Tumeur du sein

 

Qu’est-ce que la tumeur du sein ?

La tumeur du sein est une maladie qui se caractérise par la naissance et la croissance de cellules de façon excessive et incontrôlée dans les tissus du sein.

Les cellules anormales peuvent devenir tumorales et ainsi envahir les tissus environnants.
Grâce au dépistage, les investigations médicales pour déceler d’éventuelles tumeurs en phase précoce, et aux traitements qui s’ensuivent, la plupart des personnes atteintes d’une tumeur du sein peuvent mener une vie sereine et normale.

 

La tumeur du sein chez l’homme

Toutes les personnes naissent avec des mamelles (homme ou femme), mais chez les hommes elles ne se développent pas après la puberté.
Bien que les seins des hommes ne se développent pas et ne produisent pas le lait, les cellules du sein et du tissu d’un homme peuvent développer une tumeur.
Le cancer de sein chez l’homme est assez rare.
Seulement un pour cent des cas de cancer du sein concerne les hommes et seulement un homme sur 1000 aura un diagnostic de tumeur du sein.
La tumeur du sein chez l’homme se manifeste généralement sous forme d’un nodule sous le mamelon et l’aréole.
Les hommes ont un taux de mortalité plus élevé que celui des femmes, surtout parce qu’ils sont moins conscients du danger dans la mesure où ils pensent que la présence d’un nodule n’est pas liée à une tumeur du sein.
Cela peut engendrer un retard au niveau du traitement.

 

Quelles peuvent être les causes d’une tumeur du sein ?

Quand le médecin communique au patient qu’il a une tumeur du sein, il est naturel de se demander quelle en est la cause.
Ils n’existent pas de cause précise pour une tumeur du sein.
Rarement les médecins connaissent la raison pour laquelle une telle maladie s’est développée chez la femme.
La plupart des femmes atteintes d’une tumeur du sein ne sont pas en mesure de se l’expliquer ni de fournir une cause unique et précise.
Toutefois, l’unique certitude est que le cancer du sein est causé par des altérations de l’ADN d’une cellule et par des facteurs qui aggravent cette altération, comme par exemple le style de vie et des mauvaises habitudes qui ont des effets négatifs sur la santé.

 

Anatomie du sein                                    

Le tissu adipeux
Le sein de la femme est constitué principalement d’un ensemble de cellules de graisse appelé tissu adipeux. Ce tissu s’étend de la clavicule à l’aisselle et jusqu’au centre de la cage thoracique.

Les lobes, les lobules et les conduits lactifères
Un sein féminin est constitué de 12 à 20 sections appelées lobes.
Chacun de ces lobes est constitué de plusieurs lobules plus petits, à l’intérieur desquels on trouve les glandes qui produisent le lait.
Les lobes et les lobules sont remplis de conduits lactifères, c’est-à-dire de petits tubes qui apportent le lait jusqu’aux mamelons.
C’est généralement là, dans les lobes et les lobules, que la tumeur commence à se former.

Le système lymphatique
À l’intérieur du tissu adipeux on trouve un circuit de ligaments, un tissu conjonctif fibreux constitué de nerfs, de vaisseaux lymphatiques, de ganglions lymphatiques et de vaisseaux sanguins.
Le système lymphatique fait partie du système immunitaire et est composé d’un circuit de vaisseaux lymphatiques et de ganglions lymphatiques qui se trouvent dans tout le corps.
Le système lymphatique est semblable au système circulatoire et distribue la lymphe dans tout le corps ; en outre, il transporte les cellules et les fluides qui aident le système immunitaire à combattre la tumeur.

Caractéristiques de la tumeur
De façon générale, le type de tumeur dépend en grande partie de la zone où la tumeur a été localisée ; presque toujours, cette zone de localisation se trouve dans les lobes, les lobules ou au niveau des conduits lactifères.
Si la tumeur est diagnostiquée au niveau du ganglion sentinelle à coté du sein, cela signifie qu’elle s’est propagée.
Si on constate la présence de cellules tumorales au niveau des ganglions lymphatiques voisins, on examine celles qui se trouvent le plus loin pour vérifier la présence ou non de cellules tumorales et comprendre jusqu’où s’est étendue la maladie.

 

Quelles sont les causes et les facteurs qui influencent la croissance de la tumeur ?

La tumeur du sein peut se propager de trois façons différentes :

  1. Les cellules anormales se multiplient provocant la croissance de la tumeur.
  2. Les hormones et les substances chimiques du corps peuvent accélérer la croissance de certaines néoplasies.
  3. Elle peut se propager aux autres zones du corps à travers les ganglions lymphatiques et les vaisseaux sanguins. L’examen histologique des ganglions lymphatiques peut aider à comprendre la progression de la maladie.

Cellules altérées
Les cellules saines sont les « fondements » de tous les tissus et de tous les organes du corps humain.
Quand l’ADN des cellules est altéré, il se peut les cellules qui ont muté se reproduisent rapidement et de façon incontrôlée.
Une croissance désordonnée des cellules peut porter à la formation d’une masse du tissu qui ne fonctionnera pas normalement, créant par conséquent une tumeur.
Les cellules altérées peuvent se transformer en tumeur du sein et se propager à d’autres parties du corps.

 

Accélération de la croissance de la tumeur  

La croissance et la diffusion de la tumeur du sein peut s’avérer très difficile à contrôler, surtout quand elle est stimulée par certaines substances qui se trouvent à l’intérieur de notre organisme, par exemple les œstrogènes, la progestérone et le gène HER2/neu.
Même si chacune de ces trois substances peut avoir un rôle important pour la santé de notre corps, quand les cellules deviennent cancéreuses, ces substances peuvent accélérer la croissance de la tumeur.
Les récepteurs HER2 sont les protéines qui influencent la croissance, la division et la réparation des cellules du sein.
Toutefois, près d’un quart de tous les malades atteints d’une tumeur au sein ont des gènes HER2 qui ne fonctionnent pas correctement.
On note une reproduction excessive des cellules ; ce processus est connu sous le nom de « amplification du gène HER2 ».
Les gènes HER2 supplémentaires provoquent la création exagérée de récepteurs des cellules HER2. Ce Phénomène s’appelle « surexpression de la protéine HER2 ».
Le résultat final est la croissance et la division incontrôlée des cellules.

Il faut comparer un récepteur à une bouche. Quand elle est ouverte, les cellules tumorales peuvent s’alimenter et se développer.
Quand elle est bloquée ou fermée, ces mêmes cellules commencent à mourir de faim.
En localisant les récepteurs de la tumeur, le médecin peut prescrire les traitements plus efficaces pour bloquer les récepteurs et pour limiter la croissance de la tumeur.

 

Facteurs de risques génétiques

  • L’âge
  • La tumeur du sein est diagnostiquée le plus souvent chez les femmes d’origine caucasienne
  • L’histoire familiale du patient.
  • Histoire clinique : si le patient a déjà été atteint par d’autres tumeurs du sein dans le passé, les probabilités qu’il ait une tumeur du sein (ou d’autres types de néoplasie dans le futur) sont élevées.
    En outre, le risque augmente si les cellules cancéreuses du sein proviennent d’un carcinome lobulaire in situ (CLIS) ou d’un carcinome canalaire in situ (DCIS).
  • Histoire du cycle menstruel  de la patiente : la ménarche précoce (menstruation avant l’âge de 12 ans), la ménopause tardive (après 55 ans), avoir son premier enfant à un âge avancé ou le fait de ne jamais avoir eu de grossesse sont tous des facteurs qui peuvent augmenter le risque.
  • La mutation de certains gènes, comme le BRCA1 et BRCA2, sont aussi des indicateurs de risque.
  • Densité du tissu mammaire : avoir un tissu mammaire dense peut augmenter le risque de maladies et, dans ce cas, les nodules sont plus difficiles à repérer.
    Le déodorant ne cause pas de cancer du sein

 

Tumeur du sein

 

Le carcinome canalaire infiltrant chez les hommes

Chez la plupart des hommes atteints d’un cancer du sein, il s’agit le plus souvent d’un carcinome canalaire infiltrant (CCI), cela signifie que les cellules tumorales à l’intérieur et aux alentours des conduits commencent à envahir les tissus environnants.
Le diagnostic de la maladie de Paget du mamelon est beaucoup plus rare chez les hommes.

D’autres facteurs de risque sont

  • Une exposition aux radiations
  • Un niveau élevé d’œstrogènes
  • Des antécédents familiaux pour le carcinome mammaire (cancer du sein)

 

La division des différents stades de la tumeur

Le diagnostic de la tumeur prévoit la visite médicale et divers autres examens, le but étant de ne pas confondre les diverses formations bénignes avec la tumeur :

  1. Fibroadénome
  2. Kystes du sein
  3. Mastite

La tumeur du sein peut être divisée en quatre stades qui se distinguent entre eux au niveau des dimensions de la tumeur (nodule) et en fonction du fait qu’elle s’est propagée aux ganglions lymphatiques ou à une autre partie du corps.

Stade 1- la tumeur est inférieure ou égale à 2 cm et ne s’est pas encore propagée aux ganglions lymphatiques situés sous l’aisselle.

Stade 2- ce stade est divisé en deux phases :
. Phase 2A- le nodule est inférieur à 2 cm et s’est propagé aux ganglions lymphatiques sous l’aisselle ; ou bien il est supérieur à 2 cm (mais inférieur à 5 cm) et ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques ; ou encore la tumeur ne se trouve pas au niveau du sein mais plutôt au niveau des ganglions lymphatiques sous l’aisselle.
. Phase 2B- le nodule est inférieur à 5 cm et s’est propagé aux ganglions lymphatiques situés sous l’aisselle ; ou bien le nodule est supérieur à 5 cm mais ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques.

Stade 3 – Il est divisé en trois phases :
. Phase 3A- le nodule est inférieur à 5 cm et la tumeur se trouve dans les ganglions lymphatiques sous l’aisselle ; ou bien le nodule est supérieur à 5 cm et s’est propagé aux ganglions lymphatiques.
. phase 3B- la tumeur s’est propagée aux tissus voisins et peut s’être fixée à la peau ou au muscle environnants. Il y a généralement des cellules tumorales dans les ganglions lymphatiques sous l’aisselle.
. Phase 3C- la tumeur s’est propagée aux ganglions lymphatiques sous l’aisselle qui ont grossis, sous le sternum, près du cou ou sous la clavicule.

Stade 4 – La tumeur s’est propagée à d’autres parties du corps telles que les os, le foie, les poumons. Cela s’appelle une tumeur secondaire ou métastatique du sein.

 

Qu’est-ce qu’un cancer métastatique du sein ?

Le cancer métastatique du sein est classé au stade 4 de la tumeur du sein. La néoplasie s’est propagée à d’autres parties du corps. Les métastases se forment généralement dans les poumons, le foie, les os et le cerveau.

 

Cancer du sein, anatomie

Comment se produit la propagation ou métastase du cancer du sein ?

La diffusion du cancer peut se produire selon l’une des modalités suivantes :

  • Les cellules tumorales envahissent les cellules saines avoisinantes et se multiplient.
  • Les cellules tumorales pénètrent le système circulatoire ou lymphatique. Elles voyagent ensuite à travers les parois des vaisseaux lymphatiques ou des vaisseaux sanguins environnants.
  • Migration à travers la circulation. Les cellules tumorales sont transportées par le système lymphatique et par le flux sanguin vers d’autres parties du corps.
  • Cellules tumorales dans les capillaires. Les cellules tumorales se trouvent dans les capillaires et migrent vers les tissus environnants.
  • Croissance de nouvelles petites tumeurs. Les cellules tumorales forment de petites tumeurs sur leur parcours (micro métastases).

 

Symptômes de la tumeur du sein                                   

Parmi les signes et les symptômes du cancer du sein, on trouve :                                                Tumeur du sein

  • un nodule du sein ou un épaississement qui est différent du tissu environnant au toucher ;
  • une douleur au niveau du sein et un gonflement local du sein, mais pas toujours ;
  • des sécrétions de sang ou de liquides au niveau du mamelon ;
  • un changement dans les dimensions ou dans la forme du sein ;
  • changement d’aspect de la peau qui recouvre le sein, avec des petites fossettes ou un aspect de peau d’orange ;
  • rétrécissement du mamelon ;
  • peeling, redimensionnement ou desquamation du mamelon et de la peau du sein ;
  • rougeur de la peau qui recouvre le sein.

 

Diagnostic de la tumeur du sein

Examens cliniques et tests diagnostiques
Le médecin décide quels examens prescrire pour diagnostiquer la tumeur.
Il est aussi prévue une visite chez un mastologue (médecin spécialisé dans l’étude du sein) qui effectuera la palpation du sein ainsi qu’une échographie. Grâce à l’échographie il est possible de voir les ganglions lymphatiques du sein, des aisselles, du cou et du thorax.

Les tests et les examens cliniques pour diagnostiquer la tumeur du sein et suivre les patients sont les suivants :

  • La mammographie traditionnelle, c’est l’examen standard du sein ; s’il on constate des opacités, il faut alors effectuer d’autres examens.
  • L’échographie montre si le nodule et les ganglions lymphatiques contiennent de la matière solide ou liquide.
  • La biopsie du sein consiste à aspirer, à l’aide d’une aiguille et d’un pistolet de biopsie, les cellules anormales. Cette pratique est exécutée à travers une échographie ou une stéréotaxie.
    Parmi les dernières nouveautés de la diagnostique du cancer du sein, il y a la biopsie par mammotome. La biopsie chirurgicale classique a été remplacée par une machine avec un computer intégré qui réussi à localiser la tumeur et à prélever de façon précise le tissu suspect.
    Le tissu mammaire prélevé est ensuite analysé au laboratoire.
  • Résonance magnétique nucléaire (RMN) ; elle identifie de façon précise le nodule et évalue s’il existe des zones suspectes.
  • Scanner pour vérifier si la tumeur s’est propagée.
  • TEP (tomographie par émission de positron) pour vérifie si la tumeur s’est propagée.
  • Examen du ganglion sentinelle à travers une biopsie échoguidée.

 

La biopsie du ganglion sentinelle est la méthode la plus fréquente pour contrôler si les ganglions lymphatiques des aisselles sont atteints par la tumeur.
Les recherches ont démontré que cette méthode est très utile pour évaluer la condition du premier ganglion de toute la chaîne des ganglions lymphatiques.
Un analyse regroupant les résultats de 69 études a démontré que la biopsie du ganglion sentinelle a permis de diagnostiquer correctement l’état des ganglions lymphatiques chez 96 % des femmes atteintes de tumeur.
Dans près de 7 % des cas, il subsiste toujours la possibilité de ne pas diagnostiquer un ganglion lymphatique positif (faux négatif).

 

Pronostic basé sur les ganglions lymphatiques

Le pronostic de la tumeur du sein dépend de la présence de cellules cancéreuses au niveau des ganglions lymphatiques.

  • Si le premier ganglion lymphatique est négatif, cela signifie qu’il y a de fortes probabilités que les ganglions successifs ne soient pas atteints.
  • Si le premier ganglion lymphatique est positif, cela signifie que les ganglions lymphatiques successifs pourraient être atteints par la maladie.