Typhus et fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde (appelée aussi typhus abdominal) est une maladie aiguë causée par la bactérie Salmonella typhi, qui provoque généralement aussi de la fièvre.

Le typhus peut être causé aussi par Salmonella paratyphi, une bactérie qui provoque généralement une maladie moins grave.

Causes du typhus

Les bactéries qui causent la fièvre typhoïde (S. typhi) se diffusent à travers des aliments contaminés, des boissons ou de l’eau.

Si on mange ou qu’on boit quelque chose qui est contaminée, les bactéries entrent dans le corps. Successivement, S. Typhi voyage dans l’intestin et donc dans le flux sanguin, où il peut arriver aux ganglions lymphatiques, à la vésicule biliaire, au foie, à la rate et à d’autres parties du corps. Quelques personnes peuvent devenir des vecteurs de S. typhi et elles peuvent continuer à relâcher les bactéries dans les selles pendant des années, en diffusant la maladie. La fièvre typhoïde est fréquente dans les pays en voie de développement, mais presque 400 cas sont signalés aux États-Unis toutes les année.
La plupart des cas aux États-Unis sont portés par d’autres pays où la fièvre typhoïde est diffusée.
La fièvre typhoïde est très contagieuse. Une personne infectée peut passer les bactéries du corps aux selles quand il va à la selle ou, moins souvent, quand il urine.

 

Comment se transmet le typhus ?

Quand une personne infectée va à la selle, les bactéries de Salmonella typhi peuvent passer dans les selles. Si on ne se lave pas les mains de façon adéquate après être allés aux toilettes, S. typhi peut contaminer n’importe quel aliment qu’on touche. La contagion est de type oro-fécale, c’est à dire qu’on élimine le micro-organisme à travers les selles et qu’on prend la maladie à travers la bouche. Si les aliments infectés sont mangés par une autre personne, elle aussi peut se contaminer. Moins fréquemment, la bactérie Salmonella typhi peut se diffuser des urines. Si une personne infectée manipule la nourriture sans laver les mains correctement après la miction, elle peut contaminer quelqu’un d’autre qui mange la nourriture contaminée.
Dans certaines parties du monde avec des conditions hygiéniques sanitaires insuffisantes, les ordures humaines infectées peuvent contaminer les sources d’eau. Les personnes qui boivent de l’eau contaminée ou qui mangent de la nourriture qui a été lavée dans de l’eau contaminée, peuvent contracter la fièvre typhoïde.
D’autres moyens avec lesquels on peut contracter la fièvre typhoïde sont :

  • En utilisant des toilettes qui ont été contaminées avec des bactéries et en se touchant la bouche avant de se laver les mains ;
  • Manger des crustacés ou des fruits de mer qui proviennent de l’eau d’une source contaminée par des selles infectées ou par des urines ;
  • Avoir des rapports sexuels oraux ou anaux avec une personne qui est porteuse de bactéries de Salmonella typhi.

 

Vecteurs du typhus

Si la fièvre typhoïde n’est pas soignée, on estime qu’une personne sur 20 qui survit à l’infection deviendra une porteuse saine de la maladie. Cela signifie que les bactéries de la Salmonella typhi continuent à vivre dans la vessie et qu’elles peuvent encore se diffuser avec les selles ou les urines. Cependant, les vecteurs de la fièvre typhoïde n’ont aucun symptôme.

 

Incubation du typhus

La période d’incubation peut varier de 3 à 90 jours, la durée est en moyenne de 1 / 3 semaines.

 

Symptômes du typhus

Quoique les enfants avec la fièvre typhoïde tombent malades soudainement, c’est plus probable qu’on développe les signes et les symptômes de façon graduelle. La fièvre typhoïde apparaît souvent à partir d’une à trois semaines après l’exposition à la maladie. Le cours est subdivisé dans des septénaires parce que chaque semaine a des caractéristiques précises.

1° semaine de fièvre typhoïde.
Une fois que les signes et les symptômes apparaissent, il est fort probable de percevoir :

  • De la fièvre, qui commence réduite et qui augmente chaque jour, qui arrive souvent à 39,4 ou 40°.
  • Du mal à la tête,
  • De la faiblesse et fatigue,
  • De la toux sèche,
  • De la perte d’appétit,
  • Du mal au ventre,
  • De la diarrhée ou de la constipation,
  • Des éruptions cutanées.

2° semaine de fièvre typhoïde
Si on ne reçoit pas de traitement pour la fièvre typhoïde, on peut entrer dans la deuxième phase pendant laquelle on dévient très malades et on remarque :

  • De la fièvre élevée et constante,
  • De la diarrhée ou de la constipation grave,
  • De la perte de poids considérable,
  • Le ventre gonflé, extrêmement dilaté.

3° semaine de fièvre typhoïde
L’évolution change pendant la troisième semaine, on peut :

  • Délirer,
  • On reste immobile et épuisé, avec les yeux entrouverts, cela est un symptôme typique du typhus,
  • Les complications mortelles se développent souvent pendant cette semaine.

4° semaine de fièvre typhoïde
L’amélioration peut commencer lentement pendant la quatrième semaine. La fièvre se réduit probablement de façon graduelle jusqu’à quand la température ne retourne pas normale, après une semaine ou dix jours. Les signes et les symptômes peuvent réapparaître jusqu’à deux semaines après que la fièvre s’est calmée.
Par rapport au choléra, le typhus est beaucoup moins grave et la mortalité est mineure.

 

Complications et conséquences possibles

  • Une hémorragie intestinale (un grave saignement),
  • La perforation intestinale,
  • Une insuffisance rénale,
  • La péritonite.

 

Comment est-ce qu’on fait le diagnostic de fièvre typhoïde ?

Typhus et fièvre typhoïdeSi on suspecte d’avoir le typhus, le médecin de famille ordonne une culture des selles et /ou l’analyse de sang selon les symptômes physiques du patient, pour identifier de façon spécifique les bactéries de Salmonella typhi. Le médecin demande au patient des informations sur ses antécédents et sur les voyages qu’il a fait, pour évaluer l’exposition aux bactéries. Des tests supplémentaires qui peuvent être utiles pour diagnostiquer la fièvre typhoïde sont les examens pour les anticorps fluorescents.

 

Le traitement pour le typhus

Le traitement antibiotique est le seul traitement efficace pour la fièvre typhoïde.

Antibiotiques prescrits généralement

  1. La ciprofloxacine (Ciflox). Aux États-Unis, les médecins prescrivent souvent ce médicament pour les adultes (mais pas pour les femmes enceintes).
  2. Le ceftriaxone (Rocephine). Cet antibiotique sous forme d’injections est une alternative pour les femmes enceintes et pour les enfants qui ne peuvent pas prendre la ciprofloxacine.

Ces médicaments peuvent causer des effets collatéraux, et l’utilisation à long terme peut porter au développement de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Problèmes avec la résistance aux antibiotiques
Dans le passé, le médicament choisi a été le chloramphénicol (Cebedexacol). Cependant, aujourd’hui les médecins ne le prescrivent pas souvent à cause de ses effets secondaires : un taux élevé d’aggravation de la santé après une période d’amélioration (rechute) et une résistance bactérienne diffusée. En effet, l’existence de bactéries résistantes aux antibiotiques est un problème croissant dans le traitement du typhus, surtout dans les pays en voie de développement. Pendant les dernières années, S typhi s’est démontré résistant au co-trimoxazole (Bactrim forte) et à l’ampicilline (Ampicilline Panpharma, Totapen).

 

Remèdes naturels pour le typhus

D’autres phases de traitement qui visent à gérer les symptômes sont :

  • Boire beaucoup de liquides. Cela aide à prévenir la déshydratation qui est une conséquence de la fièvre prolongée et de la diarrhée. Dans le cas de déshydratation grave, il pourrait être nécessaire de recevoir des fluides par voie endoveineuse (à travers une veine dans le bras).
  • Une alimentation saine. Les repas hypercaloriques peuvent aider à récupérer les substances nourrissantes qu’on perd pendant la maladie.

 

Pronostic du typhus

Il y a de bonnes perspectives si on suit le traitement avec des antibiotiques, le patient peut être autorisé à sortir de l’hôpital quand la maladie est stable. Une bonne hygiène générale (comme toujours) devrait être maintenue à la maison parce que les bactéries peuvent continuer à être expulsées dans les selles pendant plusieurs semaines. Si le patient travaille avec des aliments, il devrait rester à la maison jusqu’à quand au moins deux échantillons de selles montrent l’absence de l’infection.

Rechute
Environ 1 personne sur 20 qui fait le traitement pour la fièvre typhoïde a une rechute. Les symptômes réapparaissent environ une semaine après la fin du traitement antibiotique.

Vecteurs à long terme
Après que les symptômes disparaissent, on devrait faire un autre test des selles pour vérifier s’il y a encore des bactéries de Salmonella typhi dans les selles. S’il y en a, cela signifie que le patient est encore un vecteur de la fièvre typhoïde et qu’il doit faire un cycle supplémentaire de 28 jours d’antibiotiques pour éliminer les bactéries.

 

Vaccin pour le typhus

Il y a deux vaccins pour prévenir le typhus. L’un est le vaccin avec la bactérie inactivée (tuée) qui se fait avec une injection et l’autre est le vaccin avec une bactérie vive et atténuée (affaiblie), cela se prend par voie orale (par bouche).
Le vaccin pour la fièvre typhoïde est conseillé pour :

  1. Les voyageurs qui vont dans des parties du monde où le typhus est fréquent (note : le vaccin pour le typhus n’est pas efficace 100% et il n’est pas un médicament qui permet de ne pas faire attention à ce qu’on mange ou qu’on boit).
  2. Les personnes à contacte serré avec un vecteur du typhus.
  3. Les opérateurs de laboratoire qui travaillent avec les bactéries de Salmonella typhi.

Vaccin inactivé typhoïde (injection)
Il ne doit pas être administré aux enfants qui ont moins de deux ans. Une dose est suffisante pour avoir la protection. Il devrait être administré au moins deux semaines avant le voyage pour donner le temps au vaccin d’être efficace. Une dose de rappel est nécessaire toutes les deux années pour les personnes qui restent à risque. Les effets secondaires comprennent la céphalée, un mal-être général et de la fièvre.

Vaccin typhoïde vif (oral)
Il ne doit pas être donné aux enfants qui ont moins de six ans.
Quatre doses, données à deux jours de distance, sont nécessaires pour la protection.
La dernière dose doit être administrée au moins 1 semaine avant le voyage pour donner le temps au vaccin d’être efficace. Toutes les cinq années une dose de rappel est nécessaire pour les personnes qui restent à risque.
Le vaccin peut être administré avec d’autres vaccins.

Les effets secondaires du vaccin oral :

  • Des troubles gastro-intestinaux comme du mal au ventre, du vomissement et de la diarrhée
  • De l’urticaire ou des éruptions cutanées.

 

Prévention du typhus

Suivre ces lignes guides quand on voyage dans des zones avec un risque élevé :

  1. Se laver les mains. Le lavage fréquent des mains est la façon la meilleure pour contrôler l’infection. Se laver les mains soigneusement avec de l’eau chaude et du savon, surtout avant de manger ou de préparer la nourriture et après avoir été aux toilettes. Emmener avec soi un désinfectant à base d’alcool où l’eau n’est pas disponible.
  2. Éviter de boire de l’eau non traitée. L’eau potable contaminée est un problème surtout dans les zones où le typhus est endémique (cause des épidémies). Pour cette raison, il faut boire seulement de l’eau embouteillée ou des boissons gazeuses dans des canettes ou dans des bouteilles. On peut boire du vin et de la bière. L’eau minérale gazeuse est plus sure par rapport à celle naturelle. Nettoyer l’extérieur des bouteilles et des canettes avant de boire. Demander des boissons sans glace. Utiliser de l’eau en bouteilles pour se laver les dents.
  3. Éviter des fruits et des légumes non pelés, surtout la salade. Pour être complètement surs, on conseille d’éviter la nourriture crue.
  4. Choisir les aliments cuits. Éviter la nourriture servie à température ambiante. Les aliments chauds fumants sont les meilleurs. Il serait préférable d’éviter la nourriture des vendeurs ambulants.

 

Paratyphus

Le paratyphus est une maladie infectieuse similaire au typhus de type aigu, causée par le micro-organisme Salmonella paratyphi. Les symptômes du paratyphus sont les même que ceux d’une inflammation intestinale : de la fièvre, du vomissement, de la diarrhée, du mal au ventre et de l’hypertension artérielle. Le pronostic de paratyphus est de 10/14 jours, c’est similaire au typhus, mais moins grave et plus bref.
Les complications de paratyphus sont rares. Le diagnostic se fait avec l’analyse des selles. Il ne sert pas généralement de traitement, mais dans les cas les plus graves le médecin peut prescrire les antibiotiques : ampicilline, amoxicilline, quinolones et céphalosporine.