Occlusion intestinale

L’occlusion intestinale est une obstruction partielle ou complète de l’intestin, qui empêche le passage de la nourriture durant la digestion.

 

Causes de l’occlusion intestinale

Adhérences
Les adhérences représentent 50 à 70% des cas d’occlusion intestinale.
Dans certains cas, elles sont congénitales, mais elles peuvent également être provoquées par de précédentes interventions de chirurgie abdominale. Les adhérences sont composées de bandes de tissu dures  et elles peuvent relier l’intestin aux organes adjacents.

Dans certains cas, ce tissu fibreux et étroit entraîne l’intestin en dehors de sa position normale, dans une position où il peut se bloquer ou se tordre (il peut subir une torsion).

Hernies
Les hernies se produisent quand la paroi musculaire qui maintient les organes internes à leur place s’affaiblit ou se déchire et qu’une partie de l’intestin passe à travers cette zone.
Si la hernie est étranglée, l’afflux de sang à l’intestin se réduit, causant une ischémie ou une nécrose. La perforation de l’intestin et la gangrène sont de graves complications qui peuvent conduire à une infection et à la mort.

Volvulus.
Le volvulus est la torsion d’une anse de l’intestin qui étrangle les artères reliés et qui interrompt l’arrivée de sang. Cela provoque la gangrène et l’ischémie de l’intestin.
Le processus peut se produire rapidement et peut se transformer en gangrène en 6 à 12 heures.

Invagination intestinale (ou intussusception intestinale)
L’invagination intestinale est une occlusion intestinale avec étranglement. Elle se produit souvent chez les nouveaux-nés quand un morceau de l’intestin glisse dans le morceau successif. Le pronostic pour cette maladie est bon, surtout si on effectue l’intervention chirurgicale rapidement après le diagnostic.
La mort devient probable si on ne traite pas l’invagination dans les 24 heures.

Maladie de Crohn
La maladie de Crohn est une maladie intestinale inflammatoire. Les médicaments se sont démontrés être efficaces dans la rémission de certains cas de maladie de Crohn, mais la plupart des patients doivent se soumettre à une intervention chirurgicale.
En réponse à l’inflammation, la paroi intestinale s’épaissit, tandis que la lumière intestinale se rétrécit et cela peut causer une obstruction.

Obstruction par un corps étranger
Un objet peut être avalé accidentellement et il peut finir dans le tractus digestif (occlusion intestinale intraluminale).
Il doit être enlevé avant qu’il puisse perforer l’intestin et arrêter le flux digestif normal.

Tumeurs bénignes ou cancéreuses
Les tumeurs du colon peuvent obstruer l’intestin. Les tumeurs provenant d’autres sources, comme les tumeurs au foie, au pancréas ou aux organes pelviens peuvent comprimer une partie de l’intestin et ainsi provoquer l’ischémie (occlusion extra-intestinale).

 

Causes non mécaniques de l’occlusion intestinale

Une occlusion intestinale non mécanique est appelée iléus paralytique. Cela se produit quand le péristaltisme s’arrête, mais il n’y a pas de masse qui bloque le passage de la nourriture digérée.
Le péristaltisme est la contraction régulière des muscles gastrointestinaux qui permet la progression du contenu dans le tractus digestif.
La stagnation de la nourriture partiellement digérée ou le manque de mouvement peut conduire à une inflammation et à une infection, jusqu’à la rupture.
La péritonite, le sepsis et la mort peuvent se produire rapidement après.

 

Parmi les causes non mécaniques de l’occlusion intestinale, il y a :

Médicaments. Les médicaments opioïdes et certains médicaments antipsychotiques, antidépresseurs et antihistaminiques ralentissent le péristaltisme. Les patients soumis à la chimiothérapie doivent boire beaucoup et manger beaucoup de fibres, étant donné que la chimiothérapie peut causer de la constipation.
L’héroïne peut provoquer des fécalomes (accumulation de selles) considérables.

L’obstruction de l’intestin peut être aussi une complication après une opération chirurgicale abdominale.

Eau froide
La congestion intestinale peut se produire si la température de l’abdomen descend pendant la digestion.
Une occlusion intestinale causée par le froid peut se produire surtout dans deux cas :

  • Si on boit au moins un verre d’un liquide très froid,
  • Si on entre dans une piscine ou dans la mer et que la température de l’eau est froide.

Les symptômes sont des maux de ventre, de la diarrhée, des vomissements, de la fièvre et de la fatigue.
En un ou deux jours de repos, la congestion devrait guérir par elle-même.

 

Premiers symptômes de l’occlusion intestinale

Les symptômes suivants sont souvent ressentis lors de l’apparition de l’occlusion intestinale mais ils peuvent également se produire à cause de raisons simples, comme une indigestion temporaire. Toutefois, la persistance prolongée de ces symptômes est caractéristique d’une occlusion intestinale.
Après 3 jours sans aller à la selle, on peut penser à une occlusion intestinale.
Les symptômes comprennent :

Gêne et douleur abdominale
L’occlusion de l’intestin grêle provoque généralement des crampes abdominales et des douleurs autour du nombril.
Si l’obstruction intestinale est dans le gros intestin, des douleurs abdominales se présentent sous le nombril.

Gonflement
L’accumulation de gaz et de contenu solide provoque une sensation de « ventre plein » et provoque un gonflement.

Diarrhée et constipation
Des épisodes fréquents de diarrhée peuvent se produire à cause d’une obstruction intestinale partielle. La diarrhée récurrente peut porter à la déshydratation.
À l’inverse, la constipation avec l’impossibilité de faire sortir des gaz peut être attribuée à une occlusion intestinale complète. Certaines personnes ont des épisodes alternatifs de diarrhée et de constipation.

Déshydratation et déséquilibre des électrolytes 
L’occlusion intestinale provoque une augmentation des sécrétions intestinales qui dilate l’intestin dans la partie qui précède l’obstruction.
La perte de liquide, provoquée par les vomissements et la réduction de l’absorption de liquide dans l’intestin provoque une déshydratation.
Les vomissements entraînent la perte des ions potassium, chlore et hydrogène. De plus, la déshydratation provoque aussi la réabsorption du bicarbonate. Il en résulte une alcalose (excès de substances alcalines dans le sang, c’est-à-dire de substances avec un ph élevé).

Fatigue
L’obstruction et l’impossibilité à digérer qui en résulte entravent l’absorption de vitamines et d’autres nutriments de la nourriture. Cela provoque une faiblesse.

D’autres symptômes

  • Gonflement abdominal (distension)
  • Halitose
  • Incapacité de faire sortir les gaz
  • Vomissements
  • Hypotension (pression artérielle basse)

 

obstruction intestinale, occlusion, constipation, fécalome
©-rob3000-Fotolia.com

Diagnostic de l’obstruction intestinale

Tout d’abord le médecin contrôle les antécédents du patient et fait un examen physique.
Il peut trouver l’obstruction en auscultant l’abdomen avec un stéthoscope. Le médecin peut remarquer si l’abdomen est très gonflé.

Les examens généralement effectés sont : un scanner et la radiographie de l’abdomen pour identifier le point de l’obstruction et pour en déterminer la cause. Si l’obstruction se trouve dans le gros intestin, le médecin peut faire une coloscopie pour inspecter l’intestin. Pour avoir une image claire du colon, un lavement baryté peut être effectué, c’est à dire une radiographie avec un moyen de contraste (le baryum).

 

Diagnostic différentiel de l’obstruction intestinale

La douleur abdominale et les vomissements peuvent être causés par une gastroentérite, mais si l’abdomen est gonflé et qu’il n’y a pas de stimulation pour aller à la selle il faut considérer une occlusion.
L’ischémie de l’intestin peut provoquer des douleurs et une distention, mais il se produit généralement une diarrhée hémorragique.
La douleur de la pancréatite aiguë tend à se répandre dans le dos.

Lors d’une occlusion intestinale, le niveau d’amylase est élevé mais ce niveau est aussi très élevé en cas de pancréatite.
La perforation de l’intestin peut provoquer un syndrome abdominal aigu avec de la fièvre et des vomissements.
Un ulcère peptique, une diverticulite aiguë du sigmoïde perforée et un carcinome perforé sont d’autres causes possibles.

L’invagination doit être prise en compte chez les enfants.

La tuberculose peut également se présenter avec des symptômes gastrointestinaux.

Les maladies qui ne sont pas gastrointestinales dont il faut se souvenir sont l’infarctus du myocarde et le cancer des ovaires.

 

Traitement pour l’occlusion intestinale

Le traitement pour l’occlusion intestinale dépend de sa cause, mais il est généralement effectué à l’hôpital.

Traitement pour une obstruction mécanique partielle
Dans le cas d’une obstruction mécanique dans laquelle certains aliments et fluides réussissent à traverser l’intestin, seule l’insertion d’une petite sonde d’alimentation peut être nécessaire. Elle permet d’aspirer l’air et les fluides contenus dans l’estomac, ce qui permet de réduire le gonflement.

Dans le cas d’une obstruction dans le colon, un lavement à l’eau tiède avec de la glycérine et des substances laxatives peut être suffisant.

Le médecin peut prescrire une alimentation avec peu de fibres, qui est plus facile à digérer pour l’intestin. Si l’occlusion ne se résout pas, une intervention chirurgicale peut alors être nécessaire.

Traitement de l’obstruction mécanique complète
Dans ce cas, une intervention chirurgicale est généralement nécessaire pour enlever l’obstruction. La procédure dépend de ce qui provoque l’obstruction et de la partie de l’intestin touchée.
L’intervention chirurgicale prévoit généralement l’enlèvement de l’obstruction et des sections de l’intestin qui sont nécrosées ou qui sont très endommagées.

Cancer,colon,tumeur,intestin

Comme alternative, le médecin peut conseiller de traiter l’obstruction avec un stent métallique qui s’étend tout seul. Le stent est une structure métallique de forme cylindrique à maillons qui est inséré dans le colon grâce à un endoscope. Il est introduit à travers la bouche ou à travers l’anus.

En cas de sténose (rétrécissement de l’intestin) provoquée par une tumeur, le stent permet d’élargir la lumière intestinale (espace intérieur de l’intestin) et permet ainsi le passage des selles.
Avant de placer ce dispositif, le médecin effectue un lavage de l’intestin pour libérer la partie de l’intestin qui se trouve au-dessous de l’obstruction.
Les stents sont généralement utilisés pour traiter les personnes souffrant de cancer du colon ou pour donner un soulagement temporaire aux personnes ayant un risque elevé d’intervention chirurgicale d’urgence. Une intervention chirurgicale peut être encore nécessaire une fois que le patient est stable.

 

Traitement pour l’iléus paralytique

Si le médecin pense que les signes et les symptômes sont causés par l’iléus paralytique, il peut garder le patient en observation pendant un jour ou deux à l’hôpital. L’iléus paralytique est souvent une situation temporaire qui s’améliore toute seule.

Si l’iléus paralytique ne s’améliore pas en quelques jours, le médecin peut prescrire un médicament qui provoque des contractions musculaires pour aider à déplacer la nourriture et les liquides le long de l’intestin. Si l’iléus paralytique est provoqué par une maladie ou d’un médicament, le médecin doit soigner la maladie sous-jacente ou faire arrêter la prise du médicament.

 

Complications
N’importe quel carcinome provoquant une obstruction est à un stade avancé et il peut être métastatique.
La perforation et l’ischémie intestinale peuvent causer une péritonite et une septicémie.
La septicémie, l’hypovitaminose et le déséquilibre des électrolytes peuvent provoquer un état de choc circulatoire et une insuffisance rénale aiguë.
En cas de pseudo-obstruction intestinale aiguë du colon, si une perforation ou une ischémie se produit, la mortalité est de 40%.

 

Pronostic de l’occlusion instestinale

Chez les patients souffrant d’une obstruction de l’intestin grêle, la mortalité est de 25 % si l’intervention chirurgicale est pratiquée après plus de 36 heures ; au-dessous des 36 heures la mortalité descend à 8%.
Le pronostic des patients atteints de carcinome avancé du colon n’est pas bon.
Une autre partie des patients qui présentent une obstruction ont des métastases à distance.
50% des volvulus sigmoïdes réapparaissent dans les 2 années suivantes.
60% des stomies n’ont aucune rechute.

Les patients les plus âgés, les patients atteints d’hypoalbuminémie et les personnes chez qui la tumeur primaire n’est pas gastrointestinale ont un pronostic plus mauvais.