Molluscum contagiosum

INDEX

 

Le molluscum contagiosum (MC) est une infection virale qui provoque la formation de papules (bosses dures) sur la peau et en cas rare sur les muqueuses.


Les causes du molluscum contagiosum

Le molluscum contagiosum est provoqué par un virus faisant partie de la famille des Poxvirus.
Il existe 4 types de virus appelés MCV, du MCV-1 au MCV-4.
Le MCV-1 touche surtout les enfants et il est le plus fréquent en Europe.
Le MCV-2 est le virus qui affecte les adultes, mais il est aussi le plus rare.

La transmission peut se produire de plusieurs façons.
Cette infection est fréquente chez les enfants surtout ceux souffrant de dermatite atopique.

Il affecte rarement les muqueuses comme :

  • La bouche,
  • La langue,
  • Les organes génitaux ou la région pubienne.

La transmission du molluscum contagiosum

La transmission se fait par :

  • Contact direct entre la peau/les muqueuses de deux personnes,
  • Contact avec des objets infectés.

Cette maladie peut se propager par contact avec des objets contaminés, par exemple :

  • Des jeux,
  • Des vêtements.

La propagation se produit :

  • suite à l’usage en commun de serviettes de toilette et d’éponges de bain,
  • À travers la lutte.

Chez les adultes le virus se propage également par le biais de rapports sexuels.
Contrairement aux ampoules de l’herpès, ces lésions sont indolores.
Chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli (atteintes de maladies comme le sida), la propagation du virus peut être rapide.

La fréquentation de salles de gym et de piscines publiques est un facteur de risque pour la transmission du molluscum.

L’auto-contamination
La propagation des lésions peut survenir par auto-inoculation :

  • Le virus est transmis à des zones de peau saine suite à une excoriation,
  • Après le rasage ou l’épilation.

Molluscum-contagiosum
Molluscum contagiosum

Les signes et les symptômes du molluscum contagiosum

Les seuls signes du molluscum contagiosum sont l’apparition de papules sur la peau, de la même couleur que celle-ci, blanches ou rosées. Dans des rares cas un halo rouge se produit autour du bord externe.
Le diamètre de ces lésions cutanées est généralement de 3mm à 5mm, mais cela peut arriver jusqu’à 3cm.

Les excroissances ont un aspect brillant ou « nacré ».
Une petite fossette se développe au centre de chaque molluscum (cela s’appelle ombilication).

Le MC peut apparaître comme

  • Une papule isolée,
  • En groupe (c’est fréquent et dans plusieurs cas environ 20 lésions proches se produisent),
  • Formant une ligne.

La plupart des personnes développe entre 1 et 20 molluscums.

Il peut se manifester presque n’importe où sur la peau.
Chez les enfants, il survient plus souvent sur :

  • La poitrine,
  • Le ventre,
  • Les bras (y compris les aisselles),
  • Les jambes,
  • Le visage.

Chez les adultes on le voit le plus fréquemment :

  • Sur l’aine,
  • Dans la région génitale,
  • Sur l’anus (région anale),
  • Dans des rares cas autour des yeux ou de la bouche.

Il peut se manifester n’importe où sur le corps, sauf sur la paume de la main et sous la plante du pied.

Les organes génitaux sont la région la plus affectée chez les femmes enceintes.
Les bosses peuvent être tellement nombreuses qu’elles peuvent recouvrir :

  • Les cuisses,
  • La région génitale et abdominale.

Ils sont généralement indolores, mais certains symptômes peuvent être :

Lorsqu’on gratte les papules, on peut provoquer une lésion qui peut être douloureuse et l’infection peut s’aggraver.


Le molluscum est-il grave et dangereux ?
Cette maladie n’est pas grave ni dangereuse, mais elle peut être gênante.

Comment peut-on reconnaître le molluscum contagiosum ?

Les taches sont facilement reconnaissables par un médecin, aucun examen n’est par conséquent nécessaire. Normalement, les bosses ne peuvent pas être confondues avec des verrues parce que celles-ci :

  • Ont une surface rugueuse (hyperkératose),
  • N’ont pas de noyau central.

Pour effectuer le diagnostic on peut prélever la matière du noyau central afin de l’analyser ensuite au microscope.
Parfois, une lésion solitaire peut avoir un aspect atypique, une biopsie pour un examen histologique peut se révéler nécessaire.
On prélève la pustule en entier afin d’examiner toute la matière au microscope.
Au cours du diagnostic différentiel, il faut exclure :

  1. Le condylome,
  2. La verrue (causée par le papillomavirus humain),
  3. Le lichen plan,
  4. Le xanthome,
  5. L’angiokératome,
  6. La folliculite,
  7. L’urticaire papuleuse,
  8. Les vésicules à Herpès Zoster.

Comment peut-on traiter le molluscum contagiosum ?

Les dermatologues recommandent souvent de suivre un traitement pour le molluscum contagiosum. Le traitement permet d’éviter les complications suivantes :

  1. La propagation à d’autres parties du corps ;
  2. La propagation à d’autres personnes ;
  3. La croissance hors de contrôle chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

En raison d’effets secondaires indésirables, le traitement ne peut être recommandé aux enfants. Les excroissances guérissent souvent sans aucun traitement.
La plupart des adultes doit suivre un traitement médical. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli doivent toujours suivre un traitement, sinon les bosses ne disparaissent pas.
Il existe de nombreuses solutions de traitement. Le dermatologue prescrit le cycle de soins en se basant sur différents facteurs :

  • L’âge ;
  • L’état de santé ;
  • La position des taches ;
  • D’autres considérations.


Pour traiter le molluscum contagiosum, le dermatologue peut effectuer les soins suivants dans son cabinet médical :

  • La cryochirurgie : le médecin congèle les bosses à l’azote liquide.
  • Le curetage : le dermatologue utilise un petit instrument appelé curette (en forme de cuillère) pour retirer les lésions cutanées. On effectue une anesthésie locale et après une heure on enlève les papules en grattant sans douleur.
  • La lumière pulsée. Le traitement par lumière pulsée est une nouvelle solution pour le traitement du molluscum contagiosum. Il utilise un puissant faisceau de lumière pour détruire les cellules qui composent chaque lésion. L’effet secondaire de ce faisceau est un bleu qui guérit généralement en une ou deux semaines. La plupart des personnes guérit après une ou deux séances de lumière pulsée.

Quelle pommade faut-il utiliser ?

Le traitement topique au cabinet médical (appliquée directement sur la peau) : le dermatologue peut appliquer plusieurs acides et solutions pour traiter les papules. Ces substances agissent en détruisant les couches supérieures de la peau.
L’acide trichloroacétique est souvent utilisé comme traitement chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.
Lorsqu’un patient présente de nombreuses poussées ou de grandes excroissances, le dermatologue peut répéter la procédure toutes les 3 – 6 semaines, tant qu’il reste des papules.
Ces procédures causent quelques difficultés et elles peuvent provoquer des taches sur la peau.
D’autres médicaments prescrits par les dermatologues pour un usage domestique sont :

  • L’acide salicylique en gel. On applique l’acide salicylique sur les lésions 1 ou 2 fois par semaine pendant 4 semaines. Le premier effet secondaire est la douleur.
  • Les médicaments modificateurs de la reponse immunitaire : l’Imiquimod (Aldara). Cette crème aide le système immunitaire à combattre le virus. Ce médicament est efficace, il peut également être utilisé pour traiter les verrues chroniques et certaines formes de carcinomes cutanés. On applique la crème à base d’imiquimod le soir et on fait reposer pendant la nuit. Le matin on rince à l’eau.
    On répète le traitement 2 ou 3 jours par semaine pendant environ 2 semaine.
    Parmi les effets secondaires de ce traitement il y a l’érythème, les démangeaisons et des brûlures légères.
  • Les médicaments rétinoïdes appliqués sur la peau. Les patients utilisent ces médicaments pour les bosses en suivant les indications du médecin.
    Parmi les effets secondaires du traitement par médicaments rétinoïdes il y a la dermatite.
  • Les médicaments antiviraux (Cidofovir en crème). On applique la crème sur toute papule une fois par jour pendant 5 jours. On peut répéter le traitement jusqu’à 8 semaines.
    Les effets secondaires principaux sont l’érythème, la douleur et les démangeaisons.

Au cours du traitement du molluscum contagiosum, il est normal de constater que de nouvelles papules apparaissent lorsque les « anciennes » s’estompent.

Peut-on éclater ou perforer les éruptions cutanées de molluscum contagiosum ?
Une papule de molluscum contagiosum ne doit pas être éclatée ni perforée car elle contient des virus. On facilite la diffusion de la maladie en perçant une papule.

Les remèdes maison pour le molluscum contagiosum

Le myrte citronné d’Australie
Il s’agit d’un bon remède de phytothérapie contre le molluscum contagiosum. Il peut être utilisé ainsi : le mélanger avec de l’huile d’olive et l’appliquer sur la peau une fois par jour.

L’huile d’arbre à thé
L’huile d’arbre à thé est l’un des remèdes maison les plus utilisés et faciles à trouver pour lutter contre le molluscum contagiosum.
Ce produit possède des propriétés antibactériennes et antiseptiques utiles à la guérison.
Elles sont très importantes pour traiter le molluscum.
L’onguent est un puissant astringent (il réduit les sécrétions), il est donc utile pour réduire la croissance des lésions. On peut :

  • Utiliser l’huile directement sur la zone infectée,
  • Verser l’huile dans l’eau du bain.

Le vinaigre de cidre
Le vinaigre de cidre est très populaire parce qu’il lutte contre les bactéries de manière naturelle. Ce liquide est également utilisé pour traiter le molluscum contagiosum :

  • On trempe une boule de coton dans du vinaigre de cidre,
  • On l’applique directement sur la bosse,
  • On la bande.

Ce soin est utile chez l’enfant et est recommandé avant de se coucher.

L’ail

  • On utilise de la pâte à base d’ail sur la zone infectée,
  • On la recouvre avec un pansement,
  • On retire le pansement avant de prendre sa douche,
  • Puis on lave soigneusement la zone affectée.

On peut aussi prendre des gélules d’ail.

Les vitamines
Des traitements naturels proposent différentes combinaisons de vitamines qui représentent un bon remède « de grand-mère ».
On peut utiliser une crème à base de vitamine A et on l’applique une ou deux fois par jour.
La vitamine A et E peut être utile dans ce cas.

La teinture d’iode
La teinture d’iode peut être appliquée 2 fois par jour pour que la lésion se détache plus facilement.

Les complications du molluscum contagiosum

Bien que les circonstances soient rares, les infections bactériennes compliquent le molluscum contagiosun. Pour réduire le risque d’infection bactérienne ou la propagation du molluscum contagiosum, il ne faut ni écraser ni irriter les papules.
Il n’est pas nécessaire d’appliquer des crèmes ou des lotions particulières, il suffit de suivre les pratiques d’hygiène habituelles.

Que se passe-t-il si le molluscum contagiosum n’est pas traité ?
Le molluscum contagiosum est une infection de la peau délicate et auto-limitante. Sans traitement, il peut persister plusieurs mois, jusqu’à la guérison. La gravité et la durée du traitement sont subjectives.

Quelle est sa durée ? Le pronostic

Les lésions causées par le molluscum contagiosum peuvent persister de quelques mois à quelques années. Ces blessures guérissent toutes seules, sans laisser de cicatrices sauf si l’on gratte de manière excessive la zone affectée.
La disparition complète de toutes les lésions se produit après 6-18 mois. Le trouble peut persister chez les sujets immunodéprimés.
Des récidives du molluscum sont possibles.

La prévention

Les personnes affectées par le molluscum contagiosum doivent éviter les rapports sexuels pour ne pas transmettre la maladie à leur partenaire.
Le préservatif n’est pas suffisant pour éviter la contagion parce qu’il ne recouvre pas toutes les parties du corps qui pourraient être infectées.