Hernie inguinale – symptômes, complications et intervention chirurgicale

Une hernie inguinale est un trouble où la graisse intra-abdominale ou une partie de l’intestin grêle dépasse d’un point faible des muscles abdominaux inférieurs.

Ce type de hernie est appelé inguinal parce qu’une partie de l’intestin grêle ou une masse graisseuse glisse à travers un point faible vers l’anneau inguinal (c’est-à-dire l’ouverture du canal inguinal).
Une hernie inguinale peut se manifester à tout moment, de l’enfance à l’âge adulte.


Hernie inguinale - symptômes, complications et intervention chirurgicale
Elle est beaucoup plus fréquente chez les garçons que chez les filles.

Anatomie

L’abdomen est recouvert d’une couche de muscles et de tendons forts (paroi abdominale) qui s’étendent des côtes à l’aine et vers les jambes.
La paroi abdominale doit contenir et retenir les organes internes dont l’intestin fait partie. Certaines zones présentent une structure plus faible et le poids des organes provoque le dépassement d’une partie de l’intestin vers l’extérieur. La hernie inguinale se forme dans le canal inguinal, qui se trouve au-dessus du ligament inguinal. Dans ce tunnel virtuel, passent le cordon spermatique chez l’homme ainsi que le ligament rond de l’utérus chez la femme.

 

Classification de la hernie inguinale

Il existe deux types de hernie inguinale :

  1. La hernie inguinale indirecte (aussi appelée oblique externe ou congénitale) est le type le plus fréquent de hernie. Elle peut se manifester à tout âge. Il est probable qu’elle provoque de la douleur dans le scrotum.
  2. La hernie inguinale directe est rare chez les enfants et les nouveau-nés. En revanche, elle est fréquente chez les hommes âgés.
  3. La hernie inguinale oblique interne est le cas le plus rare.

Les résultats cliniques aident à comprendre si la hernie inguinale est directe ou indirecte : chez les adultes, le type est généralement confirmé pendant l’opération. Cette distinction peut avoir peu d’utilité clinique, notamment chez les adultes. Les hernies inguinales ont tendance à se développer dans le temps.

 

Causes de hernie inguinale

Une hernie inguinale est causée par la faiblesse des muscles de l’aine.
Elle peut être présente dès la naissance, à cause d’un défaut d’un muscle, ou bien se développer avec le temps.
Les efforts répétés pour déféquer peuvent causer une hernie, tout comme les efforts pour uriner : cela se produit souvent avec des problèmes de prostate. Une toux chronique due à une maladie pulmonaire ou au tabagisme peut contribuer à causer une hernie. Parmi les causes de hernie inguinale, nous pouvons aussi citer un entraînement strict en vue de compétitions sportives et des exercices de bodybuilding. L’obésité fait aussi partie des facteurs de risque. Chez certains patients, la perte de poids peut empêcher à une hernie de se former ou de se développer. Les femmes enceintes doivent consulter le chirurgien pour savoir si l’accouchement peut se faire par voie vaginale ou si une césarienne est préférable.

 

Facteurs de risque de hernie inguinale

  1. Chez les nourrissons : le sexe masculin, la prématurité.
  2. Chez les adultes : le sexe masculin, l’obésité, la constipation, une toux chronique, le soulèvement de lourdes charges.

 

Symptômes de hernie inguinale

Certaines hernies inguinales ne causent aucun symptôme. On peut ne pas se rendre compte que l’on présente un problème de hernie inguinale tant que le médecin ne le découvre pas pendant un examen de routine.
Cependant, on peut souvent voir et sentir la bosse créée par la hernie.
Le renflement est plus évident quand on est debout, notamment si l’on tousse.
Les signes et les symptômes de hernie inguinale sont :

  • Une bosse dans la zone, sur les deux côtés de l’os pubien si elle est bilatérale ou sur un seul côté si elle est unilatérale (droite ou gauche) ;
  • Une sensation de brûlure, des gargouillements ou des douleurs au niveau de la hernie ;
  • Des douleurs ou une gêne à l’aine, notamment si l’on reste penché, si l’on tousse ou si l’on se lève après avoir été assis ;
  • Une sensation de lourdeur ou de quelque chose qui tire dans l’aine ;
  • Une faiblesse de l’aine ;
  • Dans de rares cas, des douleurs et un gonflement autour des testicules quand l’intestin qui dépasse descend dans le scrotum à côté du testicule.

Vous devriez pouvoir repousser délicatement et facilement la hernie dans l’abdomen lorsque vous êtes couchés. Il est possible d’entendre des borborygmes (bruits causés par l’activité intestinale). Si cela n’est pas possible, on peut réduire le gonflement en appliquant une compresse de glace dans la zone inguinale, suffisamment longtemps pour permettre à la hernie de rentrer. La position avec le bassin surélevé par rapport à la tête peut aider.

 

Complications de la hernie inguinale

Les complications d’une hernie inguinale sont :

  • Pression sur les tissus environnants. La plupart des hernies inguinales se développent avec le temps si elles ne sont pas opérées. Les grosses hernies peuvent exercer une forte pression sur les tissus environnants. Chez les hommes, une hernie peut se répandre dans le scrotum et provoquer des douleurs ainsi qu’un gonflement de l’aine.
  • Hernie incarcérée. Dans certains cas, la zone faible où la hernie s’est formée se gonfle et le « trou » se serre. Si l’épiploon ou une anse de l’intestin restent piégés dans l’ouverture de la paroi abdominale, l’intestin peut avoir une occlusion. Cela cause de très fortes douleurs, des nausées, des vomissements et l’incapacité à évacuer les gaz et les selles.
  • Étranglement. Une hernie incarcérée est grave car elle peut bloquer le flux de sang à l’intestin. Ce trouble est appelé étranglement. Il peut conduire à la mort du tissu intestinal affecté. Une hernie étranglée est très douloureuse et dangereuse. Une intervention chirurgicale immédiate est nécessaire.

 

Diagnostic de hernie inguinale

Hernie inguinale, protrusion, canal inguinal, douleur, intervention chirurgicale
Hernie inguino-scrotale

 

Examiner le patient aussi bien en position debout que couchée et lui demander de tousser.
Insérer un doigt dans la partie supérieure du scrotum dans l’anneau inguinal externe et palper pour relever la présence d’un nodule quand on tousse – lorsque vient l’envie de tousser.
Les hernies coulissantes sont probables si elles sont localisées dans le scrotum.

 

Comment soigner les hernies inguinales ?

La chirurgie est le soin le plus efficace en cas de hernie inguinale. Les médicaments sont inutiles car il s’agit d’un trouble mécanique.

Quand l’intervention chirurgicale devient-elle nécessaire ?
La réparation d’une hernie inguinale est une opération qui consiste à repousser la bosse à l’intérieur et à renforcer la paroi abdominale. L’opération peut être recommandée si les symptômes sont graves, s’ils durent depuis longtemps ou en cas de complications.
La section de l’intestin peut être :

  • Bloquée dans le canal inguinal, en causant une occlusion – cela provoque des nausées, des vomissements et des maux de ventre, en plus d’une bosse douloureuse dans l’aine.
  • Piégée sans afflux de sang (on parle aussi de hernie étranglée) : la chirurgie d’urgence (dans les quelques heures qui suivent) est essentielle pour libérer le tissu piégé et pour rétablir l’afflux de sang. L’opération chirurgicale sert à soigner la hernie et à prévenir de graves complications.

Quel est le traitement en cas de hernie inguinale ?

Chez les adultes, les hernies inguinales qui grossissent et qui causent des symptômes ou qui deviennent incarcérées doivent être traitées à l’aide de la chirurgie.
Chez les nouveau-nés et chez les enfants, les hernies inguinales sont toujours opérées pour éviter tout étranglement.
L’opération est généralement de type ambulatoire (aucune nuit à l’hôpital).
Le temps de récupération varie en fonction de la dimension de la hernie, de la technique utilisée, de l’âge et de la santé du patient. Les deux principaux types d’intervention chirurgicale en cas de hernie sont les suivants :

  • Intervention à ciel ouvert. Dans la chirurgie de la hernie à ciel ouvert, aussi appelée herniorraphie, on pratique une anesthésie locale à l’abdomen ou à la colonne vertébrale pour engourdir la zone.
    On effectue une anesthésie générale pour obtenir la sédation du patient ou pour l’aider à s’endormir. Puis, le chirurgien fait une incision dans l’aine, remet la hernie dans l’abdomen et renforce la paroi musculaire à l’aide de points de suture. La zone de faiblesse musculaire est généralement renforcée à l’aide d’un filet synthétique pour donner un soutien majeur. Cette opération est appelée hernioplastie.
  • Laparoscopie. On effectue une laparoscopie sous anesthésie générale. Le chirurgien effectue plusieurs petites incisions dans le bas de l’abdomen et insère un laparoscope, tube fin équipé d’une petite caméra reliée à une extrémité.
    La caméra envoie sur écran une image agrandie de l’intérieur du corps, en donnant au chirurgien une vision détaillée de la hernie et du tissu environnant.
    Pendant que le chirurgien regarde l’écran, il utilise des instruments spéciaux pour réparer soigneusement la hernie à l’aide d’un filet synthétique.

Les personnes qui se soumettent à la laparoscopie ont généralement besoin d’un temps de récupération plus bref. Cependant, le médecin peut déconseiller la laparoscopie, si elle ne représente pas la meilleure solution, si la hernie est très grosse ou si la personne a été soumise à une intervention de chirurgie pelvienne.
La plupart des adultes ressentent une gêne après l’intervention. Des antalgiques sont nécessaires. Une activité importante ainsi que le soulèvement de charges lourdes sont à éviter pendant plusieurs semaines.
Le médecin indique au patient quand il peut reprendre le travail sans problèmes. Les nouveau-nés et les enfants ressentent une légère gêne. Toutefois, ils reprennent généralement leurs activités normales après quelques jours.

 

Quelles sont les complications d’une intervention chirurgicale de hernie inguinale ?

L’intervention chirurgicale pour soigner une hernie inguinale est assez sûre et les complications sont rares. Connaître les risques possibles permet aux patients de rapporter au médecin les symptômes post-opératoires dès qu’ils se manifestent. Voici une liste des risques :

  • Anesthésie générale,
  • Récidive de hernie,
  • Saignement,
  • Infection de la blessure,
  • Cicatrice douloureuse,
  • Lésions des organes internes.

 

Récupération après une intervention chirurgicale de hernie inguinale

La plupart des patients qui ont souffert de hernie peuvent reprendre leurs activités normales après une convalescence de trois à quatre semaines. Cela est aussi valable pour les rapports sexuels.
La zone est endolorie, notamment la première semaine.
Durant cette période, l’incision devrait être protégée pendant les activités qui augmentent la pression abdominale en exerçant une pression légère mais ferme sur la ligne d’incision.
Les activités dangereuses pour l’incision sont :

  • Le mouvement de la position couchée à la position assise,
  • Le mouvement de la position assise à la position debout,
  • Les éternuements,
  • La toux,
  • Les pleurs,
  • La poussée pendant l’évacuation intestinale,
  • Les vomissements.

 

Remèdes naturels en cas de hernie inguinale

Traitement à l’aide d’un système de bandages
Il existe un système de bandages qui s’attachent autour du bassin et qui permettent de soutenir la partie d’intestin herniée.
Si l’on garde ces bandages la journée pendant quelques mois, on peut atteindre l’objectif de faire rentrer la hernie inguinale.
On peut aussi porter des slips herniaires pour repousser la partie d’intestin herniée dans son siège anatomique.