Symptômes de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie (ou hyperactivité de la thyroïde) est une maladie dans laquelle la glande thyroïde produit trop d’hormones thyroïdiennes (triiodothyronine T3 et thyroxine T4).
Les taux d’hormones T3 et T4 dans le sang sont influencés par la TSH qui est une hormone produite par l’hypophyse (ou glande pituitaire).
Les valeurs normales (de référence) de ces hormones sont :

  • TSH, comprise entre 0,3 et 5,5 mUI/L
  • Triiodothyronine totale (T3) de 80 à 220 ng/dL
  • Triiodothyronine libre (FT3) de 260 à 480 pg/dL (chez les adultes)
  • Thyroxine libre (FT4) de 0,7 à 1,8 ng/dL
  • Thyroxine totale (T4) de 4 à 12,3 μg/dL

L’hyperthyroïdie peut accélérer de manière significative le métabolisme du corps et provoquer des symptômes, par exemple : perte de poids soudaine, rythme cardiaque rapide ou irrégulier, transpiration excessive, nervosité ou irritabilité.

 

Qu’est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande en forme de papillon qui mesure 5 cm et pèse moins de 30 grammes.
Elle est située en avant du cou, sous le larynx. Elle est composée de deux lobes, un pour chaque côté de la trachée.
La thyroïde est l’une des glandes qui composent le système endocrinien. Les glandes endocrines produisent, stockent et libèrent des hormones dans le sang.
Les hormones voyagent ensuite dans tout le corps et dirigent l’activité des cellules de l’organisme.
La glande thyroïde produit deux hormones thyroïdiennes, la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4).
La T3 dérive de la T4. Il s’agit de l’hormone la plus active parce qu’elle affecte directement les tissus.
Les hormones thyroïdiennes influencent le métabolisme, le développement du cerveau, la respiration, le cœur, le système nerveux, la température du corps, la force musculaire, la sécheresse de la peau, le cycle menstruel, le poids et le taux de cholestérol.
La production des hormones thyroïdiennes T3 et T4 est régulée par l’hormone TSH qui est produite par l’hypophyse. Lorsque les taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang sont faibles, l’hypophyse libère plus de TSH. Dans le cas contraire, lorsque les taux d’hormones thyroïdiennes sont élevés, l’hypophyse réagit en réduisant la production de TSH.

 

Classification de l’hyperthyroïdie

  1. On parle d’hyperthyroïdie primaire lorsque la maladie provient de la glande thyroïde.
  2. On parle d’hyperthyroïdie secondaire lorsque la glande thyroïde est stimulée par un excès de l’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) dans la circulation sanguine.

L’hyperthyroïdie peut être :

  1. Évidente, si elle est entièrement développée et que les symptômes sont typiques de la maladie ;
  2. Sub-clinique si les symptômes sont légers ou non spécifiques et qu’ils ne sont pas provoqués par un dysfonctionnement de la thyroïde.

 

 

Les facteurs de risque de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie, en particulier la maladie de Basedow-Graves, est héréditaire. Elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.
Si un autre membre de la famille souffre d’une maladie de la thyroïde, il faut en parler avec le médecin pour savoir ce que cela peut signifier pour la santé et lui demander de fournir quelques recommandations pour surveiller la fonction thyroïdienne.

 

 

Quelles sont les causes de l’hyperthyroïdie ?

Les causes de l’hyperthyroïdie sont nombreuses, par exemple :

  • Maladie de Basedow-Graves,
  • Nodules thyroïdiens,
  • Thyroïdite, ou inflammation de la thyroïde,
  • Consommer une quantité excessive d’iode,
  • Prendre trop d’hormones thyroïdiennes synthétiques. En général, elles sont prescrites pour traiter l’hypothyroïdie (par exemple, des médicaments comme l’Eutirox).

Plus rarement, l’hyperthyroïdie est provoquée par un adénome pituitaire, qui est une tumeur non-cancéreuse de la glande pituitaire. Dans ce cas, l’hyperthyroïdie est due à une quantité excessive de TSH.

 

La maladie de Basedow-Graves

La maladie de Basedow-Graves, aussi appelée goitre diffus toxique, est la cause la plus fréquente de l’hyperthyroïdie chez les adultes, les jeunes et les enfants.
La maladie de Basedow-Graves est une maladie auto-immune.
Normalement, le système immunitaire protège l’organisme contre les infections par l’identification et la destruction des bactéries, des virus et d’autres substances étrangères potentiellement dangereuses.
Cependant, en cas de maladies auto-immunes, le système immunitaire attaque les cellules et les organes du corps.
Dans le cas de la maladie de Basedow-Graves, le système immunitaire produit des anticorps appelés immunoglobulines qui stimulent la thyroïde (TSI) et qui se fixent à la membrane externe des cellules de la thyroïde. La TSI agit comme la TSH et stimule la thyroïde à produire des hormones thyroïdiennes.

 

Les nodules thyroïdiens

Les nodules thyroïdiens, également appelés adénomes, sont des masses qui se forment dans la thyroïde.
Les nodules thyroïdiens sont fréquents et ne sont généralement pas cancéreux. Environ 5 % de la population américaine présente ce trouble.
Cependant, les nodules peuvent devenir hyperactifs et produire une quantité excessive d’hormones thyroïdiennes.
Un nodule hyperactif unique est appelé adénome toxique. Les nodules multiples hyperactifs sont appelés goitre multinodulaire toxique.
Ils se manifestent souvent chez les personnes âgées.
Les nodules thyroïdiens malins peuvent causer des altérations de la voix, un gonflement des ganglions lymphatiques et, dans les cas les plus graves, provoquer des difficultés à avaler.

 

Thyroïdite

La thyroïdite est une inflammation de la glande thyroïde qui provoque la fuite des hormones thyroïdiennes contenues dans la glande thyroïde. Dans un premier temps, la perte génère des taux élevés d’hormones dans le sang qui conduisent à l’hyperthyroïdie pendant 1 ou 2 mois.

La plupart des patients développent alors l’hypothyroïdie : les taux d’hormone thyroïdienne deviennent trop faibles avant que la thyroïde ne guérisse complètement.
Plusieurs types de thyroïdite peuvent causer une hyperthyroïdie suivie d’une hypothyroïdie :

  1. Thyroïdite subaiguë. Cette maladie provoque une inflammation douloureuse. La thyroïde enfle.
    Les spécialistes ne sont pas sûrs de la cause de la thyroïdite subaiguë. Toutefois, elle peut être liée à une infection virale ou bactérienne. La maladie disparaît généralement spontanément en quelques mois.
  1. Thyroïdite du post-partum. Ce type de thyroïdite se développe après l’accouchement.
  1. Thyroïdite silencieuse. Ce type de thyroïdite est appelé « silencieux », car il est indolore, tout comme la thyroïdite du post-partum, bien que la thyroïde puisse être enflée. Comme la thyroïdite du post-partum, la thyroïdite silencieuse est probablement une maladie auto-immune. Elle peut parfois évoluer en un état d’hypothyroïdie permanente.

 

Excès d’iode dans le régime alimentaire

Hyperthyroïdie,anatomie thyroïdienne,lobe,isthme,trachée,larynx

La thyroïde utilise l’iode pour produire des hormones, de sorte que la quantité d’iode ingérée influence la quantité d’hormone thyroïdienne.
Certaines personnes qui consomment de grandes quantités d’iode peuvent présenter un excès de sécrétion d’hormones thyroïdiennes.
Certains médicaments contiennent d’importantes quantités d’iode : par exemple, l’amiodarone, utilisé pour traiter les problèmes cardiaques ou encore les compléments qui contiennent des algues.
Certains sirops contre la toux contiennent de grandes quantités d’iode.
Quel type de sel faut-il manger ? Il est recommandé de consommer un sel à la faible teneur en iode. Dans tous les cas, il est préférable de réduire autant que possible sa consommation.
Les personnes pensent qu’elles ne peuvent pas aller à la plage en cas d’hyperthyroïdie, car elles peuvent y respirer de l’iode. Mais, en réalité, le problème est relatif à sa consommation.

 

 

Excès de médicaments à base d’hormones thyroïdiennes synthétiques

Certaines personnes qui prennent des hormones thyroïdiennes synthétiques peuvent exagérer en cas de traitement contre l’hypothyroïdie. Les personnes qui prennent des hormones thyroïdiennes synthétiques doivent consulter le médecin au moins une fois par an pour vérifier les taux d’hormones thyroïdiennes et suivre les instructions du médecin en ce qui concerne le dosage.
Certains autres médicaments peuvent interagir avec les hormones thyroïdiennes synthétiques et augmenter les taux d’hormones dans le sang.
Les personnes qui prennent des hormones thyroïdiennes synthétiques doivent demander au médecin les interactions qui existent lorsqu’elles commencent à prendre de nouveaux médicaments.

 

Quels sont les symptômes de l’hyperthyroïdie ?

  • Agitation, nervosité, émotion, irritabilité et mauvaise humeur
  • Stress et anxiété
  • Désir d’être toujours en mouvement
  • Insomnie
  • Tremblements des mains
  • Perte de poids malgré l’augmentation de l’appétit
  • Palpitations
  • Transpiration, aversion à la chaleur et augmentation de la soif. Certains patients ne ressentent pas le froid en hiver et peuvent porter des chemises à manches courtes, même lorsque la température extérieure n’est que de 10 °C
  • Diarrhée ou besoin d’aller à la selle plus souvent qu’en temps normal
  • Problèmes comme la perte de cheveux et démangeaisons
  • Ongles cassants
  • Troubles du cycle menstruel – les menstruations peuvent être très faibles ou peu fréquentes. Dans certains cas, le cycle peut s’arrêter complètement (aménorrhée), bien que la femme ne soit pas ménopausée
  • Fatigue et faiblesse musculaire (souvent rapportées par les patients)
  • Difficultés à se concentrer
  • Diminution de la mémoire
  • Possible gonflement de la glande thyroïde (goitre) dans le cou
  • Problèmes de vue si l’on souffre de la maladie de Basedow-Graves
  • Yeux globuleux
  • Réduction de la fertilité féminine et masculine, baisse de la libido (désir sexuel)
  • L’hyperthyroïdie peut conduire à une perte de poids parce que le métabolisme du corps s’accélère
  • Les hormones thyroïdiennes peuvent causer une hausse de la glycémie, car elles favorisent la glycolyse. Cela augmente donc le risque de diabète.
  • L’hypercalcémie (augmentation des taux de calcium dans le sang).

La majorité des personnes qui souffrent d’hyperthyroïdie ne présentent pas tous ces symptômes. Toutefois, une combinaison d’au moins deux de ceux-ci est fréquente.
Les symptômes se développent lentement, habituellement sur plusieurs semaines.
Tous les symptômes peuvent être causés par d’autres maladies. Le diagnostic peut donc être difficile à faire au début.
Au début, les symptômes peuvent être légers. Toutefois, ils s’aggravent lorsque le taux de la thyroxine dans le sang augmente progressivement.

 

Symptômes de l'hyperthyroïdieComplications ou conséquences possibles de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie non traitée peut provoquer les conséquences suivantes :

  • Un plus grand risque de développer de graves problèmes cardiaques, par exemple : arythmie cardiaque, fibrillation atriale, faiblesse cardiaque (cardiomyopathie), angine de poitrine ou insuffisance cardiaque.
  • Les femmes enceintes présentent un risque plus élevé de développer certaines complications liées à la grossesse.
  • Il existe un risque accru de fragilité des os (ostéoporose).
  • Grâce aux traitements, les perspectives sont bonnes et la plupart des symptômes ainsi que les risques de complications disparaissent.

 

Que se passe-t-il en cas de maladie de la thyroïde pendant la grossesse ?

Hyperthyroïdie
Pendant la grossesse, l’hyperthyroïdie est généralement causée par la maladie de Basedow-Graves et se manifeste à hauteur de 1 cas toutes les 500 grossesses.
L’hyperthyroïdie non contrôlée augmente le risque de fausse couche, d’accouchement prématuré et de prééclampsie, qui est une augmentation dangereuse de la pression artérielle en fin de grossesse.
Chez le nouveau-né, l’hyperthyroïdie peut causer :

  • Accélération de la fréquence cardiaque (tachycardie) qui peut conduire à une insuffisance cardiaque ;
  • Fermeture anticipée des sutures crâniennes (joints entre les os du crâne) ;
  • Faible prise de poids ;
  • Irritabilité ;
  • Parfois, un gonflement de la thyroïde qui peut presser contre la trachée et gêner la respiration.

Les femmes qui souffrent de la maladie de Basedow-Graves ainsi que leurs nouveau-nés doivent être surveillés par le médecin.
Les femmes qui souffrent d’hyperthyroïdie doivent en parler avec leur médecin avant toute grossesse.
Les symptômes de l’hyperthyroïdie peuvent être difficiles à évaluer pendant la grossesse.
Normalement, la glande thyroïde grossit chez les femmes en bonne santé quand elles sont enceintes.
Certains signes d’hyperthyroïdie sont :

  • Rythme cardiaque rapide et irrégulier,
  • Léger tremblement,
  • Perte de poids inexpliquée,
  • Augmentation de poids insuffisante.

 

Thyroïdite post-partum

Cette inflammation de la thyroïde affecte environ 5-10 % des femmes au cours de la première année après l’accouchement.
La thyroïdite post-partum provoque souvent l’hyperthyroïdie qui dure habituellement de 1 à 2 mois. On pense qu’il s’agit d’une maladie auto-immune.
Cette maladie peut se reproduire au cours des futures grossesses.
Parfois, la thyroïdite post-partum n’est pas diagnostiquée parce que les symptômes peuvent être confondus avec ceux de la dépression post-partum, fatigue et mauvaise humeur qui suivent parfois la naissance du bébé.
Si les symptômes de fatigue ne disparaissent pas en quelques mois ou si une femme développe une dépression post-partum, elle devrait en parler au médecin.
La femme pourrait avoir contracté une maladie chronique de la thyroïde et avoir besoin de prendre des médicaments.

 

Lire aussi : La thérapie de l’hyperthyroïdie