Taches et cloques sur le pénis

Quelles sont les causes des cloques, des petits points et des taches sur le pénis ?

Des petites taches sur le pénis ne sont pas toujours le signe d’une maladie sexuellement transmissible.

Il existe d’autres causes associées aux taches, petits points ou cloques blanches sur le gland (l’extrémité du pénis). Une personne sexuellement active devrait faire des examens pour contrôler une infection, et ce également après un rapport oral.

Une maladie sexuellement transmissible peut se manifester même si le partenaire ne présente pas de signes sur la peau et qu’il est asymptomatique.

 

 

Cloques sur le pénis,tachesDans certains cas, les taches et les cloques ne sont visibles que lorsque le pénis est en érection et que le prépuce est rétracté.

Les taches sur le pénis non liées à une maladie sexuellement transmissible

Les maladies suivantes non liées à des rapports sexuels peuvent provoquer de petites cloques blanches sur le pénis :

  • L’acné affecte principalement le visage, le thorax et les épaules. Elle peut parfois se manifester dans d’autres parties du corps, y compris sur les organes génitaux.
  • Les démangeaisons sur le pénis et le gland causées par une infection fongique peuvent aussi provoquer des cloques blanches ou claires sur la peau du pénis.
    On pense que ces taches sont causées par la transpiration sur la peau du pénis, étant donné que le champignon se développe dans des zones humides telles que l’aine. Cependant, dans les cas les plus graves, il peut également se propager sur les organes génitaux.
    Les personnes souffrant d’autres infections fongiques (comme le pied d’athlète) sont plus susceptibles de souffrir de démangeaisons du pénis.
    Bien qu’elle ne soit pas une maladie sexuellement transmissible, cette infection peut contaminer d’autres personnes en cas de contact avec la zone de peau affectée. Il faut donc envisager de s’abstenir sexuellement.
  • Les papules perlées du pénis sont de petites cloques non infectieuses et sans danger, même si elles ressemblent à des verrues génitales.
    Elles surviennent généralement autour de la couronne du gland (à la base). Aucune thérapie n’est nécessaire, mais certains hommes préfèrent faire un traitement au laser.
  • En cas de traumatisme, des bleus (ou de petits hématomes) foncés (noirs ou bleus) peuvent se développer sur le pénis.
  • Une tache brune peut se manifester sur la peau du pénis : il s’agit souvent d’un nævus.


Les taches et les cloques sur le pénis causées par une maladie sexuellement transmissible

Trois maladies sexuellement transmissibles peuvent provoquer des taches ou des cloques blanches sur la peau du pénis.

L’herpès génital

Pour identifier une papule (cloque) d’herpès génital sur la peau du pénis, plusieurs indices doivent être pris en compte.
La lésion cutanée ressemble à une petite ampoule qui devient ensuite une croûte.
Il faut jusqu’à quatre semaines pour guérir complètement.
Les ampoules surviennent généralement dans les deux semaines qui suivent la transmission et peuvent être douloureuses ou non.

En plus de ces lésions cutanées, on peut aussi ressentir des symptômes semblables à ceux de la grippe, fièvre, ganglions lymphatiques gonflés au niveau de l’aine, maux de tête ainsi qu’une miction douloureuse.

Bien que les verrues génitales soient généralement de la même couleur que la peau, elles peuvent être plus claires, provoquant ensuite des taches blanches sur le gland et le prépuce.
Elles sont causées par le papillomavirus humain et se transmettent lors des rapports sexuels avec un partenaire infecté.
Malheureusement, le virus peut rester dans le corps pendant plus d’un an avant de provoquer des verrues. Il est donc difficile d’identifier le moment précis de l’infection.

Le molluscum contagiosum est une infection virale qui peut se propager au cours d’un rapport sexuel. On peut aussi tomber malade par le biais d’un contact non sexuel.
Les cloques sur le pénis causées par cette infection sont rondes et brillantes comme de la cire et présentent souvent un petit creux au centre.
Les papules de molluscum contagiosum se forment en deux ou trois mois environ et peuvent provoquer des démangeaisons du gland ou une douleur au toucher.

Le molluscum contagiosum peut se transmettre lors des rapports sexuels.

Quelles sont les causes des taches blanches ou des petits points sur le pénis ?

Les grains de Fordyce sont de petites taches en relief, jaunâtres ou blanches, dont le diamètre est compris entre 1 et 3 mm.
Ils sont visibles sur la hampe du pénis.
Les grains de Fordyce sont fréquents chez les hommes de tout âge. Il ne s’agit pas d’une maladie.
Les kystes sébacés sont de petites taches qui peuvent se former sur la hampe du pénis.
Ils sont causés par le follicule pileux qui se trouve sur la surface de la peau.
Les kystes sébacés sont normaux et inoffensifs.

Les papules perlées du pénis (« Hirsuties papillaris ») sont de petite taille (environ de 1 à 3 mm) et se forment sur la circonférence de la couronne du gland.
Elles se développent généralement chez les hommes âgés entre 20 et 40 ans, et environ dix pour cent de la population masculine en est affectée.
Elles peuvent être confondues avec les verrues, mais elles ne sont pas infectieuses et aucun traitement n’est nécessaire.

Le psoriasis : il affecte habituellement les autres parties du corps, surtout les genoux, les coudes et le cuir chevelu, mais il peut se manifester sur le pénis, généralement sur la surface du gland ou à l’intérieur du prépuce.
Le psoriasis est constitué de papules épaisses et rougeâtres qui présentent des contours bien définis.
Généralement, la surface est écailleuse ou gercée. Il provoque rarement une irritation.
Différents traitements efficaces sont disponibles, par exemple des crèmes à base de cortisone et le calcipotriol (Daivobet).

Les plaques sur le pénis
Les plaques sur le pénis ne sont généralement pas provoquées par un motif sérieux, mais certaines peuvent être infectieuses.

La balanite et la balano-posthite : la balanite est une maladie inflammatoire du gland.
La posthite est une maladie inflammatoire du prépuce.
Certains symptômes sont : irritation locale, sensation de brûlure et éruption cutanée rouge.
Parmi les causes, nous pouvons citer les bactéries et les levures telles que le candida.
Elle est plus fréquente chez les hommes âgés, chez les diabétiques ou après un cycle d’antibiotiques qui altèrent la flore intestinale.
Elle peut être traitée à l’aide de crèmes antibiotiques, mais si la cause est un champignon, le médecin peut prescrire une pommade à base de diflucortolone et d’isoconazole (Travocort).

En cas de balanite, des pertes ou des sécrétions blanchâtres qui dégagent une mauvaise odeur sont visibles sur le pénis.

L’érythroplasie de Queyrat : cette maladie rare provoque la formation d’une plaque rouge brillante, bien délimitée, à la surface veloutée.
Elle est généralement indolore et ne provoque pas de démangeaisons.
C’est une manifestation initiale du cancer du pénis.
Un diagnostic et un traitement rapides sont essentiels.
Elle n’est pas contagieuse.

La balanite de Zoon : la balanite de Zoon provoque une tache dyschromique rouge et brillante sur la surface du prépuce interne.
Elle est généralement indolore mais elle peut provoquer des démangeaisons.
Sa cause est inconnue.
Le médecin peut prescrire une pommade contenant de la cortisone.
De nombreux patients présentent des rechutes.
La circoncision est curative, mais n’est pas indispensable.
Cette maladie, inoffensive, n’est pas contagieuse.

Le lichen scléreux et la balanite xérotique oblitérante : le lichen scléreux se caractérise par des plaques blanches sur le gland, le prépuce ou la hampe du pénis.
En général, aucun symptôme ne se manifeste, mais, dans certains cas, il provoque une sensation de brûlure et une irritation.
La balanite xérotique oblitérante est une forme de lichen scléreux sévère qui affecte le prépuce des hommes non circoncis.
L’ouverture ou le bord du prépuce est immobile et une cicatrice blanche est visible.
Cette affection peut interférer avec le flux d’urine ou les rapports sexuels.
Ces deux cas peuvent provoquer le cancer du pénis et la circoncision peut se révéler nécessaire.
Ils ne sont pas contagieux.
Dans de rares cas, l’érythroplasie de Queyrat, le lichen scléreux et la balanite xérotique oblitérante peuvent provoquer le développement du cancer du pénis.
Les symptômes du lichen scléreux sont :

  • Pénis douloureux ;
  • Ampoules hémorragiques ;
  • Démangeaisons (symptôme anormal chez les hommes) ;
  • Dyspareunie, érections douloureuses à cause du phimosis ;
  • En cas de fibrose du méat urétral, le flux d’urine est réduit.

Les signes sont :

  • Des taches blanches sur le gland ou le prépuce ;
  • Des vésicules hémorragiques ou pourpres ;
  • Dans de rares cas, des cloques ou des ulcères ;
  • Une cicatrice peut provoquer : phimosis, dégénérescence du prépuce, rétrécissement ou épaississement du méat urinaire.

Il peut être asymptomatique.

Le traitement

Le lichen scléreux peut être traité par un médecin généraliste, un dermatologue ou un gynécologue, selon les compétences et les protocoles.
Un spécialiste peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.
Le pronostic et le traitement du lichen scléreux :
Un cycle de produits à base de cortisone peut permettre d’éviter la circoncision.
La plupart des hommes guérissent suite à un traitement topique à l’aide de pommades à la cortisone (50-60 %) ou après la circoncision (plus de 80 %).
Toutefois, dans certains cas, une rechute est possible.

L’eczéma : il affecte généralement d’autres parties du corps, mais il peut aussi se manifester sur le pénis.
Dans ces cas-là, il peut être une réaction cutanée à un irritant, comme une « dermatite ».
L’eczéma se caractérise par des taches rouges répandues aux contours mal définis et à la surface gercée.
Il n’est pas contagieux.

Homme,abdominaux,pantalon,lichen,pénis

Le diagnostic des taches et des cloques sur le pénis

Le médecin observe la tache (ou la cloque) et vérifie le dossier médical. Cela suffit souvent à définir le diagnostic.
Pour confirmer un cas d’herpès sur le pénis, il faut effectuer le tampon des ampoules.
Cet examen permet de prélever un échantillon de microbes et de virus à analyser.
En cas de rechutes, des analyses de sang sont également nécessaires.
Pour le diagnostic des autres lésions cutanées aussi (molluscum contagiosum ou verrue), il faut analyser un échantillon de cellules en laboratoire.

Le traitement des taches blanches sur le pénis

Parfois, en cas de petites cloques sur le pénis qui ne sont pas causées par l’herpès ou par une autre maladie sexuellement transmissible, aucun traitement n’est nécessaire.
Toutefois, en cas de démangeaisons, il est conseillé d’appliquer une crème antifongique disponible en pharmacie, étant donné qu’une infection fongique disparaît souvent toute seule.
Pour les maladies vénériennes, le test permet d’effectuer le diagnostic. Ensuite, il est plus facile de gérer les symptômes et de protéger le partenaire de l’infection.
Aucun remède n’existe pour l’herpèsvirus, mais les médicaments anti-viraux réduisent les symptômes et la thérapie antivirale à long terme peut réduire le risque de rechute et la transmission du virus au partenaire.

Les remèdes naturels pour les cloques sur le pénis

Les bains à base de sel d’Epsom sont efficaces pour assécher les plaies externes.
Il faut maintenir la zone sèche.
Il est important d’utiliser des sous-vêtements en coton.
Pour renforcer le système immunitaire, il est préférable d’adopter une alimentation saine contenant beaucoup de liquides. Il faut trouver un équilibre correct entre repos et exercice physique.
Bien que les verrues puissent parfois disparaître sans aucun traitement, en cas de gêne, elles peuvent être supprimées.
Certaines solutions sont la congélation à l’azote liquide ou d’autres traitements.
Tant que les verrues sont présentes, il faut utiliser un préservatif lors des rapports sexuels pour éviter la contagion.
Le molluscum contagiosum guérit tout seul en 7 ou 8 mois environ.
Comme autre solution, le médecin peut prescrire une crème anti-virale ou le retrait des cloques.