Cancer du poumon

Le cancer du poumon forme une masse tumorale maligne dans les organes affectés.
Avec le temps, cette masse s’étend et provoque des troubles de l’organe ainsi que des métastases.
La croissance tumorale détermine l’augmentation du nombre de cellules dans la partie touchée.
Il est important de déterminer le stade de la néoplasie pulmonaire pour évaluer l’entité du dommage.

Il existe deux types de cancer pulmonaire :


Cancer du poumonLe cancer menace le corps entier.

  1. La néoplasie du poumon à petites cellules est causée par le tabagisme et peut être soignée grâce à une intervention chirurgicale. Les stades du cancer à petites cellules sont légèrement différents de ceux standard.
  2. Le cancer du poumon non à petites cellules est moins fréquent par rapport à l’autre. Il peut être soigné à l’aide d’une radiothérapie et d’une chimiothérapie. Les stades standard du cancer non à petites cellules sont au nombre de 4.

 

Typologies de cancer du poumon

Plus de 90 % des cancers primaires se développent dans les bronches, l’une des deux branches principales de la trachée. Connu sous le nom de carcinome bronchogénique, il comprend le carcinome à petites cellules, l’adénocarcinome, le carcinome à grandes cellules et le carcinome à cellules squameuses.
Généralement, les trois derniers types sont appelés cancer du poumon non à petites cellules.

Carcinome à cellules squameuses
Le carcinome à cellules squameuses est aussi appelé squamocellulaire ou épidermoïde.
Ce cancer naît dans les bronches. Il est généralement diagnostiqué lorsque l’on remarque que la toux est accompagnée de sang.

Adénocarcinome
Le cancer des cellules de la paroi alvéolaire s’appelle adénocarcinome. Il s’agit du type le plus fréquent de cancer pulmonaire non à petites cellules. Il se manifeste chez les non-fumeurs, surtout chez les femmes. Le diagnostic de ce cancer peut se faire longtemps après son développement.

Carcinome à grandes cellules
Le cancer du poumon à grandes cellules est moins fréquent. Il se manifeste seulement chez 10 % des patients atteints de carcinome pulmonaire non à petites cellules. Il se distingue de l’adénocarcinome par sa localisation périphérique.

Carcinome bronchiolo-alvéolaire
Le sous-type moins agressif de l’adénocarcinome est le carcinome bronchiolo-alvéolaire.
Ce cancer concerne les petits sacs d’air dans les poumons.

 

Symptômes du cancer du poumon

Il peut être difficile de diagnostiquer cette maladie dans sa phase précoce parce que les premiers symptômes sont souvent légers.
Quand ils se présentent sous forme plus grave, il est déjà trop tard parce que la maladie a généralement atteint un stade avancé.

Les symptômes qui peuvent indiquer un cancer du poumon sont :

  • Toux persistante qui s’aggrave avec le temps ;
  • Toux accompagnée de catarrhe et de sang, appelée hémoptysie ;
  • Douleur à la poitrine ;
  • Essoufflement ;
  • Extinction de voix ;
  • Asthme ;
  • Fatigue permanente ;
  • Perte de poids involontaire;
  • Perte d’appétit ;
  • Gonflement du cou et du visage ;
  • Pneumonie et bronchite persistantes ;
  • Difficultés à avaler ;
  • Anomalies aux doigts ou aux ongles, comme la croissance excessive des tissus au bout des doigts ;
  • Peau pâle ou bleuâtre ;
  • Atrophie ou rétrécissement du muscle ;
  • Gonflement ou douleurs articulaires ;
  • Douleurs aux os ;
  • Abaissement des paupières.

Premiers symptômes de cancer du poumon

Généralement, aucun symptôme précoce ne se manifeste. Les symptômes apparaissent quand la maladie atteint un stade avancé. C’est pourquoi il est difficile de diagnostiquer rapidement un cancer pulmonaire.

 

Détermination du stade

La détermination du stade du cancer pulmonaire est un important domaine d’étude parce qu’elle aide les médecins à comprendre dans quelle mesure le cancer s’est développé. Selon le stade et la gravité, le médecin effectue le pronostic du cancer et prescrit une thérapie.

Stade I
Au stade initial, la masse tumorale ne s’est pas encore diffusée. En conséquence, on peut la retirer facilement grâce à une intervention chirurgicale.

Stade II
À ce stade, le cancer s’étend lentement aux parties voisines. Les zones les plus touchées sont :

  1. Ganglions lymphatiques adjacents ;
  2. Diaphragme ;
  3. Paroi pulmonaire ;
  4. Paroi thoracique ;
  5. Paroi externe du cœur.
Cancer du poumon
Cancer du poumon

Stade III
À ce stade, le cancer se développe davantage. Il peut s’étendre aux vaisseaux sanguins qui relient les poumons au cœur. Il s’agit d’une phase particulièrement dangereuse et irréversible.
Le stade III se divise en deux sous-types.
Dans la première phase appelée 3A, le cancer est limité à une partie du corps.
Dans la deuxième phase appelée 3B, le cancer s’étend de manière agressive.
Chez la plupart des patients, la tumeur dans la phase 3B est difficile à retirer par intervention chirurgicale. Le traitement se limite à la radiothérapie.
Seulement 5-10 % des patients survivent jusqu’à 5 ans.
Les patients qui suivent une chimiothérapie ont plus de probabilités de survie si leur hygiène de vie est saine.
Chez les personnes qui suivent une chimiothérapie, le pronostic de cancer pulmonaire est meilleur. En effet, le pourcentage de survie à 5 ans est de 15-20 %. Ces statistiques ne sont pas fiables car elles ne considèrent pas la génétique et le mode de vie des patients.

Taux de survie du cancer du poumon au stade 3
Le taux de survie du cancer pulmonaire au stade 3 dépend de la thérapie et de l’état de santé du patient. Toutefois, la survie moyenne varie de 7 à 17 %.
Le pronostic pour le cancer pulmonaire est généralement mauvais à cause du mode de vie de la plupart des patients après le diagnostic.

 

Cancer pulmonaire au stade 4

Il représente le stade le plus grave parce qu’il n’existe aucun traitement. Le cancer s’est étendu aux autres parties du corps. La seule solution est la limitation des dommages.
Le stade final ou le cancer du poumon au quatrième stade est une maladie irréversible où les cellules cancéreuses se sont propagées aux autres organes sains du corps.

Cancer pulmonaire,métastasesSymptômes du cancer pulmonaire au stade 4

La détermination du stade se base sur les symptômes manifestés par cette maladie mortelle pendant sa progression dans le corps.
Puisque les premiers signes sont très trompeurs, cette maladie dangereuse se révèle seulement quand les symptômes sont plus sévères.
L’un des premiers symptômes est une toux accompagnée de traces de sang, ainsi que des douleurs à la poitrine. La toux peut devenir chronique. On peut avoir du mal à respirer, surtout en position allongée.
On peut aussi ressentir une sensation d’oppression à la poitrine, comme si une pierre y était posée.
Des difficultés à avaler et une sensation de brûlure dans la trachée représentent les autres symptômes du cancer pulmonaire.
On ressent une douleur modérée au sternum qui peut s’aggraver et se propager vers les épaules, le cou et le dos.
L’enrouement et l’extinction de voix peuvent aussi se manifester chez les personnes au stade terminal du cancer du poumon.

Dans la phase terminale, le cancer s’est propagé de la poitrine aux autres organes (métastase pulmonaire).
On peut effectuer des tests diagnostiques comme une radiographie du thorax, des analyses de sang, une biopsie à travers laquelle le pathologiste analyse un échantillon de tissu pour déterminer la gravité de la maladie.
On peut aussi faire un scanner, une IRM et une scintigraphie TEP (tomographie par émission de positons).
Après avoir fait tous ces tests diagnostiques, le médecin établit la thérapie à suivre ainsi que le pronostic du cancer pulmonaire au quatrième stade.

Le traitement symptomatique dès le diagnostic est essentiel pour traiter le cancer.
On administre une chimiothérapie ou une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses et pour ralentir leur développement.
On ne peut pas retirer la partie malade au quatrième stade par intervention chirurgicale parce que cela n’est pas efficace.
On doit prendre en considération différents facteurs pour établir le pronostic et l’espérance de vie.
Il est important de connaître l’âge, le genre, l’état de santé de l’individu, l’extension tumorale, la réponse du patient à la thérapie administrée, etc. Ces facteurs jouent un rôle fondamental dans le pronostic de stade terminal.

Le taux de survie au quatrième stade est très faible.
Seulement 5-10 % des personnes atteintes de cancer du poumon à petites cellules survivent jusqu’à 5 ans.
Dans le cancer non à petites cellules, seulement 10-15 % des personnes survivent jusqu’à 5 ans.
Par rapport aux autres types de cancer, le pronostic du carcinome pulmonaire au stade 4 est mauvais.

 

Pronostic et espérance de vie

Le taux de survie dépend de la condition physique de la personne et du traitement suivi.
Dans la plupart des cas, le troisième stade du cancer pulmonaire conduit à la phase 4, mortelle.
L’espérance de vie est de 5 ans en moyenne.
Le diagnostic tardif est l’un des facteurs principaux qui détermine le faible taux de survie chez les personnes atteintes de cancer pulmonaire.