Alimentation pour la colite

L’alimentation pour la colite, indépendamment du fait qu’elle soit spasmodique, ulcéreuse, indéterminée ou ischémique, peut réduire les symptômes intestinaux à long terme.

Un des meilleurs moyens pour comprendre combien l’alimentation influence ce trouble est de tenir un journal alimentaire.
Le fait de consigner dans un journal les aliments que l’on mange et les symptômes qui se produisent après, permet d’identifier les aliments qui provoquent le problème, ce qui permet de limiter ou supprimer leur absorbtion.


alimentation pour la colite, intestin irritable, côlon, aliments, interdits

Bien que la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (colite ulcéreuse) ne soient pas la conséquence d’allergies alimentaires, beaucoup de patients et de médecins conseillent certaines habitudes simples pour aider à contrôler les symptômes pendant les phases aiguës :

  • Manger moins durant les repas mais prendre les repas plus fréquemment.
  • Réduire la quantité de nourriture grasse ou frite de l’alimentation,
  • Limiter la consommation de lait ou de produit laitiers,
  • En phase aiguë, limiter la prise de certains aliments riches en fibre comme les noix, les graines, le maïs et les pop-corn.

La maladie de Crohn et la colite sont des maladies en constante évolution et les symptômes peuvent évoluer avec le temps.
Comprendre combien les aliments influent sur le système digestif peut aider à gérer la maladie et ses effets sur la vie.

 

Aliments conseillés pour la rectocolite hémorragique (colite ulcéreuse)

Même s’il est nécessaire de maintenir une alimentation bien équilibrée afin d’avoir une santé optimale, il faut éviter ou limiter certains types d’aliments qui peuvent causer les symptômes de la colite.

Voici ci-dessous des précisions à toujours garder à l’esprit :

  • Les fibres. C’est la partie de la nourriture qui n’est pas digérée, elles se trouvent dans les légumes, dans les fruits et dans les céréales complètes.
  • Les fibres sont bénéfiques pour la majeure partie des personnes, mais elles peuvent être difficiles à digérer pour les personnes souffrant de rectocolite hémorragique.
  • Il faut limiter les fibres à moins de 2 grammes par repas lorsqu’on ressent les symptômes de la colite.
  • Les aliments contenant des fibres peuvent provoquer le météorisme et des flatulences, notamment les haricots, les légumes secs, le son, les noix, les graines et les pop-corn.

Fruits et légumes. Durant la phase aiguë, il ne faut pas manger de fruits crus, sauf les bananes mûres, et les melons. Avant de manger les légumes, il faut enlever les graines, puis bien les faire cuire. On doit pouvoir couper les légumes avec le bord de la fourchette. Les pommes de terre peuvent être mangées mais uniquement après avoir enlevé la peau.
On peut boire des jus faits avec la centrifugeuse car ils ne contiennent pas de fibres. Les fibres augmentent le volume des selles et peuvent provoquer une obstruction intestinale durant la phase symptomatique.
Après la première semaine de diète à base de jus faits à la centrifugeuse et de jus de fruits, il est possible d’insérer graduellement les fruits (surtout les pommes, les bananes, les poires et la papaye) et ensuite les légumes (surtout les carottes et le fenouil).

Épices, graisses et gâteaux. Éviter la nourriture piquante, la nourriture frite et la nourriture grasse. Les graisses peuvent être difficiles à digérer et elles peuvent causer de la diarrhée et un météorisme. Les édulcorants artificiels et le chocolat peuvent aggraver les symptômes.

Protéines. Les protéines sont une partie essentielle dans une alimentation saine. De bonnes sources de protéines peuvent être le beurre de cacahuètes et les légumes secs.

 

Que faut-il boire boire lorsque l’on souffre de rectocolite hémorragique ?

La rectocolite hémorragique peut provoquer une déshydratation, il est donc important de boire beaucoup de liquides : il faut boire au moins 8 verres de liquides par jour.
Mais pas de toutes les boissons.

Prendre en considération les indications suivantes :

  • Caféine.
    Éviter la caféine sous toutes ses formes. La caféine stimule l’activité intestinale, donc une personne qui souffre de rectocolite hémorragique ne doit pas en prendre.
  • Jus de fruits. Le jus de fruits peut être bu s’il est sans sucre : c’est un bon moyen de recevoir les apports nutritionnels des fruits et des légumes. Il faut cependant éviter les jus de fruits avec du sucre puisque le sucre n’est pas bien toléré lorsqu’on souffre de maladies inflammatoires intestinales.
  • Boissons sans alcool.
    Éviter les boissons qui contiennent du sucre.
  • Lait.
    Les personnes qui ont une intolérance au lactose doivent limiter les produits laitiers afin de réduire la diarrhée.
  • Alcool.
    Beaucoup de médecins et de nutritionnistes concordent sur le fait que l’alcool doit être évité dans le cadre d’une alimentation pour la colite.
  • Compléments alimentaires pour la rectocolite hémorragique
    À cause des symptômes comme la diarrhée et la perte d’appétit, les personnes qui souffrent de rectocolite hémorragique peuvent avoir des carences en vitamines et en minéraux. Certains médicaments utilisés pour soigner la rectocolite hémorragique peuvent aggraver cette carence. Le médecin et le nutritionniste peuvent conseiller certains compléments alimentaires, parmi lesquels :
  1. Les probiotiques sont de “bonnes bactéries” qui peuvent améliorer la santé du côlon. Certaines études démontrent que les probiotiques peuvent réduire les symptômes de la rectocolite hémorragique.
    Il est possible d’ingérer ces “bonnes” bactéries en mangeant du yaourt.
    Demander au médecin s’il est nécessaire de prendre des compléments alimentaires à base de probiotiques.
  2. Vitamine D et calcium.
    Les personnes souffrant de rectocolite hémorragique ont besoin de prendre des médicaments avec de la cortisone qui peuvent réduire les niveaux de vitamine D et de calcium. Beaucoup de nutritionnistes conseillent d’ajouter de la vitamine D et des compléments alimentaires en calcium dans l’alimentation pour la colite.
  3. Acides gras oméga-3. Ces acides gras se trouvent dans le poisson et certaines études démontrent qu’ils peuvent réduire les symptômes des maladies inflammatoires intestinales. Les études démontrent que les acides gras oméga-3 peuvent être précieux si on les prend avec certains médicaments utilisés pour soigner la rectocolite hémorragique.
  4. Acide folique.
    Beaucoup de personnes souffrant de rectocolite hémorragique ont des niveaux bas d’acide folique. La rectocolite hémorragique augmente le risque de développer le cancer du côlon et certaines études démontrent que les compléments alimentaire en acide folique peuvent réduire ce risque.

    Ne pas prendre de compléments alimentaires durant une longue période. Il faut essayer d’introduire ces éléments nutritifs dans l’alimentation dès que les symptômes de la rectocolite hémorragique diminuent.

 

Aliments à éviter lorsque l’on souffre de rectocolite hémorragique

Apprendre à éviter les aliments qui déclenchent les symptômes peut permettre d’avoir un meilleur contrôle de la maladie et donne une plus grande liberté pour profiter d’une vie active.
Il n’y a pas de preuve scientifique qui relie certains aliments aux symptômes, mais beaucoup de personnes souffrant de rectocolite hémorragique ont remarqué qu’un ou plusieurs aliments suivant peuvent déclencher les symptômes gastro-intestinaux :

  • vin rouge, vin blancAlcool,
  • Caféine,
  • Boissons gazeuses,
  • Produits laitiers, même si la personne n’est pas intolérante au lactose,
  • Aliments contenant du soufre ou du sulfate,
  • Sauces piquantes, poivre,
  • Pop-corn,
  • Produits contenant du sorbitol (chewing-gums sans sucre et bonbons),
  • Sucre raffiné,
  • Nourriture piquante, sauces.

 

Aliments à éviter durant la phase aiguë de rectocolite hémorragique, à insérer graduellement à partir de la deuxième semaine après cette phase

  • Légumes crus,
  • Haricots secs, petits pois et légumes secs,
  • Graines,
  • Noix,
  • Fruits secs, baies, fruits avec de la pulpe ou avec des graines,
  • Aliments riches en fibre, y compris les produits à base de farine complète.

 

Que peut manger une personne souffrant de colite ?

L’alimentation pour la colite doit se baser sur une alimentation équilibrée avec un contenu élevé en sucres lents, en céréales complètes et en “bonnes” graisses, mais pauvre en protéines animales.
Cette alimentation donne l’énergie nécessaire et elle permet de bien vivre.

L’alimentation doit comprendre du poisson, des céréales, des fruits, des légumes et de l’huile.

Un patient végétarien souffrant de colite peut manger des laitages, les légumes secs et des protéines végétales, notamment les produits avec du soja qui contiennent les éléments nutritifs de la viande et du poisson.

Si la colite provoque la constipation :
Durant la première semaine de phase aiguë, il est important de prendre seulement des jus de fruits, des jus de céleris et carottes faits à la centrifugeuse et des infusions de gingembre.
Il faut ajouter graduellement les carottes crues, les bananes et le fenouil qui sont excellents pour la santé du système gastro-intestinal.
Les pommes et les poires, qui contiennent de la pectine, sont également excellentes et on peut commencer à en manger après la première semaine, en plus de la papaye, de la banane et de la myrtille.
Parmi les aliments les plus caloriques, on peut manger de l’avocat.
Après 3 semaines, il faut commencer une alimentation végane à base de fruits, de légumes, de fruits secs, de légumineuses et de céréales complètes, de préférence sans gluten.
Même si ce n’est pas simple, c’est le seul moyen naturel de traiter cette maladie.
Les premiers jours sont difficiles, mais en général les personnes qui commencent à suivre une alimentation végane ne recommencent pas à manger de la viande ou d’autres protéines animales, car ils ressentent le bien-être venant de ce type d’alimentation.

Si la colite provoque de la diarrhée :
Pendant les 2 ou 3 premiers jours, on recommande le jeûne pour libérer les intestins des toxines, on peut toutefois boire des infusions de gingembre ou des jus de fruits centrifugés. Pour le petit déjeuner, il est par exemple conseillé de presser un citron dans un verre d’eau et éventuellement d’ajouter une demi-petite cuillère de bicarbonate de soude.
Pendant la journée, on peut manger des carottes, du fenouil, du gingembre et de l’ail.
A partir du troisième jour, on peut commencer à suivre une alimentation végane qui libère les intestins des toxines, améliore le fonctionnement de tout l’appareil digestif et donne de l’énergie et de la vitalité.
Il faut faire attention aux céréales contenant du gluten, il est préférable de manger du riz complet, du millet, du sarrasin et du quinoa (même s’il ne s’agit pas réellement d’une céréale).
Les intollérances les plus courantes sont celles au lait et au gluten parce que ce sont des aliments difficiles à digérer.
C’est pour cette raison qu’il est conseillé de les éviter ou d’en limiter l’absorbtion, d’autant qu’ils ne sont pas nécessaires à l’organisme, mais qu’au contraire, ils peuvent être nocifs.

 

Exemples d’alimentation conseillée pour la colite

Voici un programme diététique spécifique qui peut aider beaucoup de personnes souffrant de rectocolite hémorragique et d’ autres types de maladies inflammatoires intestinales.
L’alimentation qui suit est adaptée aux personnes souffrant de rectocolite hémorragique en phase aiguë :

Petit-déjeuner

  1. Smoothies fait avec des bananes, des myrtilles et beaucoup d’eau.
  2. Un bol de porridge fait avec du riz complet (2 tasses d’eau pour 1 tasse de riz), une petite poignée de raisins secs (cuits pendant au moins 5 minutes), un voile de cannelle et une petite cuillère de miel cru ou pasteurisé.
  3. Un smoothie vert fait avec 2 ou 3 pêches, 2 cuillères de myrtilles ou de mûres, 2 bonnes poignées d’épinards et assez d’eau pour mélanger le tout.
    Note : si on mange des fruits en poudre comme des cerises acérola en poudre, on peut les mélanger dans n’importe lequel de ces smoothies. Les jours où on ne prépare pas de smoothies, on peut prendre cette nourriture en poudre seulement avec de l’eau.

Déjeuner

  1. Des patates douces à la vapeur et de l’avocat.
  2. Des courgettes à la vapeur, une soupe de pommes de terre et avocat.
  3. Du riz complet (1,5 tasse d’eau pour 1 tasse de riz), du chou à la vapeur et de l’houmous.
  4. Du quinoa (2 tasses d’eau pour 1 tasse de quinoa), de l’avocat et de la courge à la vapeur.

Dîner – on conseille de prendre de l’huile de foie de morue juste avant ou pendant le dîner, une petite cuillère correspondant à 30 kg de poids corporel, .

  1. Du riz complet (1,5 tasse d’eau par 1 tasse de riz) avec des pois chiches et de l’avocat, assaisonné avec de l’huile d’olive extra vierge et du jus de citron frais.
  2. De l’avocat – de la salade d’orange avec du saumon cru ou cuit à la vapeur.
    3. Du quinoa (2 tasses d’eau pour une tasse de quinoa) avec de l’ail, de la purée de patates douces et de l’avocat.
  3. Des courgettes, des carottes et des betteraves rouges cuites à la vapeur et des sardines.

Note : si on ne mange pas pendant la journée d’aliments en poudre qui contiennent de “bonnes” bactéries, il est conseillé de prendre une autre source de probiotiques de très bonne qualité, pendant le dîner ou juste après.
Bion Transit, Bioprotus et Lactoflorene sont les produits les plus vendus.
Si on préfère ne pas prendre de probiotiques, il est possible d’ajouter au repas un aliment fermenté naturellement, comme le Kimchi (un plat coréen avec des légumes fermentés et des épices) ou de la choucroute.

En-cas

  1. N’importe quel fruit frais de saison.
  2. Pommes de terre au four, patates douces ou châtaignes.
  3. Une petite poignée de noix crues qui ont été trempées dans de l’eau pendant au moins deux heures.
  4. N’importe quel smoothies de fruits énuméré dans la partie “petit-déjeuner” ci-dessus.

Pendant la phase aiguë, on peut suivre les lignes directrices expliquées ci-dessus, mais il faut choisir des légumes passés à la centrifugeuse et des jus de fruits plutôt que la nourriture crue.

Il faut observer comment le corps réagit à chaque aliment pour procéder à des ajustements éventuels à l’alimentation.
Il est important de bien mâcher la nourriture et de suivre les principes alimentaires pour une digestion optimale.

D’autres recommandations pour se sentir mieux, surtout en cas de colite spasmodique d’origine nerveuse.

Ces conseils servent à comprendre et à corriger les facteurs qui causent de la tension, de l’anxiété et du stress.
Il est préférable de suivre les remèdes naturels plutôt que de prendre des médicaments antidépresseurs qui ont différents effets secondaires.

  1. Quand cela est possible, exposer la peau au soleil. Il est important de faire attention à ne pas se brûler et éviter les heures les plus chaudes de la journée (de 11 heures à 14 heures).
  2. Respirer profondément avec le ventre (respiration diaphragmatique) au moins une fois toutes les 5 minutes.
    De cette façon on aide le corps à maintenir le système nerveux parasympathique actif et on inhibe le système nerveux sympathique. Cela est important pour favoriser un bon fonctionnement du tractus digestif.
  3. Dédier au moins 15 minutes par jour à écrire toutes les pensées qui vous viennent à l’esprit dans un journal intime. Écrire réellement toutes ses pensées, peu importes si elles semblent bizarres ou insensés. Cet exercice peut aider à augmenter la conscience des facteurs de stress émotionnel qui ne sont pas évidents à première vue.
  4. Faire quelque chose qu’on aime beaucoup chaque jour, si les circonstances de vie le permettent. Penser à une activité amusante pour soi et trouver le temps de la faire.
  5. Chaque jour, au réveil et avant de se coucher, passer quelques minutes à penser à :
  • Quelqu’un qu’on aime et qui se préoccupe profondément de son propre bien-être.
  • Membres de la famille et amis qui sont très attachés.
  • Choses qui gratifient.