Daltonisme aux yeux

Le daltonisme signifie avoir des problèmes à voir le rouge, le vert, le bleu ou une combinaison de ces couleurs.

Il est rare qu’une personne ne voit aucune couleur.

Les daltoniens ne perçoivent pas les couleurs, c’est une maladie héréditaire affectant plus généralement les hommes que les femmes.
L’absence de couleur rouge-vert est la forme la plus courante de daltonisme.
Il est rare qu’une personne puisse hériter d’un gène qui réduit la capacité à voir les nuances de bleu et de jaune.
Cette carence de perception de la couleur jaune ou bleu affecte habituellement les hommes et les femmes de la même manière.

Il y a également des personnes atteintes de daltonisme total appelé achromatopsie ou monochromatisme.
Les personnes affectées par ce trouble n’ont qu’un seul type de récepteur de la couleur : les cônes.

Les policiers, les pompiers ainsi que les pilotes de ligne sont parmi les professions exigeant la perception normale des couleurs.

 

Types de daltonisme

Les termes utilisés pour indiquer les déficiences de perception de la couleur sont :

  1. Protanopie pour l’incapacité à voir le rouge,
  2. Protanomalie pour la faible sensibilité au rouge,
  3. Deutéranopie pour l’incapacité à voir le vert,
  4. Deutéranomalie pour la faible sensibilité au vert,
  5. Tritanopie pour l’incapacité à voir le bleu,
  6. Tritanomalie pour la faible sensibilité au bleu.

Protanomalie (la fréquence est d’un homme sur 100) :
La protanomalie est la difficulté à voir le rouge.
Le rouge apparaît avec une couleur tout à fait différente, tendant au vert.
Tout semble plus clair que ce que voit un observateur normal. La composante de rouge qu’un observateur normal voit dans le violet ou la couleur lavande est affaiblie pour le sujet atteint de protanomalie qui peut ne pas être en mesure de la percevoir et ne voit donc que la composante bleu.
Le plus grand danger est lors de la conduite car un individu affecté par ce type de daltonisme peut ne pas distinguer un feu jaune d’un feu rouge en condition de brouillard intense, de plein soleil ou d’autres situations éblouissantes.

Deutéranomalie (la fréquence est de cinq hommes sur 100) :
La personne atteinte de deutéranomalie éprouve des difficultés à voir le vert et à discriminer de petites différences dans les nuances du spectre de rouge, orange, jaune ou vert.
Le daltonien atteint de deutéranomalie voit ces couleurs tendre un peu vers le rouge.
Une différence très importante parmi les individus atteints de deutéranomalie et protanomalie est que les premiers n’ont pas le problème de la perte de luminosité.

Protanopie, deutéranopie et tritanopie sont des types de dyschromatopsie, c’est-à-dire qu’il n’y a que deux récepteurs différents (cônes) pour les couleurs par rapport aux trois récepteurs des personnes ayant une perception normale de la couleur.

Protanopie (la fréquence est d’un homme sur 100) :
Les protanopes sont incapables de percevoir la couleur rouge. Ce défaut peut être si prononcé que le rouge peut être confondu avec le noir ou le gris foncé et donc, les feux rouges peuvent sembler éteints.
On peut apprendre à distinguer les couleurs rouges, jaunes et vertes, principalement sur la base de leur luminosité apparente, mais pas sur d’éventuelles différences de tonalité perceptibles.
Les différences de nuances de bleu contenues dans le violet et la couleur lavande sont indiscernables car les nunces de la composante rouge sont nécessaires pour les distinguer et celle-ci est tellement sombre qu’elle devient invisible.
Par exemple, les fleurs rose qui reflètent à la fois la lumière rouge et la lumière bleu, peuvent sembler seulement bleues pour les personnes souffrant de protanopie.

Deutéranopie (un homme sur 100) :
Les personnes atteintes de deutéranopie souffrent des mêmes problèmes de discrimination des nuances de couleurs que les protanopes, mais pour le vert.
Les cônes sensibles à la longueur d’onde du vert sont absents et ce type de sujet daltonien est en mesure de ne voir que deux couleurs au lieu de sept.

 

L’héritage du daltonisme rouge-vert

La forme la plus fréquente de daltonisme (rouge-vert) est provoquée par un gène récessif qui se trouve sur le chromosome X.
La mère a une paire de chromosomes X alors que le père a un chromosomes X et un chromosome Y.
Au niveau génétique, la mère et le père contribuent aux chromosomes déterminant le sexe de l’enfant.
Lorsque un chromosome X se joint à un autre X, un couple XX de chromosomes se forme et l’enfant sera une fille. Si le chromosome X se joint au chromosome Y, l’enfant sera un garçon.

Si l’enfant est daltonien, la cause est un gène récessif contenu seulement dans le chromosome X (comme dans le cas de l’hémophilie).
Pour avoir ce défaut, la mère doit être porteuse du gène ou bien doit être affectée de faible sensibilité à la couleur.
Les pères ayant cette forme héréditaire de daltonisme rouge-vert transmettent le gène du chromosome X aux filles, mais pas aux garçons, car un garçon ne peut pas recevoir le chromosome X de son père.

Une fille qui hérite du gène du daltonisme est rarement atteinte par le trouble car le gène responsable du daltonisme est récessif, c’est-à-dire que si un des deux gènes transmis par ses parents est sain, elle ne sera pas affectée par le daltonisme.
Une fille qui hérite du gène du daltonisme de son père ne sera donc que porteuse de gène, c’est-à-dire simplement un vecteur de transmission sans être affectée, sauf si sa mère lui transmet également le gène avec le même défaut.
Si au moins un chromosome X est normal, une fille n’est donc pas daltonienne.
Par contre, si une fille hérite de la caractéristique liée au chromosome X par son père et par sa mère, elle sera daltonienne ainsi que vecteur de transmission.

Chaque fois qu’une mère transmet cette caractéristique à son fils, il hérite de l’absence de perception de la couleur et n’arrive pas à distinguer le vert du rouge.
Une fille peut être un vecteur mais elle a cette forme de daltonisme uniquement si le père et la mère transmettent tous les deux le gène X avec le daltonisme.
C’est la raison pour laquelle il existe plus d’hommes daltoniens que de femmes daltoniennes.

Si une femme est daltonienne rouge-vert, tous ses fils seront daltoniens.

 

Quelles sont les causes du daltonisme ?

La plupart des problèmes de daltonisme sont hérités (génétiques) et sont présent dès la naissance.
Les personnes ont généralement trois types de cellules de type cône dans l’œil.
Chaque type perçoit une tonalité de lumière différente : rouge, vert ou bleu.
La couleur est perceptible lorsque les cellules cône perçoivent ces trois couleurs de base.
La plupart des cellules cône se trouvent dans la macula, la partie centrale de la rétine.
Le daltonisme héréditaire se produit lorsqu’il n’y a pas ce type de cellules cône ou qu’elles ne fonctionnent pas correctement.
Il n’est alors pas possible de voir une de ces trois couleurs de base ou bien on voit la couleur une nuance différente ou d’une couleur différente.
Ce type de problème concernant la perception de la couleur ne change pas avec le temps.
Un problème de perception de la couleur n’est pas toujours hérité. Dans certains cas, une personne peut avoir un problème de sensibilité à la couleur acquis.

Les causes du daltonisme acquis peuvent être :

  1. Vieillissement.
  2. Problèmes aux yeux, tels que le glaucome, la dégénérescence maculaire, la cataracte ou la rétinopathie diabétique.
  3. Traumatisme ou lésion à l’œil.
  4. Effets secondaires de certains médicaments.

 

Quels sont les symptômes du daltonisme ?

Parmi les symptômes du daltonisme figurent :

  • On peut voir certaines couleurs mais d’autres.
    On peut, par exemple, ne pas être en mesure de percevoir la différence entre le rouge et le vert, mais on voit le bleu et le jaune.
  • On peut voir beaucoup de couleurs et donc, il se peut qu’on ne comprenne pas quelle est la couleur différente des autres.
  • On ne peut voir que certaines nuances de couleurs, alors que la plupart des personnes peuvent voir des milliers de nuances.
  • Dans de rares cas, on ne peut voir que le noir, le blanc et le gris.

 

Diagnostic du daltonisme

Daltonisme,cônes,bâtonnets,identification

Les tests les plus souvent utilisés pour le daltonisme sont :

  1. Planches pseudoisochromatiques d’Ishihara,
  2. Test de Fansworth,
  3. Anomaloscopie.

Seule une série complète de tests pour le daltonisme est en mesure de depister le type réel ainsi que la gravité du trouble.

Les planches d’Ishihara sont généralement utilisées pour la détection du daltonisme et des achromatopsies.
Le test d’Ishihara est un recueil de planches avec des images formées de points de couleurs différentes mais de la même luminosité.
Le patient doit regarder les images et comprendre quels sont les chiffres dessinés.
Il s’agit de 38 planches où l’on doit reconnaître des chiffres, suivre des chemins avec un crayon (pour les enfants) ou bien des planches de confusion montrant des chiffres uniquement aux daltoniens.

La première image a le chiffre 12, mais c’est un exemple utilisé pour expliquer le test au patient car le chiffre est perceptible par tous.
De la planche 2 à la planche 17, les patients ne peuvent pas correctement lire les chiffres s’ils ont des problèmes avec les couleurs de l’axe rouge/vert.
Dans les images des planches 18 à 21, il n’y a pas de chiffres, mais un sujet ayant une déficience rouge/vert voit des chiffres.
Les planches 22 à 25 permettent de comprendre quelle est la couleur qu’on ne peut pas percevoir et donc, le type de trouble (protanopie, deutéranopie selon que la déficience soit pour le rouge ou pour le vert).

Le patient doit effectuer le test à une distance de 30 à 40 cm des images avec un éclairage adéquat.
Le test peut être effectué avec un seul œil ou les deux yeux.
Les défauts congénitaux se trouvent toujours aux deux yeux.
Les défauts acquis (par exemple la dystrophie des cônes) peuvent concerner un œil seulement.

 

Traitement du daltonisme

Il n’existe aucun traitement définitif pour le daltonisme.
Des verres colorés ou des lunettes peuvent améliorer la discrimination des couleurs dans le spectre problématique, mais ne peuvent pas rétablir la perception normale des couleurs.

Certaines stratégies peuvent améliorer la fonctionnalité de la perception des couleurs.
La plupart des personnes sont en mesure de s’adapter au daltonisme sans trop de problèmes.
Malheureusement, certaines professions, telles que dessinateur publicitaire et des travaux impliquant la gestion de câbles électriques de différentes couleurs dépendent de la perception de la couleur.
Certaines personnes utilisent des verres spéciaux pour améliorer la perception de la couleur. Il s’agit de filtres disponibles sous forme de lentilles de contact ou sous forme de lunettes.
Ces types de verres sont disponibles chez un nombre limité d’ophtalmologistes aux États-Unis et dans d’autres pays.

Si votre ophtalmologiste régulier ne gère pas ce type de verres, demandez à votre médecin l’adresse d’un spécialiste.
On peut également apprendre quelques façons de contourner le daltonisme. Par exemple, on peut organiser l’étiquetage des vêtements afin d’éviter de mauvaises combinaisons de couleur. (Demander de l’aide à des amis ou à de la famille).
On peut mémoriser certains éléments au lieu de mémoriser les couleurs.
Un exemple consiste à penser que la lumière rouge est dans la partie supérieure du feu tricolore, tandis que la lumière verte est dans la partie inférieure.
De nouvelles applications pour les dispositifs Android et Apple peuvent aider à identifier la couleur.