Taches sur le gland

Certaines taches sur le gland sont causées par de graves maladies, mais la plupart des taches sur le pénis sont absolument sans danger.

L’inquiétude principale est d’avoir contracté une maladie sexuellement transmissible ou une tumeur.
Les taches sur le gland sont rarement un signe d’infection sexuelle et ne sont presque jamais un signe de cancer.
De nombreuses personnes pensent que certaines maladies comme la mononucléose et le sida peuvent provoquer l’apparition de petites ou de grandes taches rouges sur le gland, mais c’est une idée reçue.

 

Taches sur le gland
Taches sur le gland

 

 

Les types de taches

Selon leur aspect, on peut diviser les taches sur le gland en plusieurs groupes :

Les plaies : ce sont des lésions cutanées mineures peu fréquentes. Souvent, elles forment une croûte ou se remplissent de pus.

Les papules : ce sont de petits nodules (moins de 1 cm de diamètre) en relief sur la surface de la peau.

Les plaques : ce sont des formations en relief, plates et qui mesurent plus d’1 cm de diamètre.

Les ulcères
L’ulcère unique du pénis : sa cause est souvent grave. Il faut donc consulter son médecin dès que possible.

 


Les causes possibles des taches sur le gland

  • La syphilis primaire : un ulcère isolé, indolore et rond sur le gland ou sur le scrotum est caractéristique de la syphilis.
    La syphilis est causée par les spirochètes, des bactéries en spirale appelées Treponema pallidum.
    Il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible.
  • Le chancre mou (ou chancrelle), le granulome inguinal et la lymphogranulomatose vénérienne sont des maladies tropicales qui provoquent un ulcère isolé, indolore, qui émane de mauvaises odeurs.
  • Le cancer du pénis : il peut ressembler à une ulcération génitale indolore et irrégulière. Il survient généralement chez les hommes de plus de 50 ans.

Le traitement et le diagnostic précoce sont essentiels et peuvent sauver des vies.
Les ulcères multiples du pénis sont plus fréquents et leur cause est souvent moins grave.
Toutefois, il faut consulter immédiatement son médecin.

Ils peuvent être divisés en deux groupes :

  1. Aigus – ils sont présents moins de deux semaines ;
  2. Chroniques – ils sont présents plus de deux semaines.

 


Les ulcères multiples aigus sur le pénis

L’herpès génital : c’est la cause la plus fréquente d’ulcère génital.
Il est causé par l’herpèsvirus de type deux et, dans de rares cas, par celui de type un (le virus qui cause l’herpès buccal ou labial).
L’herpès génital se caractérise par des crises récurrentes de vésicules génitales, c’est-à-dire des petites vésicules qui éclatent rapidement et forment de petits ulcères douloureux.
Il est très contagieux et se transmet en général sexuellement ; il se manifeste rarement après un rapport oral.
Le premier épisode est causé par une maladie qui peut être assez grave.
Les épisodes aigus peuvent être traités efficacement par des médicaments antiviraux comme l’acyclovir.
Le stress et d’autres maladies peuvent causer des rechutes.

La syphilis secondaire
Le deuxième stade de la syphilis provoque des ulcères multiples, irréguliers, peu profonds, indolores, gris et semblables à la trace d’un escargot sur le pénis.
En général, elle survient en même temps qu’une maladie pseudo-grippale et une éruption cutanée avec des taches rouges sur le corps.
Il s’agit d’une maladie vénérienne infectieuse.

Les ulcères aphteux : ces lésions sont petites, douloureuses, peu profondes et affectent généralement la bouche, mais elles peuvent aussi affecter le pénis.
En général, ils sont gris au centre, tandis que le bord est rouge vif.
Ils se manifestent en groupes et disparaissent sans traitement.
Les aphtes ne sont pas contagieux et leur cause est inconnue.

 

Les ulcères multiples chroniques sur le pénis

Le pemphigus : cette lésion affecte généralement d’autres parties du corps comme la bouche, mais elle peut aussi survenir sur le gland.
Il s’agit de vésicules à paroi mince qui se rompent et forment un ulcère.
Le pemphigus est généralement douloureux et peut provoquer des démangeaisons.

La maladie de Behçet : il s’agit d’une affection inflammatoire qui touche la peau, les articulations, les nerfs, les yeux et d’autres organes du corps.
Certains symptômes sont aussi de grands ulcères, profonds et douloureux, sur le gland et le scrotum. Les ulcères sont aussi toujours présents dans la bouche.
Cette maladie est potentiellement grave, mais n’est pas contagieuse.

Le syndrome de Reiter est une maladie inflammatoire qui survient avec l’arthrite généralisée.
Environ un quart des hommes affectés présentent des petites plaques ulcérées autour du gland et du prépuce.
Le syndrome de Reiter peut aussi affecter les muscles, les yeux et les ongles.
Il est causé par une réponse immunitaire anormale à une infection intestinale ou génitale.
Les récidives sont possibles pendant une période prolongée, mais cette maladie peut être traitée.
Le syndrome de Reiter n’est pas contagieux, mais les germes qui le causent peuvent se transmettre sexuellement, par exemple dans le cas de chlamydia ou de salmonella.

Les papules sur le gland
Les papules sont de petits boutons roses, généralement sans gravité, mais certaines sont infectieuses.
En cas de papules sur le pénis, il est important de consulter un médecin dès que possible, surtout en ce qui concerne les hommes de plus de 50 ans.

Le molluscum contagiosum est une maladie virale fréquente, bénigne et infectieuse, qui affecte la peau et les muqueuses.
Cette maladie est fréquente chez les enfants et se transmet par le contact avec la peau d’une personne infectée.
Chez les adultes, le molluscum contagiosum peut se transmettre sexuellement. Il affecte les organes génitaux.
Il est caractérisé par de multiples petites papules en forme de dôme, qui présentent souvent une dépression centrale.
Si l’on écrase les papules, un liquide semblable au lait caillé en sort.
Il peut disparaître sans traitement. Si ce n’est pas le cas, la congélation ou la cautérisation peuvent être utiles.

Les follicules pileux et les glandes sébacées qui produisent la sueur
Ces papules sont très fréquentes ; il s’agit de formations cutanées normales.
Elles se manifestent généralement sur le pénis, surtout sur la surface inférieure (dessous).
Les papules peuvent être visibles sous forme de petits nodules ou simplement comme de petites bosses sous la peau.

Les papules perlées péniennes : les papules multiples, petites (environ 1-3 mm), se trouvent sur la couronne du gland.
Elles se développent généralement chez les hommes entre 20 et 40 ans. Environ 10 pour cent des hommes en souffrent.
Elles peuvent être confondues avec des verrues. Elles ne sont pas infectieuses et aucun traitement n’est nécessaire.

Les grains de Fordyce sont de petites papules (1-5 mm) brillantes, rouges ou violettes, qui peuvent apparaître sur le gland ou sur le scrotum. Ils affectent généralement les jeunes.
Ils peuvent se produire comme une lésion isolée, mais ils apparaissent souvent en groupes entre 50 et 100.
Ils sont indolores et non prurigineux, mais leur aspect peut causer de la gêne.
Les grains de Fordyce sont des vaisseaux sanguins dilatés recouverts d’une peau épaissie.
Ils peuvent saigner en cas de blessure ou lors des rapports sexuels.
Ils ne sont pas infectieux et leur cause est inconnue.
La seule thérapie connue est l’électrocautérisation à l’aide d’un appareil qui dégage un petit courant électrique.

Le psoriasis : il affecte généralement d’autres parties du corps, surtout les genoux, les coudes et le cuir chevelu, mais il se manifeste parfois sur le pénis, sur la surface du gland ou sur le prépuce.
Le psoriasis est caractérisé par la formation de papules rouges épaissies ou de plaques au contour bien défini.
Il a généralement une surface écailleuse.
Il provoque rarement une irritation.
Il existe plusieurs traitements efficaces pour le psoriasis, comme les crèmes à base de cortisone et la pommade Clobétasol.

Les verrues : différents types de verrues peuvent apparaître sur le pénis.
La verrue génitale est causée par un virus appelé papillomavirus humain (HPV) et est contagieuse.
Elles peuvent être isolées ou multiples, roses ou brunes, à la surface humide.
L’infection à HPV est associée au développement du cancer du col de l’utérus et de l’anus.
Elles peuvent être traitées de différentes manières, de la congélation au moyen d’un tampon d’azote liquide à l’ablation chirurgicale.

Les plaques sur le gland
Les plaques sur le pénis ne sont pas causées par une maladie grave, mais certaines sont infectieuses.
Dans de rares cas, l’érythroplasie de Queyrat, le lichen scléreux et la balanite xérotique oblitérante peuvent causer le cancer du pénis.

La balanite et la posthite : la balanite est une maladie inflammatoire du gland.
La posthite est une maladie inflammatoire du prépuce.
Les symptômes sont une irritation locale, une sensation de brûlure et une éruption cutanée rouge.
La peau apparaît parfois comme arrachée et brûlée.
La cause est une infection bactérienne ou fongique telle que le candida.
Cette maladie peut être causée par un rapport sexuel ou par l’utilisation excessive d’antibiotiques.
Le traitement de la balanite implique l’application de crèmes anti-microbiennes.
La balanite ou le gonflement du gland sont difficiles à ignorer s’ils font partie des symptômes d’une infection à levures (comme le candida albicans).
Les symptômes comprennent : démangeaisons insupportables, sensation de brûlure sur le gland, douleurs, notamment après l’éjaculation, petites taches rouges, rougeurs, substance blanche sur le gland et le prépuce, pertes ou sécrétions du prépuce et ampoules.

La thérapie pour l’infection à levures
Les médecins prescrivent généralement certains médicaments contenant de l’amphotéricine B (Fungizone ®), du fluconazole, du kétoconazole, etc. qui favorisent la guérison du patient.
Parmi les remèdes naturels, nous pouvons citer le yaourt qui restaure la « bonne » flore intestinale, ainsi que l’ail et l’huile d’olive.

L’érythroplasie de Queyrat : cette maladie rare apparaît sous la forme d’une tache rouge vif entourée d’une surface veloutée.
Elle est généralement indolore et ne provoque pas de démangeaisons.
Il s’agit d’une manifestation initiale du cancer du pénis. Un diagnostic et une thérapie immédiate sont nécessaires.

La balanite à plasmocytes de Zoon apparaît sous la forme d’une plaque rouge vif et brillante sur la surface du prépuce et du gland. Elle est généralement indolore, mais peut causer des démangeaisons.
Sa cause n’est pas connue.
Elle peut être traitée à l’aide d’une crème à base de cortisone, mais les rechutes sont fréquentes.
La circoncision est curative, mais elle n’est pas indispensable.
La balanite à plasmocytes de Zoon n’est pas contagieuse.

Le lichen scléreux et la balanite xérotique oblitérante : le lichen scléreux entraîne la formation de plaques blanches sur le gland, le prépuce ou le scrotum, qui sont généralement asymptomatiques (ne provoquent aucun symptôme).
Le lichen scléreux peut affecter l’ensemble de la région génitale ou pubienne.
La balanite xérotique oblitérante est une forme de lichen scléreux sévère qui affecte le prépuce des hommes non circoncis.
L’extrémité du prépuce ressemble à une cicatrice blanche.
Cela peut affecter le passage de l’urine ou les rapports sexuels. Ces deux maladies ne sont pas contagieuses.

L’eczéma affecte généralement d’autres parties du corps, toutefois, dans de rares cas, il peut apparaître sur le pénis. Dans ces cas-là, il peut être causé par une réaction cutanée à un irritant.
Le préservatif peut causer une réaction allergique qui peut affecter l’extrémité du gland.
L’eczéma est généralement connu sous le nom de dermatite atopique.
Si les taches sur le gland apparaissent lorsque l’homme se lave, il peut s’agir d’une réaction allergique à une substance contenue dans les nettoyants.
L’eczéma apparaît sous la forme de plaques rouges et claires étendues, au contour mal défini et à la surface écailleuse.
Il provoque généralement une irritation assez grave.
Plusieurs traitements efficaces sont disponibles, par exemple les crèmes à base de cortisone.
Il n’est pas contagieux.
Les taches rouges et la sensation de brûlure sur le gland peuvent aussi être causées par une prostatite bactérienne.
Dans ce cas, les symptômes sont surtout visibles après un rapport sexuel.