Condylomes génitaux acuminés ou verrues génitales

Les condylomes génitaux ou verrues génitales sont une maladie sexuellement transmissible qui apparaît sur les organes génitaux, dans la région anale, à l’intérieur de la zone supérieure du vagin, sur le col de l’utérus et l’urètre masculin (tube qui relie la vessie à l’extérieur).
La lésion est généralement enflée et rose.
Les condylomes masculins ou féminins sont des lésions de la peau sexuellement transmissibles provoquées par le virus du papillome humain (VPH).

Condylomes génitaux acuminés ou verrues génitales

Actuellement, il existe plus de 100 types de VPH, dont certaines peuvent provoquer le cancer, principalement au col de l’utérus et à l’anus.
Environ 90 % des condylomes acuminés sont liés au VPH de type 6 et 11. Ces 2 types sont donc moins susceptibles d’arriver à un potentiel néoplasique.
Cependant, l’infection au VPH est très fréquente et ne provoque pas toujours de cancer. L’examen préventif des cancers gynécologiques ou frottis du col utérin peut détecter des anomalies assez tôt et doit être effectué régulièrement par toutes les femmes.
On ne sait pas combien de temps le VPH peut rester asymptomatique et quels ont les facteurs qui provoquent l’apparition des lésions. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de faire des visites régulières.

 

Causes du condylome

Bien que les verrues génitales soient provoquées par le virus du papillome humain, beaucoup de personnes ont été infectées sans présenter de verrues. Les infections dues au VPH ne sont pas considérées comme des maladies sexuellement transmissibles (MST) mais il n’y a aucun doute que les verrues se transmettent sexuellement.
Le VPH est un virus qui contient de l’ADN double brin, comme la forme du virus de l’herpès. Cela ne semble pas être une maladie qui pénètre dans le sang.
Étant donné que certaines verrues disparaissent spontanément, comme certaines verrues communes du corps, il est clair que le système immunitaire du patient joue un rôle important dans l’infection.
Environ 30 % des femmes présentant le VPH dans l’utérus, diagnostiqué grâce au frottis utérin, continuent à développer la dysplasie cervicale. Il est évident que certaines formes de dysplasie cervicale et de cancer du col utérin sont provoquées par le VPH.

 


Quelles sont les causes des verrues anales ?

Les verrues anales sont provoquées par le virus du papillome humain, qui se transmet généralement par contact sexuel mais pas nécessairement à travers un rapport anal.
Il existe plusieurs types de virus du papillome humain. Certains provoquent des verrues sur les mains et les pieds, tandis que d’autres causent des verrues génitales et anales.
Le même type de verrues peut survenir sur le pénis, le scrotum, le vagin ou sur les grandes lèvres.

 

Combien de temps entre l’infection et la formation de verrues ?
Le temps d’exposition au virus à la croissance des verrues (période d’incubation) varie d’un à six mois, mais peut être plus long. Pendant ce temps, le virus reste dans les tissus mais est inactif.

 

Comment se forment les verrues génitales ?

La condylomatose ou verrue vénérienne est transmise lors des rapports sexuels.
Une femme peut transmettre le condylome au nouveau né pendant l’accouchement.
Les hommes et les femmes sexuellement actifs entre 15 et 33 ans sont plus susceptibles d’avoir des verrues génitales.
Les facteurs suivants augmentent le risque d’avoir des condylomes génitaux :

  • activité sexuelle : ne pas porter un préservatif et avoir plusieurs partenaires sexuels.
  • problèmes avec le système immunitaire : d’autres maladies sexuellement transmissibles, l’infection au VIH, le traitement contre le cancer ou une greffe d’organe peuventt affaiblir le système immunitaire et augmenter les risques.
  • tabagisme : le tabagisme entraîne des changements au niveau des cellules du corps et peut augmenter les risques d’avoir une infection au VPH.

 


Signes et symptômes en cas de verrues génitales

L’infection au VPH provoque généralement des verrues de dimension variable. Généralement, chez les hommes, on observe la formation de verrues sur le pénis (gland) et sur la région anale.
Chez les femmes, les symptômes les plus courants apparaissent au niveau du vagin, de la région vulvaire, utérine et anale. Les lésions peuvent aussi apparaître dans la bouche, sur les lèvres et la gorge. Les hommes et femmes peuvent être infectés par le virus sans manifester aucun symptôme.
Les verrues ne provoquent généralement pas de douleur dans l’anus, au pénis ou au vagin, et ce même lors des rapports sexuels, ce qui fait une différence importante avec les hémorroïdes.

 

Quels sont les symptômes des verrues anales ?

Beaucoup de patients présentant des verrues anales ne manifestent aucun symptôme.
Certains patients peuvent remarquer de petites excroissances dans la région anale. D’autres se plaignent de démangeaisons, de saignements ou d’humidité dans le canal anal.

 

Diagnostic

Trouver une formation semblable à un chou-fleur sur les organes génitaux est une raison pour aller chez le médecin, qui pourra déterminer s’il s’agit de verrues génitales ou d’une autre maladie.
Le médecin peut utiliser un type de microscope appelé colposcope pour examiner le col de l’utérus d’une femme et vérifier la présence d’éclosions internes.
Quand de l’acide acétique (vinaigre) est tamponné sur le col de l’utérus ou le pénis, les lésions dues au virus du papillome humain apparaissent de couleur blanchâtre.
La colposcopie peut être utile pour détecter les lésions plates qui ne sont pas visibles à l’œil nu. Seulement deux tiers des zones blanches observées sont dues à une infection au VPH.
Les échantillons des cellules, obtenus à l’aide d’une biopsie pour le virus du papillome humain, peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic.
Un frottis anormal du col de l’utérus peut également indiquer l’infection au VPH.
Certains types de VPH peuvent provoquer le cancer du col de l’utérus, tandis que d’autres peuvent provoquer le cancer de la vulve ou de l’anus. Suite à un frottis anormal, une femme doit être examinée par le médecin.

Diagnostic différentiel

Le médecin doit exclure d’autres pathologies qui présentent des symptômes similaires, comme le Molluscum Contagiosum.


 

D’autres maladies sexuellement transmissibles

Chlamydia

Candidose

Vaginose bactérienne

Gale

Herpès génital

Virus du papillome humain

Trichomonase

Cystite

 

Comment traiter le condylome génital ?

Les petites verrues génitales peuvent guérir sans traitement. Dans certains cas, les verrues peuvent augmenter en nombre et en taille.
Le traitement peut aider à prévenir la transmission des verrues et à prévenir le cancer du col de l’utérus.
Il peut également réduire les symptômes et aider à se sentir mieux.
Le traitement

Médicaments :

  • Immunomodulateurs : ils aident à renforcer le système immunitaire et à traiter les verrues génitales.
  • Antiprolifératifs : ils peuvent aider à bloquer la croissance en taille et en nombre des verrues génitales.
  • Anti-viraux : ils aident à contrôler et stopper la multiplication des virus comme le VPH.

D’autres traitements pour les verrues génitales
La cryothérapie
à l’azote liquide (gaz) peut geler et détruire les verrues génitales. Ce traitement peut également être effectué pendant la grossesse.


Électrocautérisation : on utilise un périphérique avec une petite sonde qui détruit les verrues génitales à l’aide de la chaleur.

Opération chirurgicale : un bistouri, des ciseaux ou d’autres instruments chirurgicaux peuvent servir à supprimer les condylomes internes.
Après avoir enlevé les verrues, on peut les envoyer dans un laboratoire pour les analyser.

Laser
Il sert à supprimer les verrues génitales plus grosses ou plus épaisses.
Le laser utilise la chaleur pour détruire les tissus autour ou à proximité des verrues.
Ce traitement peut aider les zones traitées à guérir sans laisser de cicatrices.

Remèdes naturels
Un bon remède naturel est le bicarbonate de soude  (à mélanger avec un peu d’eau pour former une pâte) à appliquer directement sur les condylomes.
La lésion de la peau devrait disparaître en quelques jours.

 

Quel traitement pour le condylome anal ?

Il existe plusieurs façons de traiter les verrues anales selon l’emplacement, le nombre et la taille.
Si les verrues sont petites, elles peuvent être traitées avec de la podophylline, une solution qu’on applique directement sur la verrue pour provoquer sa desquamation.
Il s’agit d’une intervention en ambulatoire qui prend seulement quelques minutes.
Le médecin prescrit rarement une pommade à appliquer soi-même.
Une autre forme de traitement est la cautérisation.
Si la région contient de nombreuses verrues, le médecin peut décider de les enlever chirurgicalement.
L’intervention se fait en un seul jour à l’hôpital.

 

Combien de temps les condylomes génitaux restent-ils ? Le pronostic

Les verrues génitales externes peuvent :

  1. guérir spontanément (jusqu’à un tiers de régression dans les trois mois)
  2. rester inchangées
  3. augmenter de volume.

Une infection permanente peut persister.
Les verrues peuvent se manifester une nouvelle fois (récidive) avec ou sans immunosuppression, en particulier les verrues.
Plus de 90 % des verrues génitales sont provoquées par des types de VPH qui ne conduisent pas à la formation d’une tumeur maligne.