Fibrome utérin

Le fibrome utérin (ou myome) est une tumeur bénigne qui prend naissance dans la couche musculaire de la paroi utérine. Il s’agit de la couche intermédiaire, celle qui provoque des contractions lors de l’accouchement.

Même s’il est composé des fibres musculaires lisses de la paroi utérine (myomètre), il est beaucoup plus dense que le myomètre normal.
Il ne faut pas confondre ce modèle avec le polype utérin, qui se forme au niveau de la muqueuse utérine (endomètre).

Les fibromes utérins ont généralement une forme ronde ou semi-circulaire.
Les fibromes sont plus fréquents chez les femmes âgées de 35 à 50 ans.
Les fibromes ne provoquent généralement aucun problèmes. Beaucoup de femmes ne savent pas de les avoir.

Les myomes varient en nombre et en taille, ils se développent généralement lentement et ne causent aucun symptôme. Les fibromes qui ne produisent aucun symptôme ne doivent pas être traités. Environ 25% des myomes provoquent des symptômes et on besoin d’un traitement pour être soignés. Les fibromes utérins peuvent se développer comme en nodule unique ou en plusieurs nodules et la taille peut varier d’ 1 mm à plus de 20 cm de diamètre.
Les myomes sont les tumeurs les plus fréquentes du pelvis féminin et la principale raison qui conduit une femme à l’hystérectomie. Cette masse est bénigne, elle ne provoque pas de métastases.

Il existe quatre différents types de fibromes utérins sur la base de leur position dans l’utérus.

Le plus fréquent est le myome utérin intramural.

  • Sous séreux – ce fibrome se développe à l’extérieur de l’utérus et continue à se développer vers l’extérieur.
  • Interstitiel ou intra muraux – cela se développe dans la paroi utérine et s’étend en provoquant une sensation d’avoir un utérus plus grand que la normale
  • Sous muqueux ou intra cavitaires – il pousse juste en dessous de la muqueuse de la cavité utérine. Ce type de fibrome est celui qui provoque des saignements menstruels plus consistants et peut provoquer des problèmes d’infertilité et des fausses couches.
  • Fibrome pédiculé – les fibromes qui grandissent sur une petite tige, qui les lies à la paroi interne ou externe de l’utérus.

 

Causes du fibrome utérin

Les médecins ne connaissent pas la cause des fibromes de l’utérus, mais avec la recherche et les tests cliniques on a pu découvrir les facteurs de risque suivants:

  • Altération génétiques. De nombreux fibromes ont des gènes qui sont différents de celles des cellules musculaires de l’utérus normal. Il semble qu’il y ait une familiarité pour les fibromes et que des jumeaux homozygotes aient plus de possibilité d’avoir un fibrome que les jumeaux hétérozygotes.
  • Les Œstrogènes et la progestérone, deux hormones qui stimulent la croissance de la muqueuse utérine pendant un cycle menstruel en préparation pour la grossesse, semblent encourager la croissance des fibromes. Les fibromes contiennent plus de récepteurs d’œstrogène et de progestérone que les cellules normales du muscle utérin. Les fibromes ont tendance à rétrécir et à se durcir après la ménopause en raison d’une baisse de la production d’hormones.
  • Les facteurs de croissance semblable à l’insuline-1 (IGF-1) sont des substances produites par le foie qui peut influencent la croissance des fibromes utérins.

 

Quels sont les symptômes du fibrome dans l’utérus ?

Pour la plupart des femmes les fibromes ne causent aucun symptôme. Au moins 25% des femmes ayant des fibromes utérins relève les symptômes suivants:

  • Saignements intenses ou menstruations douloureuses (si le fibrome est sous-muqueux, c’est-à-dire qu’il pousse dans la cavité utérine),
  • Anémie,
  • saignements entre un cycle menstruel et l’autre,
  • crampes,
  • ventre gonflé ou ballonnements sur la zone pelvienne (bassin),
  • sensation de plein dans le bassin,
  • douleur pendant les rapports sexuels,
  • douleurs lombaires,
  • besoin fréquent d’uriner

Le fibrome peut également entraîner la stérilité (ne plus pouvoir être enceinte), des fausses couches ou un accouchement prématuré (avant la 37eme semaine de grossesse) si il se trouve sous l’insertion du placenta.

 

Symptômes sur la basés sur la position, la dimension et le nombre

 

fibrome utérin, utérus, image, formation, masse, cellules, néoplasme
fibrome utérin

Fibrome utérin sous muqueux. Les fibromes qui grandissent dans la cavité intérieure de l’utérus sont plus susceptibles de causer d’importants saignements menstruels prolongés et parfois sont un problème pour les femmes qui veulent tomber enceintes.

Fibrome utérin sous séreux. Les fibromes sous séreux sont projetés vers l’extérieur, en appuyant parfois sur la vessie, causant des symptômes urinaires.
Si le fibrome se déplace vers l’arrière de l’utérus peut appuyer sur le rectum entraînant une sensation de pression sur les nerfs rachidiens causant ainsi le mal de dos.

Fibromes utérins interstitiels. Certains fibromes se développent dans la paroi du muscle utérin. S’ils deviennent suffisamment grands peuvent déformer la forme de l’utérus et provoquer des phases menstruels prolongées accompagnées de forts saignements. Ils peuvent aussi provoquer douleur et pression.

 

Diagnostic du fibrome utérin

Pendant la palpation de l’intérieur du vagin ou de l’abdomen, le médecin peut sentir une forme anormale de l’utérus.
Les examens de diagnostic sont:

Échographie. Il est possible de faire une échographie abdominale ou transvaginale (en insérant une sonde dans le vagin) pour visualiser l’intérieur de l’utérus.
Des analyses de sand peuvent être utiles pour comprendre si le patient souffre d’une anémie due à une perte de sang chronique, et pour exclure d’autres problèmes, par exemple à la thyroïde.
Si l’échographie traditionnelle ne suffit pas, le médecin peut prescrire :

IRM (Imagerie par Résonnace Magnétique)
Sonohystérographie. Il s’agit d’une échographie qui utilise une solution saline pour dilater la cavité utérine, de sorte qu’il est plus facile d’identifier un fibrome sous-muqueux et dans l’endomètre.

Hystérosalpingographie. C’est un examen radiologique de l’utérus et des trompes de Fallope utilisant un produit de contraste.

Hystéroscopie. Il s’agit de l’examen de l’utérus et des trompes de Fallope grâce à l’insertion d’un hystéroscope (outil mince) relié à une caméra.

 

Traitement et médicaments pour le fibrome utérin

Il n’existe pas jusqu’à présent une meilleur approche pour le traitement des fibromes utérins, mais de nombreuses options de traitement. Si on ressent les symptômes, on devra en parler avec le médecin sur les options de traitement.

L’attente vigilante
Beaucoup de femmes avec fibromes n’ont aucun signe ou symptôme, mais seulement un ennui avec lequel elles peuvent vivre.
Les fibromes ne sont pas cancéreux. Ils interfèrent rarement avec la grossesse.
En général, ils grandissent lentement et ont souvent tendance à se rétrécir après la ménopause, lorsque les niveaux d’hormones reproductifs s’abaissent.

Médicaments
Les médicaments pour les fibromes de l’utérus agissent sur les hormones qui régulent le cycle menstruel. Ils servent comme remède pour certains symptômes comme des saignements menstruels abondants et la pression pelvienne. Ils n’éliminent pas les fibromes, mais ils peuvent les réduire.

 

Les médicaments comprennent :
Les agonistes de l’hormone libérant la gonadotrophine. Ces médicaments (le nom commercial est Lupron, Synarel et autre) traitent les fibromes en bloquant la production d’œstrogènes et de progestérone, en provoquant un état temporaire de post-ménopause. Ainsi, les menstruations se bloquent, les fibromes rétrécissent et l’anémie améliore.
Le médecin peut prescrire une hormone agoniste libérant la gonadotrophine pour réduire la taille des fibromes avant la date de l’opération chirurgicale.
Beaucoup de femmes ont des bouffées de chaleur importantes pendant l’utilisation du médicament.
Les agonistes de l’hormone libérant la gonadotrophine sont généralement utilisés non pendant pas plus de 3-6 mois, parce que les symptômes sont de retour lorsqu’on arrête le médicament et sils sont utilisés à long terme peuvent engendrer la perte osseuse.

Dispositif intra-utérin qui libère un progestatif (DIU)
Un dispositif intra-utérin qui libère un progestatif peut soulager des hémorragies graves causées par les fibromes. Un DIU soulage seulement les symptômes, mais il ne restreint pas les fibromes, ni les élimines.

Autres médicaments
Le médecin peut recommander d’autres médicaments, comme la pilule contraceptive ou les progestatifs qui peuvent aider à contrôler les saignements menstruels, mais qui ne réduisent pas la taille du fibrome.

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ne sont pas des médicaments d’hormones. Ils peuvent être efficaces pour soulager la douleur, mais ils ne réduisent pas les saignements causés par les fibromes. Le médecin peut également recommander des vitamines et du fer dans le cas des saignements menstruels abondants et d’anémie.
La chirurgie à ultrasons focalisés pour les fibromes utérins est un traitement non invasif des fibromes utérins tout en préservant l’utérus, il n’y a pas d’incisions à faire et ça prend un jour d’hôpital.
Ce traitement est effectué au sein d’une IRM à l’aide d’un transducteur à ultrasons à haute énergie pour le traitement.

Les images indiquent au médecin l’emplacement exacte du fibrome. Lorsqu’on trouve l’emplacement du fibrome, le transducteur à ultrasons se concentre ses ondes sonores (sonicayions) sur le fibrome pour chauffer et détruire les petites zones de tissu du fibrome.
La technologie est récente, les chercheurs ne savent pas beaucoup sur l’innocuité à long terme et sur l’efficacité. Mais, jusqu’à présent, les donnés montrent que la chirurgie à ultrasons pour les fibromes est sûre et efficace.

 

Quand opérer ? Quand extraire le fibrome utérin ?

Si une femme a des saignements abondants, crampes, menstruations douloureuses, infertilité et troubles de la vessie ou de l’intestin elle devrait envisager une intervention la chirurgicale.

 

Procédures invasives mineurs
Certaines opérations peuvent détruire les fibromes utérins, sans les extraire par chirurgie.

Embolisation de l’artère utérin
On injecte de petites particules (agents emboliques) dans les artères qui fournissent le sang vers l’utérus, interrompant le flux sanguin vers le fibrome qui alors meurt (nécrose coagulantes). Cette technique peut être efficace pour restreindre les fibromes et soulager les symptômes.
Des complications peuvent survenir si l’approvisionnement de sang aux ovaires ou autres organes est compromis.

Myolyse
Au cours de cette procédure laparoscopique, un courant électrique ou un faisceau laser détruit les fibromes utérins et resserre les vaisseaux sanguins qui les alimentent.
Une procédure similaire appelé cryomyolisis gèle les fibromes.
Les myolyses sont utilisées rarement.

Myomectomie robot-assistée ou laparoscopique
Dans une myomectomie le chirurgien enlève les fibromes tout en laissant l’utérus en place.
Si les fibromes sont rares et très petits , on peut opter pour une procédure laparoscopique ou robot-assistée où des instruments longs et étroits sont insérés à travers de petites incisions dans l’abdomen pour retirer les fibromes de l’utérus.
Le médecin voit la zone abdominale sur un moniteur connecté à un petit appareil qui se trouve dans l’un des instruments chirurgicaux.
La myomectomie robot-assistée donne au chirurgien une agrandie en trois dimensions de l’utérus, c’est donc plus précis que les autres techniques.
Pour cette opération de laparoscopie, la femme est sous anesthésie générale, elle reste en observation à l’hôpital pendant une nuit et le temps de récupération est d’environ 3-4 semaines.

Myomectomie hystéroscopique
Cette procédure peut être une option si les fibromes sont contenus à l’intérieur de l’utérus (sous-muqueuse). Le chirurgien accède et supprime les fibromes à l’aide d’instruments insérés dans le vagin et le col de l’utérus.
Cela peut se faire en un seul jour et après plusieurs heures d’observation à l’hôpital on peut retourner chez soi.
Le temps de convalescence est de 3-4 jours de repos à la maison.

Ablation de l’endomètre et résection du fibrome sous-muqueux
Ce traitement est effectué avec un instrument spécial inséré dans l’utérus qui utilise la chaleur, l’énergie des micro-ondes, de l’eau chaude ou de l’électricité pour détruire la paroi interne de l’utérus et cela peut interrompre les menstruations ou en diminuer le débit.
L’ablation de l’endomètre est généralement efficace pour faire cesser les saignements anormaux.
Le fibrome sous-muqueux peut être enlevé pendant l’hystéroscopie pour ablation de l’endomètre, mais ceci n’affecte pas les fibromes qui se trouvent en dehors de la paroi de l’utérus.

 

Opération chirurgicale traditionnelle

Les options pour les opérations chirurgicales traditionnelles sont :

Fibrome utérin sous muqueux, intra muraux, Myomectomie abdominale
Si on a des fibromes multiples, très grands (plus de 4 cm) ou très profonds, le médecin peut effectuer une opération de chirurgie abdominale ouverte (laparotomie) des fibromes.
Beaucoup de femmes pensent que l’hystérectomie est la seule option disponible, mais on peut aussi faire une myomectomie abdominale.
Il faut savoir que les fibromes peuvent devenir une tumeur maligne, mais que cela est très rare, l’opération est donc pour soulager les symptômes quand le médecin ne suspecte pas un cancer du col de l’utérus.

Hystérectomie
Cette opération consiste à l’ablation de l’utérus et demeure l’unique solution permanente pour les fibromes de l’utérus.
Le problème est que l’hystérectomie est une opération chirurgicale qui élimine toutes possibilités d’avoir des enfants.
Si on choisi de supprimer les ovaires, une hystérectomie provoque la ménopause, il faut donc évaluer si c’est mieux de suivre un traitement hormonal substitutif.
La ménopause provoque des altérations hormonales et métaboliques, par exemple une augmentation de poids, il faut donc envisager cette option.
La plupart des femmes atteintes de fibromes peuvent choisir de garder les ovaires.

L’Hystérectomie abdominale se fait sous anesthésie générale, la plupart des femmes passe 3-4 nuits à l’hôpital et les jours de récupérations sont environ de 6-7 semaines.
La fièvre postopératoire est normale pour les premiers jours, mais en cas de forte fièvre et d’autres symptômes, il faut contacter le chirurgien.

 

Quels sont les risques et les complications de l’hystérectomie?

Comme toutes les opérations l’hystérectomie abdominale comporte des risques et des complications. En voici les principales:

  • saignement
  • infections
  • fistules
  • cystite
  • blessures à la vessie et les uretères (tubes qui relient les reins à la vessie)
  • thrombose veineuse profonde

Il ne faut pas sous-estimer les complications successives de type hormonales et psychologiques dues à la ménopause prématurée.
Après l’opération on peut toujours avoir des rapports sexuels, en effet, on ne devrait pas ressentir les douleurs provoquées par les fibromes.

 

Risque de développer de nouveaux fibromes (récidive)

Pour toutes les opérations, à l’exception de l’hystérectomie, certaines minuscules tumeurs que le médecin ne détecte pas pendant la chirurgie peuvent se développer et provoquer une rechute.
Ces nouveaux fibromes peuvent donner lieu à des symptômes et dans ce cas ils doivent être traités.

Remèdes naturels pour les fibromes
Il n’y a aucun remède naturel ou phytothérapie homéopathique pour soigner des fibromes, mais il y a certains produits qui peuvent réduire les symptômes.
Le régime alimentaire peut aider à réduire la taille de cette tumeur bénigne, mais il y a encore assez de recherches sur ce sujet.

Mesures préventives
Malheureusement, étant donné que la cause du cancer n’est pas complètement connue, il n’y a aucun moyen de prévenir l’apparition des fibromes utérins.
Si une femme se trouve dans une des catégories qui lui mettent à risque, elle doit effectuer des contrôles réguliers pour fibromes chez son médecin.