Symptômes de la péritonite infectieuse

La péritonite est une infection bactérienne ou fongique du péritoine, une membrane de tissu conjonctif qui recouvre la paroi abdominale et tous les organes de l’abdomen.

La péritonite infectieuse peut dériver d’une rupture (perforation) de l’abdomen ou peut être une complication dérivant d’autres maladies.
Afin de lutter contre l’infection et afin de soigner d’éventuelles maladies sous-jacentes, la péritonite nécessite une assistance médicale immédiate.

Photo péritonite, médecin, appeler, tout de suite, service des urgences, infection, douleur

La péritonite septique se caractérise par une infection locale ou par une infection généralisée à toute la cavité abdominale. Elle peut être primitive ou être provoquée par une bactérie.
La peritonite aigüe est une infection soudaine du péritoine. Elle peut être, par exemple, la conséquence de la perforation d’un organe.
La péritonite chronique est inflammation chronique du péritoine, dont les causes peuvent être les suivantes :

  • des infections répétées comme lors de la maladie inflammatoire pelvienne (AIP);
  • des substances indésirables comme, par exemple, le talc;
  • des maladies chroniques de l’abdomen comme la tuberculose, la cirrhose ou l’alcoolisme chronique.

 

Classification

On distingue deux principales formes de péritonite : primaire et secondaire.
La péritonite primaire ou péritonite bactérienne spontanée se produit quand l’infection se diffuse du sang et des ganglions lymphatiques au péritoine. Ce type de péritonite est très rare – mois de 1% des cas de péritonite.
Généralement, il se produit si le patient souffre de cirrhose hépatique et en présence d’ascite (à savoir, l’accumulation de liquide dans l’abdomen).

Si ce liquide s’infecte à cause de certaines bactéries (par exemple des pneumocoques ou des streptocoques), cela peut provoquer une péritonite bactérienne spontanée qui est une maladie très grave et souvent mortelle.
La péritonite secondaire est la forme la plus fréquente et qui se produit lorsque l’infection pénètre dans le péritoine à travers une perforation de la paroi abdominale. Souvent, la péritonite secondaire se transforme en péritonique chimique parce qu’en plus des bactéries, des substances nocives peuvent pénétrer le péritoine : des sucs gastriques et pancréatiques, du mucus, de la bile et de l’urine.
Les deux cas de péritonite sont graves et peuvent représenter une menace vitale si elles ne sont pas traitées rapidement.

Les causes de péritonite aigüe

L’infection peut se développer directement dans le péritoine ou peut provenir d’une autre partie du corps.

Infection provenant d’une autre partie du corps
Souvent, la péritonite est provoquée par une infection dans une autre partie du corps qui se répand dans le péritoine. Elle est alors appelée péritonite secondaire. Les causes les plus fréquentes sont :

-ulcère de l’estomac ;
-appendicite aigüe ;
-pancréatite aigüe (inflammation du pancréas) ;
-traumatismes graves à l’abdomen, comme une blessure par arme blanche ou une
blessure par balle ;
-troubles digestifs, comme la diverticulite ou la maladie de Crhon ;

On parle de péritonite biliaire quand le liquide biliaire sort de la vésicule biliaire ou des voies biliaires. C’est une complication grave qui peut être due à une inflammation ou à des calculs à la vésicule biliaire.
L’inflammation du côlon peut être causée aussi bien par la maladie de crohn que par la diverticulite. En cas d’inflammation grave, le côlon peut même se rompre et expulser le contenu de l’intestin sur le péritoine, le contaminant ainsi avec les bactéries.

Infection directe
La péritonite se produit rarement lorsque le péritoine a lui-même une infection. Il s’agit alors d’une péritonite primaire ou spontanée.
Dans la majorité des cas, la péritonite primaire est provoquée par une cirrhose hépatique ou par une dialyse péritonéale.

Cirrhose
La fibrose du foie, appelée plus simplement cirrhose, peut survenir en raison de dommages au foie. Les causes les plus fréquentes de cirrhose sont l’abus d’alcool, l’infection par le virus de l’hépatite C ou l’obésité.
La cirrhose peut conduire à une accumulation de liquide dans l’abdomen (appelé ascite). Ce fluide est particulièrement vulnérable aux infections et crée un environnement où les bactéries ou les champignons peuvent se développer et se propager.
Cette accumulation de liquide touche environ la moitié des personnes affectées de cirrhose, généralement plusieurs années après que la cirrhose a été diagnostiquée.
Environ 20 % des personnes atteintes de cirrhose qui développent une ascite, développent aussi une péritonite bactérienne spontanée.

Dialyse péritonéale
Les personnes souffrant d’insuffisance rénale et qui font un traitement appelé dialyse péritonéale sont plus à risque de développer une péritonite.
La dialyse est un traitement médical qui reproduit les principales fonctions des reins et élimine les déchets de l’organisme.
La dialyse péritonéale est effevtuée en utilisant le péritoine pour réaliser la fonction principale des reins, c’est-à-dire filtrer les déchets du sang. Un petit tube (cathéter) est implanté dans les vaisseaux sanguins du péritoine pour éliminer les déchets produits.


Facteurs de risque
Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque de péritonite primaire :

• Maladie du foie (cirrhose)
• Liquide dans l’abdomen,
• Affaiblissement du système immunitaire,
• Maladie inflammatoire pelvienne.

Facteurs de risque de la péritonite secondaire :

Symptômes de la péritonite infectieuse
Symptômes de la péritonite infectieuse

 

• Pancréatite,
• Une appendicite (inflammation de l’appendice),
• Ulcères d’estomac,
Intestin tordu ou déchiré,
• Maladie inflammatoire de l’intestin, comme la maladie   de Crohn ou la rectocolite hémorragique,
• Blessure causée par une opération,
• La dialyse péritonéale,
• Traumatisme.

 


Symptômes de péritonite aiguë

Les premiers symptômes de péritonite sont la perte d’appétit, des nausées et des douleurs abdominales qui se transforment rapidement en un mal de ventre persistant et très fort qui est aggravé par n’importe quel mouvement.
D’autres signes et symptômes liés à la péritonite sont :

• Distension abdominale ou engourdissement
• Frissons,
• Fièvre,
• Liquide dans l’abdomen,
• Soif extrême,
• Uriner peu ou moins qu’habituellement,
• Indigestion,
• Vomissements.


Complications de la péritonite

Si la péritonite n’est pas traitée, elle peut s’étendre au-delà du péritoine où elle peut provoquer :

1. une infection du sang (bactériémie).
2. une infection dans tout le corps (septicémie). Une septicémie est une maladie à évolution rapide, elle est dangereuse et peut provoquer un choc hypovolémique ainsi qu’une insuffisance de certains organes.
3. 
Abcès rétropéritonéaux.
4. Adhérences abdominales et intestinales.

Diagnostic de péritonite

Les personnes qui ont les symptômes d’une péritonite doivent appeler leur médecin immédiatement.
Les patients en dialyse péritonéale ayant une combinaison de douleurs abdominales et de liquide péritonéal trouble doivent immédiatement aller chez le médecin car la cause peut être une accumulation de globules blancs qui combattent l’infection.
Puisque que la péritonite peut rapidement conduire à des complications mortelles comme une sepsis, un choc septique (qui provoque une chute massive dans la tension artérielle), une insuffisance des organes et la mort, il est essentiel d’avoir un diagnostic rapide, suivi d’un traitement approprié.
Le médecin demande les symptômes et les antécédents médicaux, puis effectue un examen physique complet afin d’évaluer la douleur et la dureté de l’abdomen.

Les examens à effectuer pour le diagnostic de la péritonite sont :

  • analyses de sang ,

  • examens par imagerie comme une radiographie et un scanner,

  • chirurgie exploratrice ,

  • le médecin peut aussi effectuer une paracentèse , une procédure dans laquelle le liquide de la cavité abdominale est prélevé à l’aide d’une aiguille fine puis on cherche l’infection. La paracentèse est utile afin d’identifier la péritonite spontanée primaire et secondaire provoquées par la pancréatite .

Traitement de la péritonite

Lorsque le diagnostic de péritonite est posé, le médecin demandera probablement une hospitalisation pour effectuer des contrôles.
Dans de nombreux cas, une intervention chirurgicale d’urgence est nécessaire, surtout si la péritonite a été provoquée par de maladies comme :

  • L’appendicite ;
  • L’ulcère de l’estomac perforé ;
  • La perforation de la vésicule biliaire ;
  • La perforation du côlon provoquée par une rectocolite hémorragique, la maladie de Crohn ou le mégacôlon toxique ;
  • La diverticulite.

Une ablation chirurgicale du tissu infecté doit être pratiquée, comme par exemple dans le cas d’appendicite ou d’abcès.
Il faut également pratiquer l’ablation du tissu péritonéal qui a été gravement endommagé par l’infection.
Dans le cas d’une péritonite provoquée par une pancréatite ou par une maladie inflammatoire pelvienne, l’intervention chirurgicale n’est pas effectuée durant les premières phases parce que le patient pourrait guérir sans bistouri.

D’autres traitements de soutien sont nécessaires si le patient développe une insuffisance d’organe provoquée par un sepsis (septicémie), qui est une complication possible de la péritonite.
Parmi les traitements il y a l’injection de liquides par intraveineuse, des médicaments pour maintenir la pression artérielle à un juste niveau et le support nutritionnel (sonde naso-gastrique).

Médicaments
Le traitement initial de la péritonite prévoit des injections d’antibiotiques (céfotaxime , ceftriaxone , Cefocid , etc ) ou des médicaments anti-fongiques . La durée de ce traitement est habituellement de 10 à 14 jours.
Si la péritonite est provoquée par la dialyse péritonéale , les antibiotiques peuvent être injectés directement dans le tissu péritonéal . Les recherches ont montré que cette injection est plus efficace que celle dans une veine .
En outre , il est nécessaire d’ utiliser une méthode alternative de dialyse , comme l’hémodialyse ( le sang passe à travers un filtre dans une machine ) tant que la péritonite est présente .
Si la péritonite provoque des douleurs , le médecin peut administrer des anti-douleur.

Soutien nutritionnel
De nombreuses personnes ayant une péritonite souffrent de problèmes de digestion, un sonde d’alimentation peut donc être nécessaire.
Une sonde est introduite dans l’estomac par voie nasale (sonde naso-gastrique) ou elle est insérée chirurgicalement dans l’estomac à travers le ventre .
Si ces sondes ne conviennent pas , la nutrition peut être administrée directement dans l’une des veines ( nutrition parentérale ) .

Intervention chirurgicale
Si une partie du tissu péritonéal a été gravement endommagée par l’infection , l’ablation chirurgicale peut être nécessaire.
Certaines personnes développent des abcès (zone gonflée à cause d’une accumulation locale de pus) dans les cavités péritonéales qui doivent être drainés à l’aide d’une aiguille .
Cette procédure est effectuée en utilisant un appareil d’échographie pour guider l’aiguille .
Une anesthésie locale est généralement effectuée pour ne pas sentir de douleur .
Si nécessaire , la cause de la péritonite peut être traitée chirurgicalement .
L’intervention est généralement effectuée en laparotomie avec une incision verticale sous le nombril.
Par exemple , si une appendicite a provoqué une péritonite , l’appendicite doit être enlevée .

Pronostic

Le pronostic de la péritonite dépend de sa cause. Le pronostic chez les personnes ayant une péritonite secondaire sontmoins bons, en particulier chez les personnes âgées , chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et chez les personnes qui ont eu des symptômes pendant plus de 48 heures avant de commencer le traitement .
Les expectatives de vie des personnes ayant une péritonite primaire causée par une maladie du foie sont généralement brèves .
Toutefois , le pronostic de la péritonite primaire chez les enfants est généralement très bon après un traitement par antibiotiques .

Comment prévenir la péritonite

Bien que la péritonite puisse être une complication de la dialyse péritonéale , elle est beaucoup moins fréquente si on utilise des technologies avancées et des techniques d’auto-traitement apprises au cours de la formation initiale .
Si on effectue la dialyse péritonéale, le risque de péritonite peut être réduit en suivant ces conseils :

  • se laver soigneusement les mains , y compris l’interstice entre les doigts et sous les ongles, avant de toucher le cathéter,

  • porter un masque sur le nez / la bouche pendant la dialyse ,

  • suivre les instructions pour effectuer la technique correcte de dialyse stérile ,

  • appliquer tous les jours une crème antibiotique à l’endroit où le cathéter sort ,

  • signaler immédiatement toute contamination du liquide de la dialyse ou du cathéter à l’infirmière qui effectue la dialyse péritonéale. Dans de nombreux cas , une dose unique d’antibiotiques peut empêcher qu’une contamination se transforme en infection