Tumeur de l’utérus

La tumeur de l’endomètre de l’utérus (ou cancer de l’endomètre) est le cancer le plus fréquent des organes reproducteurs féminins.
C’est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes en générale, après celui du sein, du poumon et colorectal. Heureusement, il est aussi l’une des tumeurs plus facilement traitable.
L’utérus est un organe musculaire dans le bassin. Il a une cavité au milieu qui est bordée par un tissus appelé endomètre.

Jusqu’à la ménopause, l’endomètre se développe chaque mois et s’effrite durant la phase menstruelle du cycle.
La tumeur de l’utérus peut se développer s’il y a des changements au niveau des cellules de l’endomètre pendant les dernières années avant la ménopause ou les années suivantes cette dernière.
Le cancer de l’utérus ne doit pas être confondu avec le cancer du col utérin, qui est une maladie totalement différente.

 

Cancer

Le corps se compose de millier de milliards de cellules vivantes. Les cellules normales du corps grandissent, se divisent et meurent de manière ordonnée et contrôlée.
Durant les premières années de vie d’une personne, les cellules normales se divisent plus rapidement pour permettre au bébé de se développer. Après que l’enfant atteint l’âge adulte, la plupart se divisent seulement pour remplacer les cellules usés ou mortes ou pour réparer les blessures.
Le cancer commence quand les cellules dans une partie du corps commencent à se développer anormalement.
La croissance des cellules cancéreuses se distingue de la croissance des cellules normales. Au lieu de mourir, les cellules cancéreuses continuent à se multiplier et forment de nouvelles cellules anormales.

Les cellules cancéreuses peuvent envahir également d’autres tissus, tandis que les cellules normales ne le peuvent pas.
La tumeur est bénigne si elle n’est pas répandue, alors qu’elle est maligne si elle envahit les autres tissus.
Une croissance hors contrôle et l’invasion d’autres tissus est ce qui rend une cellule cancéreuse. Les cellules deviennent cancéreuses en raison des dommage à l’ADN.
L’ADN est le matériel génétique contenu dans chaque cellule et qui dirige toutes les actions cellulaires. Dans une cellule normale, lorsque l’ADN est endommagé, la cellule répare le dommage ou bien meurt.
Dans les cellules cancéreuses, l’ADN endommagé ne se répare pas, mais la cellule ne meurt pas comme elle devrait, au contraire, elle se multiplie. Les nouvelles cellules héritent du même ADN endommagé.

 

Carcinomes

Les tumeurs de l’endomètre naissent dans les cellules de la muqueuse de l’utérus et appartiennent au groupe des tumeurs appelés carcinomes. Les carcinomes de l’endomètre sont des tumeurs des cellules qui forment les glandes de l’endomètre. Elles sont appelées adénocarcinomes. Le type le plus commun de cancer de l’endomètre est appelé adénocarcinome endométrial.
D’autres types de cancer de l’endomètre moins communs sont les carcinomes épidermoides sont celles a cellules squameuses et les carcinomes indifférenciés.
Plus de l’80% des tumeurs de l’endomètre sont des adénocarcinomes typiques, également connus sous le nom d’ endométrioides.
Le cancer endométrioide se compose de cellules glandulaires qui ressemblent beaucoup à la muqueuse utérine normale (endomètre).
Certaines de ces tumeurs contiennent de cellules squameuses.
Les cellules squameuses sont plates, minces et peuvent être trouvées sur la surface externe du col de l’utérus, au même titre que les cellules glandulaires.
Au microscope, si les cellules glandulaires semblent cancéreuses, les cellules squameuses quant à elles ont une différentiation de type bénigne, la tumeur est appelée adénoacanthome.
Si les cellules squameuses et les cellules glandulaires ont des anomalies malignes (cancéreuses), la tumeur est appelée carcinome adénosquameux.

Causes et facteurs de risque du cancer utérin
Malheureusement, on ne peut savoir avec certitude quelles sont les causes du cancer de l’utérus, mais on connait les facteurs de risque qui peuvent accroitre les risques de son développement. La tumeur maligne de l’utérus survient plus souvent chez les femmes après la ménopause. Les jeunes femmes ont un risque beaucoup plus faible.
En cas de sarcome utérin, le traitement par radiothérapie pelvienne peut augmenter les risques chez certaines femmes.
Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs de risque de cancer de l’endomètre, y compris :
n’avoir jamais eu une grossesse,
débût des menstruations avant 12 ans d’âge et débût de la ménopause avant 50 ans,

  • diabète,
  • obésité,
  • effectuer un traitement hormonal substitutif avec des œstrogènes,
  • antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire,
  • utilisation du Tamoxifène, un médicament pour traiter le cancer du sein,

Une chose à retenir en ce qui concerne les facteurs de risque de cancer de l’utérus est que certaines femmes en risque n’auront jamais un cancer de l’utérus, tandis que les autres femmes qui ne présentent aucun risque peuvent l’avoir.

 

Quels sont les symptômes du cancer de l’endomètre? Comment se manifestent-ils?
Dans la plupart des cas le premier symptôme qui se développe est un saignement vaginal anormal :

  • saignement vaginal après la ménopause. Cela peut varier de quelques gouttes à un saignement plus abondant. C’est le symptôme le plus fréquent de cancer de l’endomètre.
  • Saignement après des rapports sexuels (post-coïtale).
  • Saignement durant les cycles, également appelé syndrome intermenstruel, chez les femmes qui ne sont pas encore en ménopause.

Les premiers symptômes observés dans certains cas sont :

  • douleurs durant ou après des rapports sexuels,
  • pertes vaginales,
  • douleurs abdominales.

Tous les symptômes ci-dessus peuvent être causés par d’autres maladies. Si on remarque toutefois l’un de ces symptômes, il faut consulter le médecin.
Note : un test de dépistage du cancer du col de l’utérus n’est pas nécessaire pour le cancer de l’endomètre.
Au fils du temps, si le cancer se propage à d’autres parties du corps, on peut développer d’autres symptômes.

 

Diagnostic du cancer de l’utérus

tumeur utérine, cancer de l'endomètre, douleur, traitement
Alila-bigstockphoto

Si on suspecte des symptômes qui font penser à un cancer de l’utérus, le médecin effectue un examen physique et des tests sanguins.

En outre, on peut faire un ou plusieurs des tests suivants :

Examen pelvien
Le médecin contrôle l’utérus, le vagin et les tissus voisins pour chercher de possibles irrégularités ou altérations de forme ou de dimension.

Échographie
Un appareil à ultrasons utilise des ondes sonores imperceptible par les êtres humains. Ces ondes sonores produisent un écho lorsqu’elles rebondissent sur les organes à l’intérieur du bassin.
Les échos permettent d’élaborer une image de l’utérus et des tissus environnants.
Les photos peuvent montrer la présence d’une tumeur de l’utérus. Pour une meilleure visualisation de l’utérus, l’appareil peut être inséré dans le vagin (échographie transvaginale).

Biopsie
Une biopsie est un prélèvement d’un petit morceau de tissus qui sera analysé pour comprendre s’il y a des cellules cancéreuses.
Un mince tube est inséré dans l’utérus à travers le vagin. Le médecin effectue un curetage et une aspiration des échantillons de tissus.
Un pathologue examine le tissu avec un microscope à la recherche des cellules cancéreuses. Dans la plupart des cas, une biopsie est le seul moyen sûr pour déterminer la présence d’un cancer. La biopsie n’est pas toujours fiable, parce qu’ on ne réussi pas toujours à enlever une quantité suffisante de tissus.

Hystéroscopie

L’Hystéroscopie est une procédure diagnostique qui permet de “visualiser” l’utérus à l’aide d’un mince instrument (hystéroscope) qui contient à l’extrémité une petite camera.
L’insertion de l’hystéroscope advient de façon transvaginale. Les dilatateurs ou les rétracteurs ne sont pas nécessaire de cas.
Avant d’analyser l’utérus, il faut au préalable injecter du liquide ou du gaz dans l’utérus (solution saline ou dioxyde de carbone) pour étirer les parois utérines.
A l’aide de la camera le médecin analyse l’endomètre sans prélever des échantillons du tissus.

 

Le stade

Le stade indique combien le tissu tumoral diffère de celui normal.
Cela peut aider à comprendre à quelle vitesse se développe la tumeur.

Les tumeurs en stades avancés tendent à se développer plus rapidement par rapport à ceux en stade précoce.
Les tumeurs de stade 3°/4° sont plus susceptibles de se propager. Les médecins utilisent le stade de la tumeur ainsi que d’autres facteurs afin de mieux comprendre les meilleures options de traitement.
Dans la plupart des cas, l’opération chirurgicale est nécessaire pour établir le stade du cancer utérin.
Le chirurgien enlève l’utérus (hystérectomie) et peut prendre des échantillons du tissu du bassin et de l’abdomen. Après que l’utérus ait été enlevé, on contrôle la tumeur pour comprendre combien son niveau de profondeur.
En outre, les autres échantillons de tissus sont inspectés pour vérifier les cellules cancéreuses.
Voici les différents stades du cancer de l’utérus :

Phase 0 : les cellules anormales se trouvent seulement sur la surface de la paroi interne de l’utérus. Le médecin

Tumeur de l'utérus
Tumeur de l’utérus

utilise le terme carcinome “in situ” pour indiquer ce stade.

Phase I : la tumeur s’est développée à travers la muqueuse de l’utérus dans l’endomètre et peut avoir envahi le myomètre.
Phase II : la tumeur a envahi le col de l’utérus.
Phase III : la tumeur a augmenté dans l’utérus et atteint les tissus environnants, par exemple le vagin ou un ganglion lymphatique.
Phase IV : la tumeur a envahi la vessie ou l’intestin, ou alors les cellules cancéreuses se sont propagées aux parties du corps loin de l’utérus, tels que le foie, les poumons ou les os.

 

Quelles sont les options de traitement du cancer de l’endomètre?

L’intervention chirurgicale est le traitement principal pour le cancer de l’endomètre. La chimiothérapie ou la radiothérapie sont utilisées dans d’autres circonstances.
Le traitement recommandé dans tous les cas dépend de plusieurs facteurs, tels que le stade du cancer (combien la tumeur est importante et si elle s’est propagée) et l’état de santé générale.

Il faudrait en parler avec un spécialiste qui comprenne bien la situation.
Le médecin peut expliquer les avantages et les inconvénients, les chances de succès, les effets secondaires possibles et d’autres détails sur les options de traitement pour cette tumeur.
Il faut parler avec le spécialiste sur la finalité du traitement.

Par exemple :
Dans certains cas, le traitement vise à guérir la tumeur. La plupart des cas de cancer de l’endomètre sont diagnostiqués à un stade précoce. Il y a de bonnes chances de guérison ou rémission s’ils sont traités en stade précoce.
Les médecins ont tendance à utiliser le mot rémission plutôt que guérison.
La rémission signifie qu’il n’y a plus de traces de la tumeur après le traitement.
Toutefois, dans certains cas la tumeur revient des mois ou des années plus tard. Pour cette raison, le médecin sont parfois réticents à utiliser le mot guérison.
Dans certains cas, le traitement vise à contrôler le cancer. Si on ne peut pas vaincre la tumeur, on peut en limiter la croissance ou la diffusion avec le traitement, ainsi, il ne progresse pas rapidement.
Cela peut éliminer les symptômes pendant un certain temps.
Dans certains cas, le traitement vise à soulager les symptômes. Par exemple, si une tumeur est en stade avancé des traitements analgésiques peuvent être utilisés ou d’autres traitements pour soulager la douleur ou d’autres symptômes.
Certains traitements peuvent être faits pour réduire la taille de la tumeur, de cette façon on peut soulager les symptômes et la douleur.

 

Opération chirurgicale

Une opération chirurgicale qui consiste à enlever les ovaires et l’utérus est un traitement assez fréquent. Habituellement, on enlève les trompes de Fallope et les ovaires.
De nos jours, de nombreuses opérations sont exécutées à travers la laparoscopie.
Si la tumeur est à en stade précoce et ne s’est pas propagée, seul la chirurgie peut résoudre le problème.
Si la tumeur s’est propagée à d’autres parties du corps l’intervention chirurgicale peut encore être recommandée, mais est généralement associée à d’autres traitements.
Même si la tumeur est à un stade avancé et qu’il n’est pas possible de la supprimer, on peut faire certaines opérations chirurgicales pour soulager les symptômes, par exemple, pour soulager une obstruction de l’intestin ou des voies urinaires causée par la propagation du cancer.

 

Radiothérapie

La radiothérapie est un traitement qui utilise des faisceaux à haute énergie de radiation qui se concentrent sur les tissus cancéreux.
Cela tues les cellules cancéreuses ou interrompe leur multiplication.
La radiothérapie seule peut être curative pour le carcinome de l’endomètre à un stade précoce et peut être une alternative à la chirurgie.
Dans certains cas, la radiothérapie pourrait être recommandée ensemble à la chirurgie. Bien que la tumeur soit avancée et la rémission ne soit pas possible, la radiothérapie peut encore avoir un rôle pour soulager les symptômes.
Par exemple, la radiothérapie peut servir à réduire des tumeurs secondaires qui se sont développées m dans d’autres parties du corps et provoquent des douleurs.
Parmi les effets secondaires de la radiothérapie, il y a la formation d’une fibrose si on exagère avec les rayons X.

 

Chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement qui se base sur des médicaments anticancéreux.
Ces médicaments tuent les cellules cancéreuses ou en freinent la croissance.
La chimiothérapie n’est pas un traitement standard pour le cancer de l’endomètre, mais peut être appliquée dans certaines situations (généralement en plus de la radiothérapie ou de la chirurgie).
Les effets secondaires de la chimiothérapie sont :

  • fièvre
  • vomissement, nausée et diarrhée
  • tremblement
  • difficultés respiratoires
  • douleurs musculaires
  • hémorragies
  • présence d’ulcères dans la bouche

 

Traitements hormonaux 

Le traitement de progestérone est utilisé dans certains types de cancer de l’endomètre.
Ce traitement n’est pas généralement utilisé dans les premiers stades, mais peut être considéré si la tumeur se propage ou revient après le traitement.

 

Pronostic

Étant donné que le cancer de l’utérus se développe lentement et les femmes sont en alerte quand elles voient un saignement anormal au niveau du vagin, la plupart des tumeurs sont détectées et traitées à un stade précoce.
Le cancer de l’endomètre est une néoplasie qui peut être soignée si elle est détectée en phase initiale, toutefois le pronostic du cancer de l’endomètre métastatique récidive est bien pire.

Dans le cancer au stade précoce, l’intervention chirurgicale à elle seule peut suffire à traiter l’80% des cas.
Le 20-30% des tumeurs se représente après 5 ans.
Pour les patients du premier au troisième stade, les patients affectés du cancer de l’endomètre ont généralement subi une intervention chirurgicale de radiothérapie.
Pendant les deux dernières décennies, la chimiothérapie a été ajoutée ou a remplacé la radiothérapie.