Pancréatite aiguë et chronique

La pancréatite (aiguë et chronique) est l’inflammation du pancréas due aux enzymes actifs dans cet organe.

Le pancréas est une grande glande située derrière l’estomac et près du duodénum, c’est-à-dire la partie initiale de l’intestin grêle.

A travers du canal pancréatique principal, les enzymes, comme la lipase, sont transportés au duodénum, où survient la décomposition des lipides qui se sont déjà mêlés avec d’autres enzymes présents dans la bile.

pancréas, foie, duodénum, estomac, vésicule biliaireLe pancréas produit aussi d’autres hormones : l’insuline et le glucagon, qui entrent dans le flux sanguin.

Normalement, les enzymes s’activent pendant le passage du pancréas au duodénum. Toutefois, quand le pancréas est enflammé à cause des calculs biliaires (pancréatite lithiasique) ou de l’abus d’alcool, les enzymes s’activent dans le tissu pancréatique.
Dans le corps, chaque molécule et chaque enzyme a un but ou un temps d’action spécifique et toute activité métabolique fait partie d’un système plus grand. L’inflammation du pancréas influence le temps et le lieu dans lesquels l’enzyme lipase agit. Au lieux de décomposer les lipides dans le duodénum, la lipase attaque le tissu du pancréas. Cela provoque la pancréatite, qui cause un saignement important, douleur et dommage aux tissus.

 

Classification

La pancréatite peut être de deux types : aiguë et chronique.
Dans la pancréatite aiguë, l’inflammation soudaine du pancréas se produit, entrainant une douleur, tandis que, dans la forme chronique, on observe l’inflammation qui récidive (récurrente).


La pancréatite chronique auto-immune (PAI) est une maladie inflammatoire qui se produit parce que le système immunitaire attaque erronément le pancréas et cause une inflammation qui peut aussi intéresser les reins, le foie, les poumons, les glandes salivaires et les ganglions lymphatiques. Le PAI est très rare et représente environ 5-6% des cas de pancréatite chronique.

La pancréatite aiguë peut être de deux types :

  • Pancréatite œdémateuse : c’est le type le plus léger et fréquent, elle est caractérisée par une inflammation et une petite région de nécrose lipidique (focale).
  • Pancréatite nécrotique hémorragie aiguë : la pancréatite nécrosante hémorragique aiguë dérive de l’inflammation du pancréas. C’est une maladie grave et mortelle, surtout en cas de pancréatite foudroyante.
    Parmi les signes de la pancréatite hémorragique aiguë, il y a :

    • Diarrhée ;
    • Vomissement ;
    • Cardiopathies, comme le choc cardiovasculaire ;
    • Nécrose pancréatique aiguë, c’est-à-dire la destruction des îlots de Langerhans dans le pancréas.

 

Lien entre hypocalcémie et pancréatite aiguë

Même s’il n’y a pas d’épreuves pour démontrer le lien avec les niveaux bas de calcium dans le sang, on pense que l’hypocalcémie est liée aux niveaux bas d’albumine, qui peuvent être causés par la pancréatite aiguë.
Le déséquilibre hormonal aussi, surtout le déficit de production de l’hormone parathyroïdienne (ou parathormone), qui peut être causé par la pancréatite, peut être responsable de l’hypocalcémie.
L’augmentation des niveaux de calcitonine peut déterminer la manifestation des symptômes de l’hypocalcémie avec ceux de la pancréatite.
La calcitonine est une hormone produite quand les niveaux de calcium dans le sang augmentent au-dessus des niveaux normaux. La calcitonine réduit les niveaux de calcium dans le sang.
L’augmentation de la sécrétion de glucagon peut stimuler le relâchement de calcitonine.

 

Niveaux de lipase dans la pancréatite

Les niveaux de lipase indiquent la gravité de la pancréatite.

Qu’est-ce que la lipase et quel est son rôle ?
La lipase est un enzyme produit par le pancréas et relâché dans l’intestin grêle, où elle contribue à transformer les lipides en acides gras. Elle convertit les lipides comme les glycérides en glycérol et en acides gras libres.
Chez les personnes touchées par la pancréatite, les niveaux de lipase augmentent à cause de la maladie qui arrête la structure et le fonctionnement interne du pancréas.

 

Causes de la pancréatite

Les deux causes principales de la pancréatite, c’est-à-dire la formation de calculs biliaires et l’alcoolisme, représentent environ 80-90% des cas. La pancréatite par alcoolisme se produit à cause de l’assomption à long terme de boissons alcooliques.
La formation des calculs biliaires dans la vésicule biliaire peut causer le bloc dans le canal pancréatique et l’accumulation de sucs digestifs dans le pancréas. Cela provoque irritation et inflammation.
Parmi les facteurs de risque, il y a aussi le tabagisme, ainsi on recommande d’arrêter de fumer.
D’autres cause :


Pancréatite aiguë : elle se produit soudainement et, dans certains cas, elle est très grave.
Les causes principales de la pancréatite aiguë sont les calculs biliaires, les maladies de la vésicule biliaire et l’alcoolisme.
Elle est aussi causée par des procédures chirurgicales du conduit cholédoque, par des traumatismes, par la structure anormale du pancréas, par des facteurs génétiques, par l’hypertriglycéridémie (niveaux élevés de lipides dans le sang), etc.
Certains médicaments comme les cortisoniques, les diurétiques thiazidiques et les estrogènes peuvent causer la pancréatite.
Certaines infections bactériennes ou virale, comme la parotidite, la pneumonie par mycoplasme et le virus coxsackie B, peuvent contribuer à la pancréatite aiguë.
En général, chez les enfants, la pancréatite aiguë se produit avec la fibrose cystique, la parotidite, un traumatisme abdominal, le syndrome de Reye, la maladie de Kawasaki et le syndrome hémolytique et urémique.

Pancréatite chronique : quand la pancréatite aiguë dure longtemps, elle prend la forme de pancréatite chronique.
Cela provoque des cicatrices et une inflammation du tissu pancréatique. En outre, elle interfère avec la production des enzymes digestifs et de l’insuline. Plus souvent, la pancréatite chronique est causée par l’abus d’alcool pendant une période prolongée. Certaines autres maladies peuvent mener à la pancréatite chronique, par exemple le rétrécissement ou l’obstruction du canal pancréatique principal dû à traumatismes, formation de pseudo-kystes, hyperparathyroïdie, hypercalcémie (peut favoriser la formation de calcifications) et hyperlipidémie.
Il peut être une maladie génétique (héréditaire), mais, dans certains cas, elle est idiopathique (on ne connaît pas sa cause).

 

Symptômes de la pancréatite

Pancréatite aiguë
La pancréatite aiguë est caractérisée par l’apparition soudaine et rapide des symptômes, qui surviennent quand les enzymes digestifs ne laissent pas le pancréas et agissent sur les tissus de l’organe.
Les symptômes les plus fréquents de la pancréatite aiguë sont :

  • Mal au ventre, qui peut se répandre au dos ;
  • Gonflement abdominal ;
  • Vomissement ;
  • Nausée ;
  • Fièvre.

Pancréatite chronique
Plusieurs symptômes de la pancréatite chronique sont similaires à ceux de la pancréatite aiguë, mais d’autres peuvent survenir quand l’inflammation persistante du pancréas empire avec le temps.
Les symptômes de la pancréatite chronique comprennent :

Parmi les complications à long terme de la pancréatite chronique, il y a aussi le cancer du pancréas.

 

 

Pancréatite aiguë et chronique
Pancréatite aiguë et chronique

Diagnostic de la pancréatite

Pancréatite aiguë

Le médecin à consulter est le gastro-entérologue. Dans l’examen physique, le médecin contrôle la fièvre, la tension sanguine basse, la respiration rapide et le rythme cardiaque accéléré.

On effectue les examens du sang peur relever les niveaux d’amylase et de lipase sérique et d’amylase dans les urines.

L’amylase et la lipase sont les enzymes digestifs produits dans le pancréas.

Les niveaux d’amylase et de lipase augmentent en cas de pancréatite aiguë.

En outre, on effectue des autres analyses de laboratoire, comme l’hémogramme complet, la détermination de la glycémie et de la calcémie.

Les examens instrumentaux comme le scanner, l’IRM et l’échographie servent à relever les altérations des cellules pancréatiques et les calculs biliaires qui entravent les voies biliaires et peuvent aussi provoquer l’ictère.

 

Critères de Ranson

A l’entrée

  • Age supérieur à 55 ans
  • Nombre de globules blancs supérieur à 16 000/mm3
  • Glycémie supérieure à 11mg/100ml
  • Lactate déshydrogénase > 350 IU/l
  • Aspartate aminotransférase > 250 U/l.

Après 48 heures

  • Réduction de l’hématocrite d’au moins 10%
  • Valeurs d’azotémie dans le sang > 180 mg/100ml
  • Calcium < 8 mg/dl (les valeurs de référence sont 8,9 – 10,1 mg/dl)
  • Pression partielle en oxygène < 60 mm Hg (peut être causé par épanchement pleural ou par œdème pulmonaire)
  • Déficit de bases > 4 mmol/l
  • Accumulation de liquides > 6 l.

Tout point positif vaut 1 point, ainsi jusqu’à un score total de 3 points on peut prévoir un déroulement simple.

  • De 3 à 4 points la mortalité est 15%.
  • De 5 à 6 points la mortalité est 40%.
  • Au-dessus de 6 points la mortalité est 100%.

Pancréatite chronique
Le diagnostic de la pancréatite chronique prévoit certains examens, comme le test des graisses dans les selles, et les examens du sang comme le dosage de l’amylase, de la lipase et de trypsinogène dans le sang.
On peut effectuer un scanner abdominal, une échographie et une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) pour relever l’inflammation ou les dépôts de calcium dans le pancréas.
On peut effectuer la laparotomie exploratrice pour confirmer la pancréatite.

 

Complications possibles si la pancréatite n’est pas traitée


Si elle n’est pas traitée, la pancréatite aiguë ou chronique peut causer plusieurs complications graves.
La pancréatite aiguë peut développer des problèmes respiratoires dus à certains changements chimiques dans le corps.
Cela peut compromettre le fonctionnement des poumons.
A cause de la pancréatite aiguë, le risque d’infection bactérienne dans le pancréas augmente. La pancréatite aiguë peut aussi causer l’accumulation de liquides et déchets à l’intérieur du pancréas, qui mènent à la formation d’une pseudo-kyste de grandes dimensions. Si cette pseudo-kyste se rompe, elle peut provoquer des infections ou des hémorragies internes.
La pancréatite chronique peut provoquer des dommages aux cellules qui produisent l’insuline dans le pancréas. Cela peut causer l’augmentation des niveaux de sucre dans le sang, qui mène au diabète.
La pancréatite chronique est considérée un facteur de risque pour la tumeur au pancréas (cancer du pancréas).
La pancréatite aiguë et chronique peut mener à la malnutrition et à la perte de poids, à cause de la digestion inadéquate des aliments et de la malabsorption des nutriments.

 

Traitement de la pancréatite

Pendant la période initiale, le patient ne peut pas manger pour favoriser la récupération du pancréas. Ensuite, le patient doit suivre une alimentation qui comprend des aliments pauvres en graisses. Le traitement médical prévoit l’administration de médicaments analgésiques, par exemple le paracétamol (Efferalgan).
Le traitement de la pancréatite dépend de la cause sous-jacente. Le traitement pour l’inflammation du pancréas due aux calculs biliaires comprend une intervention chirurgicale pour l’ablation de la vésicule biliaire. Si un canal biliaire est obstrué o bouché, on peut effectuer la cholangiopancréatographie retrograde endoscopique (CPRE) pour élargir le canal. Si la pancréatite est causée par l’abus d’alcool, le patient devrait éviter strictement de boire.

 

Régime et alimentation pour la pancréatite

Le régime est le meilleur remède pour cette maladie. Il est essentiel de suivre un régime riche en carbohydrates et en protéines pour favoriser le fonctionnement du pancréas.
D’autre part, en cas de pancréatite, il faudrait éliminer complètement ou réduire les aliments qui contiennent des graisses.
L’assomption quotidienne de graisses devrait être 30-40 grammes.

On devrait réduire les aliments chauds et épicés, qui peuvent provoquer l’inflammation et augmenter les niveaux d’acidité.
Manger des aliments épicés peut aggraver les symptômes et empirer la maladie.
Le traitement de la pancréatite peut être inefficace si le patient continue à manger des aliments chauds et épicés.
D’autre part, les aliments riches en protéines et carbohydrates peuvent diminuer la charge de travail sur le pancréas et aident à guérir rapidement de la maladie.
Dans le régime pour la pancréatite, il est possible de manger régulièrement des soupes et les salades de légumes frais ou les fruits.
En cas d’hyperglycémie, il faut éviter les sucreries.


Il est essentiel d’effectuer des repas petits et fréquents (3 ou 4 fois par jour). En outre, on recommande de choisir des aliments végétariens.
La pancréatite peut causer la déshydratation et, ainsi, il est très important de boire beaucoup d’eau tous les jours.

 

Aliments sûrs

Parmi les aliments les plus sûrs en cas de pancréatite, il y a :

  • Salade ;
  • Farine d’avoine ;
  • Riz ;
  • Pommes de terre ;
  • Patates douces ;
  • Dinde ;
  • Tofu ;
  • Yaourt ;
  • Vin rouge ;
  • Jus de fruits frais ;
  • Soupes et bouillons végétaux ;
  • Céréales ;
  • Pain ;
  • Produits complets ;
  • Poisson maigre ;
  • Citrouille ;
  • Lait de soja.

 

Aliments à éviter


Dans le régime pour la pancréatite aiguë et chronique, on devrait éviter complètement tous les aliments épicés, frits et transformés. Il faut aussi s’abstenir des aliments gras.
Parmi les aliments et les boissons à éviter, il y a :

  • Œufs ;
  • Fromage ;
  • Lard ;
  • Haricots ;
  • Saucisse ;
  • Beurre ;
  • Thé ;
  • Sucre ;
  • Café ;
  • Caféine ;
  • Boissons énergétiques ;
  • Sucreries ;
  • Vin ;
  • Bière ;
  • Pizza.

 

Combien de temps dure la pancréatite ? Le pronostic


Les temps de guérison de la pancréatite aiguë œdémateuse sont compris entre une et deux semaines et la mortalité est inférieure à 5%.
La pancréatite aiguë nécrotique hémorragique a une mortalité entre 30 et 50% des cas.