Intervention chirurgicale de cataracte

 

La seule thérapie efficace pour la cataracte est l’intervention chirurgicale.

 

Quand faut-il opérer la cataracte ?

Il faut consulter un ophtalmologue pour savoir si la chirurgie est la thérapie adéquate et indiquée.
La plupart des ophtalmologues conseillent l’intervention de cataracte lorsqu’elle commence à influencer la qualité de la vie ou à interférer avec les activités quotidiennes normales, comme par exemple la lecture ou la conduite nocturne.

C’est au patient et au médecin de choisir le moment le plus opportun pour subir l’opération d’enlèvement de cataracte.
Pour la plupart des personnes, l’enlèvement immédiat de la cataracte n’est pas nécessaire car généralement elle n’endommage pas l’œil.
En retardant l’opération, la récupération de la vue sera plus difficile au moment où on décidera de subir l’intervention.
Si l’on choisit de ne pas subir l’intervention chirurgicale de la cataracte, l’ophtalmologue peut conseiller des contrôles périodiques pour observer l’évolution des cataractes.
La fréquence des contrôles est établie selon la situation personnelle.

 

Anesthésie pour l’intervention de cataracte

A nos jours il est possible d’effectuer l’intervention en anesthésie topique, à savoir quelques gouttes d’anesthésie est placées sur l’œil.
Quelques minutes après, le patient ne ressent pas de douleur.
Dans le cas d’anesthésie topique, le patient est en mesure de maintenir le contrôle des muscles des paupières et, une fois l’opération terminée, il ou elle peut fermer l’œil tout seul.
En cette manière l’application du bandage postopératoire n’est pas nécessaire.

 

 Quels sont les différents types de chirurgie de la cataracte ?

Il y a deux types différents d’intervention de cataracte. Le médecin peut éclaircir quelles sont les différences ainsi que contribuer à la choix de l’option adéquate pour le patient.

  1. Phacoémulsification sans suture. Le chirurgien réalise une petite incision au voisinage immédiat de la cornée (la surface transparente ayant une forme arrondie qui protège la partie antérieure de l’œil).
    Successivement une petite canule est inserée dans l’œil. Ce dispositif permet d’assouplir et fragmenter le cristallin au moyen des fréquences ultrasoniques, ainsi il est possible d’aspirer les fragments.
    Ensuite un cristallin artificiel est inseré à l’intérieur du sac cristallinien du patient.
    Aujourd’hui la plupart des opérations pour la cataracte sont réalisées par la phacoémulsification.
    La taille de l’incision est réduite et les points de suture ne sont pas nécessaires.
    La vue est complètement récupérée dans quelques jours.
  1. Intervention chirurgicale extracapsulaire.
    Le médecin réalise une incision de presque 1cm sur la cornée et enlève le noyau opaque du cristallin en effectuant une opération unique. L’aspiration enlève le reste du cristallin.
    Le cristallin naturel est souvent remplacé par un cristallin artificiel appelé cristallin intra-oculaire (LIO).
    Le LIO est un cristallin en plastique clair qui n’exige aucune courbure et qui devient une partie permanente de l’œil. La lumière est focalisée sur la rétine et la vue améliore.
    Le patient ne ressent ni voit pas le nouveau cristallin.
    Certaines personnes ne peuvent pas supporter l’implantation du LIO.
    Il est possible d’avoir une autre maladie oculaire ou des problèmes au cours de l’intervention chirurgicale.
    Souvent le médecin conseille à ce genre de patients des lentilles de contact souple ou des lunettes à grossissement élevé.
  1. Actuellement une technologie émergente est la chirurgie au laser femtoseconde qui ne prévoit aucune incision pour traiter la cataracte.
    Le laser émet des impulsions très denses en permettant d’agir seulement sur des tissus déterminés de manière précise.
    L’anesthésie est topique avec quelques gouttes de collyre.
    Le rayonnement laser ouvre le sac externe du cristallin et répartit la cataracte en quatre parties.
    A la fin de cette procédure, un cristallin artificiel est inséré en utilisant une sonde à ultrasons.
    La chirurgie au laser femtoseconde est aussi employée pour corriger l’astigmatisme, la myopie, l’hypermétropie et la presbytie.
    Les patients ne sont pas tous indiqués pour ce genre d’intervention, la pourcentage de patients opérables par rapport aux candidats est d’environ 60%.

 

Quels sont les risques de l’intervention chirurgicale pour la cataracte ?

Comme toute intevention chirurgicale comporte un risque, même l’intervention de la cataracte en comporte, comme par exemple des infections ou hémorragies.
Avant l’opération, le médecin peut demander l’interruption temporaire de l’utilisation de certains médicaments qui augmentent le risque de saignement au cours de l’intervention.
Après l’intervention chirurgicale il faut tenir l’œil bien nettoyé, se laver les mains et utiliser les médicaments prescrits afin de limiter les risques d’infection.
Une infection grave peut mener à la perte de la vue.
La chirurgie de la cataracte augmente légèrement le risque de décollement de la rétine.
D’autres troubles de l’œil, comme une myopie forte, peuvent encore augmenter le risque de décollement de la rétine à la suite de l’intervention pour la cataracte.
Un des signes liés au décollement de la rétine est une augmentation soudaine d’éclairs ou de corps flottants en avant de l’œil.
Les corps flottants sont des taches qui paraissent flotter dans le champ visuel.

Si une augmentation soudaine de myodésopsies ou éclairs est remarquée, il faut tout de suite consulter un ophtalmologue.
Un décollement de la rétine est une urgence médicale. Si nécessaire, il faut se rendre aux urgences  ou à l’hôpital.
L’œil doit être analysé au plus tôt par un chirurgien.
Un décollement de la rétine ne provoque pas de douleur aux yeux.
Souvent la thérapie anticipée pour le décollement de la rétine peut prévenir la perte permanente de la vue.
Il est plus probable de récupérer la vue en effectuant le plus rapidement possible une traitement.

 

L’opération de la cataracte, est-elle efficace ?

Opération cataracte,yeux,cristallin,opacification

 

L’enlèvement de la cataracte est une des opérations la plus fréquente.
Elle est aussi une des interventions la plus sûre et efficace.
Dans environ 90% des cas, les personnes qui recourent à l’intervention de la cataracte obtiennent une amélioration de la vue.

 

Qu’est-ce qui arrive avant l’intervention de cataracte ?

Une ou deux semaines avant l’intervention chirurgicale, le médecin effectue des tests.
Parmi ces tests il y a l’évaluation de la courbure cornéenne, de la dimension et de la forme de l’œil. Ces données concourent à la choix du médecin du cristallin artificiel adéquat.

Le patient ne devrait pas manger ou boire durant les 12 heures avant l’intervention chirurgicale.

 

Qu’est-ce qui arrive pendant l’intervention de cataracte ?

Une fois le patient est arrivé chez la clinique d’ophtalmologie ou l’hôpital, il est nécessaire de placer quelques gouttes dans l’œil pour dilater la pupille.
La zone autour de l’œil est lavée est nettoyé.
Généralement l’opération dure moins d’une heure et elle est presque indolore. Beaucoup de personnes choisissent de rester éveillées pendant l’intervention chirurgicale.
Dans le cas contraire il est possible d’utiliser une anesthésie ou une forme de sédation pour endormir le patient.
Si le patient reste éveillé, un anesthésique est injecté afin d’engourdir les nerfs à l’intérieur et autour de l’œil.

Après l’intervention, un sparadrap est placé sur l’œil.
Il est souhaitable de se reposer pour un peu de temps.
L’équipe médicale contrôle l’incision afin de vérifier si des complications se présentent, comme par exemple une hémorragie.
La plupart des personnes qui subissent l’intervention de cataracte sont autorisées à rentrer chez eux le jour même.
Il est nécessaire d’être accompagnés.

 

Qu’est-ce qui arrive après l’intervention ?

Des démangeaisons et une légère gêne sont des symptômes normaux après l’intervention de cataracte. Même de la perte de liquide est fréquente.
L’œil peut être sensible à la lumière (photophobie) et à la pression. Dans le cas de gêne le médecin peut conseiller une thérapie.
La légère gêne devrait disparaître dans un ou deux jours.
Le médecin peut prescrire un collyre à utiliser pendant quelques jours pour faciliter le rétablissement et réduire le risque d’infection.
Il est nécessaire demander au médecin comment utiliser le collyre, la fréquence d’utilisation ainsi que les effets.
Il faudra porter une protection pour l’œil ou des lunettes.
Il est souhaitable d’éviter des frottements ou des pressions sur l’œil.
Il est souhaitable de ne pas soulever des objets lourds.
Il est possible de marcher, faire l’escaliers et les ménages.
Dans la plupart des cas, le rétablissement a une durée de huit semaines (ou deux mois).
Le médecin planifie les examens nécessaires pour contrôler les progrès.

 

Des problèmes après l’intervention, peuvent-ils se manifester ?

Les problèmes après l’intervention sont rares, toutefois ils peuvent se présenter.
Ces problèmes comprennent des infections, hémorragies, inflammations (douleur, rougeur, gonflement), perte de la vue, vue dédoublée et pression intra-oculaire élevée.
Si le médecin intervient rapidement, ces problèmes peuvent être souvent résolus avec succès.
Parfois le tissu qui contient le LIO devient trouble et peut entraîner un obscurcissement de la vue.
Ce trouble est appelé cataracte secondaire.

La cataracte secondaire peut se développer quelques mois ou quelques années après l’intervention de la cataracte.
Ce trouble est traité au moyen d’un laser. Le médecin réalise un petit trou dans le tissu de l’œil qui se trouve derrière le cristallin.
Cette procédure ambulatoire est appelée capsulotomie au laser Yag.
Elle est indolore et rarement elle provoque une augmentation de la pression intra-oculaire ou d’autres problèmes aux yeux.
À titre de précaution, le médecin peut placer du collyre afin de baisser la pression de l’œil, avant ou après la procédure.

 

Quand la vue retourne-elle à la normale ?

Il est possible de reprendre normalement les activités quotidiennes, mais la vue peut être floue.
La guérison complète de l’œil nécessite du temps pour une focalisation correcte.
Il faut demander au médecin quand il est possible de conduire à nouveau.
Lorsque le cristallin artificiel est inséré, les couleurs apparaissent très lumineuses.
Le cristallin inséré est clair, par rapport au cristallin naturel qui peut avoir une couleur jaunâtre/brunâtre.
Dans quelques mois de l’implantation de nouveau cristallin, le patient s’habitue à une vision meilleure des couleurs.
De plus, lorsque l’œil est guéri il pourrait s’avérer nécessaire de porter de nouvelles lunettes ou lentilles de contact.

 

Que peut-on faire dans le cas où une perte de la vue se vérifie après l’intervention ?

Dans le cas de perte de la vue après l’intervention de cataracte, il faut demander à l’ophtalmologue quels sont les dispositifs ou les services adéquats pour récupérer la plupart de la vue conservée.

 

Récupération après l’intervention chirurgicale de cataracte et résultats

Afin de mieux comprendre la progression concernant la récupération postopératoire, il faut d’abord considérer que l’opération de cataracte est une des opérations les plus sûres et les plus fréquentes dans le monde occidental.
Les statistiques concernant les résultats de l’intervention de cataracte se basent sur une analyse globale de 90 études conduits entre 1979 et 1991.
Ces données montrent qu’une pourcentage élevée de personnes obtiennent de bons résultats.
En outre, les technologies ainsi que les cristallins intra-oculaires employés pour l’intervention de cataracte ont beaucoup améliorés pendant le dernier décennie.

Les études récents montrent que :
Environ 96% des yeux n’ayant pas d’autres troubles avant une opération de cataracte (par exemple d’autres maladies oculaires) obtiennent une acuité visuelle à distance d’au moins 10/20, ce qui suffit pour conduire sans lunettes ou lentilles de contact.
Dans tous les types d’œil, y compris les yeux atteints des pathologies oculaires préexistantes diverses de la cataracte, environ 90% des patients ont obtenu de bons résultats.
Moins de 2% des yeux ont eu des complications dangereuses pour la vue liées à la chirurgie de la cataracte.

Dans des cas rares, à la suite d’une intervention chirurgicale de cataracte, des complications dangereuses pour la vue se vérifient, comme par exemple une infection globale de l’œil connue avec le nom de endophtalmie.
Souvent les personnes ayant des complications graves sont atteintes d’autres maladies comme le diabète ou l’hypertension artérielle.
L’opacification capsulaire postérieure est une des complications la plus fréquente à la suite de l’intervention de la cataracte. Elle peut provoquer une visione trouble pendant plusieures semaines ou plusieurs mois après l’enlèvement de la cataracte.
Une procédure simple au laser appelée capsulotomie postérieure peut rétablir une vision nette.

 

Est-il possible de prévenir la cataracte ?

Comme la cause de la cataracte est incertaine, il n’existe aucune méthode bien rodée pour la prévenir.
La cataracte, et d’autres pathologies comme le glaucome, surviennent fréquemment chez les personnes âgées, et donc il est important d’examiner regulièrement les yeux.
Cette vérification s’avère particulièrement importante dans le cas où il y a des facteurs de risque ou des antécédents familiaux concernant des troubles aux yeux.
Les adultes devraient se rendre chez un ophtalmologue au moins tous les deux ans et chaque année après 50 ans.
Les personnes ayant une histoire clinique de problèmes aux yeux ou d’autres maladies qui augmentent les risques de troubles oculaires (comme le diabète) pourraient nécessiter de consulter davantage l’ophtalmologue.
Il faut demander au médecin s’il y a des signes ou des facteurs de risque de cataracte ou d’autres maladies qui peuvent influencer la vue.