Cancer du sein avec métastases

Une tumeur maligne au sein est une masse qui se développe dans le tissu mammaire et se propage aux autres organes du corps.

De façon générale, le type de tumeur dépend en grande partie de la zone où la tumeur a été localisée ; presque toujours, cette zone de localisation se trouve dans les lobes, les lobules ou au niveau des conduits lactifères.

 

Types de cancer du sein

Il existe différents types de carcinomes mammaires, mais certains sont assez rares.

 

Carcinome canalaire in situ

C’est la tumeur du sein la plus fréquente.
Le carcinome canalaire in situ (CCIS, également connu sous le nom de carcinome intracanalaire) est une tumeur non-invasive.

CCIS signifie que les cellules qui tapissent les conduits ont été transformées et assumé les caractéristiques des cellules tumorales.
La différence entre un carcinome canalaire in situ et la tumeur invasive est que, dans le premier cas, les cellules ne se propagent pas à travers les parois canalaires au tissu mammaire environnant.
Dans certains cas, un même cancer du sein peut être une combinaison d’une tumeur invasive et d’une in situ.

Les femmes qui reçoivent le diagnostic à ce stade précoce de la tumeur peuvent être pratiquement toutes soignées.

 

Carcinome lobulaire in situ

Ce n’est pas un vrai cancer ou pré-cancer. 

 

Carcinome canalaire Invasif ou infiltrant (IDC)

Le carcinome canalaire invasif se développe dans un conduit lactifère, il infiltre la paroi et se développe dans le tissu adipeux mammaire.
À ce stade, il est capable de se propager (métastaser) dans d’autres parties du corps par le système lymphatique et la circulation sanguine.
Environ 8 tumeurs invasives du sein sur 10 sont des carcinomes canalaires infiltrants.

 

Carcinome lobulaire invasif ou infiltrant

Le carcinome lobulaire infiltrant (CLI) commence dans les glandes productrices du lait (lobules). Comme le IDC, il peut se propager (métastaser) dans d’autres parties du corps.
Environ 1 carcinome mammaire invasif sur 10 est un CLI.
Le carcinome lobulaire infiltrant peut être plus difficile à détecter dans une mammographie par rapport à un carcinome canalaire infiltrant.

 

 

Types de carcinomes mammaires moins courants

Carcinome mammaire inflammatoire
Il n’y a généralement pas de nodule du sein ou de tumeur.
Le carcinome mammaire inflammatoire rend la peau rouge et chaude sur la poitrine. Il peut également donner un aspect dense à la peau du sein, le mamelon peut s’affaisser et ressembler à une peau d’orange.
Ces altérations ne sont pas provoquées par l’inflammation ou l’infection, mais par les cellules tumorales qui obstruent les vaisseaux lymphatiques de la peau. Le sein affecté peut devenir plus gros, plus rond, douloureux ou démanger.
Dans les premiers stades, le carcinome mammaire inflammatoire peut souvent être confondu avec une infection du sein (mastite au sein) et il est traité à l’aide d’antibiotiques.
Si les symptômes sont provoqués par le cancer, alors ils ne s’améliorent pas.
La biopsie peut montrer les cellules tumorales.
Ce type de cancer du sein a de meilleures chances de se propager et un pronostic encore plus négatif que celui typique du carcinome canalaire ou lobulaire invasif.

Le carcinome médullaire : il est rare et seulement de 3 à 5 % des tumeurs du sein sont diagnostiquées comme carcinome canalaire médullaire.
La mammographie peut généralement montrer la tumeur quand bien même elle ne se présente pas toujours sous forme d’un nodule ; elle peut apparaître comme une altération spongieuse du tissu mammaire.

Carcinome canalaire, mucineux : il se produit lorsque les cellules cancéreuses du sein produisent du mucus.
Les cellules et le mucus se combinent pour former une tumeur.

Carcinome canalaire papillaire : au microscope, il ressemble à de petits doigts. Seulement dans de rares cars, ce cancer devient invasif. Il est fréquent chez les femmes de plus de 50 ans.

Carcinome canalaire tubulaire : c’est un diagnostic rare d’IDC qui ne représente que 2 % des diagnostics de cancer du sein. Son nom dérive de la façon donc le cancer apparaît au microscope, c’est-à-dire comme des centaines de tubules.

Carcinome infiltrant SAI (sans autres indications) ou TNS (de type non spécifique)
Souvent, on écrit SAI ou TNS pour un carcinome canalaire non rattachable à un type particulier de tumeur.

Classification selon le nombre des masses

  1. le carcinome multifocal présente des nodules au sein en différents points de la même zone mammaire (par exemple, bifocales si présent à deux points distincts)
  2. le carcinome multicentrique se manifeste dans au moins deux zones du même sein.

 

Cancer du sein hormono-dépendant et non hormono-dépendant

Les récepteurs HER2 sont les protéines qui influencent la croissance, la division et la réparation des cellules du sein.
En localisant les récepteurs de la tumeur, le médecin peut prescrire les traitements plus efficaces pour bloquer les récepteurs et pour limiter la croissance de la tumeur.
La plupart des femmes atteintes de tumeur au sein ont les cellules positives au récepteur de l’hormone HR +.
Cela signifie que les cellules tumorales :

  • Ont des récepteurs qui peuvent se lier aux œstrogènes (tumeur positive aux récepteurs des œstrogènes ou ER+) ou
  • Ont des récepteurs auxquels peut se lier la progestérone (cancer positif aux récepteurs de la progestérone ou la PR +).

Certaines femmes atteintes d’une tumeur ont les cellules HER2 positives. Dans ce cas, les cellules tumorales produisent trop de protéines HER2/neu, ce qui indique une néoplasie plus agressive. Le carcinome mammaire HER2 positif aide les médecins à déterminer si la tumeur peut répondre à un traitement biologique ciblé.
Le carcinome HER2 négatif signifie que les cellules n’ont pas de récepteurs du facteur de croissance épidermique humain.

 

 

 

Classification génétique

La plupart des cancers du sein sont des tumeurs de type luminal.
Les cellules cancéreuses luminales ressemblent aux cellules des tumeurs du sein de la paroi interne des conduits mammaires.
À l’aide des informations génétiques sur le cancer, les médecins sont en mesure de classer les tumeurs du sein par groupes.
Les catégories de carcinomes mammaires sont :

  1. Luminal A. Ce groupe comprend des tumeurs ER et PR-positives (avec les récepteurs cellulaires d’œstrogènes et de progestérone), mais négatives pour le récepteur HER-2.
    L’hormonothérapie et la chimiothérapie peuvent être bénéfiques pour le cancer du sein luminal A .
  2. Luminal B. Ce type inclut les tumeurs positives ER et HER-2 mais négatives PR
    Dans le cas de luminal B, le sein peut être traité par chimiothérapie, hormonothérapie et un traitement ciblé pour HER-2.
  3. Cancer du sein triple négatif
    Ce terme désigne les cancers du sein (il s’agit des carcinomes canalaires généralement invasifs) dont les cellules:

    • N’ont pas les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone,
    • Ne contiennent pas la protéine HER2 sur la surface de la membrane cellulaire.

Les cancers du sein triple négatif se développent et se propagent plus rapidement par rapport à beaucoup d’autres types de cancer du sein.

 

Sources: Luminal A and luminal B (HER2 negative) subtypes of breast cancer consist of a mixture of tumors with different genotype. – Yanagawa M et al. – BMC Res Notes. 2012 Jul 25; 5():376.

 

Types de cancer du sein chez les hommes

La plupart des cancers du sein chez les hommes commencent dans les canaux galactophores (carcinome canalaire invasif).
Plus rarement, les tumeurs du sein masculin peuvent se développer dans les lobules du sein (carcinome lobulaire infiltrant).
Dans d’autres cas, chez les hommes, on peut diagnostiquer:

  1. Un carcinome canalaire in situ (un cancer du sein non invasif),
  2. Un Carcinome canalaire papillaire,
  3. La maladie de Paget.

Que veut-on dire par carcinome canalaire bien différencié, modérément différencié ou très peu différenciés ?

Lorsqu’il examine au microscope, le pathologiste recherche certaines caractéristiques pour prédire si le cancer formera des métastases.

Ces caractéristiques peuvent être :

  • la disposition des cellules ;
  • la formation de tubules ;
  • le degré de similitude des cellules normales du sein (grade nucléaire) ;
  • le nombre de cellules cancéreuses qui se divisent (index mitotique).

Ces caractéristiques déterminent la différenciation de la tumeur.

Il existe trois degrés de différenciation de la tumeur :
G1 –  (degré bas et bien différenciée) : les cellules tumorales semblent presque normales au microscope.
Les cellules ne semblent pas se développer rapidement. Et sont disposées en tubules.
G2 – (degré moyen et modérément différenciée) : les cellules de ces tumeurs sont un peu plus anormales.
G3– (haut degré et peu différenciée): les cellules tumorales sont anormales. Elles Se développent et se propagent de façon plus agressive.