Cancer de l’estomac

Les tumeurs bénignes de l’estomac et du duodénum ne sont pas fréquents et il constituent seulement 5-10% de toutes les tumeurs de l’estomac et 10-20% de toutes les tumeurs duodénales.

Même si ces masses sont bénignes, dans certains cas elles peuvent devenir malignes. La plupart des cas se produisent chez les personnes âgées et chez les personnes après les 55 ans.
Si le cancer de l’estomac est diagnostiqué dans une phase précoce, il y a une bonne possibilité de guérir.

Cancer de l’estomac, tumeur, douleur
© lom123 – Fotolia.com

Si le cancer est au troisième et quatrième ou au dernier stade (il a grandi et il s’est diffusé dans le corps) le traitement a généralement moins de possibilités de guérir le cancer. Toutefois, le traitement peut ralentir l’avancement du cancer.
L’incidence et la mortalité causées du cancer de l’estomac se sont réduites pendant les derniers 50 ans, environ de 1% par année.

 

Types de cancers de l’estomac

Il y a de différents types de cancer de l’estomac, parmi lesquels :

  • Adénocarcinome gastrique – 90/95 % de tous les cancers de l’estomac sont de ce type. Le cancer se développe à partir des cellules qui constituent la muqueuse, la paroi la plus interne de l’estomac.
  • Lymphome de l’estomac – représente 4% des tumeurs de l’estomac. Les cellules cancéreuses qui se sont formées dans le tissu immunitaire (tissu lymphatique), se trouvent parfois dans la paroi de l’estomac. Le tissu lymphatique draine le fluide et aide à combattre les infections.
  • Tumeur stromale gastro-intestinale (GIST) -Ce sont les tumeurs rares qui se forment dans le muscle ou dans le tissu connectif de la paroi de l’estomac (cellules de Cajal). Certains tumeurs peuvent être bénignes (non cancérigènes). Le GIST peut se trouver aussi dans d’autres parties du tube digestif.
  • Tumeurs neuroendocrines – les cellules cancérigènes se recueillent et forment des tumeurs dans les cellules qui produisent les hormones, généralement dans le tractus digestif (dont l’estomac est une partie). Ce type de cancer de l’estomac est rare ; le plus fréquent est la tumeur cancérigène.
  • D’autres types de cancer très rares de l’estomac sont : carcinome à cellules squameuses, carcinome à petites cellules et léïomyosarcome.

 

Comment se manifeste -t- il ? Symptômes du cancer de l’estomac

Il y a plusieurs symptômes de cancer de l’estomac. Toutefois, ces symptômes sont similaires à ceux d’autres maladies moins graves comme un ulcère peptique, donc le cancer de l’estomac peut être parfois difficile à reconnaître.
Pour cette raison, le diagnostic arrive souvent quand il est déjà dans un stade avancé.
Parmi les premiers symptômes de cancer de l’estomac il y a:

  • Indigestion persistante
  • Air piégé et éructation fréquente
  • Brûlures d’estomac
  • Bouche amère
  • Sensation de satiété qui arrive très tôt quand on mange
  • Sensation de gonflement après avoir mangé
  • Douleur à l’estomac ou douleur dans la partie supérieure de l’abdomen
  • Difficulté dans la déglutition (dysphagie)
  • Un mal-être
  • Vomissement (on peut vomir du sang)

 

Symptômes de cancer de l’estomac qui doivent alarmer

Il est important de contrôler d’éventuels symptômes du cancer de l’estomac le plus tôt possible. Le département de la santé a identifié une série de symptômes et de signes d’alarme chez certaines personnes qui ont un majeur risque de cancer de l’estomac. On devrait voir le médecin le plus vite possible si ces symptômes d’alarme se produisent :

  • Difficulté dans la déglutition
  • Problèmes de digestion avec un amaigrissement, un mal être ou l’anémie (une réduction des globules rouges qui peut faire sentir fatigué et avec le souffle coupé).
  • Les personnes qui ont plus de 55 ans et qui ont toujours des difficultés à digérer.
  • On a une indigestion et un des éléments suivants dans ses antécédents :
  1. Une histoire familière de cancer de l’estomac
  2. Des interventions précédentes pour des ulcères à l’estomac
  3. L’oesophage de Barrett – une situation dans laquelle les cellules anormales se développent sur la paroi interne de l’œsophage.
  4. L’anémie pernicieuse – Une maladie où l’estomac est à même d’absorber la vitamine “B 12” de la nourriture
  5. La dysplasie – c’est une formation anormale de cellules qui ne sont pas effectivement cancéreuses mais qui pourraient devenir cancéreuses dans le futur.
  6. La gastrite – l’ inflammation de la paroi interne de l’estomac
  7. L’ictère -les yeux et la peau deviennent jaunes.
  8. Une considérable masse gonflé dans l’abdomen supérieur se développe.

 

Cancer avancé de l’estomac 

Les symptômes du cancer de l’estomac dans un stade avancé sont :
–   Du sang dans les selles ou les selles noires
–   De la perte de poids
–   La perte d’appétit
–   De la fièvre
–   De la fatigue
–   Une accumulation de liquide dans l’estomac
–   L’anémie

 

Causes du cancer de l’estomac

Facteurs de risque
Quand le médecin diagnostique le cancer de l’estomac, il est naturel de se demander ce qui peut avoir provoqué la maladie. Par contre personne ne connaît les causes exactes du cancer de l’estomac. Les médecins savent rarement pourquoi une personne développe le cancer de l’estomac tandis qu’une autre ne le développe pas. Les études ont trouvé pour le cancer de l’estomac les facteurs de risque qui suivent :

  • Infection de Helicobacter pylori.
    pylori est une bactérie qui infecte souvent le tunique interne (muqueuse) de l’estomac. L’infection de H. pylori peut provoquer l’inflammation de l’estomac et des ulcères gastriques. Il augmente aussi le risque de cancer de l’estomac, par contre seulement un petit nombre des personnes infectés en tombent malade. Dans ce cas, il peut se produire chez les jeunes ou pendant la grossesse.
  • Inflammation de l’estomac chronique.
    Les personnes qui ont une inflammation de l’estomac pendant un temps prolongé (comme l’anémie pernicieuse ou la gastrite chronique) ont un risque majeur de cancer de l’estomac. De plus, les personnes auxquelles on a enlevé une partie de l’estomac ont un risque majeur d’avoir le cancer de l’estomac plusieurs années après l’opération.
  • Le tabagisme.
    Les fumeurs ont plus de possibilités de développer le cancer de l’estomac par rapport à ceux qui ne fument pas. Les personnes qui fument beaucoup sont plus à risque.
  • Hérédité
    Les parents proches (parents, frères, soeurs ou enfants) d’une personne avec le cancer de l’estomac ont plus de possibilités de développer la maladie. Si les relatifs proches ont une histoire de cancer de l’estomac, le risque est encore majeur.
  • Un une mauvaise alimentation, une manque d’activité physique ou l’obésité.
    Les études suggèrent que les personnes qui ont une alimentation riche en aliments fumés, salés ou en saumure ont un risque majeur de tomber malades de cancer de l’estomac. Au contraire, les personnes qui ont une alimentation riche en fruits et en légumes frais peuvent avoir un risque mineur d’être frappés par cette maladie. Le manque d’activité physique peut augmenter le risque de cancer de l’estomac. En outre, les personnes obèses peuvent avoir plus de risques de cancer dans la partie supérieure de l’estomac.

La plupart des personnes avec ces facteurs de risque ne développent pas de cancer de l’estomac. Par exemple beaucoup de personnes avec une infection de H. pylori ne développeront jamais le cancer. En revanche, les personnes qui développent la maladie parfois n’ont aucun facteur de risque connu.

 

cancer de l’estomac, douleur, tumeur
Eraxion – bigstockphoto.com

Diagnostic de cancer de l’estomac

Le cancer de l’estomac est généralement diagnostiqué avec une série d’examens, parmi lesquels :

  • Une gastroscopie – le médecin passe un tube fin et flexible à travers la gorge pour voir dans l’estomac, dans l’œsophage et dans la partie supérieure de l’intestin.
  • Une biopsie – le médecin enlève une petite partie du tissu de l’estomac pendant une endoscopie et la regarde au microscope.
  • Une radiographie avec le baryum – Le baryum liquide se voit sur l’écran pendant qu’on fait une radiographie de l’estomac et de l’appareil digestif. Cet examen peut révéler des anomalies dans l’estomac.
  • Une échographie – un dispositif utilise des ultrasons pour créer une image de l’estomac.
  • Les analyses du sang – Ces analyses comprennent le test de l’antigène carcino-embryonnaire (ACE). ACE est produit dans des quantités élevés par certaines cellules tumorales. Cela se passe chez environ la moitié des patients avec le cancer de l’estomac.

Dans le cas de diagnostic de cancer de l’estomac, des autres tests pourraient être nécessaires pour voire si le cancer s’est diffusé. Ces test peuvent être :

  • La tomodensitométrie (TDM) – un radiographie spéciale faite par de différents points de vue pour construire une image tridimensionnelle du corps. On peut injecter un colorant pour mettre en évidence les organes internes.
  • La résonance magnétique nucléaire (RMN) – C’est similaire à la TDM, on utilise un puissant magnéto et le champ magnétique à la place des rayons X pour construire des images tridimensionnelles du corps.
  • Tomographie par émission de positons (TEP) – le médecin fait un injection avec une solution de glucose contenant une petite quantité de matériel radioactif. Le scanner peut «voir» la substance radioactive. Les cellules cancérigènes sont vues comme des «points chauds» (zone où le glucose à été pris)

Classification TNM
Les patients avec le cancer gastrique devraient se soumettre à un examen pour classifier le stade du cancer avant de s’opérer, afin de décider le traitement le meilleur. La diffusion peut être locale, lymphatique, hématique ou elle peut traverser la cavité péritonéale, par exemple elle peut arriver aux ovaires (tumeur de Krukenberg). Les métastases se forment plus fréquemment dans le foie, dans les os, dans les poumons et moins fréquemment dans le cerveau. L’évaluation et la classification du stade initiale devraient inclure une TDM du thorax et de l’abdomen pour déterminer la présence ou l’absence de métastases. En absence de métastases, l’évaluation pour voir si cela est opérable, se fait préférablement avec une échographie endoscopique.
Les examens possibles pour la classification du stade de la tumeur sont la radiographie de l’abdomen, la résonance magnétique, la bronchoscopie et la coelioscopie.
Tumeur, noeud et classification du stade des métastases (TNM)
TX, NX, ou MX indique “ne pas évalué”
To – il n’y a aucune évidence de tumeur primaire
TIs – carcinome in situ (dans un tissu épithélial)
T1 – il envahit la lame basale ou sous la muqueuse
T2 – il envahit la muqueuse musculaire ou sous-séreuse
T3 – il pénètre le péritoine viscéral mais pas les structures voisines
T4 – il envahit les structures voisines (rate, colon etc.)
No – il n’ y a aucune métastase LN.
N1 – 1-6 ganglions lymphatiques positifs
N2 – 7-15 ganglions lymphatiques positifs
N3 – plus de 15 ganglions lymphatiques positifs
Mo – aucune métastase distante
M1 – Métastase distante, dans les ganglions méséntériques, rétropéritoneaux ou plus distantes.

 

Quelles sont les options de traitement pour le cancer de l’estomac ?

Les options de traitement sont: la chirurgie, la chimiothérapie et parfois la radiothérapie. Le traitement conseillé pour chaque cas dépend de différents facteurs, comme le stade du cancer (la dimension ou la diffusion) et la santé en générale.
Il est important de se nourrir assez et il faut voir un diététicien pour suivre le meilleur régime possible. On devrait parler avec un spécialiste qui connaît le cas. Le médecin peut expliquer les aspects positifs et négatifs, le taux de probabilité de succès, les possibles effets secondaires et d’autres détails sur les options de traitement possibles pour ce type de cancer.
En outre il faudrait parler avec le spécialiste à propos des objectifs du traitement.
Par exemple:
Certains types de cancer de l’estomac peuvent être soignés, spécialement s’ils sont traités dans les premières phases de la maladie.
Le traitement peut avoir comme objectif de contrôler le cancer. Si aucun soin n’est possible, avec le traitement on peut limiter la croissance ou la diffusion du cancer, de cette façon il avance moins rapidement. Cela peut faire régresser les symptômes pendant un peu de temps.
Le traitement peut avoir comme objectif de soulager les symptômes. Si aucun soin n’est possible, on peut faire des traitements pour réduire les dimensions du cancer. De cette façon on peut soulager les symptômes comme la douleur. Si une tumeur est avancée on peut faire des traitements avec des compléments alimentaires, des antalgiques et d’autres techniques pour la douleur ou pour les autres symptômes.

 

Quand est-ce qu’il faut opérer ? L’intervention chirurgicale.

L’enlèvement de la tumeur peut être résolutif si le cancer est dans un stade précoce. L’opération la plus fréquente consiste à couper la partie intéressée de l’estomac. Parfois on enlève complètement l’estomac. Cette opération chirurgicale peut être faite à travers la coelioscopie. Même si le cancer est avancé et aucun soin n’est possible, certaines techniques chirurgicales peuvent être utiles pour soulager les symptômes. Par exemple, un blocage peut être soulagé en enlevant une partie de l’estomac, à travers la chirurgie laser ou avec une opération de bypass.

Chimiothérapie
La chimiothérapie est une thérapie pour le cancer qu’on fait avec des médicaments anti-cancer qui tuent les cellules tumorales et qui leur empêchent de se multiplier, même si ce traitement cause beaucoup d’effets secondaires parmi lesquels la diarrhée, une réduction des valeurs des globules rouges et blanches et des thrombocytes, la perte des cheveux et de la fatigue. Quand la chimiothérapie est effectuée avec la chirurgie, on parle de chimiothérapie adjuvante. Par exemple, après l’intervention chirurgicale on peut effectuer un cycle de chimiothérapie. Cette procédure vise à tuer toutes les cellules tumorales qui peuvent se diffuser de la tumeur primaire. La chimiothérapie adjuvante est effectué parfois avant la chirurgie pour rassembler une grande tumeur afin de rendre l’intervention chirurgicale plus simple. Le chirurgien peut conseiller cette thérapie si le cancer ne peut pas être opéré.

Radiothérapie
La radiothérapie est un traitement qui tire des radiations à haute énergie sur le tissu cancéreux, en les concentrant seulement sur ce point spécifique. De cette façon on tue les cellules tumorales ou on en bloque leur multiplication. La radiothérapie n’est pas effectué fréquemment pour traiter le cancer de l’estomac. Elle est utilisée parfois pour réduire les dimensions d’une partie du cancer qui est en train de causer des symptômes.

Chimiothérapie et radiothérapie
Dans certains cas on effectue avec l’intervention chirurgicale une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie.

 

Quel est le pronostic ? Quel est le pourcentage de survie et l’espérance de vie ?

Sans aucun traitement, le cancer de l’estomac peut grandir et il peut se diffuser dans d’autres parties du corps. Si on fait le diagnostic et on le traite de façon précoce (avant qu’il grandit en dehors de la paroi de l’estomac ou qu’il se diffuse aux ganglions lymphatiques et dans d’autres zones du corps), il y a une bonne possibilité de régression avec un opération chirurgicale. Malheureusement, la plupart des cas ne sont pas diagnostiqués dans une phase précoce.
Si le cancer est diagnostiqué quand il se développe à travers la paroi de l’estomac, ou il se diffuse dans d’autres parties du corps, il est peu probable qu’on peut guérir (phase terminale).
Toutefois, le traitement peut souvent ralentir la progression du cancer en utilisant des médicaments de la chimiothérapie.
Si le cancer est limité à la sous-muqueuse de l’estomac et qu’ il n’a pas fait de métastases, la survie à 5 ans est de 90%. Dans le cas de cancer gastrique à un stade avancé, la survie à 5 ans descend environ à 25% .

 

Prévention du cancer de l’estomac, est-elle possible ? 

La réponse peut être oui et non.

En partie «Non»
Les experts ne savent pas exactement ce qui cause le cancer de l’estomac, il n’y a pas de vaccins pour se protéger, donc il n’y a pas de moyens surs pour le prévenir.

En partie «Oui»
Parmi les soins alternatifs pour réduire le risque de développer la maladie, il y a une alimentation saine. Fruits et légumes – les personnes qui mangent beaucoup de fruits et des légumes ont moins de probabilité de développer le cancer de l’estomac par rapport aux autres.
Nourriture salée et fumée – éviter la nourriture salée et fumée quand cela est possible.
Fumée – si on ne fume pas la probabilité de cancer de l’estomac se réduit.
Vérifier avec le médecin – demander au médecin si une maladie peut augmenter le risque de développer le cancer de l’estomac. Il serait préférable de prendre en considération un dépistage périodique.