Rhagades anales

Les rhagades anales sont des blessures ou lésions qui se manifestent dans l’anus et se prolongent vers le haut, dans le canal anal.
Les rhagades anales peuvent se classifier en fonction de la durée des symptômes.

Par exemple:

  • Rhagade anale aiguë – si les symptômes ne durent pas plus de six semaines
  • Rhagade anale chronique – si les symptômes persistent pendant plus d’un mois et demi.

Le sphincter anal externe est consciemment contrôlé par chaque individu. Mais le sphincter anal interne n’est pas contrôlé par le cerveau.
Ce muscle est constamment sous pression ou sous tension.
Certaines personnes peuvent avoir une tension excessive dans les deux anneaux musculaires (sphincters) qui tiennent l’anus sous contrôle.
Il s’agit d’une contracture (ou spasme) musculaire très  douloureuse qui empêche le passage des selles. Il produit alors un gros frottement contre la muqueuse du canal anal qui se lézarde.

Une rhagade anale peut se manifester si le sphincter interne subit une pression trop forte quand il est au repos. Cela a pour conséquence, un spasme musculaire et une réduction du flux sanguin dans l’anus.
La forte pression au repos rend bien plus difficile la guérison de la rhagade.

 

Localisation

Normalement, les lésions cutanées se manifestent postérieurement, mais elles peuvent apparaître dans la partie antérieure de l’anus, surtout si le malades souffre de rectocolite hémorragique (colite ulcéreuse), de syphilis ou de la maladie de Crohn, une maladie intestinale inflammatoire qui déclenche de la diarrhée accompagnée de sang dans les selles, des douleurs abdominales, de la fièvre, une perte de poids et des rhagades ou fistules en marge de l’anus.

 

Quelles sont les causes des rhagades anales?

Les rhagades anales sont dues à des lésions (traumatismes) du canal anal. La lésion peut se manifester si:

  • Une quantité de selles trop volumineuse est expulsée, ce qui élargit le canal anal.
  • L’individu souffre de constipation et essaie d’expulser des selles dures.
  • L’individu est sujet à la diarrhée.

L’accouchement aussi peut causer des traumatismes au canal anal. C’est durant l’accouchement que certaines femmes voient se manifester les rhagades anales.
Les rhagades sont provoquées aussi par l’introduction des doigts (par exemple au cours d’un contrôle de la prostate), l’introduction de corps étrangers(corpi estranei) ou à la suite d’un rapport arrière.

Etant donné que beaucoup de personnes souffrent de constipation ou ont la diarrhée sans avoir de rhagades anales, de nombreux experts soutiennent que d’autres raisons causent les rhagades anales.

Ces causes plus rares sont:

  • Le cancer de l’anus
  • Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)
  • La tuberculose
  • La syphilis
  • L’herpès*

 

Symptômes des rhagade anales

Parmi les signaux et les symptômes des rhagades anales, on distingue:

  • Une douleur, forte parfois, durant la défécation,
  • Une douleur qui peut durer longtemps après l’expulsion des selles,
  • Du sang rouge clair sur le papier hygiénique,
  • Une démangeaison ou une irritation autour de l’anus,
  • Une brûlure anale,
  • Une douleur quand on fait du vélo, surtout du vélo de course qui a une selle étroite,
  • Une fissure de la peau visible autour de l’anus.

 

Complications des rhagades anales

Les complications des rhagades anales sont les suivantes:

Une guérison manquée. Une rhagade anale qui ne guérit pas en six semaines, est considérée chronique et peut nécessiter d’un traitement ultérieur.

Une récidive. Après avoir souffert de rhagade anale, il est plus facile d’en avoir une autre.

Une lésion qui se propage jusqu’aux muscles environnants. Une raghade anale peut arriver jusqu’à l’anneau musculaire qui garde l’anus fermé (sphincter anal interne), ce qui rend la guérison plus difficile.
Une rhagade qui n’est pas guérie, risque de déclencher un cycle vicieux qui oblige à prendre des médicaments ou à faire une opération chirurgicale afin de faire diminuer la douleur et de réparer la lésion.

 

Diagnostic des rhagades anales

On diagnostique une rhagade par un examen rectal qui peut être effectué manuellement ou visuellement.
On utilise un instrument spécial dénommé « anuscope ou sigmoïdoscope ».
Un de ces tests permet de déterminer la présence d’une hémororragie à l’intérieur de l’anus, ou un autre problème.

Dans le diagnostic différentiel, le médecin doit exclure:

  • L’abcès péri-anal,
  • Les hémorroïdes,
  • La fistule péri-anale.

 

Traitement initial des rhagades anales

Chez la plupart des personnes, les rhagades guérissent spontanément en une semaine, comme n’importe quelle petite entaille ou déchirure de la peau.

La thérapie a pour but de réduire  la pression sur le canal anal et de soulager de la douleur, tout en rendant les selles molles durant la guérison de la rhagade.

 

Soulager de la douleur et de la gêne
Les bains chauds ont un effet calmant et facilitent la détente de l’anus, ils soulagent donc de la douleur.

Une pommade anesthésique peut faire diminuer le mal.
Un usage limité de ce médicament est conseillé (5-7 jours).
Utilisé pendant longtemps, l’anesthésie peut irriter ou sensibiliser la peau qui entoure l’anus.
Il est possible de l’acheter seulement sur ordonnance médicale. Mais certains produits peuvent être achetés en pharmacie sans ordonnance.

Une pommade à base de cortisone est prescrite par le médecin dans la mesure où une grosse inflammation est visible tout autour de la lésion.
Les médicaments contenant de la cortisone font diminuer l’inflammation et l’enflure qui entoure la lésion et ils calment aussi la démangeaison et la douleur. Ils ne doivent pas être utilisés pendant plus d’une semaine.
Se laver soigneusement l’anus après avoir été aux toilettes. S’essuyer délicatement. Ne pas utiliser de savon quand on a mal parce que le savon peut irriter la peau.

Les antalgiques, comme le paracétamol ou l’ibuprofène aident à faire passer la douleur (éviter la codéine).
Nettoyer avec délicatesse la zone ano-rectale, en évitant de rester assis pendant trop de temps sur le Water.

Utiliser de la vaseline pour lubrifier la zone ano-rectale.
Ces pratiques de soins de conservation, à peine indiquées, permettent la guérison de la plupart des rhagades (80-90 pour cent) en quelques semaines ou en quelques mois.

 

Péristaltisme,difficile,digestion,rhagades,anales,diagnosticAlimentation correcte, éviter la constipation et garder des selles molles

Pour soigner les rhagades d’une manière naturelle, il faut manger une grande quantité de fibres que l’on trouve dans les fruits, les légumes, les céréales, le pain complet, etc.

Boire beaucoup. Les personnes adultes devraient boire au moins deux litres (10-12 tasses) de liquides par jour. La plus grande partie des fluides est expulsée sous forme d’urine, mais une certaine quantité pénètre dans l’intestin et amollit les selles.
Presque toutes les boissons sont utiles pour cela, mais les alcools peuvent provoquer la déshydratation, il faut donc les éviter.

Eviter aussi les produits renfermant de la caféine  (ils déshydratent). 

Les compléments alimentaires à base de fibres
Si le régime riche en fibres n’est pas suffisant, on peut prendre des compléments  alimentaires à base de fibres, par exemple l’ispaghul, la méthylcellulose, le son ou la gomme de sterculia.
Ses produits sont vendus en pharmacie sur ordonnance. La méthylcellulose facilite aussi l’amollissement des selles au moment de la défécation.

Toilettes
Ne pas ignorer le besoin d’aller aux toilettes pour aller à la selle.
Il y a des gens qui repoussent cette sensation et retardent leur envie d’aller aux toilettes.
Cette réaction implique souvent la formation de selles plus volumineuses et plus difficiles à expulser.

Il faut éviter les analgésiques qui renferment de la codéine, comme l’Algicalm, le Claradol, parce qu’ils provoquent de la constipation. Il vaut mieux utiliser le paracétamol pour diminuer la gêne provoquée par une rhagade.

 

Rhagades anales chez les enfants

Les mesures indiquées ci-dessus, s’appliquent aux enfants qui peuvent avoir des rhagades tout comme les adultes. Les enfants évitent d’aller à la selle quand ils ont mal à l’anus.
Cela crée un cercle vicieux car des selles encore plus volumineuses se forment et elles sont plus difficiles à expulser par la suite.
Donc, en plus des mesures déjà mentionnées, le médecin a la faculté de prescrire des laxatifs aux enfants souffrant de rhagades anales.
Le but est de faire amollir les selles, de sorte que la rhagade guérisse par elle-même.

 

Que se passe-t-il si la raghade anale ne guérit pas malgré la thérapie ?

Le plus souvent, une rhagade anale guérit en 1-2 semaines, mais chez certaines personnes les temps de guérison sont plus longs.
Au bout de six semaines, quand elle devient, techniquement parlant, une rhagade anale chronique, il existe encore une possibilité de guérison spontanée, même sans traitement.
Toutefois, le traitement aide sûrement à guérir plus vite.

Le traitement a comme but de:

  • Détendre le tonus des muscles entourant l’anus. Cela améliore la circulation du sang et permet à la rhagade de guérir au plus vite.
  • Maintenir des selles molles.

Pommade de Trinitrate de glycéryle
Appliquée sur l’anus, la pommade deTrinitrate de glycéryle fait détendre les muscles qui entourent l’anus (sphincter anal); ce qui pourrait faciliter la guérison de la lésion.
La pommade permet aussi d’être soulagé de la douleur très rapidement. Le médecin peut conseiller d’utiliser du Trinitrate de glycéryle  pendant plus d’une semaine, surtout s’il s’agit d’une rhagade anale chronique.

Cependant, quand les thérapies ne donnent pas de résultats et les rhagades anales persistent, il faut faire appel à d’autres traitements, parmi lesquels:

  1. L’utilisation de suppositoires ou de pommades renfermant de l’hydrocortisone pour réduire l’inflammation
  1. Appliquer d’autres pommades et onguents:
  • Une pommade médicinale pour faciliter la guérison de la lésion,
  • Un médicament topique myorelaxant pour détendre les muscles de l’anus,
  • Une pommade analgésique pour diminuer la douleur, si elle empêche la défécation,
  • La nitroglycérine ou des médicaments bloqueurs du canal calcique (les antagonistes du calcium) pour détendre la musculature anale et faire augmenter le flux sanguin dans la zone.
  1. Injections de toxine botulique de type A (Botox) dans le sphincter anal. L’injection paralyse temporairement le muscle du sphincter anal, faisant diminuer la douleur et facilitant la guérison.
  1. Opération chirurgicale

 

En quoi consiste l’intervention chirurgicale? 

Avant de prendre en considération l’aspect chirurgical, le médecin devra visiter à nouveau le malade et effectuer d’autres tests pour déterminer s’il y a d’autres options thérapeutiques possibles.
La guérison des rhagades peut ne pas avoir lieu à cause de la présence de cicatrices ou de spasmes musculaires du sphincter anal interne.

Quand faut-il opérer ?

Cela dépend de la résistance individuelle au mal, les rhagades peuvent guérir par elles-mêmes, mais du moment où elles deviennent chroniques, il faut songer à l’intervention.
La décision dépend surtout de la gravité des symptômes.

Il existe différentes techniques chirurgicales pour le traitement des rhagades anales.

Sphinctérotomie latérale interne
Cette procédure  connaît le plus haut taux de guérison, et c’est la procédure la plus utilisée pour les rhagades anales. Dans cette opération, le chirurgien effectue une incision dans le muscle du sphincter anal interne le long de la fissure.
L’intervention est effectuée sous anesthésie locale, elle dure un quart d’heure et après être resté en observation pendant quelques heures, le malade peut rentrer chez lui.
L’incision du muscle provoque rarement une incontinence fécale.
Normalement, la chirurgie s’effectue en journée.
La douleur s’apaise en quelques jours et la guérison complète se fait en peu de semaines.
Des antibiotiques peuvent être ordonnés par le médecin pour empêcher l’infection de l’incision chirurgicale.

Fistulotomie
Dans cette procédure, la raghade anale est enlevée complètement, laissant apparaître une incision ouverte qui guérit naturellement. Cette opération peut s’effectuer seule, avec la sphinctérotomie latérale interne ou en associant l’injection de médicaments, tel que le trinitrate de glycérile ou la toxine botulinique A.
La fistulotomie est effectuée dans le cas de fistule anale (une structure qui ressemble à un tunnel qui relie la peau entourant l’anus, au rectum) et de rhagades anales.

Dilatation avec les dilatateurs
Il s’agit d’une technique qui dilate passivement le canal anal avec l’introduction de dilatateurs anaux à diamètre croissant, par exemple, le Dilatan.
Il n’existe pas d’études spécifiques qui prouvent l’efficacité de cette procédure médicale, mais dans certains cas, elle est donne de bons résulttas.

La dilatation avec le ballon de dilatation
La dilation anale avec le ballon de dilatation est un traitement très efficace pour les rhagades anales, qui fournissent des taux plus faibles d’incontinence fécale par rapport à la sphinctérotomie interna latérale interne.
La dilatation anale pneumatique permet d’éviter certaines complications de la sphinctérotomie: saignement, abcès, fistule et douleur chronique.
Les dilatateurs sont utiles aussi pour la délicate dilatation qui doit être faite pour toutes les interventions chirurgicales anorectales.

La procédure consiste dans l’introduction d’un ballon de dilatation dans le canal anal.
En principe, cette opération se fait sous anesthésie locale.
Quand le ballon se trouve à l’intérieur, il se gonfle avec une pression spécifique.
Le ballon appuie sur le muscle élévateur de l’anus pendant quelques minutes, et il arrive à détendre le muscle contracté, grâce à un réflexe neurologique naturel du corps humain.
L’hospitalisation et l’intervention se font en journée, et le malade rentre chez lui le jour même.
Cette nouvelle méthode est très efficace.

Intervention chirurgicale au niveau de l’anus
L’intervention chirurgicale au niveau de l’anus est une technique qui  consiste dans le remplacement du tissu déchiré dans la rhagade, avec la muqueuse saine du malade. Ce genre d’intervention chirurgicale est plus complexe et elle est conseillée uniquement quand d’autres options chirurgicales se sont révélées inefficaces.