Toxine botulique et botulisme

Le botulisme est une maladie musculaire paralysante provoquée par la toxine d’une bactérie appelée Clostridium botulinum.
Il s’agit d’une bactérie qui produit des spores qui résistent à la chaleur.
Les spores prolifèrent en l’absence d’oxygène, elles se développent et ensuite elles expulsent les toxines.

On ingère les toxines de Clostridium botulinum en mangeant les aliments transformés de manière impropre où les bactéries ou les spores survivent et produisent des toxines.

Il y a trois types principaux de botulisme :

  1. Le botulisme alimentaire se produit quand une personne ingère la toxine préformée qui va provoquer la maladie en quelques heures ou en quelques jours.
    L’intoxication de Clostridium botulinum provoquée par les aliments est dangereuse pour la santé publique, car la nourriture contaminée peut être mangée par d’autres personnes à part le patient.
  2. Le botulisme infantile se manifeste chez un petit nombre d’enfants sensibles qui ont la bactérie de Clostridium botulinum dans leur tractus intestinal.
    Ces bactéries sont généralement inoffensives chez les adultes et les enfants plus grands, car un système digestif plus maturé peut éliminer les spores du corps avant qu’elles ne puissent provoquer de dommages.
    Les enfants plus petits n’ont pas encore développé la capacité de gérer les spores. Une fois que l’enfant les ingères, les bactéries germent, se multiplient et produisent une toxine.
    La toxine interfère avec l’interaction normale entre les nerfs et les muscles et cela peut entraver la capacité d’un enfant de bouger, de manger et de respirer.
  3. Le botulisme par blessure se produit quand les blessures s’infectent par le Clostridium botulinum qui sécrète la toxine.
    La cause peut provenir de l’injection de drogue (héroïne) contaminée par les bactéries.

Période d’incubation :

  1. Botulisme alimentaire : enfants et adultes – généralement de 12 à 36 heures, mais il peut survenir à partir de quelques heures jusqu’à 8 jours.
  2. Botulisme par blessure : de 4 à 18 jours.

 

Comment se répand le Clostridium botulinum ?

Le Clostridium botulinum est provoquée par des bactéries qui ont produit la toxine dans une blessure ou dans les aliments. Il ne se transmet pas de personne à personne.

 

Symptômes de botulisme chez les adultes 

Les symptômes incluent :

  • bouche sèche ;
  • nausée ;
  • vomissements ;
  • difficulté à déglutir ;
  • difficulté à parler ;
  • troubles visuels, comme la vision double ;
  • ptosis (abaissement de la paupière) ;
  • faiblesse croissante jusqu’à la paralysie ;
  • dans le botulisme on parle de paralysie flasque descendante, car elle a origine dans les muscles du cou et descend jusqu’aux muscles du visage, de la déglutition et de la respiration, en arrivant jusqu’aux pieds ;
  • difficultés respiratoires.

Symptômes de botulisme chez les nouveau-nés

  • Constipation ;
  • succion et alimentation insuffisante ;
  • pleur faible ;
  • mouvements réduits des membres ;
  • incapacité à contrôler les mouvements de la tête ;
  • faiblesse croissante ;
  • paralysie ;
  • difficultés respiratoires.

Symptômes de botulisme par blessure
La plupart des personnes qui développent le botulisme par blessure s’injectent des médicaments plusieurs fois par jour, il est donc difficile d’établir combien de temps il faut afin de développer les signes et les symptômes après que la toxine soit entrée dans le corps.
Parmi les signes et les symptômes il y a :

  • difficulté à déglutir ou à parler ;
  • faiblesse faciale des deux côtés du visage ;
  • vision trouble ou double ;
  • chute de paupières ;
  • problèmes de respiration ;
  • paralysie.

 

Cause de botulisme alimentaire

Le Clostridium botulinum est une bactérie anaérobie, c’est-à-dire qu’elle peut se développer seulement en l’absence d’oxygène. Le botulisme alimentaire se produit quand le Clostridium botulinum se développe et produit de toxines dans les aliments avant de les consommer.
Cette bactérie produit des spores qui sont présentes dans l’environnement, même dans l’eau, le sol, les fleuves et la mer.
La prolifération de bactéries et la formation de la toxine se produisent dans les substances pauvres en oxygène et avec des combinaisons de température et de pH.
Cela se produit plus souvent dans les aliments conservés qui ne sont pas traités de manière adéquate, mis en boîte ou en bouteille à la maison.
Le Clostridium botulinum ne se développe pas dans des milieux très acides (pH inférieur à 4,6) et par conséquent la toxine ne se produit pas dans les aliments acides.
Toutefois un pH bas ne dégrade pas les toxines préformées.
Pour prévenir le développement des bactéries ou la formation de la toxine, on utilise des combinaisons de :

  • cuisson,
  • basse température,
  • contenu en sel,
  • contenu en sucre (au moins 50 % de l’aliment),
  • pH.

La toxine de Clostridium botulinum se trouve dans différents aliments, parmi lesquels il y a les légumes verts conservés à acidité réduite, les haricots verts, les épinards, les champignons et la betterave, le poisson (en particulier le thon en boîte), les aliments fermentés, le poisson salé et fumé, la viande comme le jambon et la saucisse.
Les aliments impliqués diffèrent d’un pays à l’autre et ils reflètent les habitudes alimentaires locales et les procédés de conservation de la nourriture. La nourriture préparée de manière commerciale est rarement impliquée.

Les conserves au vinaigre sont sûrs car le vinaigre abaisse le pH et la bactérie ne survive dans ces conditions, mais seulement si le pourcentage d’acide acétique est supérieure à 2 %.

Si on congèle la nourriture dès qu’on la prépare, les spores ne meurent pas, mais elles n’arrivent pas à produire la toxine botulique : on peut donc manger les aliments.

Il faut éviter les aliments conservés dont les récipients ont un renflement anormal (par exemple le bouchon d’un pot de confiture qui fait « clic » à la pression), ou s’ils émettent de mauvaises odeurs.

 

Comment faire le diagnostic d’intoxication à la toxine botulique  ?

 

Toxine botulique et botulisme
Toxine botulique et botulisme

Le botulisme se diagnostique grâce à une évaluation combinée des symptômes du patient, du dossier clinique et des examens afin d’exclure d’autres maladies semblables au botulisme, comme l’AVC, la myasthénie et le syndrome de Guillain-Barré.
Le médecin suspecte le botulisme si le patient a ses trois symptômes :

  1. paralysie musculaire descendante,
  2. absence de fièvre,
  3. état de conscience normal.

    Ces examens peuvent être un scanner cérébral, l’examen du liquide céphalo-rachidien et l’examen de conduction nerveuse (électromyographie).
    La manière la plus directe pour confirmer le diagnostic est de relever la toxine botulique dans le sang du patient ou dans les selles. Les bactéries peuvent également être isolées dans les selles chez les personnes avec botulisme alimentaire et infantile.

En cas de botulisme par blessures, la toxine est recherchée dans le sérum ou dans un échantillon prélevé sur la lésion de la peau.

 

Traitement pour le botulisme et médicaments

Dans les cas de botulisme alimentaire, les médecins doivent parfois libérer l’appareil digestif en provoquant des vomissements et en prescrivant des médicaments pour la purge de l’intestin.

Dans le cas de botulisme par blessure, on peut avoir besoin d’enlever chirurgicalement le tissu infecté.

Antitoxine
Si on arrive au diagnostic précoce de botulisme alimentaire ou de botulisme par blessure, on peut injecter l’antitoxine pour réduire le risque de complications.
L’antitoxine se colle à la toxine qui est encore dans le sang et empêche d’endommager les nerfs. L’antitoxine ne peut pas invertir le dommage qui est déjà présent.
Les nerfs peuvent heureusement se régénérer jusqu’à un certain point.
Beaucoup de gens récupèrent complètement, mais il peut falloir de nombreux mois et un long traitement rééducatif.
Un autre type de médicament, connu comme immunoglobuline pour le botulisme, est utilisé pour traiter les bébés.

Respiration artificielle
Dans le cas de problèmes respiratoires provoqués par une paralysie du muscle du diaphragme, la ventilation artificielle peut être nécessaire pendant des semaines, jusqu’au moment où les effets de la toxine diminuent.
Le ventilateur pousse l’air dans les poumons grâce à un tuyau inséré dans les voies respiratoires à travers le nez ou la bouche.

Rééducation
Au cours du rétablissement, on pourrait avoir besoin d’un traitement pour améliorer la capacité de parler, de déglutir et d’autres aptitudes compromises par la maladie.

 

Prévention

1.Il faut faire attention à l’hygiène dans la cuisine, quand on prépare et on conserve les aliments.
Pour la plupart des personnes, le botulisme est un problème quand on mange la nourriture conservée de façon inadéquate.

Par exemple, les bactéries qui pourraient être présentes dans des aliments sont :

  • Le poisson mis en saumure avec une quantité de sel ou d’acidité insuffisante à tuer les bactéries ;
  • Le poisson fumé et conservé à une température trop élevée ;
  • Les fruits et les légumes verts qui ne sont pas assez acides pour tuer les bactéries ;
  • Tout aliment mis en boîte de manière inadéquate : les sauces à la viande, la sauce de tomate.
  • Les produits avec du miel pour les enfants qui ont moins d’un an et pour les personnes avec un système immunitaire faible.

2.Il faut préparer les aliments de manière attentive. On suggère de :

-Enlever la saleté. La bactérie se trouve dans le terrain. La nourriture qui a encore des traces de terre peut être dangereuse, en particulier la salade.

-Frotter les pommes de terre avant de les enfourner.

-Tenir au chaud les pommes enveloppées et cuites dans le papier alu jusqu’à ce qu’on les consomme ou les mette dans le réfrigérateur.

-Nettoyer les champignons avant de les utiliser et enlever la terre.

-Faire bouillir les aliments mis en boîte à la maison (comme les confitures) pendant 10 minutes avant de les manger.

-Mettre dans le réfrigérateur les conserves de tomate et les fromages faits maison.

-Congeler ou manger tout de suite après leur préparation les produits qui contiennent du lait ou des produits laitiers.

-Éviter les récipients alimentaires traités thermiquement où la fermeture hermétique paraît endommagée, comme les aliments en boîte qui ont des trous ou de la rouille.

3.Il faut savoir quand jeter les aliments. Il s’agit d’une des habilités les plus importantes pour un cuisinier quand la nourriture n’est pas bien conservée :

-Il est préférable de jeter les aliments en boîte quand ils produisent de l’écume, des bulles ou quand ils ont une mauvaise odeur en les ouvrant.

-Il faut jeter le paquet si le couvercle s’ouvre trop facilement.

-On ne peut pas manger les aliments qui sont décolorés de manière bizarre ou qui présentent de la moisissure.

-Il faut toujours jeter la nourriture en cas de doute.

Le CDC (le centre de contrôle des maladies aux États-Unis) conseille même aux consommateurs de contrôler les signes qui font suspecter la contamination des aliments mis en boîte à la maison, parmi lesquels :

-Le récipient est gonflé ou il coule, le bouchon fait « clac » lorsqu’on le pousse vers le bas ;

-Le récipient paraît endommagé, fêlé ou anormal ;

-Des jets de liquide ou de l’écume sortent du récipient lorsqu’on l’ouvre ;

-La nourriture est décolorée, moisie ou a une mauvaise odeur.

Si on soupçonne qu’une canette peut être contaminée, il ne faut pas l’ouvrir car les bactéries peuvent se répandre et il ne faut pas goûter le contenu.

Si l’un des aliments potentiellement contaminés tombe et salit une surface, il faut nettoyer la zone par une solution composée de ¼ de tasse d’eau de Javel diluée dans 2 tasses d’eau.

 

Quel est le pronostic chez les personnes atteintes de botulisme ?

Le botulisme non traité a un taux de mortalité d’environ 50 %.
Aujourd’hui les patients traités de façon appropriée ont encore un taux de mortalité d’environ 3 à 5 %. Certains patients peuvent avoir différents degrés de paralysie pendant de nombreux mois.

En général, le diagnostic et le traitement précoce permettent un pronostic meilleur.
Si on perd la fonctionnalité nerveuse, il est possible de la récupérer car le nerf se régénère.