Symptômes de la cystite et traitement

La cystite est une inflammation de la vessie, généralement provoquée par une infection des voies urinaires. Elle touche davantage les femmes que les hommes et peut survenir à tout âge.

Quand on va uriner, l’urine stockée dans la vessie passe à l’extérieur du corps à travers un tube appelé urètre.

Si la sortie de l’urine est douloureuse ou cause une forte gêne, alors on pourrait être en présence d’un cas de cystite.

couple, cystite, douleur, vagin
Si elle n’est pas traitée, la cystite peut conduire à une infection rénale grave.
La plupart des cystites sont provoquées par des bactéries vivant dans l’intestin. Ces dernières sont inoffensives tant qu’elles restent dans l’intestin, mais elles posent des problèmes lorsqu’elles atteignent l’urètre et la vessie. Cela peut se produire pendant les rapports sexuels ou lors du nettoyage de la zone génitale de l’arrière vers l’avant après la défécation.

 

Qui peut être atteint de cystite ?

Les femmes sont huit fois plus susceptibles d’avoir des cystites que les hommes, puisque chez la femme, le tuyau d’où descend l’urine de la vessie (urètre) est plus proche de l’anus.
Jusqu’à 15 % des femmes présentent une cystite chaque année et environ la moitié des femmes ont au moins une attaque de cystite dans la vie.
D’autres facteurs de risque de cystite sont le diabète sucré, la grossesse et le fait d’être sexuellement actif.

 


Qui est à risque de cystite ?

L’infection par les bactéries intestinales est de loin la cause la plus fréquente de la cystite, surtout chez les femmes qui ont un urètre court.
Normalement, les urines sont stériles, c’est-à-dire qu’elles ne contiennent pas de micro-organismes comme les bactéries.
Toutefois, on peut avoir des bactéries dans la vessie sans avoir de symptômes, en particulier chez les personnes âgées.

 

Causes

La vidange incomplète de la vessie et par conséquent l’urine résiduelle qui stagne, peut provoquer une infection. Les causes peuvent être : certains médicaments (antidépresseurs, par exemple), l’immobilité et les troubles de contrôle de la vessie.

 

Facteurs de risque

Hygiène
Après avoir uriné, les femmes doivent s’essuyer de l’avant vers l’arrière, vers l’anus, pas l’inverse, pour empêcher que les bactéries principales de l’intestin pénètrent dans l’urètre.

Malformations congénitales du système urinaire
Dans le cas d’infections à répétition du système urinaire, surtout parmi les jeunes, il faut rechercher une éventuelle malformation congénitale (présente depuis la naissance) quelque part dans le système urinaire qui empêche la vidange complète de la vessie.



Personnes avec un cathéter
Qui a un cathéter pour drainer l’urine a des bactéries dans la vessie, généralement sans symptômes.
Lors du changement du cathéter, de petites lésions peuvent apparaître et augmenter le risque d’infection.

Les hommes avec la prostate hypertrophique ou enflammée
Une hypertrophie de la prostate (glande chez les hommes) chez les personnes âgées empêche la vidange complète de la vessie.
D’autres maladies telles que la prostatite (infection de la prostate) et l’urétrite (infection de l’urètre) peuvent provoquer des symptômes semblables chez les hommes plus jeunes.

Grossesse
Les infections des voies urinaires (reins, vessie, urètre et uretères) sont plus fréquentes pendant la grossesse.
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la cystite est fréquente chez les femmes enceintes.
Sous l’influence de la progestérone (une des hormones de grossesse), la vessie devient plus grande et plus détendue, donc elle ne se vide plus complètement comme avant la grossesse.
En outre, l’utérus s’accroît et se déplace vers l’urètre, ce qui provoque un étirement de ce dernier, et cela peut rendre difficile le passage de l’urine.
Si la vessie ne se vide pas correctement, les bactéries dans l’urine peuvent se multiplier et provoquer une infection.

 

D’autres causes

La cystite « lune de miel »
La cystite chez les femmes est liée à l’augmentation de la fréquence de l’activité sexuelle.
Nous avons tous des bactéries sur la peau et pendant les rapports sexuels, ces bactéries qui se trouvent près de l’ouverture de l’urètre peuvent pénétrer dans l’urètre et la vessie où ils peuvent provoquer des cystites.
La femme y gagnerait beaucoup à aller aux toilettes pour vider la vessie après des rapports sexuels pour « éliminer » les bactéries qui peuvent rester dans l’urètre.



Infection sexuellement transmissible
Les infections par la blennorragie et la chlamydia peuvent provoquer des symptômes semblables à la cystite.
En outre, dans ce cas on remarque généralement des pertes vaginales et du sang après un rapport sexuel.

Parasites
Spécialement chez les personnes qui ont été en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient.
La vessie peut être infestée par des parasites, comme la schistosomiase.
Les symptômes sont semblables à la cystite, mais il n’y a pas de bactéries dans l’urine.

Chez les femmes en phase de postménopause
En raison de l’absence d’hormones sexuelles féminines chez les femmes en phase de postménopause, un certain nombre de changements se produisent dans tout le corps. Une des conséquences de cela est le fait que le système urinaire est plus facilement irritable par la cystite.

Diabète
Les femmes atteintes de diabète sont plus susceptibles d’avoir des cystites.

 

Les signes et les symptômes de la cystite généralement sont :

Symptômes chez les enfants
Les symptômes de cystite chez les enfants peuvent inclure :

La cystite peut se produire chez les petits enfants, mais l’énurésie nocturne n’est pas liée à une infection des voies urinaires.

Cystite interstitielle
Cystite

Peut-elle être due à quelque chose d’autre ?

Les infections transmises sexuellement (ITS) sont souvent provoquées par des infections de l’urètre et présentent des symptômes semblables à la cystite.
Il est important pour les personnes âgées de moins de 25 ans de faire des tests pour la chlamydia.
Une autre raison de cystite est liée aux calculs rénaux.

 

Diagnostic

Si on a les symptômes de la cystite, on doit en parler avec le médecin dès que possible.
En plus de parler des signes, des symptômes et des antécédents médicaux, le médecin pourra prescrire les tests suivants :

Analyse d’urine
Si on soupçonne une infection de la vessie, le médecin peut demander un échantillon d’urine pour déterminer s’il y a la présence de bactéries, de sang ou de pus dans l’urine.

Cystoscopie
L’inspection de la vessie à l’aide d’un cystoscope (un mince tube muni d’une lumière et une caméra attachée) qui peut être inséré dans la vessie par l’urètre, aide au diagnostic.

 


Quel est le traitement pour la cystite ?

Médicaments antibiotiques
Une cure de trois à cinq jours est un traitement normal pour la plupart des femmes.
Les symptômes s’améliorent généralement en un jour ou deux après le début du traitement. En moyenne, prendre les antibiotiques raccourcit la durée des symptômes d’environ une journée. Il existe la possibilité que le médecin prescrive des antibiotiques à prendre seulement si les symptômes s’aggravent ou ne s’améliorent pas après quelques jours.
Exemples de médicaments prescrits pour la cystite infectieuse :

  • enoxacine (Enoxor)
  • lévofloxacine (Tavanic)
  • ciprofloxacine (Ciflox, Ciloxan, Ciloxadex, Uniflox)
  • acide nalidixique (Negram)

Ne pas traiter la cystite peut être une option (si on n’est pas enceinte ou si on n’a pas d’autres maladies).
Le système immunitaire peut souvent éliminer l’infection tout seul. Sans antibiotiques, la cystite (surtout celle en forme légère), peut disparaître toute seule après quelques jours. Cependant, les symptômes peuvent parfois durer environ une semaine sans médicaments.

Paracétamol ou ibuprofène
Ces médicaments réduisent la douleur ou la sensation de gêne et peuvent aussi faire baisser la fièvre.
Boire en grande quantité est un remède traditionnel pour se débarrasser des bactéries se trouvant dans la vessie.
Toutefois, il n’existe aucune preuve de l’utilité de ce traitement.

Il n’a pas été prouvé scientifiquement que boire du jus de myrtilles ou prendre des produits qui alcalinisent les urines (comme le citrate de potassium ou de bicarbonate de soude) améliore les symptômes de la cystite.
Ces types de produits sont parfois vendus comme traitement de la cystite.
Si les symptômes s’aggravent ou si une une forte fièvre se développe, on doit consulter le médecin.
En outre, si les symptômes ne s’améliorent pas avant la fin du traitement antibiotique, ou si les symptômes réapparaissent dans les 2 semaines après la prise d’antibiotiques, on doit consulter le médecin.

 

Que doit-on faire pour éviter la cystite ?
Si on est en présence d’une attaque occasionnelle de cystite, on ne doit rien faire et on ne doit pas changer son style de vie.
Par contre, en cas de cystite récurrente, les actions suivantes peuvent aider :

Hygiène
Il n’y a aucune preuve que le manque d’hygiène puisse conduire à la cystite.
En fait, certaines femmes lavent leur anus et leur vagin de façon excessive, et cela pourrait faire plus de mal que de bien.
Trop de lavages peuvent endommager la peau des organes génitaux.
Les bactéries se développent mieux sur la peau endommagée.
Si on frotte trop le vagin avec les doigts pendant la douche, on peut modifier l’équilibre normal du mucus protecteur et permettre aux bactéries de se multiplier.
Une approche de bon sens consiste à laver l’anus et la zone de la peau voisine doucement une fois par jour avec du savon et de l’eau.

Nettoyer l’anus d’avant en arrière après avoir déféqué est le plus utile.
Le raisonnement est que les bactéries de l’anus sont poussés vers l’arrière et non vers l’urètre.
Boire beaucoup peut aider à prévenir la cystite, mais après l’apparition des symptômes cela n’est plus efficace.

Sous-vêtements
Porter des sous-vêtements en coton et changer au moins une fois par jour. Ne pas porter de pantalons serrés ou collants.
Cela permet d’éviter les conditions de chaleur, humidité et le manque d’air autour des organes génitaux qui favorisent la croissance des bactéries.
Il est recommandé de laver les slips deux fois avant de les porter pour éliminer toute trace de bactéries.

 

Remèdes naturels

Le jus de myrtilles ou les comprimés contenant de la proanthocyanidine peuvent aider à réduire le risque d’infections récurrentes ou chroniques de la vessie chez certaines femmes.
Les résultats des études cliniques sont mitigés et cela rend difficile d’affirmer avec certitude si le jus de myrtilles est vraiment utile ou s’il s’agit simplement d’un effet placebo.
Éviter le jus de myrtilles si on prend du warfarine, qui est un médicament anticoagulant du sang.

Bien que les effets de ces remèdes de grand-mère n’aient pas été suffisamment étudiés, les médecins recommandent parfois les remèdes suivants en cas de cystites répétées :

Boire beaucoup de liquides, surtout de l’eau.
Boire beaucoup de liquides est particulièrement important quand on est soumis à un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie, spécialement le jour même du traitement.

Uriner fréquemment.
Si on ressent le besoin d’uriner, on ne devrait pas attendre pour aller aux toilettes.

Prendre une douche plutôt qu’un bain dans la baignoire
Qui est vulnérable aux infections devrait prendre une douche plutôt qu’un bain pour prévenir la cystite.

Éviter d’utiliser des sprays désodorisants ou produits féminins dans la zone génitale. Ces produits peuvent irriter l’urètre et la vessie.

 

Régime alimentaire

Les patients atteints de cystite sentent souvent une aggravation des symptômes lors de la consommation de certains aliments et boissons, surtout des boissons contenant de la caféine comme le café, le thé et le soda.
Les aliments à éviter dans un régime alimentaire sont : boissons alcoolisées, les agrumes et les jus de fruits, sucres même si contenus dans des édulcorants artificiels et le chili, mais il est important de préciser que les aliments à éviter varient d’une personne à l’autre.

Outre les gâteaux, il faut éviter les produits laitiers et le gluten qui sont difficilement digérés par l’intestin, lieu où se forment le système immunitaire. Ces aliments favorisent donc les maladies et les infections.
La viande vendue de nos jours au supermarché n’est pas saine, il faut donc l’éviter, tout comme les poissons d’élevage.

Il est conseillé de manger beaucoup de fruits et de légumes de saison, des fruits secs, des légumineuses et des céréales complètes.

 

Cystite liée aux rapports sexuels

Certaines femmes ont remarqué avoir développer la cystite un jour ou deux après avoir pratiquer des rapports sexuels.
Cela peut être dû en partie aux mouvements pendant les rapports sexuels qui peuvent pousser des bactéries dans la vessie.
Il peut y avoir de légers dégâts à l’urètre qui favorisent la croissance des bactéries.
Cela devient plus probable si le vagin est sec au cours de relations sexuelles. Le mucus normal dans et autour du vagin peut connaitre des troubles même si on utilise des spermicides ou contraceptifs comme le diaphragme.

À l’aide des médicaments suivants on peut réduire les possibilités d’être atteint de cystite après les rapports sexuels :

  • Après avoir eu des rapports, il convient aller aux toilettes pour vider la vessie.
  • Si le vagin est sec, utiliser un lubrifiant avant la pénétration.
  • Certaines personnes préfèrent prendre une seule dose d’antibiotique dans les deux heures qui suivent le rapport sexuel.
  • Ne pas utiliser des spermicides ou un diaphragme pour la contraception, les préservatifs sont une excellente méthode de prévention de la cystite.

 

Combien de temps dure-t-elle ? Quand guérit-elle ?

Dan la très grande majorité des cas, la condition s’améliore dans les deux jours qui suivent l’apparition de la cystite.
Toutefois, si les symptômes ne s’améliorent pas malgré la prise d’antibiotiques, on devrait peut-être prendre un autre antibiotique alternatif.
Les bactéries qui provoquent les cystites peuvent être résistantes à certains types d’antibiotiques.
Dans certains cas, une infection de la vessie non traitée peut se propager vers le haut dans les voies urinaires et affecter les reins provoquant la pyélonéphrite : inflammation et infection du rein.

Pour des infections de la vessie plus graves, le temps de guérison dépend de la situation clinique. Les patients peuvent devenir gravement malades si l’infection se propage de l’appareil urinaire vers le sang, une condition appelée urosepsis. Les antibiotiques par voie intraveineuse sont généralement efficaces. En général, les patients auxquels on a diagnostiqué l’urosepsis ont besoin d’un traitement antibiotique plus long.