Chirurgie pour le canal lombaire étroit

La chirurgie pour le canal lombaire étroit (ou sténose du canal lombaire) doit être considérée uniquement si l’exercice physique régulier et les médicaments ne réussissent pas à atténuer les symptômes.

 

Quels sont les traitements non chirurgicaux pour le canal lombaire étroit ?

En l’absence d’implication grave ou progressive du nerf, un médecin peut prescrire un ou plusieurs des remèdes conservateurs suivants :

  • Corset, dos, sténose, douleur, pieds, marcher
    Corset

    Un corset pour le dos est utile pour soutenir et aider le patient à récupérer sa mobilité.
    Cette approche est parfois utilisée chez les patients avec des muscles abdominaux faibles ou chez les personnes âgées avec une dégénération à différents niveaux de la colonne vertébrale ;

  • Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’aspirine, le naproxène, l’ibuprofène ou l’indométacine pour réduire l’inflammation et soulager la douleur ;
  • Les antalgiques, comme le paracétamol, sont utiles pour diminuer la souffrance ;
  • Les injections de corticoïdes dans la membrane la plus externe qui couvre la moelle épinière et les racines nerveuses servent à réduire l’inflammation et la douleur aiguë qui se diffuse dans les hanches ou le long des jambes ;
  • Les injections d’anesthétiques, par exemple les blocages nerveux près du nerf touché, soulagent temporairement la douleur ;
  • Limitation des activités (elle varie selon l’importance de l’implication du nerf) ;
  • Prescrire des exercices de gymnastique et/ou de physiothérapie pour maintenir l’amplitude de mouvement de la colonne vertébrale, renforcer les muscles abdominaux et lombaires, améliorer la résistance, sont des remèdes qui aident à stabiliser la colonne vertébrale.
    Certains patients peuvent être encouragés à essayer lentement et graduellement l’activité aérobie comme la natation ou le vélo d’appartement.

 

Thérapies alternatives

 Les thérapies alternatives (ou complémentaires) sont des méthodes différentes d’assistance médicale, ce sont des pratiques et des produits qui ne sont pas reconnus par la médicine conventionnelle.
Voici ci-dessous des exemples de ces thérapies utilisées pour traiter le canal lombaire étroit :

Chiropractie
Ce traitement est basé sur la théorie que la limitation du mouvement de la colonne vertébrale réduit le fonctionnement correct de la colonne et peut provoquer des douleurs.
Les chiropraticiens peuvent manipuler la colonne vertébrale pour rétablir la circulation dans la moelle épinière. Ils peuvent utiliser aussi l’extension et la rotation pour augmenter l’espace entre les vertèbres et réduire la pression sur les nerfs intéressés.
Certains experts pensent que la chiropractie peut apporter des bénéfices.
La recherche a jusqu’à présent démontré  que le traitement chiropratique est presque aussi efficace que les traitements non chirurgicaux pour le mal de dos aigu.

Acupuncture
Ce traitement se réalise en stimulant des points précis sur la peau en insérant dans la peau de fines aiguilles métalliques.
La recherche a démontré que le dos est une zone où l’acupuncture peut apporter des bénéfices chez certaines personnes.
Les médecins généralistes et les spécialistes peuvent suggérer ces thérapies outre les traitements conventionnels.

 

Intervention chirurgicale

Fusion, vertébrale, instabilité, intervention, chirurgicale, neurochirurgien
Fusion des vertèbres
alexmit/bigstockphoto.com

L’opération peut être recommandée chez les personnes dont l’état ne s’améliore pas avec les traitements décrits ci-dessus ou s’il y a une faiblesse grave et progressive, une perte de fonctionnalité intestinale ou une incontinence urinaire (comme le syndrome de la queue de cheval).
Selon les résultats des examens instrumentaux, il y a différentes techniques chirurgicales disponibles pour traiter le canal lombaire étroit, qui vont de la laminectomie à la fusion de deux ou plusieurs vertèbres.
L’objectif principal de la neurochirurgie est celui d’éliminer les structures qui provoquent une compression des nerfs dans le canal rachidien ou dans le foramen vertébral. Cette technique concerne la chirurgie de décompression lombaire (laminectomie, foraminotomie).
Pour certains patients, cette procédure peut être effectuée seule, mais pour d’autres elle doit être combinée avec la fusion des vertèbres lombaires.
Si on enlève trop de structures compressives pour libérer le nerf, les vertèbres peuvent devenir instables. Cela cause un mouvement anormal des os. Pour résoudre l’instabilité, le chirurgien peut effectuer une fusion spinale pour unir les vertèbres et éliminer le mouvement à ce niveau.
Parfois, cette procédure comporte l’introduction d’une prothèse métallique dans les vertèbres pour soutenir et fixer les os impliqués de manière adéquate.
La chirurgie pour le canal lombaire étroit est très efficace dans la plupart des cas pour soulager les symptômes aux jambes : douleur, sciatalgie et engourdissement.
Cependant, selon la gravité et la durée de la compression, on peut avoir quelques dommages permanents qui ne se résolvent pas avec la chirurgie.
Les résultats de l’opération sont bons pour les jambes, mais en général pour le mal de dos, il y a moins de bénéfices.

 

Nouvelles options chirurgicales

 La procédure avec des dispositifs inter-épineux a été développée comme une option chirurgicale mini-invasive pour le canal lombaire étroit. On insère un implant entre les processus épineux dans la partie postérieure de la colonne vertébrale. Son rôle est de maintenir ouvert l’espace pour les nerfs en divisant les vertèbres. Les implants inter-épineux ont été approuvés en 2005.
Beaucoup d’interventions chirurgicales ont été réalisées depuis. Dans certaines études, les taux de succès sont supérieur à 80%.
Ces dispositifs peuvent être une alternative sûre à la laminecotomie chez certains patients. Avec cette technique chirurgicale on enlève une petite partie de l’os et cela peut se faire sous anesthésie locale.
La clé du succès de cette technique est la sélection appropriée des patients. Le candidat idéal doit ressintir un allègement de la douleur au fessier et à la jambe quand il est assis ou plié en avant, la douleur étant ressentie en restant debout.

intervention pour la sténose lombaire, décompressionDécompression mini-invasive
La décompression peut être réalisée par de petites incisions. La récupération est plus rapide avec des techniques mini-invasives car il y a moins de lésions aux tissus mous environnants. Avec ces techniques peu invasives, les chirurgiens se basent sur des microscopes pour étudier la zone sur laquelle ils doivent opérer.
On peut faire des radiographies pendant une opération.
Une traditionnelle intervention chirurgicale à ciel ouvert nécessite une visualisation directe de l’anatomie du patient et une incision plus grande est donc indispensable.
Cela est plus douloureux pour le patient et comporte un temps de récupération plus long. La limitation de la chirurgie mini-invasive est le niveau de visualisation disponible. Si le canal lombaire étroit s’étend sur une zone vaste de la colonne vertébrale, une opération à ciel ouvert est la seule manière de résoudre le trouble.
Les avantages des procédures mini-invasives sont : une hospitalisation réduite et des temps de récupérations inférieurs. Cependant, les techniques mini-invasive comme celles traditionnelles soulagent les symptômes de la sténose.
Le médecin est capable d’expliquer les options qui satisfont le plus les exigences du patient.

 

Convalescence postopératoire

 La récupération postopératoire est rapide pour les interventions mini-invasives, on peut déjà marcher trois jours après l’opération.

La sortie de l’hôpital dépend des conditions du patient et de la décision du chirurgien. On peut sortir du jour suviant l’opération à cinq jours après l’opération.

Exercices, réhabilitation, physiothérapie, douleur, dos, sténose, intervention
Exercices de réhabilitation post-intervention de canal lombaire étroit

Pour récupérer le mouvement, l’équilibre et pour soulager la douleur, on conseille un programme adéquat de rééducation post-opératoire.

 

Risques

Toutes les interventions chirurgicales comportent des risques, en particulier les opérations qui prévoient une anesthésie générale et celles qui se réalisent sur les personnes âgées.

Les complications les plus fréquentes des opérations chirurgicales pour le canal lombaire étroit sont :

  • une lésion de la membrane qui recouvre la moelle épinière (la dure-mère) à l’endoit où a lieu l’intervention ;
  • une infection ,
  • une thrombose veineuse profonde (caillot de sang qui se forme dans les veines). 

Ces pathologies peuvent être soignées mais prolongent les temps de récupération.
La présence d’autres troubles et la condition physique du patient sont des facteurs importants à prendre en compte quand on décide d’effectuer une intervention chirurgicale.

Quels sont les résultats à long terme du traitement chirurgical pour le canal lombaire étroit ?
L’élimination de l’obstruction qui a causé les symptômes soulage normalement les patients ; la plupart des patients ont moins de douleur aux jambes et sont capables de mieux marcher après l’opération.
Cependant, si les nerfs étaient gravement abîmés avant l’intervention chirurgicale, il peut y avoir quelques douleurs restantes ou un engourdissement.
En outre, le processus dégénératif continue probablement et la douleur ou la limitation des activités peuvent se revenir après une opération.
Les résultats publiés par le Spine Patient Outcomes Research Trial (SPORT) montrent que chez les patients avec le canal lombaire étroit, le traitement chirurgical est plus efficace que la thérapie conservatrice pour soulager les symptômes et améliorer la fonctionnalité. Cependant, les conditions des patients qui ont reçu des thérapies non chirurgicales se sont également améliorées un peu pendant la même période.