Migraine avec aura – symptômes

 

La migraine est un fort mal de tête qui a une origine neurologique.
La migraine avec aura provoque aussi d’autres symptômes temporaires.
La migraine avec aura débute pendant la puberté et commence à régresser autour des 40 ans, jusqu’à une disparition complète.

Elle est plus fréquente chez les femmes, en proportion de 3 :1 par rapport aux hommes.
La migraine atteint 12% de la population mondiale.

La migraine avec aura comprend 15% de toutes les migraines.
La migraine avec aura est considérée une des migraines les plus dangereuses car elle provoque des risques vasculaires cérébraux.

 

Qu’est-ce que la migraine avec aura et quelles sont ses caractéristiques.

La migraine avec aura (ou migraine ophtalmique) est précédée ou accompagnée d’une symptomatologie neurologique (qui touche le système nerveux central).
La Société Internationale des Céphalées (SIC), l’organisation internationale qui comprend la majorité des professionnels travaillant au développement des traitements des céphalées, définit la migraine comme une céphalée (mal de tête) idiopathique ou primaire, qui survient donc sans une cause apparente, et qui touche uniquement un côté du crâne pendant 4 à 72 heures.

Les douleurs sont du type répété et pulsatile, avec une fréquence qui est la fréquence cardiaque, et avec une intensité qui peut être modérée ou sévère.

L’intensité s’aggrave avec l’activité physique, les bruits, la lumière, et aussi avec les odeurs.
L’aura est un trouble neurologique qui naît au niveau du système nerveux central et qui entraîne des troubles de la vision, un état confusionnel, ainsi que des symptômes plus graves tels que la perte de force physique, la difficulté d’élocution (aphasie), et la forte sensibilité à la lumière.
Les effets de l’aura qui précèdent le mal de tête sont toujours réversibles. Dans certains cas l’aura peut entraîner une migraine asymptomatique (sans douleur).

La migraine avec aura est annoncée presque toujours par une série de symptômes prodromiques qui peuvent précéder de quelques heures, ou même de quelques jours, le début de l’aura ; ils sont : anxiété, nervosité, irritabilité, faim ou soif excessives. Les crises de migraine avec aura ont une fréquence très variable, quelques épisodes en un an à une fréquence quotidienne. En moyenne, les crises surviennent 3 ou 4 fois en un mois.

 

Analysons les symptômes en détail.

La symptomatologie sévère qui accompagne les cas graves de migraine avec aura peut provoquer chez le patient une invalidité fonctionnelle qui peut durer même quelques jours, en raison du cycle compliqué qui accompagne la maladie. L’invalidité s’aggrave à cause de l’anxiété anticipatoire qui touche les personnes souffrant de formes sévères de migraine avec aura.
L’anxiété anticipatoire est provoquée par la peur d’une crise imminente et de l’invalidité conséquente.
La symptomatologie de la migraine avec aura s’articule en trois phases :

La première phase peut débuter même un jour avant le déclenchement des douleurs avec une série de symptômes:

  • Symptômes prodromiques de type psychologique, par exemple inquiétude et agitation, accompagnées d’une humeur irascible et de manifestations anormales telles que faim et soif excessives, rétention d’eau
  • Symptômes neurologiques (aura) qui se manifestent après une période variable, de quelques heures à quelques jours, et qui sont caractérisés par l’apparition d’un arc lumineux aux bords dentelés et irréguliers, très coloré et brillant (scotome), qui traverse le champ de vision d’un seul œil ou des deux yeux. Parfois le scotome peut être substitué par des mouches volantes ou par des corps flottants, phénomène connu sous le nom de « myodesopsie »

La deuxième phase débute en conclusion de celle de l’aura et consiste dans une migraine dont les symptômes les plus fréquentes sont :

  • Douleurs pulsatiles d’intensité variable, localisées au niveau d’un seul côté du crâ La zone où elles se produisent le plus souvent est la zone temporale ou frontale dans la partie supérieure de l’arcade orbitaire.
  • Nausée
  • Vertiges
  • Diarrhée. Rare, même si parfois elle peut être présente.
  • Manque de force généralisée, même les mouvements les plus simples augmentent l’intensité des douleurs.
  • État confusionnel, c’est-à-dire une condition mentale qui empêche de réfléchir.
  • Intolérance à la lumière. La lumière aggrave la symptomatologie, alors que l’obscurité soulage les symptô
  • Intolérance aux bruits
  • Intolérance aux odeurs
  • Perte temporaire de conscience. Il s’agit d’un événement très rare, qui toutefois peut se produire lors de crises graves.

La troisième phase débute en conclusion de la phase algique et comprend une série de symptômes qui peuvent durer même un ou deux jours, tels que :

  • fatigue extrême
  • diurèse perturbée
  • inappétence.

 

Quelles sont les causes du mal de tête avec aura ?

Les causes de la migraine avec aura ne sont pas encore connues de manière exhaustive, et il existe de différentes hypothèses autour du sujet :

  • Hérédité corrélée à la mutation de certains gènes. Toutefois ces mutations n’ont pas encore été vérifiées, à l’exception d’une forme de migraine particulière et rare connue sous le nom de « migraine hémiplégique familiale ».
  • Hypoperfusion de sang au cerveau. Il s’agit d’une réduction de l’afflux de sang dans le cerveau, provoqué par une vasoconstriction intracrâ Cette hypothèse a eu beaucoup de succès pendant les années passées. Toutefois les techniques modernes d’imagerie dont les actuelles angiographies sont douées ont démontré qu’on assiste à une légère hypoperfusion du sang uniquement chez certains patients, et de toute manière d’une importance qui n’est pas déterminante dans le tableau clinique. En plus, chez beaucoup de sujets cette hypoperfusion est totalement absente.
  • Selon cette théorie, l’aura naît de la « dépression corticale », c’est-à-dire à cause du passage soudain des neurones de l’écorce cérébrale d’une phase de hyper excitabilité électrique à une stase complète. L’onde cérébrale que s’introduit par le passage d’une activité électrique convulsive à une stase (dont l’étiologie est inconnue) provoquerait l’aura, et le brusque changement du flux de sang (au maximum en phase de hyper excitabilité et au minimum en phase de stase) causerait les douleurs.

 

Facteurs déclenchant l’aura.

Certains comportements peuvent déclencher la crise de migraine avec aura :

  • Allergies et intolérances alimentaires.
    La maladie cœliaque, c’est-à-dire l’intolérance au gluten, a beaucoup d’importance. Les sujets qui souffrent de migraine avec aura ont 10 fois la probabilité d’être intolérants au gluten par rapport aux sujets qui n’en souffrent pas. En plus, beaucoup de cœliaques atteints de migraine avec aura traités par régimes sans gluten ont eu une rémission complète du mal de tête.
  • Régime alimentaire. Les aliments contenant : de la tyramine, du glutamate monosodique, du nitrate, de l’aspartame et de l’alcool. La tyramine est un acide aminé contenu dans le vin rouge, les fruits secs, les fromages affinés, le foie, la levure, les saucisses, le poisson conservé, le chocolat, les bananes, l’avocat, les prunes, les tomates, les aubergines, les choux, etc.
    Le glutamate est contenu principalement dans les tablettes de bouillon.
    Les nitrates sont les conservateurs principaux contenus dans les saucisses et les saucissons.
    L’aspartame est un édulcorant et il est donc contenu dans tout produit sans sucre et dulcifié.
  • De type physique (effort excessif ou activité sportive intensive) et de type mental.
  • Baisse de la glycémie. Par exemple à cause d’un repas sauté.
  • Variations des niveaux hormonaux chez la femme. Cycle menstruel, prise de contraceptifs oraux, ménopause.
  • Fumée.

 

Le diagnostic de la migraine avec aura est difficile.

Le diagnostic est complexe, il existe des centres spécialisés dans le diagnostic et le traitement des céphalées, une analyse minutieuse des antécédents médicaux et du tableau clinique du patient est nécessaire.
Un journal détaillé de la pathologie est fondamental pendant cette première phase du diagnostic. Dans le journal on doit prendre note de tous les éléments qui suivent avec précision ; ces éléments seront essentiels au médecin pour comprendre les symptômes de la maladie :

  • Liste de chaque trouble dont on souffre, même si, apparemment, il ne paraît pas corrélé à la maladie. On doit écrire, avec précision, quand et de quelle manière il survient, sa durée, et s’il y a un remède qui peut le soulager.
  • Liste avec la survenue et la durée de toutes les maladies dont on souffre.
  • Liste des informations essentielles sur sa propre vie et ses habitudes, comme par exemple les troubles mentaux, les causes de stress, etc.
  • Liste des relatifs dosages de chaque type de médicament ou complément qu’on prend.

Le spécialiste fait une hypothèse de diagnostic sur base des évidences et des informations fournies. L’hypothèse doit être soutenue par des examens de laboratoire qui servent à exclure des pathologies avec des symptômes similaires. Il est donc nécessaire faire :

  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) au cerveau. Afin de pouvoir visualiser l’état des tissus et exclure de possibles tumeurs.
  • Afin d’étudier le bon fonctionnement de la vascularisation intracrânienne.
  • Échographie des carotides. Afin de visualiser de possibles sténoses.
  • Échographie Doppler transcrânienne. Elle montre la présence de micro emboles liée à la pathologie du foramen ovale perméable (FOP). Il s’agit d’une anomalie du cœur qui met en communication l’oreillette droite avec l’oreillette gauche, et qui contrôle la formation d’emboles qui peuvent atteindre le cerveau.
  • Encéphalogramme.

 

Traitement de ce type de migraine.

Le traitement de la migraine avec aura comprend un traitement par médicaments afin de contenir les symptômes, ainsi qu’un traitement de prévention.Migraine avec aura - symptômes
Le traitement pharmacologique pour combattre les symptômes comprend l’administration de médicaments antidouleur. Les plus communs sont les AINS, ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, (Acide acétylsalicylique, Ibuprofène, etc.) qui réduisent l’inflammation et les douleurs. Une autre catégorie est celle des triptans (Sumatriptan, Rizatriptan) qui stimulent les récepteurs de la sérotonine.

Le traitement de prévention de la migraine sert à prévenir les possibles crises. Leur action n’est pas toujours connue en profondeur.
Cette catégorie comprend les médicaments pour les maladies cardiovasculaires tels que : les bêtabloquants et les antagonistes du calcium (inhibiteurs calciques) ; les antidépresseurs comme les ISRS, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ; les anticonvulsivants comme la gabapentine.
Puisqu’il n’existe aucun protocole spécifique pour le traitement de la migraine avec aura, il y a une série de remèdes naturels adoptés avec des résultats discutables.
Le seul fait certain est que, parmi ces remèdes, presque tous n’ont pas plus d’efficacité que les placebos. Les seuls remèdes naturels efficaces sont la massothérapie et les techniques de relaxation, l’acupuncture, et un traitement à base de magnésium régulièrement pris par voie intraveineuse.

 

Combien de temps dure une migraine ? Le pronostic

Généralement, la maladie ne provoque pas des complications graves, toutefois dans quelques cas rares une vasoconstriction excessive des vaisseaux sanguins du cerveau peut provoquer une ischémie cérébrale.
Lors d’un traitement approprié, on peut souvent bloquer la migraine dès l’apparition des symptômes, sinon sa durée varie de quelques heures à 2/3 jours.

 

Migraine avec aura pendant la grossesse et l’allaitement

La migraine avec aura peut s’aggraver ou même débuter pendant la grossesse, à cause des déséquilibres hormonaux.
Pendant la gestation et l’allaitement il est central de concorder avec son gynécologue et avec son médecin le traitement, puisque certains médicaments pourraient être dangereux pour le fœtus et pour le bébé pendant l’allaitement.