médecin peut prélever un petit échantillon de cellules de la plaie à analyser au microscope dans un laboratoire.
Ce test ne peut être fait qu’au cours de la syphilis primaire ou secondaire, quand les blessures sont présentes. Le prélèvement peut révéler la présence de bactéries qui causent la syphilis.

Le liquide céphalo-rachidien
Si on soupçonne d’avoir des complications de la syphilis sur le système nerveux, le médecin peut également suggérer de prélever un échantillon de liquide céphalo-rachidien à l’aide d’une procédure appelée ponction lombaire.

 

Quand faire le test ?

Si vous pensez que vous avez eu une relation à risque, vous pouvez prendre la prise de sang le lendemain pour exclure la syphilis.

 


Quel est le traitement de la syphilis ?

Selon le stade de la maladie et les manifestations cliniques, les options de traitement pour la syphilis peuvent varier.
L’injection de pénicilline pendant longue durée a été très efficace dans le traitement de la syphilis aussi bien à un stade précoce qu’avancé.
Le traitement de neurosyphilis nécessite une administration intraveineuse de la pénicilline.
Les traitements alternatifs incluent des médicaments par voie orale : doxycycline (noms commerciaux Doxylis, Vibramycine) ou tétracycline (chlorhydrate de tétracycline).

Les femmes qui ont été infectées pendant la grossesse peuvent transmettre l’infection au fœtus à travers le placenta.
La pénicilline devrait être administrée aux patientes enceintes atteintes de syphilis étant donné que les autres antibiotiques ne passent pas de façon efficace à travers le placenta pour traiter le fœtus infecté.
La syphilis non traitée peut conduire à la cécité ou même à la mort de l’enfant.

 

Prévenir la syphilis

Le seul moyen garanti pour prévenir l’infection par la syphilis est d’éviter les contacts sexuels ou avoir des relations sexuelles avec un partenaire fidèle qui a été testé et n’a pas l’infection.
On peut réduire le risque de contracter la syphilis et autres maladies sexuellement transmissibles, de la manière suivante :

  • en utilisant un préservatif ou un prophylactique lors des rapports sexuels de toute nature,
  • en évitant le partage de jouets sexuels.