Remèdes pour le mal de dos

Les remèdes pour le mal de dos provoquent moins effets secondaires que les traitements médicamenteux (surtout chez les femmes enceintes ou pendant l’allaitement) et peuvent résoudre la cause du problème.

Les remèdes naturels servent à reprendre les activités de la via quotidienne le plus tôt possible. Cependant, les extensions excessives ou les activités qui provoquent d’autres efforts sur la colonne vertébrale lombaire sont déconseillés.
La plupart des experts sont d’accord avec le fait que le repos prolongé au lit ralentit la guérison.

Gymnastique posturale avec le fitball, exercices pour le cou, les épaules
Exercices de gymnastique corrective
© RG. – Fotolia.com

Les personnes qui restent au lit pendant de longues périodes ont plus de probabilité de développer une dépression, une thrombose veineuse profonde aux jambes et une diminution du tonus musculaire.
De rares chercheurs conseillent de rester au lit pendant une période supérieure à 48 heures ou avec une activité réduite. Autrement dit, il est nécessaire de se lever et être en mouvement dans la mesure du possible.
Dormir sur un côté avec un oreiller entre les genoux peut être plus confortable car cela évite la tension sur les rotateurs externes de la hanche. Des médecins recommandent la position couchée sur le dos avec un coussin sous les genoux.

En cas de lombalgie aiguë, il n’y a pas d’exercices spécifiques pour soulager la douleur ou améliorer la fonctionnalité du dos. Les exercices pour le mal de dos sont très utiles pour les personnes qui souffrent de mal de dos chronique pour reprendre les normales activités de la vie quotidienne. Sont conseillés : le renforcement musculaire des muscles abdominaux, dorsaux et lombaires. Le yoga et une série d’exercices d’étirement faits avec régularité sont efficaces pour soulager la douleur lombaire chronique. Les étirements ont un rôle fondamental parmi les exercices contre le mal au dos.

Les médicaments qui peuvent être achetés sans prescription du médecin peuvent donner un soulagement temporaire.

L’ibuprofène (brufen) est un excellent médicament pour le traitement à court terme du mal au dos, même losrsque cela se produit avant le cycle menstruel (syndome pré-menstruel). À cause du risque d’ulcères à l’estomac et de saignement gastro-intestinal il faut consulter le médecin avant de prendre ce médicament pendant une longue période.
L’acétaminophène ou paracétamol (par exemple l’efferalgan) s’est démontré aussi efficace que l’ibuprofène pour soulager la douleur lombaire et dorsale.
Les crèmes ou gels topiques appliqués avec un massage profond et réchauffant n’ont pas la même efficacité que les médicaments pris par voie orale.

Parmi les remèdes de grand-mère, il y a l’application de chaleur directement sur le dos. Même si l’efficacité de cette thérapie n’est pas scientifiquement démontrée, la chaleur relâche les muscles et les ligaments. Éviter la glace qui peut aggraver la contracture musculaire.

En cas de douleur nocturne ou le matin au réveil, il est possible que la cause soit le matelas trop moelleux ou trop dur. Les lattes doivent être en bois ou rigides, le matelas ne doit pas se courber sous le poids du corps, mais ce n’est pas bon non plus s’il est très dur. Sur le marché il y a des matelas memory-form qui peuvent résoudre le mal de dos le matin, mais tout le monde ne s’y trouve pas bien, il vaut donc mieux les essayer avant d’en acheter un.

La douleur nocturne peut être provoquée par des problèmes aux organes internes, par exemple le reflux gastro-œsophagien peut provoquer un mal de dos thoracique uniquement la nuit en plus de la bouche amère, de brûlures d’estomac et la sensation de vomissements.

 

Traitements médicaux pour le mal au dos

 Le traitement initial de la lombalgie (douleur dans la partie basse du dos) se base sur le présupposé que chez 90 % des personnes, la douleur disparaît seule en un mois. Beaucoup d’options différentes de traitement sont disponibles. Certains traitements se sont démontrés être efficaces, par contre d’autres sont plus discutables. On devrait parler de tous les remèdes qu’on veut essayer avec le médecin.

L’auto-traitement est recommandé pour le traitement initial du mal au dos. Le repos au lit n’est pas soutenu par la recherche scientifique, la plupart des experts conseillent deux jours de repos au lit ou deux jours d’activité réduite. Des personnes atteintes de sciatique peuvent aller mieux avec deux ou trois jours de repos. L’application de chaleur peut soulager certaines personnes. Le paracétamol et l’ibuprofène sont utiles pour contrôler la douleur.

De nombreuses études ont discuté l’utilité des traitements actuels pour le mal au dos. On ne sait pas si un traitement donnera des bénéfices tant qu’il n’a pas été essayé. Le médecin peut prescrire des traitements qui ont été utiles précédemment.

 

Médecin, IRM, hernie
Médecin qui contrôle l’IRM pour voir s’il y a des hernies discales.

Médicaments pour le mal au dos

L’option du traitement médicamenteux dépend du diagnostic précis pour le mal de dos. Le médecin décide quel est le médicament le plus approprié sur la base des antécédents, des allergies et de possibles interactions avec les autres médicaments qu’on prend.

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) constituent le principal traitement médical pour le soulagement du mal au dos.

Parmi les plus prescrits il y a le kétoprofène (Ketum) et le diclofénac (Voltarene). Aucun AINS particulier a démontré être plus efficace que les autres pour le contrôle de la douleur. Cependant, le médecin peut modifier la prescription d’un AINS pour un autre pour comprendre celui celui qui fonctionne mieux.

Les COX-2 inhibiteurs, comme le célécoxib (Celebrex), sont des AINS particuliers. Même si le coût élevé peut être un facteur négatif, l’incidence d’hémorragies chères et potentiellement mortelles dans le tractus gastro-intestinal est moins importante avec les COX-2 inhibiteurs par rapport aux AINS traditionnels. Les conséquences à long terme (possible augmentation du risque d’infarctus ou d’AVC) sont en train d’être évaluées.

Le paracétamol est considéré comme efficace pour le traitement de la douleur lombaire aiguë. Un emploi prolongé des AINS peut donner différents effets secondaires potentiels, parmi lesquels une irritation de l’estomac et des dommages aux reins.

Myorelaxants : le spasme musculaire n’est pas universellement accepté comme une des causes du mal au dos, et la plupart des myorelaxants n’ont aucun effet sur le spasme musculaire. Les myorelaxants peuvent être plus efficaces qu’un placebo (pilule de sucre) dans le traitement de la douleur au dos, mais aucune étude a démontré qu’ils sont plus efficaces que les AINS. Aucun bénéfice supplémentaire n’est obtenu avec les myorelaxants en combinaison avec les AINS par rapport à la seule prise d’AINS. Les myorelaxants provoque de la somnolence chez presque 30% des personnes qui les prennent. La prise régulière n’est pas recommandée.

Opioïdes : ces médicaments sont considérés comme une option pour le contrôle de la douleur aiguë au dos. L’utilisation de ces médicaments est associée à de graves effets secondaires parmi lesquels : dépendance, sédation, diminution du temps de réaction, nausée et perte du jugement. Un des effets secondaires les plus gênants est la constipation. Cela se produit chez un grand pourcentage de personnes qui prennent ce type de médicament pendant plus de deux jours. Des études soutiennent l’emploi à court terme pour soulager la douleur temporairement.

La cortisone par voie orale peut donner des bénéfices dans le traitement de la sciatique aiguë. Les injections de stéroïdes dans l’espace épidural ne sont pas efficaces pour améliorer les symptômes ou pour récupérer la fonctionnalité. Elles ne sont pas actuellement recommandées pour le traitement du mal de dos aigu sans sciatalgie.
Les bénéfices obtenus dans le traitement de la douleur lombaire chronique avec la sciatalgie restent controversés. Les injections dans les articulations postérieures, c’est-à-dire entre les facettes articulaires, peuvent être utiles pour les personnes qui souffrent du syndrome des facettes articulaires.
Les infiltrations dans les points-détente myofasciaux (Trigger points) ne donnent pas d’efficacité démontrée pour le mal au dos aigu. Les injections dans les points-détente myofasciauxavec des stéroïdes et un anesthétique local sont utiles pour le mal de dos chronique, mais leur application reste controversée.

 

Chirurgie de la lombalgie

On prend rarement en considération la chirurgie pour une douleur lombaire aiguë, sauf pour la sciatique ou le syndrome de la queue de cheval. Une intervention chirurgicale est utile pour les personnes avec des pathologies progressives du nerf, causées par une hernie discale.

 

Autres thérapies

Manipulation au dos, vertèbres, limitation fonctionnelle
Manipulation lombaire

La manipulation vertébrale ostéopathique ou chiropratique est utile pendant le premier mois du début des symptômes. Les études sur cet argument ont produit des résultats contrastants. Même pour des sujets avec un mal de dos chronique les manipulations ont donné des résultats contrastants. L’efficacité de ce traitement reste inconnue. Pour certaines personnes les manipulations vertébrales sont des remèdes immédiats ou parmi les plus rapides car parfois le patient ne ressent pas de douleur à la fin de la thérapie.

L’acupuncture : les études actuelles n’ont pas donné de résultats posisitifs dans l’utilisation de l’acupuncture pour le traitement de la lombalgie aiguë. Des études scientifiquement valides ne sont pas disponibles. L’efficacité de l’acupuncture reste controversée.

La stimulation nerveuse électrique transcutanée (SNET) fournit des impulsions de stimulation électrique à travers des électrodes de surface. Pour la lombalgie aiguë, il n’y a aucun bénéfice de démontré. Deux petites études ont produit des résultats peu concluants, avec une tendance vers l’amélioration grâce à la SNET. Dans le mal de dos chronique, il y a des preuves contrastantes en ce qui concerne sa capacité à soulager la douleur. Une étude a démontré un léger bénéfice pendant une semaine mais aucune différence dans les trois mois ou plus.
Il n’y a aucun bénéfice connu pour la sciatique.

Exercices : pour le mal au dos aigu, il n’y a actuellement pas de preuves que la kinésithérapie pour le dos et les pilates soient efficaces dans la récupération de la fonctionnalité et dans la diminution de la douleur par rapport au repos. Pour les patients avec une douleur chronique, les études ont démontré des bénéfices grâce aux exercices de renforcement et aux pilates. La thérapie physique peut être guidée de manière optimale par le physiothérapeute ou par le médecin.

Il est important de savoir qu’une des causes de la mauvaise posture est la tension musculaire qui provoque un manque d’entraînement du corps. Il y a des exercices spécifiques qui permettent d’allonger et de relâcher les muscles les plus importants du dos. Certianes personnes trouvent que la méditation ou d’autres formes de relâchement mental sont efficaces pour relâcher les muscles du dos.
De nombreuses personnes retiennent que les traitements et les activités comme la massothérapie, la chiropratique, la manipulation l’ostéopathique, le yoga, le taï-chi ou un programme régulier d’exercices physiques dans une salle de sport peuvent être utiles pour décontracter les muscles et pour améliorer la posture.

Kinésio taping,lombalgie, hernies discales,syndrome du piriforme,contracture carré des lombesKinésio taping pour lombalgie, hernies discales, syndrome du piriforme et contracture du carré des lombes

C’est un bandage utilisé pour tous les syndromes douloureux à charge de la partie lombaire du dos. Action : décontractante. Forme : 4 bandes en forme de « I ». Longueur : 25 cm. Appliquer les bandes légèrement latéralement à la colonne vertébrale sans tension, en faisant fléchir en avant le patient.
Appliquer toujours bilatéralement.

Les remèdes à base de plantes et la fitothérapie ne font pas partie des remèdes les plus efficaces pour la douleur lombaire au sacrum.

 

Contrôles

Après une visite initiale pour la douleur au dos, on recommande de suivre avec attention les instructions du médecin : la prise de médicaments et l’exécution de certaines activités. Le mal de dos s’améliorera, très probablement, en quelques jours. Il ne faut pas se décourager s’il n’y a pas d’amélioration immédiate. Presque toutes les personnes guérissent en moins d’un mois après l’apparition de la douleur.

 

Prévention du mal au dos

Pendant lomgtemps, on a pensé que l’exercice et un style de vie sain permettaient de prévenir le mal au dos. Ce n’est pas toujours vrai. En effet, de nombreuses études ont démontré que des exercices incorrects, comme par exemple des activités avec une forte intensité, peuvent augmenter la probabilité de souffrir de mal de dos.

Toutefois, l’exercice est important pour la santé générale et ne devrait pas être évité. On rapporte ci-dessous des suggestions pour garantir la santé du dos.

  • Activités de basse intensité comme la natation, les promenades et le vélo mettent en forme sans fatiguer la partie inférieure du dos ;
  • Exercices spécifiques : il faut parler avec le médecin de l’exécution de ces exercices ;
  • Il est conseillé le crunch abdominal ; s’il est effectué de manière correcte, le renforcement des muscles abdominaux peut diminuer les récidives du mal de dos ;
  • Même s’ils ne sont pas utiles pour soigner la douleur lombaire, les exercices d’étirement et le yoga sont utiles pour allonger les muscles du dos raccourcis et pour prévenir les récidives de la douleur lombaire ;
  • Les mouvements du bassin aident à allonger les muscles du dos raccourcis ou rrentrés ;
  • Les ceintures de soutien lombaire : les ouvriers qui effectuent fréquemment le soulèvement de charges lourdes peuvent porter ces ceintures. Il n’y a aucune preuve que ces ceintures préviennent les lésions dorsolombaires. Une étude a même démontré que ces ceintures augmentent le risque de lésions ;
  • Précautions sportives : ceux qui souffrent de mal au dos ou de sciatalgie devraient éviter certains exercices en salle de sport, en particulier les squat et la presse pour les jambes (leg-press). En plus les cyclistes doivent s’abstenir de pédaler en montée.

 

Combien de temps dure-t-il ? Pronostic pour le mal de dos

Le pronostic pour les personnes avec un mal au dos aigu dépend de la cause qui a provoquée la douleur.

Dans 90% des cas, un épisode de mal de dos sans autres troubles de santé guérit en un mois environ.
Pour environ la moitié de la population, le mal au dos peut revenir.
Environ 80% des personnes avec une sciatique récupère complètement, avec ou sans chirurgie. La période de récupération est beaucoup plus longue que pour une lombalgie aiguë sans complications. Il est possible de récupérer plus vite en restant actif et en évitant plus de deux ou trois jours de repos au lit.