Thérapie de l’hypothyroïdie

photo Échographie de la thyroïde,thyroïdite,hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est une maladie caractérisée par une production anormalement basse d’hormones thyroïdiennes (triiodothyronine et thyroxine).

Quelles sont les complications possibles de l’hypothyroïdie ?

Si l’hypothyroïdie n’est pas traitée, voilà ce qui peut se produire :

Un risque accru de développer une maladie cardiaque. En effet, un faible taux de thyroxine provoque l’augmentation des lipides dans le sang (par exemple, le cholestérol).

Pendant la grossesse, le risque de développer des complications est accru, par exemple : prééclampsie, anémie, accouchement prématuré, faible poids de naissance, enfant mort-né et saignements graves après l’accouchement.

Les signes et les symptômes de l’hypothyroïdie non traitée peuvent progressivement s’aggraver.

La stimulation constante de la thyroïde pour libérer plus d’hormones peut provoquer un gonflement de la thyroïde (goitre). En outre, on peut avoir une diminution de la mémoire. Certaines fonctions cérébrales peuvent ralentir comme la pensée par exemple. On peut aussi souffrir de dépression.

L’hypothyroïdie avancée (connue sous le nom de myxœdème) est rare. Toutefois, si elle se produit, elle peut être dangereuse.

Les signes et les symptômes sont une faible tension artérielle, la réduction de la fréquence respiratoire et de la température corporelle, une apathie et aussi le coma. Dans les cas extrêmes, le myxœdème peut être fatal.

Le coma hypothyroïdien ou myxomateux (coma par myxœdème) est une complication très rare.

Toutefois, à l’aide d’un traitement, les perspectives sont excellentes.

Généralement, les symptômes disparaissent grâce aux traitements. Il est très rare de développer des complications.

Que se passe-t-il en cas de maladies de la thyroïde pendant la grossesse ?

L’hypothyroïdie

Pendant la grossesse, l’hypothyroïdie est habituellement causée par la thyroïdite de Hashimoto. Elle se manifeste dans 3/5 cas sur 1 000 femmes.

L’hypothyroïdie non traitée peut provoquer une fausse couche, une naissance prématurée, une prééclampsie (augmentation dangereuse de la tension artérielle), un œdème ou une protéinurie pendant la grossesse.

L’hypothyroïdie non traitée pendant la grossesse peut aussi affecter la croissance du bébé et le développement de son cerveau. Les médicaments de la thyroïde peuvent aider à prévenir ces problèmes et être pris pendant la grossesse.

Les femmes qui souffrent d’hypothyroïdie doivent parler de leur maladie au médecin avant d’envisager toute grossesse.

Thyroïdite post-partum

Cette inflammation de la thyroïde affecte environ 4-9 % des femmes dans la première année après l’accouchement.

Elle est considérée comme une maladie auto-immune qui provoque l’hyperthyroïdie pendant 1 à 2 mois.

Les femmes qui souffrent d’une thyroïdite post-partum développent souvent une hypothyroïdie avant la guérison complète de la glande thyroïde. Il est probable que la maladie se présente à nouveau au cours des grossesses futures.

La thyroïdite post-partum n’est parfois pas diagnostiquée parce que les symptômes sont confondus avec ceux de la dépression post-partum, fatigue et mauvaise humeur qui suivent parfois la naissance de l’enfant.

Si des symptômes comme la fatigue ne disparaissent pas en quelques mois, ou si la femme développe une dépression post-partum, elle devrait en parler au médecin.

Si les symptômes de l’hypothyroïdie créent une forte gêne, le médecin peut prescrire des médicaments pour la thyroïde.

Diagnostic, examens et tests en cas d’hypothyroïdie

Le médecin effectue un examen physique et vérifie si la thyroïde est gonflée. Parfois, la glande présente une taille normale ou plus petite que la normale. L’examen peut également révéler :

  • Ongles cassants,

  • Traits du visage plus grossiers,

  • Pâleur ou sécheresse de la peau qui peut être froide au toucher,

  • Gonflement des bras et des jambes,

  • Cheveux fins et fragiles.

Une prise de sang est également prescrite pour mesurer le taux des hormones thyroïdiennes TSH et T4.

On peut aussi effectuer des examens pour vérifier :

  • Les taux de cholestérol,

  • L’hémogramme complet,

  • Les enzymes hépatiques,

  • La prolactine,

  • Le sodium.

Quel est le traitement en cas d’hypothyroïdie ?

Le traitement consiste à prendre chaque jour de la lévothyroxine (thyroxine) sous forme de comprimé : parmi les médicaments les plus prescrits, nous pouvons citer le Lévothyrox.

Cela remplace la thyroxine que la glande thyroïde ne produit pas. De nombreux patients se sentent beaucoup mieux peu après le début du traitement. Il est préférable de prendre le comprimé à jeun (avant le petit déjeuner) parce que certains aliments riches en calcium ou en fer peuvent interférer avec l’absorption de la lévothyroxine par l’intestin.

De la même façon, il ne faut pas prendre de comprimés de lévothyroxine en même temps que les compléments en calcium ou en fer.

Quand faut-il commencer le traitement ?

Les médecins recommandent de commencer le traitement dès que possible après le diagnostic, mais seulement si le médecin le prescrit.

photo Traitement de l’hypothyroïdie,métabolisme,lent,grossir,glande,thyroïde

Quelle est la dose correcte de lévothyroxine ?

La majorité des adultes doivent prendre une dose comprise entre 50 et 150 microgrammes par jour.

Parfois, on prescrit une dose faible dans un premier temps, en particulier chez les personnes au-delà de 60 ans ou chez les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques, mais au fil du temps, on augmente progressivement la dose.

Des analyses de sang sont habituellement effectuées tous les 2-3 mois. La dose peut être ajustée en conséquence.

Ces analyses permettent de mesurer le taux de TSH.

Une fois que le taux de TSH dans le sang est normal, cela signifie que l’on prend la bonne quantité de lévothyroxine.

Après, il suffit de vérifier le taux de TSH dans le sang une fois par an. La posologie doit être adaptée durant les premières phases de la grossesse. En outre, les personnes âgées peuvent aussi avoir besoin d’une dose plus faible de lévothyroxine.

Que faire si vous oubliez de prendre un comprimé ?

Tout le monde peut oublier de prendre un comprimé. Ne vous inquiétez pas, car ne pas prendre un comprimé ne provoque pas de conséquences graves.

Si vous oubliez de prendre une dose, prenez-la dès que vous vous en rendez compte dans le cas où seulement 2 ou 3 heures se sont écoulées par rapport à l’horaire habituel.

Au-delà de cette durée, vous devez sauter la dose oubliée et prendre la suivante à l’heure habituelle.

Ne prenez pas deux doses en même temps pour essayer de compenser la dose oubliée. Cependant, vous devriez essayer de prendre la lévothyroxine régulièrement chaque matin pour obtenir une efficacité maximale.

Le traitement de l’hypothyroïdie selon l’âge des enfants et chez les femmes enceintes

Chez la plupart des patients, le traitement dure toute la vie. L’hypothyroïdie disparaît rarement spontanément.

Cet événement est rare, sauf dans les cas suivants :

1. Chez les enfants. Parfois, l’hypothyroïdie est une condition temporaire chez les enfants et les adolescents. (Cela ne se produit pas chez les enfants qui sont nés avec l’hypothyroïdie.)

2. En cas de grossesse. Certaines femmes développent un déséquilibre thyroïdien après l’accouchement.

Si cela produit, cela se produit généralement de trois à six mois environ après la naissance. Souvent, cela ne dure que quelques mois et disparaît ensuite spontanément.

Le traitement n’est nécessaire que dans quelques cas. Cependant, il est préférable d’effectuer une prise de sang chaque année parce que le risque de développer la thyroïdite auto-immune et, à l’avenir, l’hypothyroïdie à long terme est accru.

La mer

L’air de la mer a une concentration plus élevée en iode. Toutefois, pour influencer la thyroïde, ce minéral doit être ingéré. Par conséquent, l’air de la mer n’apporte aucun avantage sur la thyroïde.

Existe-t-il des effets secondaires ou des problèmes dus au traitement contre l’hypothyroïdie ?

Normalement non.

Les comprimés de lévothyroxine remplacent une hormone naturelle du corps, donc, les effets secondaires sont rares. Toutefois, en cas d’angine de poitrine, lorsque vous commencez à prendre la lévothyroxine, la douleur provoquée par l’angine est plus importante.

Si vous prenez une dose excessive de lévothyroxine, des symptômes et des problèmes d’une hyperactivité de la thyroïde peuvent se manifester, par exemple : palpitations, diarrhée, irritabilité, transpiration excessive et augmentation du risque de développer l’ostéoporose.

C’est pourquoi des prises de sang sont nécessaires pour vérifier si vous prenez la dose correcte.

D’autres médicaments peuvent interférer avec l’action de la lévothyroxine, par exemple : des compléments en fer, la carbamazépine, la phénytoïne et la rifampicine.

Si vous commencez à prendre l’un de ces médicaments, ou à changer la dose, vous devrez peut-être modifier la dose de lévothyroxine.

Le médecin recommandera la dose adéquate.

De plus, si vous prenez de la warfarine, vous pourriez avoir à changer la dose si vous modifiez la quantité de lévothyroxine prise.

Remèdes naturels en cas d’hypothyroïdie

Il n’existe pas de remèdes naturels pour traiter l’hypothyroïdie. Toutefois, l’alimentation peut aider dans certains cas.

Que faut-il manger ? Régime et alimentation

Les spécialistes recommandent aux patients d’adopter une alimentation équilibrée (et éventuellement un régime minceur) pour ingérer la plupart des nutriments.

Les compléments alimentaires

L’iode est un minéral essentiel pour la thyroïde. Cependant, les personnes atteintes de la maladie auto-immune de la thyroïde peuvent être sensibles aux effets secondaires nocifs de l’iode.

En prenant des gouttes d’iode ou en mangeant des aliments qui contiennent de grandes quantités d’iode, comme les algues, on peut provoquer ou aggraver l’hypothyroïdie ou l’hyperthyroïdie.

Les femmes ont besoin de plus d’iode quand elles sont enceintes : environ 250 microgrammes par jour, parce que l’enfant consomme l’iode du régime alimentaire de sa mère.

Aux États-Unis, environ 7 pour cent des femmes enceintes n’absorbent pas d’iode par l’intermédiaire de leur régime alimentaire ou par les compléments de vitamines.

Pour satisfaire le besoin en iode, il faut prendre du sel iodé et des vitamines prénatales contenant de l’iode.

Aliments à éviter

Il est conseillé d’éviter les aliments qui ralentissent le fonctionnement de la thyroïde : soja, chou, chou-fleur, brocoli, viande, aliments frits, sucre, lait et produits laitiers.

Espérance de vie à long terme (pronostic) en cas d’hypothyroïdie

Dans la plupart des cas, les taux d’hormones thyroïdiennes reviennent à la normale à l’aide d’un traitement approprié.

Vous devrez probablement prendre des médicaments contenant des hormones thyroïdiennes pour le reste de votre vie.