Emphysème pulmonaire

Qu’est-ce que l’emphysème pulmonaire ?

L’emphysème est une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) causée par une altération irréversible des alvéoles pulmonaires.
Lors de l’inspiration, l’air arrive aux poumons à travers les bronches ou les ramifications de la trachée.
Dans les poumons, les bronches sont divisées en de nombreuses voies aériennes plus petites, appelées bronchioles.
À l’extrémité des bronchioles, se trouvent les alvéoles.


Emphysème pulmonaire,phases,stade,alvéole,tabagisme
Ces structures sont des groupes de petits sacs d’air.
Le passage de l’oxygène et de dioxyde de carbone se fait à travers de minces vaisseaux sanguins présents à l’intérieur des parois alvéolaires.
Lors de la respiration, les sacs d’air se gonflent et se dégonflent grâce aux fibres élastiques.
L’emphysème est un problème de santé qui est fréquent dans les zones où le taux de pollution atmosphérique est important.
Au début de l’emphysème pulmonaire chronique, les bronchioles s’enflamment et la quantité d’air dans les alvéoles diminue.
L’élasticité des parois alvéolaires se réduit.
À un stade avancé de la maladie, les capillaires et les parois alvéolaires s’endommagent et l’emphysème peut devenir mortel.

Quelles sont les causes de l’emphysème ?

Tabagisme
Le tabagisme est l’une des causes principales d’emphysème.
Ceux qui fument au moins 20 cigarettes par jour souffrent de cette maladie, sous une forme légère ou grave.
Quand on fume, on inhale des substances toxiques contenues dans les cigarettes.
Ces produits chimiques s’accumulent dans la cavité pulmonaire et commencent à détruire les cils vibratiles.
La fonction primaire des cils est de prévenir l’accumulation de mucus dans les voies aériennes.
La destruction des cils provoque l’accumulation de mucus en excès et cela cause une congestion.
La conséquence de cette congestion est le rétrécissement des conduits : le flux d’air diminue, alors.
Le tabagisme cause également la destruction des tissus dans les poumons.
Le tabagisme passif est aussi dangereux.
Les facteurs de risque du cancer du poumon sont l’âge et le tabagisme, exactement les mêmes facteurs que l’emphysème, donc il est probable qu’un patient présente les deux maladies en même temps.
Parmi les causes moins importantes, nous pouvons citer la carence d’une protéine : AAT (alpha1-antitrypsine). Cette protéine est essentielle pour préserver l’élasticité des muscles de la respiration.
Parmi les autres causes, nous pouvons citer :

  • Une exposition aux polluants (fumées, poussières, etc.),
  • Un système immunitaire faible.

La bronchite chronique et l’asthme allergique sont parmi les facteurs de risque de cette maladie.

 

Classification de l’emphysème

  1. L’emphysème bulleux est caractérisé par la formation de grandes bulles d’air dans les poumons qui empêchent la respiration. Si les bulles éclatent soudainement, un pneumothorax peut se produire (phase aiguë).
  2. L’emphysème centrolobulaire affecte les bronchioles proches de la trachée, en particulier celles des parties supérieures.
  3. L’emphysème panlobulaire affecte l’ensemble du lobule pulmonaire et est plus grave dans les parties inférieures, où le flux sanguin est plus important.
    Il est surtout causé par la carence en alpha1-antitrypsine (AAT) et s’aggrave avec le tabagisme, les injections de méthylphénidate (Ritaline) ou avec le syndrome de MacLeod.
  4. L’emphysème paraseptal touche les parties périphériques du lobule pulmonaire secondaire. En général, il se trouve près de la plèvre. Il est causé par le tabagisme et peut provoquer la formation de bulles sous-pleurales ainsi qu’un pneumothorax spontané.
  5. L’emphysème interstitiel se manifeste quand l’air s’accumule dans l’espace situé entre les lobules, au-dessous de la plèvre.
  6. L’emphysème aigu est caractérisé par la dilatation des parois alvéolaires causée par des crises d’asthme.
  7. L’emphysème sénile se manifeste parce que l’élasticité des parois des alvéoles est moindre chez les personnes âgées.
  8. L’emphysème vicariant ou compensateur touche le poumon ou le lobule sain qui cherche à remplacer la partie malade de l’organe.

 

Symptômes de l’emphysème pulmonaire

  1. Essoufflement. L’essoufflement est le symptôme le plus fréquent. Contrairement à d’autres maladies respiratoires, le problème de l’emphysème se manifeste lors de l’expiration et non lors de l’inhalation.
    Au début, le problème survient lors d’un effort physique, mais quand la maladie se développe, les symptômes se manifestent aussi au repos.
  1. Tachypnée. Souvent, les patients respirent très rapidement.
    Dans des conditions normales, une personne respire entre 12 et 20 fois par minute, mais chez les personnes qui souffrent d’emphysème, la fréquence respiratoire est plus élevée.
  1. Toux. Un autre symptôme est une toux chronique et persistante pendant une longue période de temps.
    La toux peut être accompagnée d’expectorations (toux grasse accompagnée de glaires).
    Il est possible de remarquer une production de mucus en excès.
  1. Peau bleue ou cyanose. Il s’agit d’un symptôme temporaire qui affecte les personnes qui souffrent d’emphysème.
    Ce symptôme se manifeste surtout après des efforts physiques épuisants et disparaît au repos.
    Il survient à cause de la faible quantité d’oxygène apportée aux différentes parties du corps.
  1. Le thorax en tonneau est un trouble où la poitrine devient plus large et ronde, comme un tonneau.
    Ce symptôme se manifeste en particulier dans les stades avancés de l’emphysème car une grande quantité d’air est piégée au sein des alvéoles. Cela cause des difficultés à expirer.
  1. Certains patients souffrent aussi de douleurs à la poitrine.
  1. À cause de la difficulté à respirer, certaines activités deviennent difficiles (manger par exemple).
  1. Au dernier stade de la maladie, une perte d’appétit et de poids se manifestent.

Les symptômes se manifestent généralement quand les tissus pulmonaires sont endommagés à hauteur de 30 % à 50 %.

 

Diagnostic de l’emphysème pulmonaire

Le médecin doit examiner le dossier médical et faire un examen clinique objectif. Il peut prescrire des examens spécifiques, parmi lesquels :

  1. Exploration fonctionnelle respiratoire,
  2. Radiographie du thorax,
  3. Scanner,
  4. Spirométrie,
  5. Analyse des gaz respiratoires,
  6. Test génétique pour évaluer une carence éventuelle en alpha1-antitrypsine,
  7. Analyses de sang.

Pendant l’auscultation, le médecin écoute une longue phase expiratoire et entend des sifflements qui ressemblent aux bruits produits par les patients qui souffrent d’asthme.

 

Emphysème pulmonaire,bronches,inflammationLes stades de l’emphysème

Premier stade
À ce stade, le test de respiration se révèle normal.
Le patient concerné peut souffrir de légers symptômes comme la production d’expectorations (glaires) et une toux légère.

Deuxième stade
Cette phase est caractérisée par une légère limitation du flux d’air.
Les symptômes sont les mêmes que ceux du premier stade (toux et expectoration), mais ils sont plus fréquents.

Troisième stade
La troisième phase présente une importante aggravation de la limitation du flux d’air qui s’est manifestée lors du deuxième stade.
À ce stade, la production d’expectorations et la toux s’aggravent davantage.
Le patient souffre d’essoufflement pendant des activités comme la marche ou un travail fatigant.

Quatrième stade
Il s’agit de la phase finale de l’emphysème.
Le patient respire très difficilement.
Le patient peut s’essouffler aussi lors d’une simple promenade.
Au cours de ce stade, le patient souffre souvent d’insuffisance respiratoire ou cardiaque.
Étant donné qu’en cas de bronchite chronique, l’élasticité des poumons diminue, les deux pathologies se manifestent souvent en même temps.
Dans ce cas, le patient présente aussi d’autres symptômes, par exemple de la fièvre et des douleurs généralisées. Ce trouble respiratoire affecte surtout les hommes âgés.
Cette maladie n’apparaît pas soudainement, mais elle est le résultat d’une longue période de tabagisme.
Les signes et les symptômes (essoufflement ou halètement) peuvent se produire aussi après avoir parlé ou ri pendant un long moment.
Parfois, les patients souffrent de halètement aussi après les repas.
Si la maladie persiste pendant une période prolongée, elle peut surcharger le cœur, en provoquant des maladies cardiaques.

 

Traitement de l’emphysème pulmonaire

Arrêter de fumer
Il s’agit de la seule solution pour éviter d’aggraver la situation, vu que la guérison complète n’est pas possible.

Médicaments
Le plan de traitement implique aussi la prise de certains médicaments pour réduire les symptômes.
Les bronchodilatateurs aident à traiter l’essoufflement et la toux.
De plus, si le patient souffre d’asthme et de bronchite, il peut inhaler des médicaments à base de cortisone.
Le reflux gastro-oesophagien (RGO) peut aggraver les symptômes.
Pour soigner ce trouble, le patient doit prendre certains médicaments et modifier son mode de vie.
Les personnes atteintes de cette maladie sont plus susceptibles de contracter des infections respiratoires comme la grippe, la bronchite et la pneumonie. Par conséquent, il est possible d’utiliser certains antibiotiques pour traiter ces infections.
Cette maladie respiratoire irréversible ne peut donc être soignée. Toutefois, des médicaments peuvent être pris pour traiter l’inflammation et soulager les symptômes.

Oxygénothérapie
Les patients souffrant de difficultés respiratoires peuvent trouver un soulagement à l’aide de l’oxygénothérapie à domicile. Dans certains cas, cette thérapie peut être nécessaire 24 heures/24.

Programme de réhabilitation
Ce programme intensif sert à donner aux patients des conseils, des conseils nutritionnels et une formation sur les techniques de respiration.
Il permet ainsi de soulager les difficultés respiratoires et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Vaccination
Certains médecins peuvent aussi recommander de faire un vaccin contre la grippe saisonnière chaque année et un vaccin contre la pneumonie tous les cinq ans.

Intervention chirurgicale
Quand les thérapies conventionnelles ne parviennent pas à améliorer la maladie, les patients peuvent prendre en compte une intervention chirurgicale.
Il existe différents types d’intervention. Si le poumon présente encore des parties saines, le chirurgien peut installer des valves dans les bronches pour fermer les zones emphysémateuses.
Parmi les autres solutions, nous pouvons citer le retrait des tissus malades des poumons afin d’aider l’organe à travailler d’une façon plus efficace.
Dans les cas les plus graves, une greffe de poumon peut être la seule solution possible.

 

Emphysème pulmonaire
Emphysème pulmonaire

Remèdes naturels

Gymnastique respiratoire
Il existe des exercices de réhabilitation respiratoire qui s’effectuent en levant les jambes ou les bras pour mieux oxygéner les tissus du corps.
Il est conseillé de faire ces exercices respiratoires à l’aide d’une bouteille en verre avec un peu d’eau.

 

Alimentation
Il faut éviter les repas trop lourds. Il est préférable de manger peu et souvent, au moins 5 fois par jour.
Les aliments à privilégier doivent être facilement digestibles (en particulier fruits et légumes). Il vaut mieux éviter la viande, les fromages et les gâteaux au chocolat.
Il ne faut pas suivre un régime amaigrissant car, lors de l’évolution de la maladie, la perte de poids représente un facteur négatif pour le pronostic.

Vacances
Il est préférable de passer ses vacances à la mer plutôt qu’à la montagne parce que la concentration d’oxygène dans l’air y est plus importante.
Un risque associé à la montagne est l’œdème pulmonaire (accumulation de liquide dans les poumons) qui peut survenir si l’on monte trop rapidement en altitude.
L’avion n’est pas contre-indiqué parce que l’air y est pressurisé.

 

Espérance de vie et pronostic

L’espérance de vie et le taux de survie sont très difficiles à évaluer.
Pour mesurer le VEMS (Volume Expiratoire Maximal Seconde), on utilise un spiromètre (capteur Gold Standard).
Il représente le pourcentage d’air qui peut être expiré en une seconde. Cette analyse aide à estimer l’espérance de vie des patients. Chez un individu sain, le spiromètre indique une valeur entre 80-100 %.

 

Espérance de vie selon le stade

  1. Une personne souffre d’emphysème de premier stade si le spiromètre indique une valeur VEMS supérieure à 80 % par rapport au niveau normal. Plus de 8 personnes sur 10 survivent pendant au moins 4 ans.
  2. Au deuxième stade, la valeur VEMS est comprise entre 50 % et 80 % par rapport au niveau normal. La survie est supérieure à 4 ans chez environ 6 patients/7.
  3. Au troisième stade, la valeur VEMS chez les patients est comprise entre 35 % et 50 %. Seule la moitié des patients survit pendant environ 4 ans.
  4. Le quatrième stade (ou dernier) de l’emphysème est caractérisé par une valeur VEMS inférieure à 35 %. Les patients se trouvent dans une situation très grave et meurent après peu de temps.

Les patients risquent de perdre involontairement du poids et de ne pas marcher normalement.
Ce schéma est utile pour le pronostic, mais le taux de survie estimé n’est pas toujours vrai.
Parfois, l’espérance de vie des patients est moindre ou, au contraire, peut être supérieure.
D’autres facteurs doivent aussi être pris en considération.

L’index BODE (Indice de Masse Corporelle, Obstruction, Dyspnée, Exercice physique) est un instrument qui considère différentes données, entre autres :

  1. Le poids du patient (s’il est faible, cela peut être dangereux) ;
  2. La capacité de marcher pendant un temps déterminé ;
  3. La mesure de l’essoufflement pendant un effort.