Asthme chronique et allergique

L’asthme chronique est une maladie caractérisée par le rétrécissement des voies aériennes et des bronches dans lesquels passe l’air depuis et vers les poumons.

INDEX

Selon la médicine traditionnelle, l’asthme est une pathologie chronique incurable.

Chez les enfants et les adolescents, il touche plus les garçons alors qu’à l’âge adulte, ce sont les femmes les plus touchées.

 

Les types d’asthme

1) L’asthme intrinsèque (moins de 10% des cas) se manifeste de la manière suivante :

  • Il apparaît chez les adultes après 50 ans environ ;
  • Le patient ne souffre pas d’allergies ;
  • Les symptômes ne disparaissent pas complétement entre deux crises d’asthme ;
  • L’asthme dévient souvent chronique ;
  • Les organes sont fréquemment endommagés ;
  • Il peut provoquer la mort.

2) L’asthme extrinsèque a les caractéristiques suivantes :

  • Il apparaît chez les jeunes ou chez les enfants ;
  • Le patient souffre d’allergies que l’on peut diagnostiquer par un test cutané (Prick test) ;
  • Les organes ne sont pas compromis et il ne provoque la mort que dans de rares cas.

Asthme d’effort
Cette pathologie apparaît lorsqu’on pratique un sport (pendant l’exercice physique) et elle dure environ un quart d’heure.
Les symptômes sont :

Toutefois, il y a beaucoup de champions olympiques qui souffraient d’asthme.

 

Les causes de l’asthme et facteurs de risque

Les causes de l’asthme sont inconnues, mais la recherche montre qu’il peut être provoqué ou aggravé par de nombreux facteurs de risque :

  • Génétiques,
  • Liés à l’environnement,
  • Dus à des infections.
Asthme chronique
Asthme chronique

Hérédité
Les scientifiques pensent que cette maladie est héréditaire (génétique). Un enfant a plus de chances de tomber malade si ses parents souffrent de :

  • Asthme ;
  • Rhinite allergique ;
  • Allergie.

Système immunitaire
En cas d’asthme allergique on a des réactions allergiques à certaines substances ordinaires comme :

  • Les poils de chat (plus fréquent chez les enfants) ;
  • Les moisissures ;
  • La poussière ;
  • Les parfums ;
  • Les pollens (plus fréquent chez les adultes).

Le système immunitaire peut également réagir de manière excessive à des bactéries et virus, en augmentant les probabilités d’une crise d’asthme d’origine allergique.

Asthme et enfance
Les enfants nés prématurés sont particulièrement vulnérables aux maladies respiratoires et aux infections, puisque leurs poumons ne sont pas complétement développés quand ils naissent.
Une infection peut parfois provoquer une inflammation des voies respiratoires.

 Alimentation et lait maternel
L’asthme peut survenir chez les enfants qui ne sont pas allaités au sein, car les protéines du lait de vache :

  • Ne sont pas adaptées à l’alimentation de l’enfant (elles sont parfaites chez le veau car c’est un animal herbivore) ;
  • Sont présentes en trop grande quantité.

L’obésité est un facteur de risque car les adipocytes (les cellules graisses) libèrent des substances pro-inflammatoires qui favorisent l’apparition de l’asthme.

Asthme et environnement
Il y a différents facteurs environnementaux qui peuvent déclencher l’apparition de l’asthme, par exemple :

  • Le tabagisme passif ;
  • La pollution atmosphérique ;
  • Les vernis ;
  • Les produits chimiques.

L’humidité peut favoriser le développement d’acariens et de moisissures qui peuvent déclencher des crises d’asthme.

Asthme professionnel : dans l’environnement de travail, des substances nocives peuvent provoquer les symptômes de l’asthme.

Anxiété et stress
Il y a un composant psychosomatique dans le développement de l’asthme et les situations de stress peuvent donc aggraver les symptômes.

Reflux gastro-œsophagien
Il existe une relation entre l’asthme et le reflux gastro-œsophagien car :

  • L’asthme provoqué par le reflux gastro-œsophagien est lié au passage des acides dans l’estomac.
  • Le reflux peut provoquer des crises d’asthme nocturne. L’acide dans l’œsophage provoque une réaction du système nerveux autonome : le bronchospasme.
  • L’asthme s’améliore en cas de prise de médicaments contre le reflux.
  • Le reflux est fréquent chez les patients souffrant d’asthme qui prennent des médicaments bronchodilatateurs. 

Asthme induit par l’aspirine
L’aspirine et les antiinflammatoires non stéroïdiens peuvent provoquer l’asthme.
Il s’agit d’un type d’asthme extrinsèque.

Asthme prémenstruel
Les femmes peuvent avoir de graves crises pendant les jours qui précèdent les règles.

Asthme induit par des champignons
L’asthme provoqué par le champignon aspergillus se produit lorsque le patient vit dans une maison très humide.

 

La bronchite asthmatique aiguë ou chronique

La bronchite asthmatique ou bronchite asthmatiforme touche principalement les enfants qui ont moins de 5 ans.
Il s’agit d’une combinaison de deux maladies pulmonaires :

La bronchite asthmatique se produit chez les individus qui souffrent de bronchite et qui développent ensuite les symptômes caractéristiques de l’asthme :

  • La dyspnée (manque de souffle) ;
  • Le sifflement pendant l’expiration, en particulier la nuit ou après un effort physique.

Les causes de ces symptômes ne sont pas provoquées par l’asthme, mais il s’agit de :

  1. La dimension réduite des bronches chez les enfants en bas-âge ;
  2. La réaction excessive des bronches (bronchospasme) qui se produit chez certains enfants.

Les symptômes de ces maladies sont identiques, il est donc difficile d’effectuer un diagnostic.

Les causes de la bronchite asthmatique :

  • Un système immunitaire faible ;
  • Des infections provoquées par des bactéries et des virus ;
  • Des infections respiratoires ;
  • L’exposition aux allergènes, aux substances polluantes et à certaines substances chimiques ;
  • Le stress physique et émotif.

 

Les symptômes de l’asthme chronique et de l’asthme allergique

Les symptômes de l’asthme chez les enfants

Les petits enfants peuvent développer  l’asthme très tôt.
Les symptômes de l’asthme chez les enfants sont identiques à ceux chez les adultes. Toutefois, étant donné que les voies respiratoires des enfants sont plus petites, l’intensité est plus forte.
Les principaux symptômes sont :

Le manque de souffle ou dyspnée de repos : l’enfant a un souffle haletant car les conduits nasaux rétrécissent.
Cela est évident quand l’enfant :

  • Pleure ;
  • Effectue une activité physique.

Pendant une crise d’asthme grave, l’enfant peur respirer de manière superficielle et rapide.

Respiration rapide et superficielle : ce symptôme montre clairement que le passage de l’air est étroit et que seule une petite quantité d’air peut passer à travers les voies respiratoires.

Sifflement pendant la respiration : on entend un sifflement pendant que l’enfant respire.

Toux : la toux chronique peut être sèche ou grasse.
Les patients peuvent tousser occasionnellement le jour mais la toux s’aggrave souvent la nuit.

Insomnie : elle est due aux symptômes et à la toux qui surviennent lorsqu’on dort.

Oppression thoracique : étant donné qu’il y a une quantité inférieure d’air disponible dans les poumons, l’enfant force pour respirer plus d’air.
Cela provoque un sentiment d’oppression à la poitrine.

Il faut aller à l’hôpital tout de suite en cas de symptômes graves comme :

  1. Le visage pâle ;
  2. Les lèvres et les ongles qui deviennent bleus.

 

AsthmeLes symptômes chez les adultes

Les symptômes chez les adultes peuvent se produire :

  • De manière soudaine ;
  • Quelques heures ou quelques jours après l’exposition aux substances irritantes.

La majorité des crises d’asthme provoquent un essoufflement et un manque de souffle.
Beaucoup de patients souffrent de toux sèche persistante qui peut provoquer l’insomnie.
Une oppression thoracique soudaine et inexplicable peut indiquer de façon précoce une crise d’asthme grave.
Un autre symptôme qu’on peut ressentir est la douleur et la rigidité des muscles du cou.
Une crise d’asthme provoque également :

 

Les complications de l’asthme chronique et de l’asthme allergique

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Il s’agit d’une maladie pulmonaire chronique qui implique :

  • Une obstruction des bronches ;
  • Une réduction du passage de l’air ;
  • Une altération dégénérative des bronchioles et des alvéoles pulmonaires.

Un patient souffrant d’asthme peut souffrir de BPCO après 60 ans lorsque les tissus conjonctifs des bronches perdent leur élasticité.

Symptômes de la BPCO
Les symptômes peuvent être :

  • Un manque de souffle qui s’aggrave en effectuant une activité physique ;
  • Une toux grasse chronique  persistante (avec du cathare) ;
  • Des infections pulmonaires fréquentes, en particulier en hiver ;
  • Une douleur à la poitrinede oppressive.

 

emphysème,pulmonaire,BPCO,alvéoles,pulmonaires

Autres complications :

  • L’acidose respiratoire : une acidité excessive du sang à cause de l’augmentation excessive de dioxyde de carbone ;
  • Le cœur pulmonaire : une dilatation du ventricule cardiaque droit ;
  • Une atélectasie : une diminution du volume pulmonaire ;
  • Un pneumothorax : une accumulation d’air dans la cavité pleurale.

 

L’asthme pendant la grossesse

La prise de médicaments pour l’asthme n’est pas bonne pour le bébé, mais une crise d’asthme incontrôlée pendant la grossesse peut avoir de graves conséquences.
L’asthme pendant la grossesse peut provoquer :

  • La diminution de la quantité d’oxygène à la mère et au fœtus qui peut provoquer des complications graves ;
  • Des anomalies congénitales :
    • Des anomalies du visage ;
    • Une malformation de la paroi abdominale du fœtus caractérisée par la sortie des viscères (gastroschisis) ;
    • Une atrésie anale.
  • La pré-éclampsie ;
  • Un faible poids du bébé à la naissance ;
  • Un bébé prématuré.

Le traitement le plus fréquent pour soigner l’asthme pendant la grossesse est l’inhalation de cortisoniques.
De cette manière :

  • On ouvre le passage de l’air ;
  • On soulage les symptômes.

La dose de ces médicaments dépend de :

  • La fréquence des crises d’asthme ;
  • La gravité des symptômes.

Le diagnostic de l’asthme chronique et de l’asthme allergique

Le problème du diagnostic de l’asthme est, dans la majorité des cas, l’absence de symptômes chez les patients lorsqu’ils arrivent au cabinet médical.

Le médecin :

  • Visite le patient ;
  • Vérifie que les symptômes sont typiques de la maladie.

Il est difficile d’effectuer un bon diagnostic chez les enfants car, parfois, le seul symptôme est la toux sèche persistante.

La période d’apparition des symptômes aide à comprendre le type d’allergie :

  • Si les symptômes apparaissent seulement au printemps, la cause peut être la présence de pollens ;
  • En cas de crises d’asthme en hiver la cause est plus probablement liée aux acariens.

 

Examens pour l’asthme chronique et l’asthme allergique

La spirométrie : c’est un test de la fonction pulmonaire qui mesure le débit d’air qu’on respire.
Ce test confirme la présence d’obstructions des voies respiratoires, qui s’améliore grâce au traitement traditionnel de l’asthme.
On peut également mesurer de manière précise le degré d’altération de la fonction pulmonaire.
Ce test :

  • Peut également montrer la réponse aux médicaments pour l’asthme ;
  • Est conseillé chez les adultes et chez les enfants de plus de 5 ans.

L’épreuve de provocation bronchique : il s’agit d’un examen de provocation où le médecin demande au patient de respirer une dose croissante de méthacholine à travers un aérosol.
Cette substance provoque une bronchoconstriction (diminution du volume interne des bronches).
Il faut effectuer une spirométrie avant et après chaque respiration afin de voir la différence.
Si le volume expiratoire maximal à la première seconde (VEMS) diminue de plus de 20%, le test est positif.

La radiographie du thorax : le médecin ne la prescrit généralement pas, mais cela peut être utile pour exclure d’autres maladies comme la pneumonie.

 

Tests cutanés 

Prick test : une petite quantité de la substance irritante à laquelle le patient peut être allergique (allergène) est doucement insérée sous la peau.
Le test est positif si une petite vésicule se produit en moins de 15 minutes.

Le RAST test permet de chercher les anticorps contre certains allergènes.

Un autre examen plus récent est l’ImmunoCAP ISAC :

  • On l’effectue pour 112 allergènes en même temps ;
  • Il s’agit d’un test fiable comme le RAST test.

 

Diagnostic différentiel

Il faut exclure :

  • Les infections des voies respiratoires ;
  • La bronchite chronique ;
  • La BPCO ;
  • L’insuffisance cardiaque ;
  • Un anévrisme de l’aorte ;
  • Un cancer au poumon qui obstrue les voies respiratoires ;
  • La pneumonie ;
  • La sarcoïdose ;
  • Les malformations congénitales :
    • Du système vasculaire ;
    • Du système respiratoire.