Traitement du cancer des ovaires

Quelles sont les options de traitement du cancer des ovaires (épithéliales) ?

Les options de traitement incluent l’intervention chirurgicale, la chimiothérapie et des fois une radiothérapie.
Le traitement recommandé dans tous les cas dépend de divers facteurs tels que le stade et le grade de la tumeur en plus de l’état de santé général.
Un spécialiste est capable de dire les avantages et inconvénients, les chances de réussite, les effets secondaires possibles et des détails sur les diverses options de traitement pour le type et le stade de la tumeur.

Traitement du cancer des ovaires
Traitement du cancer des ovaires
© YuriArcus-Fotolia.com

Il est également important discuter avec le spécialiste sur la finalité du traitement.
Par exemple :
Dans certains cas, le traitement vise à traiter le cancer des ovaires. Les médecins ont tendance à utiliser la parole rémission plutôt que guérison. La rémission signifie qu’il n’existe aucun signe du cancer après le traitement.
Toutefois, dans certains cas, la récidive tumorale réapparait des mois voir des années plus tard.
C’est pourquoi les médecins sont parfois réticents à utiliser le mot guéri.
Dans certains cas, le traitement vise à contrôler le cancer. Si une cure n’est pas efficace, avec le traitement il peut néanmoins limiter la multiplication ou la propagation du cancer en y ralentissant la progression.
Cela peut permettre d’éliminer les symptômes pendant un certain temps.

Dans certains cas, le traitement vise à soulager les symptômes. Par exemple, si la tumeur est en stade avancé on peut effectuer un traitement à base d’analgésiques ou d’autres médicaments pour soulager la douleur ou d’autres symptômes. Certains traitements peuvent être administrés pour réduire la taille du cancer, de cette façon on arrive à soulager certains symptômes tels que la douleur des ovaires.

 

Intervention chirurgicale

Une opération est recommandée dans la plupart des cas. Si la tumeur est à un stade très précoce (uniquement limitée à l’ovaire et pas diffusée), le seul traitement nécessaire peut être une intervention chirurgicale pour enlever l’ovaire affecté et la trompe de Fallope y associée.
Toutefois, dans de nombreux cas, le cancer s’est déjà propagé ou diffusé dans les structures avoisinantes.
Par conséquent, une plus vaste intervention chirurgicale est souvent nécessaire.
Il peut s’agir par exemple, d’enlever l’ovaire affecté, en plus de l’utérus, l’autre ovaire et autres zones touchées dans le bas-ventre.
Au cours de l’opération, le chirurgien peut prélever une partie du tissu pour une biopsie des structures abdominales et des structures de la paroi de l’abdomen, par exemple, le diaphragme ou les ganglions lymphatiques.
Les échantillons sont examinés au microscope pour voir si toutes les cellules cancéreuses se sont propagées à ces structures. Cela permet de déterminer le stade précis de la tumeur (comprendre le stade du cancer) et aide à décider sur d’éventuels traitements supplémentaire à appliquer.

 

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement du cancer utilisant des médicaments anticancéreux pour tuer les cellules cancéreuses ou pour empêcher leur multiplication et leur croissance.
Dans la plupart des cas, les cellules prélevées pendant l’intervention chirurgicale ou pour la biopsie sont analysées au microscope pour vérifier le risque de récidive du cancer.

Si le risque est élevé, on fait une chimiothérapie.
Parfois, la chimiothérapie est appliquée avant l’intervention chirurgicale pour réduire la taille de la tumeur.
Cela peut faciliter l’intervention chirurgicale et augmenter les possibilités de réussite.
Une seconde opération est parfois recommandée après un cycle de chimiothérapie.
Il s’agit d’inspecter l’intérieur de l’abdomen, et d’évaluer les effets de la chimiothérapie et de supprimer le tissu cancéreux qui n’a pas été supprimé lors de la première opération, mais qui a diminué après la chimiothérapie.

Les médicaments de chimiothérapie tuent les cellules cancéreuses mais endommagent aussi certaines cellules normales. Par conséquent, les médecins devraient être prudents à éviter ou minimiser les effets secondaires qui dépendent du type de médicament, de la dose et de la durée du traitement.
Les effets secondaires temporaires comprennent :

  • Nausées et vomissements
  • Perte d’appétit
  • Perte de cheveux
  • éruption cutanée au niveau des pieds et des mains
  • Plaies dans la bouche

La chimiothérapie peut endommager la production des cellules sanguines dans la moelle osseuse, donc les patients peuvent avoir de faibles niveaux de cellules sanguines.
Cela peut conduire à :

  • Une plus grande probabilité d’infection (causée par une carence en globules blancs)
  • Saignements ou ecchymoses après coupures mineures ou un traumatisme (causée par un manque de plaquettes)
  • Fatigue (causée par le faible taux de globules rouges)

La plupart des effets secondaires disparaissent lorsque le traitement est interrompu.
Les cheveux repoussent à nouveau dès la fin du traitement, bien qu’ils puissent apparaître différents.
Il existe des remèdes pour un grand nombre d’effets secondaires temporaires de la chimiothérapie.
Par exemple, il y a des médicaments très performants qui peuvent être administrés pour prévenir et traiter la nausée et les vomissements.

 

Radiothérapie

La radiothérapie est un traitement qui utilise des faisceaux à haute énergie de radiations qui se concentrent sur les tissus cancéreux.
Ce processus permet de détruire ou d’arrêter la multiplication des cellules cancéreuses.
Radiothérapie n’est pas souvent utilisée pour le cancer de l’ovaire.
Parfois, elle est appliquée (radiothérapie) après une intervention chirurgicale pour tuer les cellules cancéreuses résiduelles.
La radiothérapie peut également être utilisée pour réduire des tumeurs secondaires qui se développent dans d’autres parties du corps et provoquant des douleurs ou d’autres symptômes.

 

Traitement du cancer des ovaires

Le traitement du cancer des ovaires se base sur le stade de la maladie et sur l’étendue ou la propagation du cancer à d’autres parties du corps.
La détermination du stade du cancer est effectuée par le chirurgien (gynécologue ou oncologue) durant la suppression d’un cancer des ovaires.
Au cours de l’opération, le chirurgien prélève de petits morceaux de tissu (biopsie) de diverses zones de la cavité abdominale.

Au cours de cette procédure, selon le stade de la tumeur, le chirurgien peut enlever seulement l’ovaire et la trompes de Fallope ou alors enlever les deux ovaires, les trompes de Fallope et l’utérus.
En outre, le chirurgien tente de supprimer le plus de cellules cancéreuses possible.
Cancer de l’ovaire se développe de façon suivante :

  1. Premier stade
    Le cancer est limité au niveau d’un ou des deux ovaires.
  2. Le cancer est en phase II, si un ou les deux ovaires sont impliqués et s’est propagé au niveau de l’utérus et/ou des trompes de Fallope ou d’autres endroits de la zone pelvienne.
  3. Le cancer est de stade III, lorsque l’un ou les deux ovaires sont impliqués et s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou d’autres zones à l’extérieur du bassin, mais se trouve encore dans la cavité abdominale, au niveau de la surface externe du foie ou de l’intestin.
  4. Le cancer est de stade IV si l’un ou les deux ovaires sont impliqués et s’est propagé hors de l’abdomen ou alors s’est propagé dans le foie.

 

Options de traitement basé sur le niveau d’avancement du stade de la maladie

 Analyse en laboratoire, cancer, ovaire, traitement, diagnostic
Darren baker-fotolia.com

Le traitement du cancer de l’ovaire dépend du stade de la maladie, le type histologique des cellules, l’âge et l’état de santé général du patient.
Le type histologique des cellules et l’étendue de la maladie reposent sur les biopsies effectuées par l’oncologue à travers une intervention chirurgicale (détermination des différents stades) et déterminés par le pathologue qui analyse les tissus à l’aide d’un microscope.

 

Traitement du cancer épithélial de l’ovaire

La phase I
En règle générale dans les premiers stades du cancer de l’ovaire, le chirurgien effectue une hystérectomie abdominale totale, l’enlèvement des deux ovaires et les trompes de Fallope, l’omentectomie, biopsie des ganglions lymphatiques et d’autres tissus dans le bassin et l’abdomen.
Les Jeunes femmes dont la maladie est limitée à un ovaire sont souvent traitées avec une salpingo-ovariectomie unilatérale (enlever l’ovaire affecté et la trompe de Fallope) sans une intervention d’hystérectomie et sans enlever l’ovaire non affecté.
En outre cette opération est accompagnée d’une omentectomie et éventuelles autres interventions chirurgicales.
Selon l’interprétation du tissu prélevé faite par le pathologue, il n’y a pas d’autres interventions si :

  • La tumeur est de grade très bas
  • La tumeur est de grade élevé, mais le patient peut recevoir un traitement de polychimiothérapie.

Phase II
Traitement est presque toujours hystérectomie et salpingo-ovariectomie ainsi que l’élimination de toutes les parties de la tumeur maligne qui peuvent être enlevées.
En outre effectue également l’analyse des ganglions lymphatiques et d’autres tissus dans le bassin et l’abdomen qui peuvent être cancéreux.
Après l’intervention chirurgicale, le traitement peut être polychimiothérapie avec ou sans radiothérapie.

Phase III
Le traitement est le même que celui du stade II en ce qui concerne le cancer ovarien.
Suite à l’intervention chirurgicale, le patient peut recevoir la polychimiothérapie suivie éventuellement par d’autres interventions chirurgicales additionnelles pour identifier et éliminer tout résidu du cancer.

Phase IV
Le traitement prévoit généralement une opération chirurgicale pour enlever le plus de tissu malin possible, suivie d’une polychimiothérapie.

 

Quel est le pronostic ?

Il existe de bonnes probabilités de guérison si le cancer des ovaires est diagnostiqué et traité lorsque la maladie est à un stade précoce (limité à l’ovaire et pas encore propagé).
Malheureusement, la majeur part des tumeurs ovariennes n’est pas diagnostiquée à un stade précoce.
Cela s’explique aussi par le fait que les symptômes ne manifestent que quand le cancer a augmenté ou s’est propagé.
Dans ce cas, le traitement est moins efficace mais toujours possible.
En général, plus haut est le stade du cancer, pire sera le pronostic. Bien qu’il n’y ait pas de remède définitif, le traitement peut ralentir la progression du cancer.
La survie cinq ans après le stade I est d’environ 85 % ; mais en stade 3° et 4° la survie est d’environ 30/40 %.
Traitement du cancer, est en constante évolution, donc les informations sur le pronostic sont de nature générale, en outre il existe également des études scientifiques les nouveaux traitements expérimentaux qui sont encore en phase d’élaboration.

Le spécialiste qui suit le patient personnellement peut donner des informations plus précises sur le pronostic, en particulier, peut expliquer comment le cancer pourra répondre au traitement en s’appuyant sur le stade de la maladie.

 

Dépistage du cancer de l’ovaire

De nombreuses études ont été menées afin de déterminer si les tumeurs ovariennes peuvent être détectées tôt et si elles peuvent être traitées plus efficacement.
C’est ce qu’on appelle dépistage.
Les premiers résultats d’un test dans lequel on effectue le dépistage chez les femmes en période postménopause montrent des résultats encourageants.
Dans ce processus, les femmes ont fait le dépistage avec des analyses de sang à la recherche d’une protéine appelée CA125 ou une échographie vaginale.
Jusqu’à présent, les résultats ont montré que les deux test de dépistages ont permis de détecter le cancer de l’ovaire à un stade précoce.

Cependant, le test de CA125 est légèrement plus précis. Ce processus est encore en cour et surement il faudra encore du temps avant qu’il ne soit reconnu et attesté pour une utilisation dans un conteste national.
Les femmes qui présentent un risque accru de cancer des ovaires devraient en parler à leur médecin traitant pour des éventuels tests de dépistage.