Métastases aux ganglions lymphatiques

Qu’est-ce qu’une métastase aux ganglions lymphatiques ?

La tumeur métastatique se répand à partir du site d’origine jusqu’à une autre région du corps.
La tumeur provoquée par la diffusion de cellules tumorales à d’autres parties du corps prend le nom de métastase.

Le système lymphatique
Le système lymphatique joue un rôle important dans le contrôle du mouvement des fluides dans tout le corps.

Métastases aux ganglions lymphatiques

Le système lymphatique contrôle particulièrement le flux de la lymphe, c’est-à-dire un liquide qui contient de l’oxygène, des protéines, des sucres (glucose) et des lymphocytes. Il existe des ressemblances et les vaisseaux lymphatiques petits se rejoignent avec ceux plus grands, qui, finalement, arrivent aux ganglions lymphatiques.
Les ganglions lymphatiques sont des tissus en forme d’haricot, présents dans différentes régions du corps.
Les ganglions lymphatiques sont les organites d’activation et de prolifération des cellules immunitaires. La lymphe coule dans tout le corps à travers ce grand réseau, de la même manière que l’irrigation sanguine.
Le diagnostic des métastases permet d’observer le mouvement des cellules tumorales dans le système lymphatique, en particulier dans les ganglions lymphatiques.

 

Diffusion du cancer à travers le système lymphatique

Lorsqu’une cellule tumorale se déplace à travers le sang et le système lymphatique, ou lorsqu’elle est directement en contact avec une autre région, elle peut se deviser, en provoquant une tumeur dans un autre organe.

Les métastases interfèrent souvent avec les fonctions des organes impliqués et elles provoquent les symptômes et la mortalité typiques des tumeurs.
Le système lymphatique joue un rôle crucial dans la formation de métastases de certaines tumeurs.
Les vaisseaux lymphatiques sont projetés pour l’entrée et la sortie des cellules du système immunitaire et les cellules malignes peuvent donc passer facilement. En outre le flux de la lymphe assez lent empêche d’endommager les cellules.
Les chercheurs pensaient que la tumeur se répandait au système lymphatique à travers l’érosion des parois des vaisseaux et qu’elle formait des métastases après le drainage passif.
Toutefois, les recherches montrent que la diffusion tumorale a besoin d’interactions compliquées et spécifiques entre les cellules métastatiques et les vaisseaux lymphatiques.
La présence de métastases dans les ganglions lymphatiques proches de la tumeur primaire indique que la maladie s’est répandue aux organes éloignés (valeur pronostique significative).

 

Diagnostic des métastases aux ganglions lymphatiques

Afin de relever la présence de métastases aux ganglions lymphatique environnants, le médecin effectue une biopsie.
Pendant ce procédé on pratique l’ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques et on contrôle la présence de cellules tumorales.
Les ganglions lymphatiques peuvent résulter positifs ou négatifs au cancer.
Puisque les voies de drainage lymphatique d’une tumeur varient considérablement parmi les patients même lorsqu’il s’agit de la même région, dans 30% des tumeurs on ne peut pas prévoir de manière précise la migration à des ganglions lymphatiques spécifiques.
L’amélioration des examens et de la cartographie de la tumeur est nécessaire pour un bon diagnostic des métastases.
L’analyse des ganglions lymphatiques permet de choisir le traitement le plus adapté et de savoir le pronostic (espérance de vie) du patient.

 

La tumeur où se répand-t-elle ?

Les organes dans lesquels les métastases tumorales se produisent le plus sont l’os, le foie et le poumon.
Bien que beaucoup de tumeurs puissent envahir différentes régions du corps, elles se répandent généralement dans une région spécifique.
Organes dans lesquels les métastases tumorales se produisent généralement.

 

Tumeur primitive  Organes dans lesquels les métastases se produisent
Vessie (cancer de la vessie) Os, foie, poumon
Poumon Glande surrénale, os, cerveau, foie
Rein Glande surrénale, os, cerveau, foie, poumon
Sein Os, cerveau, foie, poumon
Tumeur colorectale  Foie, poumon, péritoine
Pancréas Foie, poumon, péritoine
Prostate Glande surrénale, os, foie, poumon
Ovaire Foie, poumon, péritoine
Mélanome Os, cerveau, foie, poumon, peau/muscle
Estomac (cancer gastrique) Foie, poumon, péritoine
Utérus Os, foie, poumon, péritoine, vagin
Tyroïde Métastases osseuses, hépatiques, pulmonaires
Foie Poumon, estomac, pancréas, système gastro-intestinal et système lymphatique

 

Le cerveau comprend le tissu neural cérébral (parenchyme) et les leptoméninges (les deux enveloppes à l’intérieur –l’arachnoïde et la pie-mère- des trois méninges qui entourent le cerveau et la moelle épinière).
L’espace entre l’arachnoïde et la pie-mère contient le liquide cérébro-spinal.
Le poumon comprend le parenchyme (la structure du poumon) et la plèvre (la membrane qui enveloppe les poumons et la cavité thoracique).

 

Le cancer comment se répand-il ?

La formation de métastases tumorales suit généralement les étapes suivantes :

  • Invasion locale: les cellules tumorales envahissent le tissu normal environnant ;
  • Intravasation: les cellules tumorales envahissent et passent à travers les parois des vaisseaux sanguins et des vaisseaux lymphatiques à proximité ;
  • Circulation: les cellules tumorales se déplacent à travers le système lymphatique et à travers la circulation sanguine vers d’autres régions du corps ;
  • Arrêt et extravasation: les cellules cancéreuses s’arrêtent dans les capillaires à distance. Puis elles envahissent les parois des capillaires et se déplacent vers les tissus environnants (extravasation).
  • Prolifération: les cellules tumorales se multiplient en se disposant de façon éloignée et en produisant des tumeurs petites appelées micro-métastases.
  • Angiogenèse : les micro-métastases stimulent la croissance d’autres vaisseaux sanguins afin d’obtenir l’irrigation sanguine.

Cela fournit l’oxygène et les éléments nutritifs nécessaires pour le développement continu de la tumeur.
Les tumeurs du système lymphatique ou du sang sont déjà présents dans les vaisseaux lymphatiques, les ganglions lymphatiques ou les vaisseaux sanguins et, pourtant, ces passages ne sont pas nécessaires pour la production de métastases.
En outre il y a deux points dans le thorax où le système lymphatique rejoint la circulation sanguine.
La capacité d’une cellule tumorale de produire des métastases avec succès peut dépendre de :

  • Propriétés individuelles;
  • Propriétés des cellules saines (y compris les cellules du système immunitaire) présentes dans la région d’origine de la tumeur ;
  • Propriétés des cellules du système lymphatique ou du flux sanguin et de celles déjà présentes dans le site de la métastase.

 

Symptômes des métastases aux ganglions lymphatiques

Les métastases aux ganglions lymphatiques provoquent de gonflement et de douleur dans l’endroit où elles se produisent.
Les métastases peuvent être partielles ou massives, selon l’extension dans l’organe lymphatique.
Les ganglions lymphatiques enflés peuvent provoquer même d’autres symptômes s’ils sont très enflés.
Par exemple les ganglions lymphatiques dans le médiastin (thorax) peuvent provoquer de toux et d’essoufflement.
On peut voir les ganglions lymphatiques superficiels grâce à une échographie, mais pour comprendre ce qu’ils contiennent, on a besoin d’une biopsie, c’est-à-dire l’ablation et l’analyse en laboratoire du ganglion lymphatique.

 

métastases aux ganglions lymphatiques, cou, système lymphatiqueDes exemples :

Mélanome
Le mélanome se produit généralement dans la couche supérieure de la peau, mais il peut pénétrer rapidement en profondeur.
Puis il se répand rapidement à travers la circulation sanguine ou le système lymphatique.
Les régions les plus touchées par le mélanome métastatique sont la peau, les poumons, le cerveau, le foie et les os.

Cancer du sein métastatique
Appelée également cancer du sein au stade IV, celui est le type le plus avancé de tumeur du sein. La métastase est une masse qui se produit lorsque les cellules tumorales se répandent de la siège d’origine de la tumeur (dans ce cas le sein) vers des régions différentes du corps.
Ces cellules peuvent voyager à travers le système lymphatique ou à travers les vaisseaux sanguins et elles se collent à un autre organe du corps.
Les métastases régionales se répandent normalement aux tissus qui entourent le sein. Au contraire les métastases à distance peuvent arriver aux autres organes, comme le foie, les poumons et les os.
Le cancer du sein propagé aux ganglions lymphatique axillaires comporte des niveaux de survie plus bas que la tumeur primitive.

Cancer du pancréas
L’adénocarcinome pancréatique envahit souvent les ganglions lymphatiques de manière précoce et il provoque une métastase hépatique.
Il peut récidiver et le pronostic est mauvais.
Moins de 5% des patients survit jusqu’à 5 années après le diagnostic.

Tumeur ovarienne
Selon la classification FIGO, le cancer ovarien de III stade est caractérisé par des métastases aux ganglions lymphatiques. Le cancer ovarien avec des métastases aux ganglions lymphatiques inguinaux (de la aine) est rare.
Le cancer ovarien qui provoque des métastases des ganglions lymphatiques inguinaux avec les ovaires de dimensions normales est extrêmement rare.

Tumeur aux testicules
La tumeur au testicule est rare et aujourd’hui on peut combattre la majorité des cas avec un diagnostic précoce.
Ce type de néoplasie est définie séminome lorsqu’elle touche les cellules qui produisent les spermatozoïdes, bien que le « non séminome » ne touche pas de cellules germinales.
Les métastases de cette tumeur se produisent d’abord dans les ganglions lymphatiques (rétropéritonéal), puis dans le foie et les poumons.

Cancer du côlon
Le cancer colorectal au premier ou deuxième stade ne provoque pas de formation de métastases, mais au troisième stade des métastases aux ganglions lymphatiques se produisent.
Le quatrième stade est caractérisé par la formation de métastases à distance, en particulière de métastases hépatiques, pulmonaires et ovariennes.

 

Ganglion sentinelleéchographie, ganglion lymphatique, cancer, thyroïdien, métastase

La biopsie du ganglion sentinelle est une manière fiable pour étudier les ganglions lymphatiques atteints de métastases.
D’abord développée pour le mélanome, cette biopsie a été adaptée pour l’application à plusieurs tumeurs malins comme le cancer du sein.
Les ganglions sentinelles histologiquement positifs peuvent prédire les métastases à distance et ils représentent des marqueurs pronostiques défavorables, même lorsqu’ils se produisent à l’extérieur des ganglions régionaux.

 

Ablation du ganglion lymphatique du cou

L’ablation des ganglions lymphatiques latéraux-cervicaux ou sus-claviculaires est utile pour le traitement de la tumeur.
On peut l’effectuer de trois manières différentes selon les conditions de la personne.
Lorsqu’une tumeur maligne n’est pas présente à proximité, la lymphe transporte les cellules cancéreuses qui restent piégées et qui se développent dans le ganglion lymphatique.
Les cancers du cou et du cerveau qui touchent les ganglions lymphatiques se répandent le long du système lymphatique. La meilleure façon pour se débarrasser de ce problème est l’ablation des ganglions.

Qu’est-ce que l’ablation du ganglion lymphatique du cou ?
Elle s’appelle également curage ganglionnaire cervical. Il s’agit de l’enlèvement des ganglions lymphatiques et des tissus qui entourent la région touchée de la tumeur.
L’extension de la partie enlevée dépend de la région touchée et du but de l’intervention chirurgicale.
Le relevé du ganglion lymphatique touché est effectué grâce à une scanographie, une résonnance magnétique et une TEP.
L’enlèvement du ganglion lymphatique peut déterminer la présence de cellules cancéreuses dans le système lymphatique.

Curage ganglionnaire cervical
Ce procédé peut durer 2 ou 4 heures en fonction du type de curage et on l’effectue sous anesthésie générale.
L’incision le long de la peau est verticale en cas de curage ganglionnaire cervical radical modifié.
On identifie et on enlève le ganglion touché.
En ce qui concerne les muscles, on effectue une incision du sterno-cléido-mastoïdien.
On ferme l’incision par des points de suture en nylon ou par des agrafes cutanées.
L’intervention laisse quelques cicatrices qui s’éclaircissent avec le temps.
On enlève les agrafes et les points de suture après 6 à 10 jours.