L’exanthème chez les enfants

L’exanthème est un terme médical qui désigne une éruption cutanée étendue, généralement accompagnée de symptômes systémiques tels que la fièvre, un malaise et des maux de tête.
Il est généralement causé par une maladie virale contagieuse.

L’exanthème peut être provoqué par un médicament (en particulier les antibiotiques et les anti-inflammatoires), par exemple l’exanthème lichenoïde.

Cette éruption cutanée affecte souvent les enfants, mais elle peut également se produire chez les adultes.

 

Quelles sont les causes de l’exanthème ?

L’exanthème est très fréquent chez les enfants et est habituellement causé par les infections virales suivantes :

  1. La grippe saisonnière, y compris les maladies respiratoires ou la gastro-entérite ;
  2. La varicelle (qui provoque des pustules et des ampoules sur le tronc, le visage, les bras et les jambes) ;
  3. La rougeole ;
  4. La rubéole ;
  5. La roséole ;
  6. L’hépatite virale ;
  7. La scarlatine (la quatrième maladie qui survient au niveau de l’aine et des aisselles, et se propage ensuite au visage, sur le tronc et les membres) ;
  8. La cinquième maladie (l’érythème infectieux) ;
  9. La sixième maladie (l’exanthème critique) ;
  10. D’autres infections à adénovirus, au virus Coxsackie, etc.

L’exanthème peut aussi être causé par des bactéries ou d’autres maladies infectieuses, y compris :

  1. La pneumonie à mycoplasme ;
  2. La maladie de Kawasaki ;
  3. La rickettsiose ;
  4. La variole (actuellement, elle devrait être éradiquée grâce à la vaccination) ;
  5. La mononucléose infectieuse ;
  6. La méningococcémie ;
  7. La maladie de Lyme (piqûre de tique) ;
  8. Les infections de toxine du staphylocoque ;
  9. Le syndrome du choc toxique (SCT) ;
  10. L’épidermolyse toxique staphylococcique du nouveau-né ;
  11. Le syndrome du choc toxique streptococcique (SCTS) ;
  12. Chez les bébés, l’érythème toxique du nouveau-né peut se manifester : il s’agit de taches rouges tout à fait bénignes.

 

Quels sont les signes et les symptômes d’un exanthème ?

La plupart des éruptions cutanées non spécifiques apparaissent sous forme de taches qui peuvent provoquer des démangeaisons mais ce n’est pas toujours le cas.
Habituellement, l’éruption est étendue et peut l’être de façon plus marquée encore sur le tronc et les extrémités du corps.
Dans la plupart des cas, avant que l’éruption cutanée ne se manifeste, les patients peuvent présenter des symptômes généraux tels que :

  1. Fièvre ;
  2. Malaises ;
  3. Maux de tête ;
  4. Perte d’appétit ;
  5. Maux de ventre ;
  6. Irritabilité ;
  7. Douleurs musculaires.

Ces signes et ces symptômes peuvent varier selon la cause de l’exanthème.
Les exanthèmes viraux provoquent souvent des petites épidémies car la contagion est importante chez les enfants.

 

L’exanthème urticarien

L’exanthème urticarien est une éruption cutanée composée de taches en relief qui se produisent sur tout le corps et qui sont causées par une réaction allergique.
Ce genre de réaction cutanée prurigineuse est appelé urticaire.

 

L’exanthème maculaire et maculo-papuleux

La rougeole
La rougeole est causée par un virus à ARN qui appartient au genre Morbillivirus de la famille du paramyxovirus.
Sa période d’incubation est d’environ 10-12 jours.
La maladie commence par des symptômes tels que fièvre, conjonctivite, écoulement nasal, maux de gorge et toux sèche.
Le signe de Köplik est la présence de papules blanches ou grises sur la muqueuse buccale qui peuvent être visibles au cours de la phase prodromique (la période d’incubation).
Environ 3-4 jours après les symptômes prodromiques, l’éruption typique de l’exanthème éclate avec des taches sur le visage et des papules. Au début, elle affecte l’arrière des oreilles et la racine des cheveux, se propageant ensuite au reste du corps pendant une période de quelques jours. L’éruption disparaît habituellement de la même façon qu’elle est apparue ; la peau a tendance à se gercer.
Actuellement, il n’existe aucune thérapie antivirale spécifique pour la rougeole et le traitement est symptomatique.
Le fait le plus important est que le vaccin contre la rougeole est disponible depuis longtemps et rend ainsi la maladie facilement prévisible.

La rubéole
La rubéole est causée par un virus à ARN de la famille des Togaviridae.
Environ 50 % des personnes infectées le deviennent de manière symptomatique.
Après une période d’incubation de 2 à 3 semaines, les patients à l’état symptomatique présentent des symptômes prodromiques : légère fièvre, mal de tête, mal de gorge et douleurs musculaires.
L’exanthème apparaît après environ 2-5 jours et s’étend de la tête aux pieds.
L’exanthème est maculaire ou maculo-papuleux avec des taches confluentes (superposées) en groupes.
La lympho-adénopathie symétrique se remarque souvent et se produit généralement derrière les oreilles ou dans la région occipitale.
Si la rubéole survient au cours de la grossesse, l’enfant peut être affecté ; toutes les femmes doivent donc se vacciner contre cette maladie.

L’érythème infectieux
L’érythème infectieux (ou cinquième maladie) est une maladie exanthématique infantile fréquente causée par le parvovirus B19 qui appartient à la famille des Parvoviridae.
Le nom B19 vient du code de la banque avec lequel l’échantillon de sérum positif original a été étiqueté (c’est-à-dire ligne B, échantillon 19).
C’est le seul parvovirus directement lié à la maladie chez les humains.
Bien que le parvovirus puisse se produire de plusieurs façons, l’érythème infectieux est le plus fréquent.
La cinquième maladie se manifeste au cours de trois phases superposées.
Après une période d’incubation de 1 à 2 semaines, les patients présentent un érythème facial rouge feu en forme de papillon sur le visage.
Pour cette raison, l’érythème infectieux est aussi appelé la maladie de la « joue giflée ».
Au cours de la deuxième phase, 1 à 4 jours après l’éruption sur les joues, les patients développent un exanthème maculaire réticulé ou urticarien.
Au cours de la troisième phase, l’exanthème se produit par intermittence en réponse à des stimuli, par exemple une irritation locale, des températures élevées ou un stress émotionnel.

La roséole (exanthème critique)
La roséole (ou sixième maladie) est causée par un type d’herpèsvirus humain (HHV-6) très présent dans la population en bonne santé et qui est latent dans les macrophages et les lymphocytes T.
Ces derniers sont présents dans la salive des personnes en bonne santé et le potentiel pathogène du virus réactivé varie d’une infection asymptomatique à de graves maladies chez les patients en attente de greffe.
Avant la fin de la deuxième année de vie, environ 75 % des enfants sont séropositifs au HHV-6 et environ 24 % de tous les enfants atteints d’infection par HHV-6 présentent des symptômes cliniques de la roséole.
L’infection par HHV-7 se produit habituellement ensuite, chez environ 65 % des enfants infectés, dès l’âge de 3 ans.

Quelle est sa durée ?
Après une période d’incubation de 5 à 15 jours, les enfants atteints de roséole développent une forte fièvre qui dure de 3 à 5 jours.
Elle est suivie de l’apparition d’une éruption cutanée aiguë de couleur rouge-rose située habituellement sur le cou et le tronc mais qui ne provoque pas de démangeaisons.
En raison de la présence d’une forte fièvre, les patients souffrent souvent d’une infection bactérienne occulte.

Le virus d’Epstein-Barr et l’Aminopénicilline
Le virus d’Epstein-Barr (EBV) fait partie de la famille des herpèsvirus qui provoquent aussi la mononucléose.
Environ 5-10 % seulement des enfants infectés par l’EBV présentent un exanthème, mais si on leur administre de l’amoxicilline ou de l’ampicilline, une éruption rouge vif caractéristique de la rougeole se produit presque dans tous les cas.
Cette éruption commence 5 à 9 jours après l’exposition au médicament, elle débute par le tronc et se généralise ensuite. Elle se manifeste sous la forme de papules et de macules.
L’éruption provient probablement des complexes immunitaires ampicilline–anticorps résultant de l’activation polyclonale des cellules B.

 

Les exanthèmes vésiculeux et pustuleux

Le zona
Le zona est causé par le virus varicelle-zona (VZV).
Le VZV est l’un des huit herpèsvirus connus qui infectent les humains. Il provoque des lésions cutanées vésiculaires, l’infection du tissu nerveux et une infection latente dans les ganglions de la racine du nerf dorsal.
L’infection primaire provoque la varicelle et ensuite, le virus devient latent.
Le zona peut affecter les membres, le tronc ou la tête du patient sans provoquer de fièvre.
Il se situe habituellement le long d’un nerf (sciatique, intercostal, etc.) .

 

exanthème,enfants,varicelle,rougeoleL’eczéma herpeticum
L’eczéma herpeticum (également connu sous le nom d’éruption varicelliforme de Kaposi) est une grave forme d’infection cutanée répandue par l’herpèsvirus qui survient surtout chez les personnes atteintes de dermatite atopique et de maladies de la peau telles que le pemphigus, la maladie de Darier ou les brûlures traumatiques.
La sécrétion anormale de cytokines et la faiblesse du système immunitaire non spécifique de la peau chez les patients souffrant de dermatite atopique semblent jouer un rôle dans la pathogenèse de l’eczéma herpeticum.

Le syndrome pieds-mains-bouche
Le syndrome pieds-mains-bouche (MMPB) est un exanthème causé par le virus de la famille des Picornaviridae du genre Entérovirus.
Bien que les entérovirus puissent provoquer différents types d’exanthèmes, le MMPB est une manifestation clinique fréquente et reconnaissable.
L’agent pathogène le plus fréquent est le virus Coxsackie A16, mais d’autres virus Coxsackie et les entérovirus peuvent également être impliqués.
L’infection a habituellement une période d’incubation de 3 à 7 jours.
Les principaux symptômes sont la fièvre, une lympho-adénopathie suivie de l’apparition de vésicules ovales, grises et douloureuses de 2 à 8 mm.
Elles apparaissent sur la peau des paumes des mains, des plantes des pieds, sur les muqueuses buccales et sur la langue après 1 à 2 jours.
Souvent, les vésicules sont disposées parallèlement aux dermatoglyphes et un halo rouge dans la zone environnante peut se manifester.
Les lésions papuleuses et vésicales peuvent également se produire sur d’autres parties du corps et sur les fesses.
L’exanthème au niveau de la bouche (également appelé énanthème) permet de distinguer les MMPB d’autres causes d’exanthème chez les enfants, bien que des cas aient été signalés sans lésions orales.
Les parties les plus affectées sont le palais dur, la langue et la muqueuse buccale.
Le diagnostic différentiel doit exclure la stomatite aphteuse, la varicelle, l’infection à HSV et l’herpangine.

 

Les exanthèmes avec des papules

L’acrodermatite papuleuse infantile
L’acrodermatite papuleuse infantile (aussi appelé syndrome de Gianotti-Crosti) est une maladie de la peau unique, caractérisée par l’apparition soudaine d’un exanthème papuleux érythémateux situé sur les fesses et le visage.

Le molluscum contagiosum
Le molluscum contagiosum est une infection virale des membranes muqueuses et de la peau très contagieuse qui se produit souvent chez les enfants.
Il est causé par un poxvirus du genre Molluscipoxvirus.
Il se présente généralement avec des papules perlées de la même couleur que la peau, en forme de dôme, qui mesurent de 2 à 8 mm.
Chez environ 30 % des patients, une réaction eczémateuse peut entourer les lésions.