Petits points rouges sur le gland

Lorsque des taches, des petits points rouges ou des éruptions cutanées apparaissent sur le gland ou le scrotum, les hommes craignent qu’il s’agisse d’une maladie sexuellement transmissible ou d’une allergie.

Heureusement, dans la plupart des cas, les petits points rouges sur le gland sont inoffensifs.
La taille, la forme et la couleur de la tache peuvent aider à déterminer si l’affection est préoccupante.

homme

La classification des petits points rouges

Les différents points minuscules sous la peau du scrotum et à la base de la hampe du pénis sont des follicules pileux normaux.
Ces nodules se ressemblent les uns avec les autres.
Les petites bosses rose brillant sur le gland peuvent être causées par le lichen plan.
Parfois, les papules présentent de fines écailles mais elles peuvent aussi être lisses.
Elles se présentent généralement sous forme d’anneau ou de ligne. Les papules peuvent être prurigineuses mais ce n’est pas toujours le cas.
Des lésions similaires peuvent apparaître dans d’autres régions du corps, notamment sur les poignets et le tibia.
Le lichen plan n’est pas infectieux ni dangereux et il répond bien au traitement.
La plupart des cas se résolvent tout seuls en un an.
Les petits points rouges ou violets à la surface épaisse et en relief sont des angiokératomes.
Ils sont visibles sur le gland ou le scrotum.
Généralement, ils apparaissent en groupes sur le scrotum des hommes âgés, mais ils peuvent être isolés ou apparaître aussi chez les jeunes.

Ces taches sont également connues sous le nom d’angiokératome de Fordyce. Elles ne sont pas infectieuses et ne nécessitent aucun traitement.
Chez l’enfant, si l’angiokératome affecte la zone du maillot de bain, cela signifie qu’il peut être causé par le syndrome d’Anderson-Fabry.
Ce trouble résulte du déficit d’une enzyme et il faut consulter le médecin pour un diagnostic approfondi.
Un groupe de petites ampoules qui deviennent des ulcères douloureux peut être causé par l’herpès simplex.
Le premier épisode est souvent associé à une douleur sévère ou une maladie fébrile, tandis que les rechutes peuvent être plus légères.
L’herpès est la cause la plus fréquente des ulcérations génitales.
Il est très contagieux et se transmet généralement par voie sexuelle.

 

Les principales maladies qui causent des petits points rouges sur le gland

 

L’allergie

L’allergie peut provoquer une éruption cutanée rouge ou blanche sur le gland.
De nombreux petits points rouges semblables à des fraises qui apparaissent et disparaissent peuvent également se manifester.
La cause peut être un produit de nettoyage ou la matière des vêtements qui sont en contact avec le pénis (les sous-vêtements et les vêtements sportifs de cycliste).

 


Le molluscum contagiosum (MC)

Le molluscum contagiosum cause la formation de petits boutons couleur perle de forme arrondie et avec une dépression centrale.
Le molluscum contagiosum peut se produire sur le pénis, le scrotum, à l’intérieur des cuisses ou sur d’autres parties du corps.
Ces petits points peuvent être confondus avec les verrues génitales ou l’herpès, mais, à la différence de l’herpès, ils sont indolores, de couleur perlée et avec une dépression centrale. Le molluscum contagiosum est inoffensif et guérit généralement graduellement en quelques mois.

 

Les papules perlées péniennes

Les papules perlées péniennes (appelées également hirsuties papillaris genitalis ou genitalis coronae glandis) sont des petites bosses en forme de dôme et de couleur rose ou rouge qui se forment sur le sillon ou sur la couronne du gland.
Ces papules sont disposées sur une ou plusieurs rangées autour de la base du gland.
Elles se forment dans la plupart des cas chez les hommes non circoncis.
Elles sont généralement asymptomatiques et peuvent persister tout au long de la vie.
La thérapie n’est pas nécessaire, sauf à des fins cosmétiques.

 

Les grains de Fordyce

Les grains de Fordyce sont des éruptions cutanées extrêmement fréquentes qui se produisent chez 80 % à 95 % de la population.
Les grains de Fordyce sont visibles sur le gland, la hampe du pénis et le scrotum.
Il s’agit habituellement de petits points rouges, jaunâtres ou blanchâtres.
Ces macules ou papules présentent une forme en relief, sont indolores et se manifestent en groupes.
Les grains de Fordyce ne sont pas dangereux ni contagieux, donc ne nécessitent aucun traitement.

 

Les verrues génitales ou condylomes acuminés

Les verrues génitales sont des bosses roses sur la peau visibles fréquemment dans la région périanale, sur la hampe du pénis et le scrotum.
Il s’agit d’une infection virale commune causée par le papillomavirus humain (HPV) qui se transmet par contact sexuel.
Certaines personnes ne développent ni les signes ni les symptômes, mais une bosse est visible 1 à 3 mois après le contact sexuel avec le partenaire.
Cependant, chez certaines personnes, plusieurs mois ou années peuvent être nécessaires pour que les verrues soient visibles.
Au début, les verrues génitales sont de petites bosses lisses ou rugueuses, de la même couleur que la peau, qui causent une irritation du gland.
Le nombre et la taille des condylomes augmentent progressivement et ceux-ci peuvent s’organiser en groupes et prendre une forme semblable à celle du chou-fleur.
Parfois, un chou-fleur géant se manifeste sur la région périanale, le pénis et le gland : on l’appelle condylome acuminé géant.
Certains auteurs affirment que les condylomes peuvent se transformer en une formation maligne : le carcinome verruqueux.

 

Le lichen plan

Le lichen plan apparaît comme plusieurs petites bosses rouges, violettes, brunes ou de la même couleur que la peau brillante.
Ces formations sont relativement rares et peuvent apparaître sur les organes génitaux. Bien que la plupart des lésions sont asymptomatiques, certains se plaignent de légères démangeaisons.
La cause du lichen plan n’est pas bien connue.
Le lichen plan est inoffensif et ne nécessite aucune thérapie.

 

Les angiokératomes

L’angiokératome est une bosse qui est souvent visible sur le scrotum et le gland.
Un minuscule petit point rouge foncé, bleu ou noir à la forme arrondie et à la surface écailleuse est visible.
Bien que, dans la plupart des cas, ils sont asymptomatiques, ils peuvent parfois causer des douleurs et des démangeaisons.
Chez les jeunes individus, l’angiokératome est plus petit, rouge et moins écailleux, tandis que sur la peau des personnes âgées il est davantage développé, bleu foncé ou noir.
Bien que l’angiokératome du scrotum soit considéré comme une maladie non dangereuse, il peut être une source d’inquiétude pour les patients.

 

La papulose bowénoïde

La papulose bowénoïde se manifeste généralement chez les individus jeunes et sexuellement actifs.
Il s’agit d’une ou plusieurs petites ampoules rouges, brunes ou de la même couleur que la peau et dont la surface est lisse ou rugueuse.
La papulose bowénoïde se manifeste le plus souvent sur la hampe du pénis, bien qu’elle soit visible partout dans la région ano-génitale.
Ces petits points sont causés par le papillomavirus humain (le virus des verrues génitales). Ils sont sexuellement transmissibles et ressemblent à des verrues génitales.
Ils sont généralement causés par la souche de virus de l’Herpès 16.
La papulose bowénoïde est considérée comme une formation transitoire entre les verrues génitales et la maladie de Bowen qui est potentiellement maligne.

 

La calcinose scrotale

La calcinose scrotale est une maladie rare non dangereuse caractérisée par la croissance de papules ou de nodules durs et indolores sur le scrotum.
Ces taches se produisent lors d’un métabolisme normal de calcium et de phosphate.

 

Le syringome du pénis

Le syringome du pénis est une maladie dermatologique rare.
Il n’existe que peu de cas de syringome du pénis documentés dans la littérature médicale.
Cliniquement, le syringome du pénis se manifeste sous forme de petites bosses asymptomatiques jaune-brun ou de la même couleur que la peau, localisées sur le dos ou sur la surface latérale du scrotum.
Le syringome est inoffensif et ne nécessite aucune thérapie.

 

 

Le candida ou muguet

La levure existe dans le corps humain mais ne présente aucun symptôme.
L’infection à levures (mycose) est plus difficile à reconnaître chez les hommes que chez les femmes.
Voici une fausse idée commune : de nombreuses personnes pensent que les femmes tombent malades plus facilement que les hommes.
En fait, les infections à candida chez les femmes sont immédiatement diagnostiquées, mais les hommes et les femmes présentent le même risque d’infection.
Les causes de mycose
Les troubles de l’alimentation sont liés à l’infection à candida albicans.
Une consommation excessive de produits contenant des amidons tels que le blé, le maïs, les arachides et l’orge, l’excès d’alcool, la malbouffe, les rythmes irréguliers de vie etc. peuvent causer des infections à levures.
Si l’on prend une quantité excessive d’antibiotiques, la flore intestinale pourrait s’en trouver modifiée en créant ainsi un environnement favorable pour l’infection à candida.
L’infection peut également se propager à travers le contact sexuel.

Les symptômes d’infection à levures
La candidose systémique présente des symptômes facilement identifiables.
Par exemple :
1. Une fatigue extrême ;
2. Des douleurs musculaires ;
3. Des douleurs articulaires ;
4. Une envie d’amidon et de sucre avec des aliments comme le pain, les chips, les biscuits et la bière ;
5. Une digestion difficile ;
6. De la diarrhée ;
7. Des taches blanches sur les organes génitaux ou sur la langue ;
8. Une augmentation de la fréquence cardiaque ;
9. Un manque de globules blancs, etc.
La balanite ou le gonflement du gland est un symptôme d’infection à candida difficile à ignorer.

Les symptômes de candidose du gland sont :
1. Des démangeaisons insupportables ;
2. Une sensation de brûlure du gland ;
3. Une mauvaise odeur ;
4. Des douleurs ;
5. Le pénis est endolori surtout après les rapports sexuels ;
6. Des petits points rouges sont visibles surtout au moment de l’érection ;
7. Des rougeurs et une substance blanche sur le gland et le prépuce ;
8. Des pertes du prépuce et des ampoules.

La candidémie est le terme utilisé pour expliquer la présence du champignon dans la circulation sanguine. Les symptômes sont très semblables à ceux de l’herpès génital. Les signes d’infection à levures affectent principalement les muqueuses, comme le pénis, l’anus et la vessie.
Les petits points rouges dans le nombril et sous les aisselles sont les plus fréquents. Étant donné que le champignon utilise la circulation sanguine pour se propager, cette infection peut être causée par une seringue infectée.

 

Le diagnostic d’infection à candida albicans
Le test d’auto-analyse du crachat peut démontrer les premiers signes d’une infection à levures.
Dans ce test, il faut cracher dans un récipient d’eau et, après 20-30 minutes, vérifier.
Ce test doit être effectué immédiatement après s’être levé, au matin.
Si le crachat se dissout complètement dans l’eau, les probabilités d’être infecté sont faibles.
Le traitement de l’infection à levures
Les médecins prescrivent généralement certains antifongiques contenant de l’amphotéricine B en suspension, du fluconazole, kétoconazole, isoconazole (Travocort), etc. qui aident le patient dans sa guérison.
Le plus important est de consulter son médecin.
Les antibiotiques ou les médicaments combinés comme le Valisone-G sont contre-indiqués en cas d’infection à candida.

 

 

Les autres causes des petits points rouges sur le gland

De nombreuses autres maladies peuvent se développer sur le scrotum ou le pénis. Certaines sont énumérées ci-dessous.
En outre, plusieurs autres maladies peuvent se développer sur les organes génitaux mais elle n’ont pas été examinées dans cet article.
• La kératose séborrhéique
• Le kyste épidermoïde du pénis
• La syphilis secondaire
• Le neurofibrome
• Le léiomyome
• Le nævus mélanocytaire
• La gale
• Les veines variqueuses
• Le granulome annulaire
• Le nævus comédonien
• Le xanthogranulome
• Le pseudo-sarcome de Kaposi
• Le carcinome inflammatoire ou érypséloïde
• La lèpre
• L’amylose
• La papule nécrotique
• La piqûre d’insecte ou de tique
• Le lymphogranulome vénérien
• Le granulome inguinal.

 

Les remèdes naturels

Dans l’attente de votre consultation, nous vous recommandons de suivre les conseils suivants :
1. Il faut laver la zone du pénis à l’eau légèrement tiède.
2. Il ne faut pas utiliser de savons durs, de nettoyants ou d’antiseptiques pour se laver.
3. Il faut toujours porter un sous-vêtement en coton doux.
4. Il faut utiliser des préservatifs pour ne pas contracter de maladies vénériennes ni le sida. Cette optique est à envisager lors de chaque rapport sexuel avec son partenaire.