Parasites intestinaux

Chez les êtres humains, trois types de parasites intestinaux peuvent vivre dans l’intestin : les cestodes, les nématodes et les protozoaires.

Certains types de parasites restent dans l’intestin, d’autres sortent et envahissent les organes voisins.
Certains parasites sont si petits qu’ils ne se voient qu’au microscope, tandis que d’autres peuvent mesurer plusieurs centimètres.

La plupart des ténias et des ascaris se développent dans le corps humain et pondent les œufs dans l’intestin.

 

Typologies de parasites intestinaux humains

Protozoaires : les protozoaires sont des parasites unicellulaires qui se multiplient à l’intérieur du corps humain. Ils sont microscopiques dans la nature. Ils se transmettent par voie orale (aliments ou eau contaminés) ou à travers les selles.
Quelques exemples de protozoaires sont : Amœba, Giardia, Neospora caninum, Toxoplasma gondii, Cryptosporidium, Sarcocystis, Blastocystis, etc.

Helminthes : Les helminthes sont des parasites composés de nombreuses cellules, assez gros pour pouvoir être vus à l’œil nu quand ils deviennent adultes. Quand les vers parasites helminthes entrent dans la phase adulte, ils ne peuvent pas se multiplier dans le corps humain, donc ils causent de nombreux dommages. Les vers communs helminthiques sont les ténias, les oxyures, l’Ancylostoma, les nématodes, etc.

 

Facteurs de risque des parasites intestinaux

Ces facteurs augmentent le risque d’être affecté par des parasites intestinaux :

  1. Vivre ou visiter un pays où existent ces parasites ;
  2. Les voyages internationaux ;
  3. Un manque d’hygiène (aussi bien en ce qui concerne la nourriture que l’eau) ;
  4. L’âge – les enfants et les personnes âgées ont plus de probabilités de s’infecter ;
  5. Un système immunitaire affaibli, par exemple à cause du VIH ou SIDA.

 

Symptômes des parasites intestinaux chez l’homme

Constipation
Les parasites peuvent irriter l’intestin et provoquer la constipation ou une occlusion intestinale. Cela peut provoquer des douleurs pendant lorsque l’on va à la selle.

Diarrhée
Ce symptôme est plus fréquent si l’infection est provoquée par un protozoaire.
Ce type de parasite produit une substance chimique qui provoque la diarrhée. Le parasite prend les nutriments utiles au corps pour produire des selles normales. Ce phénomène provoque donc la diarrhée.

Types de diarrhée

  • La diarrhée provoquée par un virus est accompagnée de vomissements. Les symptômes durent environ vingt-quatre/quarante-huit heures.
  • La diarrhée provoquée par des bactéries (E. coli) est généralement accompagnée de vomissements. Elle affecte les personnes qui mangent des aliments contaminés.
  • Les parasites intestinaux causent généralement une diarrhée abondante.

Insomnie et nervosité
Dans les cas les plus graves, les parasites intestinaux peuvent influencer le système nerveux central. Ils empêchent à la personne de se reposer. Un parasite produit des toxines dans le corps qui peuvent provoquer de l’agitation et qui dérangent le sommeil.
Quand on va dormir, le parasite empêche l’élaboration des toxines dans le foie et provoque l’insomnie.

Éruptions cutanées et urticaire
L’un des symptômes les plus visibles des parasites intestinaux sont les éruptions cutanées. Les symptômes peuvent devenir graves, par exemple la formation d’ulcères et de plaies. Ces derniers sont causés par la réaction du système immunitaire aux parasites, vu que le corps relâche certaines hormones. Certains types de parasites causent de fortes démangeaisons anales, comme dans le cas de l’urticaire, en particulier les oxyures.

Bruxisme
L’apparition soudaine du bruxisme est un autre symptôme de parasites intestinaux. L’anxiété nocturne causée par des symptômes qui se manifestent pendant que l’on dort provoque stress et tension musculaire. Par conséquent, la personne infectée serre les dents.

Météorisme et gonflement
Le météorisme et le ventre gonflé peuvent être causés par de nombreux facteurs. Ils sont aussi les symptômes d’un parasite intestinal. On peut aussi ressentir des maux de ventre. Les parasites irritent ou se collent à la paroi abdominale.

Nausées et vomissements
L’apparition soudaine de nausées et de vomissements peut être un signe de parasites intestinaux. Le corps réagit à certains types de parasites intestinaux en essayant de les expulser de l’estomac.

Augmentation de l’appétit
L’augmentation de l’appétit est un symptôme provoqué par un parasite intestinal. Le parasite se nourrit des nutriments de l’intestin, en répandant les toxines et en obligeant l’intestin à travailler davantage qu’en temps normal.
Cela implique une forte augmentation de l’appétit parce que le corps a besoin de plus de nourriture pour combattre les parasites.

D’autres symptômes d’infestation parasitaire

  1. Allergies à plusieurs types d’aliments ;
  2. Anémie (quantité réduite de globules rouges dans le sang) ;
  3. Présence de sang dans les selles ;
  4. Symptômes similaires à ceux de la grippe, par exemple : toux, ganglions lymphatiques enflés et dyspnée ;
  5. Selles malodorantes, notamment l’après-midi et le soir ;
  1. Fièvre ;
  2. Vertiges ;
  3. Crampes abdominales ;
  4. Perte de poids.

 

Comment les parasites intestinaux se transmettent-ils ?

Les parasites intestinaux se diffusent quand la matière fécale pénètre dans la bouche. Cela peut se produire à travers :

  • De l’eau ou des aliments contaminés ;
  • Des jeux ou des gadgets sexuels ;
  • Un contact intime (sans rapport sexuel), comme changer une couche.

 

Diagnostic de parasites intestinaux

Le médecin effectue les tests pour savoir si le patient souffre de parasites intestinaux, même en l’absence de symptômes.
Parmi les examens, nous pouvons citer :

  1. L’analyse des selles en laboratoire pour détecter des parasites, des œufs ou des larves.
  2. Si les vers ne sont pas visibles à travers l’analyse des selles, on peut faire la rectoscopie (dans de rares cas). Cet examen prévoit l’introduction d’un endoscope fin dans le rectum afin de pouvoir regarder à l’intérieur. Par exemple, les oxyures ont la forme de petits filaments blancs. Ils pourraient être visibles sur les selles.

 

Traitement des parasites intestinaux

Médicaments
Le médecin choisit le médicament le plus efficace contre le parasite intestinal. Une seule dose pourrait être nécessaire ou bien la prise du médicament pourrait être nécessaire pendant plusieurs semaines. Par exemple, on traite les oxyures à l’aide de mébendazole (Vermox).

 

Traitements complémentaires et alternatifs

Alimentation et compléments alimentaires
Éviter les glucides simples et les sucres comme les produits laitiers, les jus de fruits et les aliments raffinés, sauf le miel. Manger plus d’ail cru, de graines de courge, de grenades, de betteraves et de carottes qui sont depuis toujours utilisés pour tuer les parasites. Lors d’une étude, des chercheurs ont découvert qu’un mélange de miel et de graines de papaye élimine les parasites des selles chez 23 patients sur 30. Boire beaucoup d’eau permet d’aider l’activité de l’intestin.

 

Manger plus de fibres peut aider à expulser les vers.

 

Parasites intestinauxLes probiotiques (Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus plantarum, Saccharomyces boulardii et Bifidobacterium) aident à maintenir l’appareil digestif en bonne santé. Les probiotiques pourraient ne pas être indiqués chez les patients dont le système immunitaire est affaibli.
Les enzymes digestives aident à rétablir les conditions normales de l’intestin qui devient ainsi inhospitalier pour les parasites.
La papaïne est une enzyme de la plante de papaye qui peut aider à tuer les vers si on la mange 30 minutes avant ou après les repas.

La Vitamine C renforce le système immunitaire. Diminuer la dose si on développe une diarrhée.

Zinc (20 à 30 mg par jour).
Ce minéral aide l’activité du système immunitaire. Le zinc peut interagir avec certains médicaments, notamment les antibiotiques, et peut ne pas être indiqué chez les personnes atteintes du sida.

 

Remèdes naturels en cas de parasites intestinaux

1) Ail
L’ail (Allium sativum) est un bon remède contre certains vers comme : l’Ascaris, le Giardia intestinalis, le trypanosome, le Plasmodium et le Leishmania. On peut trouver l’ail sous forme de gélules ou de comprimés ou on peut le prendre sous forme de gousses d’ail entières.

2) Hydrastis canadensis
Historiquement, l’hydraste du Canada (Hydrastis Canadensis) a été utilisé pour traiter les infections qui affectent les muqueuses du corps, comme les infections des voies respiratoires. Des études préliminaires en laboratoire démontrent que la berbérine, principe actif de l’Hydrastis Canadensis, est utile pour lutter contre l’Entamoeba histolytica, le Giardia intestinalis et le Plasmodium.

3) Noix noire
Les noix noires sont un remède populaire utilisé pour traiter la teigne et le pied d’athlète. Le jus de la coquille acerbe de la noix noire est utilisé en cas de parasites et d’infections fongiques. Des études cliniques démontrent l’efficacité et la sécurité de la noix noire pour traiter les parasites intestinaux.

4) Absinthe
L’absinthe (armoise annuelle) est une plante utilisée depuis des siècles comme remède contre les parasites intestinaux. La recherche préliminaire montre que l’absinthe peut être utile contre l’Ascaris lumbricoides, le Plasmodium, le Schistosoma mansoni et le Giardia intestinalis.
L’absinthe contient des lactones sesquiterpéniques : on pense que ces substances affaiblissent la membrane du parasite.
L’absinthe existe sous forme de tisane, d’extrait liquide ou de gélules. Toutefois, l’huile pure d’absinthe est considérée comme toxique et ne doit pas être ingérée.
La sécurité et l’efficacité de cette plante n’ont pas été démontrées dans les études cliniques.

5) Épazote
L’épazote (Dysphania ambrosioides ou Chenopodium ambrosioides) est un remède que l’on utilise sous les tropiques pour expulser les Ascaris, l’Ancylostoma duodenale et les cestodes. L’huile d’épazote concentrée est trop puissante. La tisane à l’épazote (thé du Mexique) est donc préférable. Des études scientifiques supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l’utilisation historique de cette plante ainsi que sa sécurité.

6) Graines de courge
Les graines de courge (Cucurbita Pepo) sont traditionnellement utilisées comme remède contre les vers solitaires et les Ascaris.
Les herboristes recommandent souvent de grandes quantités de graines de courge, jusqu’à 25 grammes chez les adultes. Les graines sont souvent pressées et mélangées avec leur jus. Deux ou trois heures après avoir mangé les graines de courge, on recommande de prendre un laxatif pour aider à nettoyer l’intestin. La sécurité clinique et l’efficacité des graines de courge n’ont pas été démontrées scientifiquement.

7) Extrait de graines de pamplemousse
Dans les magasins d’aliments naturels, on trouve généralement l’extrait de graines de pamplemousse sous forme liquide. Bien que la recherche préliminaire indique qu’il peut avoir des propriétés antimicrobiennes et antifongiques, peu d’études ont été réalisées au sujet de son efficacité contre les parasites.