Symptômes du ptérygion

Le ptérygion se manifeste comme une croissance excessive du tissu conjonctival ayant la forme d’un triangle.

La conjonctive est la fine membrane transparente tapissant la surface antérieure du globe oculaire.

 

Dans la plupart des cas, le ptérygion se développe d’abord au niveau de l’angle interne de l’œil (du côté du nez).
Il peut également se manifester dans l’angle externe ou des deux côtés de l’œil.
Le ptérygion peut être monolatéral ou bilatéral.


Cette maladie n’est pas cancérogène, elle n’envahit pas l’intérieur de l’œil et ne s’étend vers d’autres parties du visage ou du corps.
Le ptérygion peut sembler rouge et légèrement irrité.

Lorsqu’il n’est pas traité, le ptérygion peut progresser à travers la cornée (membrane transparente qui tapisse la pupille et l’iris) en affectant la vue et en devenant plus visible.
A ce stade, le traitement chirurgical peut être nécessaire.
Malgré le succès de l’intervention, le ptérygion peut récidiver.

Une pinguecula est une masse ou une protubérance jaunâtre sur la conjonctive, qui se développe souvent à proximité du nez.
Il ne s’agit pas d’une tumeur, mais d’une altération du tissu normal qui par conséquent produit un dépôt de protéines et de graisses.
Contrairement au ptérygion, une pinguecula ne se forme pas précisément sur la cornée.
Parfois, la formation d’une pinguecula est la réponse à une irritation oculaire chronique ou aux rayons solaires.

 

Caractéristiques du ptérygion

Le ptérygion est formé de trois parties différentes : la base, la tête et le corps/queue.
La base ou bord principal est une région aplatie sur la cornée composée principalement de fibroblastes qui envahissent et détruisent la membrane de Bowman.
La tête est une région vasculaire derrière la base et est solidement attachée à la cornée.
Le corps/queue mobile de la conjonctive bulbaire peut facilement être séparé du tissu sous-jacent.
La ligne de Stocker correspond à un dépôt de fer dans la couche basale de l’épithélium cornéen, en avant de la base, et qui se forme lorsque le ptérygion est chronique.

 

Quelles sont les causes du ptérygion ?

La cause exacte du ptérygion n’est pas connue, il est supposé que les facteurs peuvent être divers et interagissant.
Toutefois, les rayons ultraviolets du soleil (UV) sont le facteur le plus probable contribuant au développement de la maladie.
On suppose que les expositions prolongées au soleil, à une atmosphère sèche et poussiéreuse jouent un rôle fondamental dans le développement du ptérygion.

 

Symptômes du ptérygion

Les symptômes du ptérygion peuvent être :

  • Une croissance blanchâtre avec des vaisseaux sanguins proéminents au niveau de l’angle interne et/ou externe de l’œil ;
  • Yeux rouges au niveau de la zone affectée ;
  • Irritation ;
  • Déchirures ;
  • Sensation de corps étranger dans l’œil ;
  • Vision floue (aux stades avancés, si la croissance est au-dessus de la partie centrale de la cornée, ou bien elle peut provoquer une astigmatisme à cause de la tension qui exerce sur la surface cornéenne)

 

Diagnostic du ptérygion

Un examen de l’œil à la lampe à fente généralement suffit pour le diagnostic.
Toutefois, dans certains cas la lésion doit être retirée et analysée afin de formuler le diagnostic précis.

 

 Tache triangulaire dans la vision
Tache triangulaire dans la vision

Quelle est le traitement pour le ptérygion ?

 Aux stades très précoces du ptérygion, lorsqu’il n’y a aucun symptôme et il n’est pas esthétiquement visible, il peut être négligé.

Si le ptérygion provoque une irritation, de la rougeur et de la gêne, les larmes artificielles peuvent aider l’hydratation de l’œil et soulager la gêne.
Toutefois, le collyre n’a aucune influence sur le développement du ptérygion.

Il n’y a aucun accord chez la Comunauté scientifique concernant la meilleure gestion médical et chirurgicale du ptérygion des yeux.
Au début du procès de la maladie, les médecins adoptent souvent une approche conservative en limitant le traitement aux médicaments lubrifiants.
Puisqu’il est considéré que les radiations ultraviolets UV sont un facteur de risque fondamental, le médecin devrait recommander aux patients de porter les lunettes protectrices pendant le stade précoce de la maladie.
Si la masse s’accroît, l’intervention chirurgicale devient appropriée.

 

Quand faut-il opérer ?

Lorsque le ptérygion est esthétiquement visible ou il est en train de provoquer des symptômes tels que la vision floue, l’ablation chirurgicale est conseillée.

 

Intervention chirurgicale

Le principal défi pour le chirurgien du ptérygion est d’empêcher les récidives avec prolifération fibrovasculaire dans le limbe cornéen.
Plusieurs techniques chirurgicales ont été utilisées même si aucune technique n’est universellement acceptée à cause des taux de récidive variable.
Quelle que soit la technique utilisée, l’ablation du ptérygion est la première étape pour la guérison.
Beaucoup d’ophtalmologues préfèrent détacher la tête du ptérygion de la cornée sous-jacente.
Les avantages sont une épithélialisation plus rapide, une déchirure mineure et une surface cornéenne plus aplatie.

 

Techniques chirurgicales

Au fil des ans, les chirurgiens ont utilisées des techniques différentes afin de réduire le risque de récidive, parmi lesquelles la radiothérapie et l’utilisation de substances chimiques antimétabolites qui empêchent le développement du tissu. Chacune de ces techniques comporte des risques qui menacent potentiellement la santé de l’œil après l’intervention, parmi lesquels les défauts épithéliaux persistents (ulcération de la surface de l’œil) et la fusion cornéenne.

Autogreffe conjonctivale avec points de suture
La plupart des spécialistes de la cornée effectuent aujourd’hui l’opération chirurgicale du ptérygion avec une autogreffe conjonctivale qui permet de réduire le risque de récidive.
Dans cette technique, le ptérygion est retiré et la cornée redevient claire.
Toutefois, l’enfoncement dans le tissu de la membrane muqueuse (conjonctive) où le ptérygion a été retiré, est rempli par une greffe de tissu précédemment enlevé de manière indolore sous la paupière supérieure.
Le laser à excimère permet de régulariser la surface de la cornée avant de procéder avec la greffe.
Même si la procédure exige des compétences chirurgicales excellentes, cette autogreffe aide à prévenir une croissance nouvelle du ptérygion en remplissant l’espace par le tissu sain.

Dans l’intervention chirurgicale conventionnelle d’autogreffe, on utilise les points de suture pour protéger le greffon dans l’œil.
Les points de suture peuvent provoquer de la gêne pendant plusieurs semaines.
L’autogreffe est maintenue en position à l’aide de petits points de suture qui peuvent se dissoudre dans quelques semaines ou enlever chez le cabinet du chirurgien.
Les points de suture sur l’œil causent fréquemment de la gêne après l’intervention chirurgicale avec autogreffe conjonctivale.
Le désir pour une récupération plus rapide et indolore a mené au développement de la chirurgie avec autogreffe du ptérygion sans points de suture.

Chirurgie avec autogreffe du ptérygion avec de la colle (sans points de suture)
Cette forme d’intervention chirurgicale permet à la plupart des patients de rentrer au travail dans un ou deux jours après l’intervention.
Une étude conduite sur 85 patients atteints de ptérygion, chez l’Harvard Eye Associates, a montré que les patients soumis à la chirurgie sans points de suture ont ressenti moins de douleur après l’intervention chirurgicale par rapport aux patients soumis à la chirurgie traditionnelle.
Au lieu des points de suture, le chirurgien applique de la colle biologique ou de fibrine.
La technique sans points de suture a aussi permis de réduire la durée de l’intervention d’environ 21 minutes à 14 minutes.
Chez tous les participants il n’y a eu aucune récidive du ptérygion.

Technique pour la chirurgie avec autogreffedu ptérygion sans points de suture.
Au cours de l’opération sans points de suture, le patient reçoit quelques gouttes de sédatif afin de garantir le confort. L’œil est complètement endormi, donc il n’est pas possible de voir l’opération et de ressentir aucune gêne.
Le tissu cornéen anomal est retiré et remplacé par un fin greffon de tissu normal.
Au cours des 2-3 semaines suivantes, l’œil récupère progressivement un aspect normal.

 

Après l’opération

Pendant les deux premiers jours du post-opératoire, le patient peut prendre des comprimés d’anti-inflammatoires ou analgésiques.
On doit bien nettoyer l’œil ainsi que le couvrir par une bande stérile chaque fois qu’on prend une douche ou un bain, ou qu’on reste dans un environnement sale pendant les trois premières semaines.
La période au risque d’infection plus élevée est d’environ trois semaines après l’intervention.
Après cette période, il faudrait juste éviter la natation pendant un autre mois.
Quelques larmes contenant du sang peuvent normalement se vérifier pendant 2-3 semaines, il n’est pas rare et donc il n’y a aucune raison de s’inquiéter.
Le médecin prescrit des gouttes de cortisonoïdes à utiliser pendant neuf semaines et des gouttes d’antibiotique à utiliser pendant une semaine.
Il faut immédiatement signaler une aggravation de la douleur, de la vue ou de la rougeur.