Diabète insipide

Le diabète insipide est une pathologie caractérisée par une émission d’urines exagérée et par une soif excessive.
Quand la majorité des personnes entend dire « diabète », elle pense au diabète sucré, une pathologie dans laquelle les sucres dans le sang sont toujours élevés.

Le diabète est un terme général pour les pathologies qui causent une augmentation de la production d’urines.

Si une personne se réveille souvent pendant la nuit pour uriner, il est possible qu’elle souffre de diabète insipide, surtout si l’urine est très claire, semblable à l’eau.

 

Qu’est-ce que c’est le diabète insipide ?

Les conséquences du diabète insipide sont la miction et la soif excessives. La raison est un problème de l’hormone antidiurétique (AVP ou vasopressine) ou de son récepteur.

La façon dans laquelle l’organisme est intéressé détermine le type de diabète insipide qui provoque les symptômes :

 

Diabète insipide central
La cause du diabète insipide central chez les adultes est, généralement, un dommage à la glande pituitaire (ou hypophyse) ou à l’hypothalamus.
Cela est souvent provoqué par une opération chirurgicale, un cancer, une maladie (comme la méningite), une inflammation ou un traumatisme crânien. Chez les enfants, la cause est souvent une maladie génétique héréditaire, mais, dans certains cas, on ne connaît pas la cause du diabète insipide.
Ce dommage entrave la production, l’accumulation et le relâchement normaux de l’hormone AVP.


Diabète insipide néphrogénique
Le diabète insipide néphrogénique se produit quand il y a un déficit des tubules rénaux, les structures des reins qui envoient l’eau vers l’expulsion ou vers la résorption.
Ce mauvais fonctionnement rend les reins incapables de répondre correctement à l’hormone AVP.
Le défaut peut être dû à une maladie héréditaire (génétique) ou à une maladie rénale chronique.
Certains médicaments, comme le lithium et la déméclocycline (un antibiotique), peuvent causer le diabète insipide néphrogénique.

Diabète insipide gestationnel
Le diabète insipide gestationnel se produit seulement pendant la grossesse et quand un enzyme produit par le placenta détruit l’hormone AVP de la mère.
Le placenta est le système des vaisseaux sanguins et d’autres tissus qui permet l’échange de nutriments et de déchets entre la mère et son bébé.

Polydipsie primaire
La polydipsie primaire est aussi appelée diabète insipide dipsogénique, ou polydipsie psychogène et elle provoque une stimulation à aller aux toilettes pour éliminer une grande quantité d’urine diluée.
Plutôt qu’un problème avec la production d’AVP ou qu’une lésion, la cause est une assomption excessive de liquides. Boire trop d’eau peut endommager les reins et supprimer l’hormone AVP et rend incapable de concentrer l’urine. La polydipsie primaire peut être la conséquence d’une soif excessive provoquée par des dommages dans le centre de régulation de la soif, situé dans l’hypothalamus.
La polydipsie primaire peut aussi être causée par une maladie mentale.

Traitement du diabète insipide

Il faut traiter la cause de la pathologie sous-jacente quand il est possible.
Le diabète insipide central peut être contrôlé avec la vasopressine et la desmopressine.
On peut prendre la vasopressine en forme de spray nasal ou de comprimés.
Si le diabète est néphrogénique, il est causé par des médicaments (par exemple, le lithium) et, par conséquent, arrêter de prendre le médicament peut aider à rétablir le fonctionnement rénal normal.
Toutefois, après avoir pris le lithium pour plusieurs années, le diabète néphrogénique pourrait être permanent.

Le diabète insipide néphrogénique héréditaire ou celui causé par le lithium sont traités en buvant beaucoup de liquides.
On combine l’expulsion de l’urine avec les médicaments qui diminuent la production d’urine.
Les médicaments employés pour traiter le diabète insipide néphrogénique sont :

  • Médicaments anti-inflammatoires, comme l’indométacine (Indocid),
  • Diurétiques, par exemple l’hydrochlorothiazide, mêlé avec amiloride (Moduretic).