Cancer du sein | espérance de vie et récidive | alimentation

Le taux de survie des patientes atteintes de cancer du sein aux États-Unis est en constante augmentation au cours des dernières décennies.

Les chercheurs soutiennent que cette amélioration s’explique par l’utilisation :

  1. De la mammographie,
  2. D’interventions chirurgicales avancées,
  3. De la chimiothérapie adjuvante.

L’incidence du cancer du sein est très élevée dans les pays développés et très faible dans les pays en voie de développement.
Historiquement, l’incidence du cancer du sein est moins importante en Asie qu’en Occident.
Néanmoins le nombre de cas de cancer du sein tend à y augmenter également ces dernières années. (Westernizing » women’s risks? Breast cancer in lower-income countries. Porter P N Engl J Med. 2008 Jan 17; 358(3):213-6) .


 
La cause de l’augmentation générale du cancer du sein est l’occidentalisation des pays en voie de développement.
Dans les pays en voie de développement, certains facteurs de risque deviennent de plus en plus fréquents, comme par exemple :

  1. Le tabagisme,
  2. L’alcool,
  3. L’obésité.

Source : Temporal trends in breast cancer presentation in the third world. (Anyanwu SN – J Exp Clin Cancer Res. 2008 Jul 11; 27():17).

Les causes les plus probables sont :

  1. L’adoption de l’alimentation occidentale,
  2. La sédentarité.

Dans le monde entier, les personnes migrent vers les villes pour avoir plus d’opportunités de travail.
En Europe, le temps de travail et le trafic réduisent le temps disponible pour cuisiner sainement. Les gens achètent donc souvent des produits alimentaires tout prêts au supermarché.

 

Traitements alternatifs pour le cancer du sein

Beaucoup de patients veulent essayer toutes les options pour n’en laisser aucune inexplorée.
Le danger de cette approche est que le patient ne devrait pas s’appuyer entièrement sur les méthodes alternatives, mais aussi et surtout sur des traitements scientifiquement testés.
Patient et médecin devraient discuter ensemble des méthodes alternatives et explorer les différentes options.
Un des remèdes les plus utilisés est le changement d’alimentation. Le régime anti-cancer crée un environnement hostile à la croissance des tumeurs.

L’alimentation a un rôle très important, c’est même la chose la plus importante en ce qui concerne les facteurs de risque.

Parmi les facteurs de risque alimentaires les plus importants, il y a :

  1. L’obésité,
  2. Une alimentation riche en graisses animales,
  3. L’alcool.

 

Cancer du sein et obésité
Plusieurs études ont montré que l’augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) est associée à une diminution de la survie en cas de cancer du sein.
Une méta-analyse montre que, pour n’importe quel néoplasie, les personnes obèses ont un risque 88% plus élevé que la population normale.

Exercice physique et cancer du sein
Il a été démontré qu’une activité physique régulière réduit le risque de cancer du sein :

  1. Une activité modéré diminue le risque de 2%,
  2. Une activité soutenue permet une diminution du risque de 5%.

Source : Physical activity and risk of breast cancer: a meta-analysis of prospective studies. – Wu Y, Zhang D, Kang S – Breast Cancer Res Treat. 2013 Feb; 137(3):869-82.

 

 

Que faut-il manger ? Régime et alimentation pour le cancer du sein

De nombreuses études scientifiques se sont penchées sur la meilleure alimentation à adopter en cas de cancer.
De plus, selon différentes théories de médecine douce, il est possible de soigner des tumeurs grâce à l’alimentation.

Selon le livre “The natural cure of cancer and its positive prevention by simple natural methods” du docteur Herbert Shelton, le meilleur traitement pour le cancer du sein est le jeûne.
Shelton écrit que la tumeur est un mécanisme de défense du corps qui accumulé les toxines du sang dans une zone limitée pour éviter d’endommager tout le corps.
Selon son expérience, un jeûne de 3 jours à 3 semaines permet d’éliminer la masse située dans le sein dans la plupart des cas, si le stade de la tumeur n’est pas avancé.

Selon l’hygiénisme, si la tumeur est au stade 4, la médecine conventionnelle ou naturelle ne peut pas avoir de bons résultats parce que la tumeur ne dépend plus de l’alimentation, mais “s’alimente des tissus du corps”.
En cas de contre-indication au jeûne, les hygiénistes recommandent comme solution alternative une alimentation végétalienne (ou végane) constituée à 80% de fruits et de légumes crus.
Ce genre d’alimentation végétalienne (qui est presque crudiste) permet de :

  1. Ne pas accumuler de nouveaux déchets,
  2. “Nettoyer le sang” des toxines présentes,
  3. Éliminer progressivement la tumeur.

Selon la théorie du régime du groupe sanguin, il y a d’aliments qui peuvent provoquer la formation de tumeur du sein.
Certains aliments sont toxiques chez tout le monde, alors que d’autres ne sont nocifs que chez les personnes d’un groupe sanguin spécifique.
Enfin, il y a certains qui ne tolèrent pas certains aliments.
Selon ce régime le lait et les produits laitiers (le yaourt, le fromage, etc.) sont les premiers responsables de la formation de tumeur du sein.
Pour prévenir et traiter donc ce trouble, il faut éviter le lait et les produits laitiers.
Selon le groupe sanguin, le système immunitaire peut tolérer certains aliments et certaines boissons, mais certains d’autres sont nocifs.

Pronostic du patient souffrant de cancer du sein 

Il existe de fondamentaux facteurs de pronostic qu’il faut évaluer lors du diagnostic de carcinome mammaire afin d’avoir une indication sur le pronostic et sur la réponse au traitement.

Caractéristiques anatomiques et histologiques :

  • La taille : le paramètre le plus important,
  • Le type de tissu touché (canalaire, lobulaire, mucineux, tubulaire, papillaire, médullaire, adéno-kystique ou aprocrine),
  • La présence de métastases aux ganglions lymphatiques axillaires (il est important d’en connaître le nombre),
  • Le grade et la vascularisation, il faut chercher aux extrémités de la tumeur.

Caractéristiques cellulaires :

  • La présence de récepteurs des œstrogènes et de la progestérone sur la paroi des cellules cancéreuses. S’il n’y en a pas, la tumeur est plus maligne et agressive.
  • L’activité proliférative – la présence de l’antigène Ki-67.
  • En cas de surexpression de HER2, la tumeur est plus agressive.

 

Rechute de cancer du sein

Les nouveaux traitements permettent aux personnes atteintes de tumeur au sein de vivre plus longtemps et les pronostics se sont donc améliorés ces dernières années.
Malgré le traitement, le carcinome canalaire peut se diffuser à d’autres parties du corps.

Parfois, la tumeur résiste ou alors se reforme, même si elle a été enlevée complètement et si les ganglions lymphatiques voisins ne montrent aucune cellule tumorale lors de l’examen histologique.
Le résultat du traitement et de l’intervention dépendent de plusieurs facteurs.

Plus la tumeur est au stade avancé, plus il est difficile d’arriver à une guérison complète.
Les autres facteurs pris en compte pour déterminer les risques de rechute et les résultats du traitement sont :

  • La position et la diffusion de la tumeur ;
  • Si la tumeur possède des HR-positifs ou négatifs ;
  • Les récepteurs cellulaires, par exemple le HER2 ;
  • La gravité des altérations de l’ADN ;
  • La forme et la dimension de la tumeur ;
  • La vitesse de croissance de la tumeur ;
  • La formation d’éventuelles métastases osseuses ou au foie et dans d’autres organes,
  • La positivité des bords de la tumeur après l’ablation, si la taille des bords est d’au moins un centimètre, le pourcentage de rechute est très bas.

Les facteurs qui réduisent le risque sont :

  1. La radiothérapie post-opératoire,
  2. La prise de tamoxifène (si conseillé).

La mastectomie pour le carcinome in situ est un traitement définitif chez plus de 95% de pas patientes.
Les causes de rares rechutes et/ou de la mort sont :

  1. Des restes de carcinome in situ dans les conduits du tissu adipeux sous-cutané qui ne sont pas retiré au cours de l’intervention chirurgicale,
  2. Des foyers cachés d’invasion que le diagnostic n’a pas relevé.

Cancer du sein – survie

La survie de 5 ans en cas de carcinome du sein montre une diminution très rapide de la survie de la phase I à celle IV.
La survie de 5 ans chez les femmes varie de 99% au stade I à 15% au stade IV chez les patientes qui ont eu un diagnostic entre le 2002 et le 2006 à l’Anglia Cancer Network.

 

Survie de 5 ans – http://www.cancerresearchuk.org/health-professional/cancer-statistics/statistics-by-cancer-type/breast-cancer/survival

Source : The National Cancer Registration Service Eastern Office (UK)

La survie de 5 ans pour le carcinome du sein selon l’âge montre un schéma insolite.
La survie augmente graduellement de 85% chez les femmes entre 15 et 39 ans et arrive à 92% entre 60 et 69 ans. La survie tombe chez les patientes les plus âgées et arrive au point le plus bas (70%) de 80 à 99 ans chez les patientes qui ont un diagnostic de cancer du sein à l’Angleterre entre 2009 et 2013.

Taux de survie de 5 ans – goo.gl/EHbzcx

Espérance de vie chez les personnes atteintes de cancer du sein

Le tableau suivant expose les statistiques qui concernent l’espérance de vie des patients auxquels on a diagnostiqué un cancer du sein selon le stade du cancer :

Stade de la maladie Pourcentage de survie 5 ans après le traitement
0 100,00 %
I 100,00 %
II 93,00 %
III 72,00 %
IV 22,00 %

 

 

Stade de la maladie Pourcentage de survie 5 ans après le traitement chez les hommes
0 100,00 %
I 100,00 %
II 91,00 %
III 72,00 %
IV 20,00 %

Source : Breastcancer.org
Dernière modification 26/01/2017