Kystes ovariens

Les kystes ovariens sont des sacs remplis de liquide qui se trouvent à l’intérieur ou sur la surface de l’ovaire.
Les femmes ont deux ovaires, chacun a environ la taille et la forme d’une amande et sont situés de chaque côté de l’utérus.

Les ovules se développent et mûrissent dans les ovaires, puis sont libérés lors de cycles de 28 jours à l’âge où l’on peut tomber enceinte.

 

Beaucoup de femmes ont des kystes ovariens pendant leur vie, même si elles sont vierges.
La plupart des kystes ovariens créent peu ou pas d’inconfort et sont bénins.
La plupart des kystes partent d’eux-mêmes sans traitement en quelques mois.
Les kystes ovariens peuvent produire de graves symptômes, en particulier ceux qui se rompent.
La meilleure façon de rester en bonne santé est de connaître les symptômes qui peuvent être causés par un trouble important et prévoir des examens pelviens réguliers.

 

Causes des kystes ovariens

Les kystes ovariens sont plus fréquents de la puberté à la ménopause, et sont moins fréquents après la ménopause, mais plus dangereux.
La prise de médicaments pour la fertilité peut causer une maladie dans laquelle il se forme de grands kystes dans les ovaires. C’est ce qu’on appelle le syndrome d’hyperstimulation ovarienne.
Les kystes, généralement, partent après les menstruations d’une femme ou après une grossesse.
Les kystes ovariens fonctionnels ne sont pas les mêmes que ceux des tumeurs ovariennes (parmi lesquelles le cancer de l’ovaire) ou que les kystes causés par des maladies hormonales telles que le syndrome des ovaires polykystiques.

Souvent, les femmes développent des kystes ovariens après avoir subi une hystérectomie.

Souvent, les kystes fonctionnels se forment au cours du cycle menstruel.

 

Classification sur base des risques

Kystes fonctionnels
Les kystes lutéiniques ainsi que des kystes folliculaires sont des kystes fonctionnels, c’est-à-dire qui sont liés au cycle menstruel et apparaissent quand on est âge de procréer.
Ce sont généralement des formations bénignes qui disparaissent par eux-mêmes avec le temps.

Kystes organiques
Ce type de kystes résulte de l’altération au niveau cellulaire et peut être malin.

 

Kystes fonctionnels

Kystes folliculaires

Environ à la moitié du cycle menstruel, un ovocyte sort de son follicule et commence le parcours le long de la trompe de Fallope à la recherche des spermatozoïdes pour la fécondation.
Un kyste folliculaire se forme quand quelque chose va mal, le follicule ne se rompt pas ou ne libère pas l’œuf, mais il se développe et se transforme en un kyste.
Ils peuvent régresser spontanément en quelques semaines, mais ils peuvent également se développer et provoquer des douleurs dans les ovaires.

Quels sont les symptômes de kystes folliculaires ?
– Dans la plupart des cas, ils ne provoquent aucun symptôme
– Dans de rares cas, ils peuvent provoquer une douleur très intense dans le côté droit ou gauche.
– Irrégularités du cycle (c’est le symptôme le plus important, s’il se produit, il est conseillé de faire les analyses nécessaires).

 

Kystes lutéiniques

Quand un follicule éclate et libère l’ovule, le follicule rompu commence à produire de grandes quantités d’œstrogène et de progestérone pour préparer la conception.
Le follicule, à ce stade, est appelé le corps jaune (corps lutéal).
Parfois, le trou de sortie de l’ovocyte (œuf immature) se ferme et le liquide s’accumule à l’intérieur du corps jaune qui donc s’étend et forme un kyste.
Le kyste est placé dans la fosse iliaque.

Comment sont les kystes lutéiniques ?
• Il s’agit d’un kyste unique et isolé
• Le diamètre peut aller jusqu’à 8-10 cm
• Il a une plus grande densité et vascularisation
Les symptômes sont les suivants:
– Irrégularité des cycles menstruels
– Douleur et la lourdeur au niveau du flanc
– Douleur à la palpation
– Dans les cas les plus graves, il peut se produire la rupture du kyste ou la torsion de l’ovaire.

 

Les kystes pathologiques (ou non fonctionnels)

Kyste endométriosique
Les kystes endométriosiques se forment chez les femmes qui ont l’endométriose.
Ces kystes (également appelés kystes chocolats) peuvent être douloureux pendant les rapports sexuels et les menstruations.

Cystadénome
Ces kystes se forment à partir des cellules qui sont sur la surface externe de l’ovaire.
Ils sont souvent remplis d’un liquide aqueux ou d’un gel épais et collant. Ils peuvent devenir très gros et douloureux.

Ils sont divisés en cystadénomes séreux (qui apparaissent solides) et mucineux (plein de matériel mucineux).

Kyste dermoïde
Les kystes dermoïdes contiennent de nombreux types de cellules et peuvent être rempli de cheveux, de dents et d’autres tissus qui deviennent une partie du kyste. Ils peuvent devenir grands et causer de la douleur.

Kyste uniloculaire
Le kyste uniloculaire est un sac plein sans cloisons qui le divisent en deux ou en plusieurs parties.
Le kyste cloisonné a au moins une cloison qui divise cette boule en au moins deux compartiment.

Ovaires polykystiques
Ces kystes se forment lorsque les ovules arrivent à maturité dans le follicule, mais ne sont pas libérés. Le cycle se répète ensuite. Les follicules continuent à se développer et forment d’autres kystes.

 

Quels sont les symptômes et les complications possibles des kystes ovariens ?

La majeure partie des kystes ovariens est petite, bénigne (pas cancéreuse) et ne provoque aucun symptôme.
Certains kystes peuvent causer les problèmes suivants :

  • Douleur ou gêne dans le bas ventre qui peut être constante ou intermittente.
  • Douleur aux ovaires qui se produit uniquement lorsque l’on a des rapports sexuels.
  • Les cycles deviennent parfois irréguliers, ils peuvent devenir plus lourds ou plus légers que d’habitude.
  • Douleur pendant le cycle,
  • Augmentation de poids,
  • Acné ou boutons sur le visage (en particulier sur le menton) et sur le reste du corps,
  • Nausées et les vomissements,
  • Aménorrhée ou menstruations irrégulières,
  • Besoin fréquent d’uriner à cause de la pression sur la vessie (lorsque le kyste est grand),
  • Hirsutisme (croissance excessive des cheveux).

Parfois, un kyste peut saigner à l’intérieur ou éclater.
Cela peut provoquer une forte douleur soudaine dans l’abdomen inférieur.
Un kyste qui croit sur un pédicule de l’ovaire entraîne rarement une torsion de l’ovaire sur le pédicule.
Ce phénomène bloque le sang qui circule dans l’ovaire et nourrit le kyste, le donc le kyste perd l’approvisionnement en sang. Cela peut causer une douleur vive et soudaine dans le bas ventre, des nausées et de la fièvre.
Les kystes de grandes dimensions peuvent causer des ballonnements abdominaux ou appuyer sur les structures voisines. Par exemple, ils peuvent appuyer sur la vessie ou sur le rectum et on peut avoir des symptômes urinaires ou de la constipation.
Bien que la plupart des kystes soit bénins, certains types ont un risque élevé de devenir cancéreux.
Certains kystes ovariens peuvent, dans de rares cas, provoquer une quantité anormale d’hormones féminines (ou masculines) qui peuvent causer des symptômes inhabituels.

 

Dépistage et diagnostic

Le gynécologue peut palper le kyste lors de la visite et peut effectuer des examens pour s’assure de sa présence et des caractéristiques du kyste.
Souvent, ils se sentent au toucher lors de l’examen physique.

Les paramètres qui doivent être pris en considération pour le diagnostic sont les suivants:

  • La forme qui peut être régulière ou irrégulière,
  • Les dimensions,
  • La composition et la consistance, si il ne contient que du liquide, du solide, ou les deux. Les kystes solides ou mixtes peuvent être des kystes malins de sorte qu’ils doivent être analysés attentivement.

 

Kyste,ovarien,utérus,ovaires,corps jaune,follicule,ovocyteLes examens diagnostiques

Echographie pelvienne. C’est un test largement utilisé car il est rapide. Le médecin appuie la sonde sur l’abdomen ou l’insère dans le vagin.
Grâce à l’échographie transvaginale, on peut visualiser l’emplacement et la composition du kyste, s’il est présent.
Dans les images on voit une zone anéchoïque, c’est-à-dire noire.
Les kystes ovariens peuvent être assez gros, ils peuvent même arriver à une taille de plusieurs centimètres.
L’échographie doit être faite avant l’ovulation parce que chaque mois, il se forme un follicule mature avec une taille d’environ 2 cm et qui peut être confondu avec un kyste.

Test de grossesse. Si le test de grossesse est positif, cela peut faire penser que le kyste est lutéal.

La laparoscopie. Il s’agit d’une procédure chirurgicale peu invasive qui permet de visualiser le kyste et de l’enlever.

Marqueurs tumoraux. En général, les femmes ayant un cancer aux ovaires ont des niveaux élevés d’une protéine connue en tant que « ‘antigène tumoral 125 (CA125) » ou « mucine 16 MUC16) » dans le sang.

 

Quels sont les risques de kystes ovariens pendant la grossesse ?

Parfois, les kystes ovariens sont découverts pendant la grossesse.
Dans la plupart des cas, ils sont remarqués lors de l’échographie de routine pour le contrôle prénatal.
La majorité des kystes ovariens qui sont trouvés au cours de la grossesse sont des tumeurs bénignes qui ne nécessitent pas une intervention chirurgicale.
Cependant, la chirurgie peut être indiquée si on suspecte que le kyste soit malin, si on développe une complication aigue comme la rupture ou la torsion (torsion de l’ovaire sur son pédicule qui interrompt la circulation du sang), ou si la taille du kyste peut provoquer des problèmes avec la grossesse.

 

Quelles sont les thérapies possibles pour les kystes ovariens ?

Différents facteurs doivent être pris en considération au moment de décider du type de soins pour les kystes ovariens.
Les principaux facteurs sont :

  • Age du patient,
  • Si la patiente est en ménopause ou non,
  • L’aspect du kyste,
  • La taille du kyste.

 

Que faire s’il n’y a pas de symptômes ?

Attente attentive (observation) – parfois, il faut garder le patient en observation, surtout si la femme est en pré-ménopause et s’il a un petit kyste fonctionnel (2 cm à 5 cm).

Une écographie doit être effectuée un mois plus tard pour contrôler et voir s’il est parti.

Les femmes ménopausées sont surveillées par échographie, ainsi que par des tests sanguins afin de vérifier les niveaux de CA125 (une protéine qui se trouve souvent sur la surface des cellules cancéreuses).

L’approche dépend beaucoup de la taille du kyste et s’il a changé au fil du temps.

Si une femme a de petits kystes dans un seul ovaire, le risque de développer un cancer est très faible. Dans la plupart des cas, ces kystes disparaissent dans les trois mois. Les femmes ménopausées devraient subir un suivi quatre mois après le kyste ait disparu.

Pilule contraceptive, pour réduire le risque de développer de nouveaux kystes à l’avenir, le médecin peut conseiller la pilule contraceptive.
Les contraceptifs oraux réduisent le risque de développer un cancer ovarien.

 

Quand faut-il opérer pour enlever les kystes ovariens ?

S’il y a des symptômes qui montrent que le kyste est grand, qu’il ne ressemble pas à un kyste fonctionnel, qu’il se développe ou persiste pendant deux ou trois cycles menstruels.
Dans ce cas, le médecin peut recommander au patient l’ablation chirurgicale.
Dans certains cas, s’il existe un kyste et il n’y a pas de symptômes, l’opération chirurgicale peut être recommandée parce que l’on ne peut pas savoir quel type de kyste c’est, sans un examen au microscope.
L’ablation est nécessaire pour éviter que les kystes deviennent cancéreux.

La laparoscopie (chirurgie avec trois petits trous).
On effectue deux petites incisions dans la partie inférieure de l’abdomen et un dans le nombril.
Le gaz est poussé dans le bassin pour soulever la paroi abdominale loin des organes internes.
Un petit tube avec une télé-caméra à l’extrémité (laparoscope) est inséré dans l’abdomen. Le chirurgien peut voir les organes internes et avec de très petits instruments, il est en mesure d’enlever le kyste à travers de petites incisions. Dans certains cas, un échantillon du kyste est prélevé pour déterminer quel type de cellule sont impliqués (biopsie).

Dans la plupart des cas, le patient peut rentrer chez lui le jour même. Ce type d’intervention chirurgicale n’affecte généralement pas la fertilité de la femme et les temps de récupération sont beaucoup plus rapides.

Laparotomie
Il s’agit d’une opération plus invasive et elle peut être recommandée si le kyste est malin et donc dangereux.
Une incision plus longue est effectuée dans la partie supérieure où sont attachés les poils pubiens, cela permet au chirurgien d’avoir un meilleur accès au kyste.
Le kyste est enlevé et envoyé au laboratoire.
Habituellement, le patient doit rester à l’hôpital pendant au moins quelques jours.

 

Le traitement du cancer

Si le kyste est cancéreux, le patient peut avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour enlever les organes et les tissus, parmi lesquels les ovaires, l’utérus, l’épiploon et quelques ganglions lymphatiques.

 

Pronostic

Les kystes des femmes qui ne sont pas en ménopause ont de plus grandes probabilités de guérir. Il existe un risque accru de cancer chez les femmes en préménopause.

 

Complications possibles

Les complications dépendent de la maladie qui provoque les kystes.
Les complications peuvent inclure :

  • Torsion sur le pédicule de l’ovaire,
  • hémorragie endokystique,
  • rupture du kyste,
  • dégénérescence cancéreuse.

 

Prévention

Même s’il n’existe aucun moyen pour empêcher le développement des kystes ovariens, les examens pelviens réguliers sont un moyen de faire en sorte que les modifications des ovaires soient diagnostiquées le plus tôt possible.
En outre, il faut être attentif aux changements du cycle, aux symptômes qui peuvent accompagner les menstruations si ce ne sont pas ceux habituels ou s’ils persistent pendant plusieurs cycles.